Archives des étiquettes : Zelensky

Ukraine: Président Macron à Irpin

16.06.2022 En visite à Kiev, accompagné de trois dirigeants européens, le président français devait s’exprimer à 14 heures, aux côtés de son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky. Le programme a pris plus d’une trentaine de minutes de retard, a annoncé l’équipe présidentielle. Au programme devraient être abordés: de nouvelles livraisons d’armes, une ouverture à l’Union européenne ou encore une accélération des sanctions économiques.

Plus tôt dans la matinée, plusieurs alertes à la bombe et des sirènes d’alerte ont retenti à Kiev. Le service de sécurité est très important autour des quatre chefs d’États, le GIGN a été missionné pour l’occasion.

A l’issue de sa brève visite à Irpin, le président français a évoqué «une ville héroïque puisque c’est ici, entre autres, que les Ukrainiens ont arrêté l’armée russe qui descendait sur Kiev». «Il faut se représenter l’héroïsme de l’armée, mais aussi de de la population ukrainienne», a-t-il insisté, souhaitant que «l’Ukraine puisse résister et l’emporter».

«Je trouve bien que le président de la République Française rappelle publiquement et spectaculairement de quel côté sont les Français tous, sans exception, a noté Jean-Luc Mélenchon, invité sur France Bleu. Je m’associe à son message de solidarité avec l’Ukraine. Après, on peut s’interroger sur le sens de ce voyage, mais comme il est à l’étranger sur une zone de guerre, je propose qu’on évite les polémiques. Quand il reviendra, il nous expliquera.»

Ukraine: Porochenko sur la route pour Rotterdam

30.05.2022 L’ex-président ukrainien Petro Porochenko, un rival de l’actuel chef d’Etat Volodymyr Zelensky, a annoncé ce lundi, le 30 mai, avoir été autorisé à sortir du pays après avoir été « délibérément » bloqué à la frontière à deux reprises ce weekend, en pleine invasion russe du pays.

« Après la pression des députés du Parlement européen et des membres des gouvernements des pays de l’UE, Petro Porochenko a pu se rendre à l’étranger pour participer au sommet et au congrès du Parti populaire européen à Rotterdam », a indiqué son service de presse.

Son parti, Solidarité Européenne, s’est dit « convaincu que les autorités ont délibérément empêché M. Porochenko de se rendre à une réunion de l’Assemblée parlementaire de l’Otan à Vilnius ».

Lavrov: la polémique autour de Zelensky

Strasbourg 03.04.2022 Hitler «avait du sang juif» : ces déclarations du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ont révolté Israël, qui a convoqué l’ambassadeur de Russie, et suscité la réprobation de certains pays occidentaux. Moscou a répété à maintes reprises vouloir «démilitariser» et «dénazifier» l’Ukraine, une ancienne république soviétique avec, à sa tête, des dirigeants pro-occidentaux, justifiant ainsi l’invasion lancée le 24 février.

Le président ukrainien Volodymyr «Zelensky fait valoir cet argument: comment le nazisme peut-il être présent (en Ukraine) s’il est lui-même juif. Je peux me tromper, mais Hitler avait aussi du sang juif», a dit M. Lavrov dimanche soir au groupe de médias italien Mediaset, et dont les propos ont été retranscrits sur le site de son ministère.

«Les propos du ministre Lavrov sont à la fois scandaleux, impardonnables et une horrible erreur historique », a condamné son homologue israélien Yaïr Lapid dans un bref communiqué. Il a précisé que l’ambassadeur de Russie en Israël avait été convoqué pour des «clarifications».

Russie utilise des missiles hypersoniques

19.03.2022 Moscou montre ses muscles. Le ministère russe de la Défense a déclaré samedi 19 mars avoir utilisé la veille des missiles hypersoniques « Kinjal » pour détruire un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine. Ce type de missiles, très manoeuvrable, défie tous les système de défense anti-aérienne, selon Moscou. Son utilisation est une première dans le conflit en Ukraine, selon l’agence d’Etat Ria Novosti. Suivez notre direct.

Zelensky appelle à des négociations sérieuses. Le président ukrainien a jugé samedi qu’il était temps pour la Russie d’accepter de se « réunir » pour « discuter » sérieusement de paix. « Des négociations portant sur la paix et la sécurité pour l’Ukraine sont la seule chance pour la Russie de minimiser les dégâts causés par ses propres erreurs », a déclaré Zelensky.

La ville de Marioupol très disputée. L’armée russe a affirmé vendredi avoir réussi à y pénétrer et combattre en centre ville aux côtés de troupes de la « république » séparatiste de Donetsk. La prise de Marioupol serait un important tournant dans la guerre et permettrait à la Russie d’assurer une continuité territoriale entre ses forces venues de Crimée annexée (sud) et les troupes du Donbass (est).

Peer de Jong, vice-président de l’institut Thermiis, a assuré sur franceinfo qu’avec le tir de ces missiles supersoniques, la Russie « cherche à avoir de la précision » et « à terminer, on sent qu’il y a une accélération du processus ». Ces missiles ont « des leurres électromagnétiques, ce qui fait qu’ils brouillent le système antiaérien ukrainien ».

Ces missiles balistiques hypersoniques « Kinjal » et ceux de croisière « Zircon » appartiennent à une famille de nouvelles armes développées par la Russie. Ces missiles sont qualifiés par Vladimir Poutine d' »invincibles ».

09h19 : La Russie a donc annoncé avoir utilisé des missiles hypersoniques « Kinjal » pour détruire un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine. C’est la première fois qu’elle utilise ce genre de missile balistique, selon l’agence d’Etat Ria Novosti. Ce type de missiles, très manœuvrable, défie tous les système de défense anti-aérienne, selon Moscou.

Occident-Russie: l’escalade de tension

L’escalade de tension entre la Russie et l’Occident à propos de l’Ukraine a-t-elle atteint le dernier échelon avant de basculer dans un conflit armé ? C’est en tout cas ce que craint le gouvernement américain après que la Biélorussie a annoncé, mardi, l’arrivée de troupes russes sur son territoire pour des exercices « de préparation au combat ». « Nous sommes à un stade où la Russie peut lancer à tout moment une attaque en Ukraine », a assuré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki. Dans la foulée, le secrétaire d’Etat Antony Blinken a rencontré en urgence le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce mercredi, 19 janvier.

Il faut dire que Moscou n’en est pas à sa première manœuvre militaire.

«Début décembre, la Russie a organisé sur son territoire à proximité de la frontière ukrainienne un grand exercice militaire qui a mobilisé 100.000 hommes », rappelle Cyrille Bret, chercheur à l’Institut Jacques Delors et professeur à Sciences Po Paris. Le gouvernement russe n’en avait pas averti ses partenaires occidentaux contrairement à l’usage. Enfin, début janvier, une intervention militaire russe s’est déroulée au Kazakhstan via l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une sorte de petit Otan comprenant l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et la Russie.

Les Occidentaux, comme les Russes, seraient donc plutôt dans un rapport de force. Le gouvernement russe a remis mi-décembre un projet de traité sur la sécurité en Europe dit « à prendre ou à laisser ». Ce dernier a été étudié pour la première fois à Genève la semaine dernière et une nouvelle réunion est prévue la semaine prochaine.