Archives des étiquettes : Wuhan

OMS contre des «passeports de santé» 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le 25 avril qu’il n’y avait actuellement “aucune preuve” que les personnes guéries du COVID-19 et qui ont développé des anticorps étaient immunisés.

La plupart des études ont montré jusqu’à présent que les personnes guéries de l’infection ont développé des anticorps contre le virus, selon l’OMS.

Dans une note scientifique, l’agence des Nations unies a mis en garde les Etats contre la délivrance de “certificats d’immunité» aux personnes guéries car leur fiabilité ne pouvait être garantie.

Cette pratique pourrait en fait augmenter les risques de propagation, certaines personnes guéries s’exposant sans précaution en pensant être protégées du virus.

Il n’y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du COVID-19 et qui ont des anticorps sont protégées contre une deuxième infection”, a souligné l’OMS.

Cependant, certains d’entre eux ont de très faibles niveaux d’anticorps neutralisants dans le sang, “suggérant que l’immunité cellulaire peut également être un élément critique pour la guérison”, a-t-il ajouté.

Le Chili a déclaré la semaine dernière qu’il commencerait à remettre des “passeports de santé” aux personnes réputées guéries.

L’OMS a déclaré qu’elle continuait d’étudier les données concernant la réaction des anticorps au virus, apparu à la fin de l’année dernière à Wuhan, en Chine.

Quelque 2,9 millions de personnes ont été infectées par le COVID-19 dans le monde et 203,688 sont décédées.

Chine: le doutes de Macron

Emmanuel Macron appelle, dans une interview au Financial Times publiée le 16 avril, à ne pas faire preuve de “naïveté” concernant la gestion par la Chine de l’épidémie de coronavirus, jugeant impossible de comparer des pays où l’information circule librement avec d’autres où la liberté d’expression est réduite.

Compte tenu de ces différences, des choix qui sont faits, de ce qu’est la Chine aujourd’hui et que je respecte, n’ayons pas non plus une naïveté qui consiste à dire que c’est beaucoup plus fort” et mieux géré en Chine, estime le chef de l’Etat français dans cet entretien.

On ne sait pas”.

L’épidémie de coronavirus est apparue dans le centre de la Chine en décembre avant de se propager dans plus de 200 pays, faisant selon le dernier bilan établi par Reuters, près de 140.000 morts et contaminant plus de deux millions de personnes dans le monde.

Les Etats-Unis ont à plusieurs reprises ces dernières semaines accusé Pékin d’avoir dissimulé l’ampleur et la portée de l’épidémie, et sous-évalué son bilan. La Chine a dénoncé des commentaires “indécents” et a invité les autorités américaines à cesser de politiser une question de santé publique.

La Russie est à son tour intervenue le 16 avril soir, pour prendre la défense de la Chine. Le président russe Vladimir Poutine a qualifié jeudi, au cours d’une conversation avec son homologue chinois Xi Jinping, de “contreproductives” les accusations visant Pékin, soupçonné de désinformation sur le nouveau coronavirus, apparu à Wuhan.

Coronavirus se propage

Plus de 9.800 personnes ont été contaminées en Chine par le coronavirus de Wuhan depuis son apparition en décembre, a annoncé le 31 janvier l’ambassadeur chinois auprès des Nations unies à Vienne, ce qui fait 2.000 cas de plus que la veille, alors que le bilan reste, selon lui, de 213 décès.

Le diplomate a précisé que 1.527 malades étaient dans un état critique et a fait état de 15.238 cas suspects. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu jeudi que l’épidémie représentait une urgence de santé publique de portée internationale tout en saluant les efforts de Pékin pour endiguer l’épidémie et en exhortant les pays à ne pas cesser leurs échanges avec la Chine.

Selon l’OMS, au moins huit cas de transmission du virus 2019-nCoV entre humains avaient été signalés jeudi dans quatre pays: Etats-Unis, Allemagne, Japon, Vietnam, auxquels s’ajoute la Thaïlande, qui a annoncé vendredi un premier cas de transmission humaine.

L’Italie, la Grande-Bretagne, la Russie et la Suède ont annoncé vendredi leurs premiers cas de contamination.

Wuhan: rapatriement direct des français

Le Premier ministre Edouard Philippe a demandé d’organiser en milieu de semaine un rapatriement direct par voie aérienne des ressortissants français de Wuhan avec l’accord des autorités chinoises, a annoncé la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Le Premier ministre a demandé d’organiser un rapatriement par voie aérienne directe vers la France avec l’accord des autorités chinoises. Ce rapatriement aura lieu en milieu de semaine, une équipe médicale dédiée accompagnera ce retour.”

Ils seront transférés dans un lieu d’accueil où ils resteront en observation pendant 14 jours, a ajouté la ministre lors de son point de situation quotidien après une réunion interministérielle organisée à l’Hôtel de Matignon.

Le consulat recense toutes les personnes qui souhaiteraient être rapatriées sur notre territoire”, a dit Agnès Buzyn.

Priée de dire combien de personnes étaient concernées par ce rapatriement, la ministre a évalué ce nombre entre “quelques dizaines à quelques centaines”.

Aucun nouveau cas avéré de contamination au coronavirus n’a été enregistré, mais les autorités sanitaires espèrent obtenir lundi matin les résultats des tests subis par six personnes, a-t-elle dit.

Wuhan: étudiantes françaises rapatriées

Quatre étudiantes françaises effectuaient un échange d’un semestre à Wuhan en Chine ont été rapatriées le 25 janvier. Elles ne se trouvaient pas dans la ville au moment où elle a été placée en quarantaine. Elles racontent leur périple pour rentrer au micro de BFMTV. L’épidémie de coronavirus a contaminé au moins 1.300 personnes et fait 41 morts.

Un mois après l’apparition du virus dans la province du Hubei en Chine, le nombre de personnes contaminées a bondi à 1 300. 56 millions de personnes sont désormais confinées. Trois cas ont été confirmés en France, mais le ministère de la Santé assure que le pays est à même de faire face.

Les trois patients hospitalisés, dont deux au moins s’étaient rendus en Chine, ont été placés en isolement.

La ministre de la Santé avait d’abord confirmé deux cas vendredi. « Nous sommes en train de remonter l’histoire de ces patients positifs de façon à rentrer en contact avec les personnes qu’ils ont croisées », avait expliqué la ministre lors d’un point presse, notant que la période d’incubation était probablement « autour de 7 jours, entre 2 et 12 jours ».