Archives des étiquettes : zoo

Anvers: Deux hippopotames positifs au covid

Bruxelles 03.12.2021 Deux hippopotames du zoo d’Anvers ont été testés positifs au covid-19, indique vendredi le parc zoologique dans un communiqué. Selon le vétérinaire du zoo, « c’est la première contamination recensée chez cette espèce. Dans le monde, ce virus a surtout été signalé chez des grands singes et des félins».

Les animaux se portent bien, ils ne présentent comme seul symptôme qu’un écoulement nasal. Ils ont été placés à l’isolement. Leurs soigneurs ont été testés et sont négatifs. Les mesures de sécurité ont été renforcées, précise le zoo d’Anvers.

L’origine de la contamination n’est pas connue, aucun des soigneurs n’ayant contracté récemment le covid-19, ajoute le parc zoologique. Les soigneurs portent désormais un équipement de protection supplémentaire et sont testés tous les jours.

.

Zoo de Mulhouse ferme la porte

Le parc zoologique et botanique de Mulhouse a dû fermer ses portes le 14 février en raison des mesures de confinement décidées pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Depuis, il fonctionne en effectif réduit, comme l’explique Benoit Quintard, vétérinaire et directeur adjoint du parc : « Les soigneurs représentent aujourd’hui la majeure partie du personnel encore actif au sein du parc, et pourtant ils ne sont que 13 encore actifs, contre 30 habituellement. L’effectif est donc très restreint ».

Évidemment les animaux sont nourris tous les jours et les soigneurs doivent redoubler de vigilance, en particulier avec les singes, les plus proches parents de l’homme… « Comme on est sur un nouveau virus, il y a une part d’ombre et d’incertitude qui perdure« , raconte Alexandre Pétry, le responsable animalier.

« La majorité des animaux ne peut pas contracter ce virus : ils ne peuvent pas nous le transmettre et on ne peut pas le leur donner. Par contre, il y a tout de même une vigilance qui a été émise par l’association des vétérinaires de zoo européens sur les grands singes« , explique-t-il.

Une vigilance particulière vis-à-vis des grands singes. Par conséquent, une vigilance particulière a été mise en place vis-à-vis de ces animaux. « Ici, on n’a pas de vrais grands singes, mais on a quand même des gibbons, qui sont les plus proches parents de l’homme qu’on ait sur ce parc. On a donc établi un protocole plus strict avec eux. »

L’escapade des 50 babouins à Paris

Le parc zoologique de Paris a été évacué vendredi après que cinquante babouins se sont échappés de leur enclos avant d’être réintégrés dans leurs loges, à l’exception de quatre d’entre eux, “qui sont en vue”, a-t-on appris auprès du parc.

Policiers et sapeurs-pompiers avaient été mobilisés pour cette “évasion” hors de coutume afin d‘imposer un périmètre de sécurité, mais aucun primate ne s‘est échappé du zoo, précise-t-on.

« A 11h30, un soigneur a vu un babouin en dehors de sa loge, dans le couloir de service », a expliqué un porte-parole du zoo.

« Il a immédiatement donné l’alerte et les visiteurs ont été confinés puis évacués. Il n‘y a pas eu de contact avec le public », a-t-il précisé.

Soigneurs et vétérinaires se sont déployés autour du Grand Rocher, éminence emblématique de l’ex-zoo de Vincennes, et ont capturé la majorité des babouins. Quatre continuaient à déambuler en liberté mais étaient “en vue”.

Arrivé à la fin des années 80 au « zoo de Vincennes », le groupe des babouins de Guinée avait été confié au zoo d’Edimbourg durant les travaux de rénovation du parc, de novembre 2008 à avril 2014.