Archives des étiquettes : zone euro

Néerlandais au directoire de la BCE

Les ministres des Finances de la zone euro ont choisi le Néerlandais Frank Elderson pour succéder à Yves Mersch au sein du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) à partir de janvier, a annoncé lundi le 5 octobre le président de l’Eurogroupe.

“L’Eurogroupe soutient la candidature de Frank Elderson au poste de nouveau membre du directoire de la BCE”, a écrit Paschal Donohoe sur Twitter.
Frank Elderson, 50 ans, siège actuellement au directoire de la banque centrale néerlandaise, où il assume entre autres la supervision des banques, une mission qui sera, à l’échelle de la zone euro, du ressort du successeur d’Yves Mersch à la BCE.

L’autre candidat au siège à prendre au directoire de la BCE était le Slovène Bostjan Jazbec, ancien gouverneur de la banque centrale de son pays et membre du Conseil de résolution unique.
Le choix des ministres des Finances doit maintenant être validé par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE après consultation du Parlement européen et de la BCE. La décision définitive devrait être adoptée en décembre.

Le successeur d’Yves Mersch héritera d’un mandat de huit ans non renouvelable.

Lagarde: le pire a «probablement passé»

La zone euro a “probablement passé” le pire de la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus même si la prudence s’impose, a déclaré vendredi Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE).

“Nous avons probablement passé le point bas, je dis cela avec une certaine appréhension car, bien sûr, une deuxième vague grave est possible”, a-t-elle déclaré lors d’un débat en ligne.

Eurogroupe: les discussions tendues

Les Ministres des finances de la zone euro sont convenus le 9 avril d’un plan de soutien de €500 milliards pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire du COVID-19, après des semaines des disuptes qui ont souligné les divisions au sein du bloc communautaire.

L’Allemagne, de même que la France, a critiqué l’opposition des Pays-Bas sur l’accès aux lignes de crédit du Mécanisme européen de stabilité (MES), tandis que l’Italie a reçu l’assurance que l’Union ferait preuve de solidarité.

Mais l’accord ne mentionne pas la création de “coronabonds”, des obligations mutualisées qui permettraient de financer une relance de l’activité économique par de la dette commune – une mesure à laquelle l’Italie, la France et l’Espagne étaient favorables mais pour qui il s’agit d’une ligne rouge, des Pays-Bas, de la Finlande et de l’Autriche.

Il est seulement dit qu’il appartient aux chefs d’Etat et de gouvernement européens de décider si des “instruments financiers novateurs” doivent être utilisés.

Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré que l’Europe avait conclu le plus important plan économique de son histoire.

“Tout le monde avait en tête que c’était soit un accord soit le risque d’une dislocation européenne”, a-t-il dit lors d’une téléconférence avec des journalistes. “C’est un plan efficace, c’est un plan massif”, a-t-il poursuivi.

Le président du Conseil italien Giuseppe Conte avait prévenu que l’existence tout entière de l’UE serait menacée si celle-ci ne parvenait pas à s’unir pour lutter contre la pandémie.

Durant des semaines, les Etats membres du bloc communautaire ont échoué à afficher un front uni face au coronavirus, se déchirant sur des questions d’argent, d’équipements médicaux et médicaments, de restrictions aux frontières et de suspension des voyages, lors de discussions tendues qui ont mis en exergue des divisions amères.

France et l’Italie pour l’union européen bancaire

La France et l’Italie souhaitent qu’une décision soit prise au conseil européen de juin pour finaliser l’union bancaire de la zone euro grâce à un mécanisme de garantie collective et défendre l’introduction d’un budget de la zone.

“Notre volonté (est) de finaliser l’union bancaire, de mettre en place ce mécanisme commun de solidarité et de protection, common backstop (fonds de soutien en cas de problème bancaire-NDLR), nous devons le finaliser, nous devons prendre une décision au prochain conseil”, a déclaré Emmanuel Macron à l’issue d’un déjeuner organisé à l’Elysée avec le dirigeant italien.

“Nous devons finaliser ce mécanisme, ses modalités techniques mais là-dessus nous avons une communauté de vue extrêmement forte” entre la France et l’Italie, a ajouté Emmanuel Macron.

Le président du Conseil italien a confirmé cette “convergence” de vues: “L’Italie est en faveur d’un développement du partage des risques”, a-t-il ajouté.

 

 

Philippe à Bruxelles pour « déficit excessif »

Les échanges entre Paris et la Commission européenne se sont multipliés ces dernières semaines afin que la France sorte du viseur de Bruxelles pour « déficit excessif« , puis présente, dans les années à venir, des budgets en accord avec les attentes de l’UE.

« La date de cette visite n’a pas été choisie au hasard« , assure une source européenne, ce déplacement étant organisé au lendemain de la limite fixée aux Etats membres pour remettre leurs prévisions budgétaires à la Commission, qui doit ensuite donner son opinion en novembre.

M. Philippe s’entretiendra avec le président de la Commission Jean-Claude Juncker, à qui il expliquera que ses perspectives budgétaires « s’inscrivent bien dans les règles européennes« , a détaillé Matignon. Cette visite est d’autant plus importante pour la France qu’elle ne peut se permettre de présenter un nouveau budget en décalage avec celui de ses partenaires européens au moment où elle leur propose de réformer en profondeur la zone euro.

La production industrielle en hausse

 

Mai 2017 comparé à avril 2017 – La production industrielle en hausse de 1,3% dans la zone euro – en hausse de 1,2% dans l’UE28

En mai 2017 par rapport à avril 2017, la production industrielle corrigée des variations saisonnières a augmenté de 1,3% dans la zone euro(ZE19) et de 1,2% dans l’UE28, selon les estimations d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. En avril 2017, la production industrielle avait progressé de 0,3% dans la zone euro et de 0,1% dans l’UE28.