Archives des étiquettes : Yvelines

Hommage à Samuel Pati

16.10.2021 Au lendemain d’une journée marquée par des hommages rendus dans les classes, la mémoire de Samuel Paty est honorée samedi, 15 octobre, dans les villes où il vivait et où il enseignait. À Paris, une plaque a été inaugurée à l’entrée du ministère de l’Éducation nationale par le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer.

Un an jour pour jour après son assassinat, des hommages au professeur Samuel Paty ont lieu, samedi 16 octobre, dans le Val-d’Oise où il vivait, dans les Yvelines où il enseignait, et à Paris où sa famille sera reçue à l’Élysée.

Dès 10 h 30, dans l’entrée du ministère de l’Éducation nationale, a été inaugurée « une plaque qui pour toujours rendra hommage à Samuel Paty », selon les mots du ministre Jean-Michel Blanquer. Le Premier ministre, Jean Castex, d’autres membres du gouvernement et de nombreux anciens ministres de l’Éducation étaient présents aux côtés de la famille du professeur.

Le Premier ministre a présenté Samuel Paty comme « un serviteur de la République (…) victime du terrorisme islamiste et de la lâcheté humaine ».

Il a été « frappé à mort dans les conditions les plus abjectes qui soient au nom de l’obscurantisme le plus barbare, tout simplement parce qu’il remplissait sa mission dans un de ces collèges de France », a affirmé le chef du gouvernement. « Rendre hommage à Samuel Paty c’est rendre hommage à la République », a-t-il ajouté.

Vendredi, déjà, d’innombrables écoles, collèges et lycées à travers la France avaient honoré la mémoire de l’enseignant d’histoire-géographie, sauvagement assassiné le 16 octobre 2020 – poignardé et décapité – pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves lors d’un cours sur la liberté d’expression.

C’est dans une rue d’Eragny-sur-Oise (Val-d’Oise) que l’attentat s’était produit, à quelques centaines de mètres seulement du collège de l’enseignant. Des habitants de cette commune de près de 16 000 habitants où vivait Samuel Paty, père d’un petit garçon, doivent se réunir en milieu de matinée. Voisins et amis y sont attendus, selon la mairie.

À 15 h, la mairie de Conflans-Sainte-Honorine dévoilera, elle, un monument en forme de livre sur l’une des places centrales de la ville. La famille de Samuel Paty sera ensuite reçue par Emmanuel Macron à l’Élysée.

Trappes: menaces islamistes

L’ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon et son parti Génération.s ont demandé ce samedi la protection du maire de Trappes (Yvelines) Ali Rabeh, cible selon eux d’un « déferlement de haine » et de « menaces de mort ». L’édile est en conflit avec un professeur de philosophie de la ville, Didier Lemaire, qui dénonce « la progression d’une emprise communautaire toujours plus forte » sur ses élèves, ainsi que « l’absence de stratégie de l’Etat pour vaincre l’islamisme ». Le professeur de Trappes qui se dit menacé pour avoir dénoncé l’islamisme va démissionner.

En raison de la répercussion médiatique de cette affaire, Ali Rabeh se dit victime de « menaces de mort », pour lesquelles il a déposé plainte.
«Emmanuel Macron, Gérald Darmanin, Valérie Pécresse pas un mot de votre part pour défendre un élu de la République. Comment interpréter votre silence ? » a-t-il dénoncé sur Twitter.

Déchargé de ses cours jusqu’à la fin de la semaine, le professeur a décidé de quitter l’Education nationale. Une décision qui le laisse « serein », précise-t-il dans les colonnes du « Figaro ».

Le professeur est connu pour ses propos sur l’islamisme radical. En novembre dernier, juste après l’assassinat de Samuel Paty, il a publié une tribune dans « l’Obs », dans laquelle il racontait avoir « été témoin de la progression d’une emprise communautaire toujours plus forte sur les consciences et sur les corps ». En janvier, il a participé à un reportage sur la perception des principes républicains à Trappes, diffusé à la télévision aux Pays-Bas.

Djihad du réfugié de la Tchétchénie

Le meurtrier présumé du professeur d’histoirе Samuel Paty décapité vendredi, le 16 octobre, aux abords d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, était un réfugié russe de 18 ans, d’origine tchétchène, dont le compte Twitter a été utilisé pour revendiquer cette attaque destinée à venger le prophète Mahomet, a déclaré samedi le procureur antiterroriste Jean-François Ricard.

«Le parquet national antiterroriste s’est saisi et a ouvert une enquête pour des chefs d »assassinat en relation avec une entreprise terroriste’ et ‘association de malfaiteurs’ », expose le procureur Jean-François Ricard.

L’enquête se poursuit pour déterminer les éventuelles complicités dont a pu bénéficier cet homme, qui habitait à Evreux, dans l’Eure, a dit Jean-François Ricard, qui a insisté sur le “très haut niveau de la menace terroriste islamiste” en France actuellement.

Le meurtrier a été lui-même abattu peu de temps après son attaque par des policiers qui l’ont vu courir dans leur direction armé.

Neuf gardes à vue sont en cours, parmi lesquelles deux concernent un parent d’élève et un autre homme s’étant plaints “avec virulence”, dans des vidéos et auprès du collège, de la présentation par le professeur de deux caricatures de Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression quelques jours plus tôt, dans le cadre d’un débat sur leur publication par Charlie Hebdo, a précisé le procureur.

La demi-soeur de ce parent d’élève a rejoint l’organisation Etat islamique (EI) en 2014 en Syrie et elle est recherchée par la justice antiterroriste tandis que le deuxième homme est connu des services de renseignement, contrairement à l’auteur des faits, a souligné Jean-François Ricard.

Pour Gérard Collomb, il « n’est pas trop tard », pour y parvenir même s’il concède que « ça devient de plus en plus urgent », d’autant qu’il faut selon lui « ne pas rajouter des problèmes aux problèmes ». Il prend notamment l’exemple de « l’immigration », sur cette question « il faut de la fermeté et n’accueillir que ceux dont on est sûrs qu’on pourra intégrer, c’est-à-dire qu’il faut consacrer beaucoup d’argent à l’intégration.

Il faut jouer sur les deux tableaux, à la fois prendre des mesures pour limiter l’immigration et donner des moyens de s’intégrer à ceux qu’on accueille. Il faut allier la générosité à la fermeté. On ne peut pas avoir l’une sans l’autre », a asséné Gérard Collomb.

Vendredi 16 octobre, à 17H11, les policiers de la brigade anticriminalité de Conflans-Sainte-Honorine sont appelés par les policiers municipaux d’Eragny-sur-Oise (Val d’Oise) qui ont découvert le corps d’un homme décapité sur la voie publique, a relaté le procureur du parquet national antiterroriste (PNAT), Jean-François Ricard.

Les faits ont lieu non loin du collège du Bois d’Aulne, situé à Conflans-Saint-Honorine, dans un quartier pavillonnaire sans histoires. En arrivant, les policiers tentent d’interpeller, à 200 mètres de la victime, un homme qui tire en leur direction «à cinq reprises» avec «une arme de poing», a poursuivi M. Ricard. Les policiers ripostent, l’agresseur est atteint de «9 impacts». Il a, à ses côtés, une arme de poing de type Airsoft avec cinq cartouches de gaz, un couteau de type poignard.

Qualifié par Emmanuel Macron d’”attentat terroriste islamiste caractérisé”, ce meurtre, qui réveille le souvenir de l’attentat contre Charlie Hebdo en 2015 dont le procès se déroule en ce moment à Paris, a suscité une vive émotion à travers le pays, en particulier à Conflans-Sainte-Honorine.