Archives des étiquettes : vacances

France: voyage à l’étranger

Dans notre budget pour les prochaines vacances, faut-il prévoir le coût d’un test de dépistage du Covid-19 pour pouvoir rentrer en France. Avec la réouverture progressive du pays et des frontières, la question commence à trotter dans la tête des futurs voyageurs.

Un test gratuit en France
Si les règles varient, aujourd’hui pour pouvoir se rendre dans un pays étranger il faut pouvoir présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures. En France, c’est la Sécurité sociale qui prend en charge le coût d’un test de dépistage du coronavirus réalisé sur le territoire.
Si le voyageur n’a rien à débourser au départ, pour pouvoir revenir en France l’affaire est tout autre. Car pour revenir sur le sol français, un voyageur doit également montrer un test négatif de moins de 48 heures.

Problème : le test est payant quasiment partout dans le monde, même à l’échelle de l’Union Européenne (UE). Et les sommes peuvent vite monter. Il en coûtera ainsi entre 50 et 110 euros en Italie, jusqu’à 120 euros en Espagne et même 300 euros en Suède. Ce qui représente un vrai budget.

Interrogé sur cette question, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a expliqué que pour l’instant le remboursement des tests pour le retour des voyageurs français n’est pas envisagé. « Ce serait un effort pour la Sécurité sociale qui ne serait pas justifié », a-t-il indiqué lors du « Grand rendez-vous » Europe 1-CNews- Les Échos.

Pourtant une prise en charge existe, pour l’instant, pour un test réalisé dans un État membre de l’UE, de l’Espace Economique Européen (EEE) ou en Suisse. « Les tests de dépistage à caractère administratif (obligatoires pour entrer sur le territoire de certains États), et les tests à caractère médical (présence de symptômes) sont pris en charge par l’assurance maladie française lorsqu’on doit réaliser un test immédiatement nécessaire », assure l’Assurance Maladie sur son site.

L’Assurance maladie confirme que « dans l’UE, la prise en charge se fait à hauteur de ce qui est remboursable en France (forfait de 50 euros) (…) Il est considéré que le test PCR est un soin d’ordre médical ».

Pour obtenir ce remboursement, il faut présenter sa carte européenne d’assurance maladie au moment de la réalisation du test. En cas d’oubli, l’assuré pourra remplir une fois de retour en France le formulaire « soins reçus à l’étranger ». Toutefois, si le coût du test dépasse 50 euros, c’est à lui de régler la différence.

COVID19: tolerance au retrour de vacances

Président Macron a annoncé ce mercredi soir, un nouveau confinement à partir de vendredi, le 30 octobre. Une tolérance sera de mise pour les retours de vacances.

Confinés à partir de minuit dans la nuit de jeudi à vendredi (29/10-30/10), pourra-t-on rentrer de vacances ce week-end? Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi soir un nouveau confinement qui s’appliquera sur tout le territoire jusqu’au 1 er décembre, afin de faire face au rebond très important de l’épidémie de Covid-19.

Que les vacanciers qui sont partis pour ces vacances de la Toussaint se rassurent : il sera toujours possible de rentrer chez soi jusqu’à dimanche soir (le 1 novembre), marquant la fin des congés scolaires. La rentrée est en effet prévue lundi 2 novembre au niveau national et les écoles resteront ouvertes.

« Il y aura une tolérance durant ce week-end de retours pour que chacune et chacun puisse revenir de son lieu de vacances, pour que les familles puissent s’organiser », a déclaré Emmanuel Macron mercredi soir. Il sera ainsi possible de « se déplacer d’une région à l’autre », ce qu’il ne sera ensuite plus possible de faire dans les semaines suivantes.

Car comme du 17 mars au 11 mai dernier, sortir de chez soi ne sera possible que dans certains cas. Outre un rendez-vous médical ou un déplacement pour se rendre sur son lieu de travail, ces dérogations valent pour « porter assistance à un proche», faire des « courses essentielles » ou prendre l’air à « proximité de son domicile ».
Il faudra, dans tous les cas, se munir d’une attestation de déplacement correctement remplie, comme cela est déjà le cas à partir de 21 heures dans les 54 départements sous couvre-feu depuis samedi dernier.

Macron en vacances à Brégancon

Le doute subsistait concernant les vacances du couple présidentiel en raison de la pandémie de coronavirus. Il est désormais assuré qu’Emmanuel Macron et son épouse, Brigitte Macron, résideront le temps de leurs congés estivaux au Fort de Brégançon (Var), en août prochain.

C’est donc dans la résidence ultra-surveillée que le couple s’apprête à passer quelques jours de repos, qui seront toutefois «studieux» selon le chef de l’Etat.

Depuis le début de la pandémie, le fort est fermé aux visites touristiques et ne devrait pas rouvrir au public avant le 31 août prochain.

Situé entre Saint-Tropez et Toulon, le Fort de Brégançon est la résidence d’été des présidents de la République depuis 1968, sur la volonté du Général de Gaulle et a été ouvert au tourisme en 2013 sur demande de François Hollande.

En 2018, le couple Macron avait décidé d’y faire construire une piscine d’une valeur de 34.000 euros, «afin de réduire à long terme les coûts de surveillance des baignades en mer». Soit une économie de 60.000 euros, selon les chiffres de l’Elysée.

https://twitter.com/cnews/status/1281555321941561344?s=21

COVID19: jet privé refoulé à la Côte d’Azur

Le 4 avril dix riches vacanciers provenant de Londres en jet privé ont atteri à l’aéroport de Marseille-Provence, à Marignane, malgré les mesures de confinement imposées par le gouvernement francais. A leur arrivée, ils ont été accueillis par la police aux frontières et la gendarmerie des transports aériens.

Ils venaient en villégiature, pour un séjour à Cannes et trois hélicoptères les attendaient sur le tarmac», a expliqué à l’AFP le chef du service de la police aux frontières de Marignane.

«Mais nous leur avons signifié leur non admission sur le territoire national et ils sont repartis quatre heures plus tard».

« Ils ont tenté de faire jouer leurs relations, ils ont passé quelques coups de fil… », rapporte une source policière à BFMTV qui révèle l’histoire.

Si les pilotes des hélicoptères ont éte verbalisés pour non respect du confinement, les dix voyageurs ont seulement été contraints de faire demi-tour, n’étant pas juridiquement sur le sol français.

Neuf d’entre eux sont retournés immédiatement à Londres et le dixième est, lui, rentré à Berlin avec un petit avion privé.

Le groupe, composé de sept hommes de 40 à 50 ans, et de trois femmes d’une vingtaine d’années de nationalité croate, allemande, française et ukrainienne souhaitait ensuite rejoindre Cannes, à bord de trois hélicoptères, afin d’aller faire la fête dans une villa de luxe, louée pour l’occasion.

COVID19: confinement de Pâques

Edouard Philippe a exhorté le 1 avril les Français à ne pas partir en vacances et à continuer de respecter le confinement obligatoire en vigueur depuis le 17 mars et jusqu’au 15 avril, afin de faire en sorte que “la digue tienne”.

Nous avons observé que nos concitoyens respectaient dans l’ensemble très strictement les consignes de confinement qui leur sont données. Je veux les en remercier (…) c’est nécessaire et c’est indispensable”, a dit le chef du gouvernement sur TF1, estimant que “la pire des choses” serait “que cet engagement s’étiole”.

Certes, c’est le printemps” et le début des vacances de Pâques dans certaines régions du territoire à partir de 4 avril, “mais le virus n’est pas en vacances”, a-t-il ajouté. “Le confinement, ce n’est pas se déplacer en France.”

Des “contrôles stricts” vont donc être menés pour éviter que le début des vacances scolaires se traduise par des trajets qui viendraient “ruiner l’effort collectif” fourni depuis trois semaines, a-t-il poursuivi. “Nous sommes dans un combat long dur, que la digue tienne, nous devons tous ensemble faire en sorte qu’elle continue à tenir.

Réseaux sociaux: la chance aux cambrioleurs

Avec le développement des réseaux sociaux, nous sommes de plus en plus nombreux à partager à distance des moments de notre vie avec nos proches et nos amis. Mais ces « posts » peuvent avoir des conséquences désagréables…
Savez-vous que près de 78% des cambrioleurs utilisent les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram… pour cibler leurs victimes et savoir quand elles ne sont pas chez elles pour opérer en toute tranquillité ?
Il existe pourtant quelques règles simples pour limiter les risques.

Vous n’avez pas forcément envie de partager votre vie intime avec la terre entière, que votre employeur tombe sur ces photos de soirée pas vraiment avantageuses ou que des personnes mal intentionnées utilisent certaines informations contre vous.
La première règle est de vérifier quelles sont les personnes capables de voir ce que vous publiez sur les réseaux sociaux et de faire en sorte que seuls vos amis aient accès à vos publications.
Si vous êtes à l’aise avec les paramètres de votre compte, vous pouvez tout à fait prévoir plusieurs cercles de diffusion : un cercle avec vos connaissances plus lointaines, vos collègues, un cercle d’amis proches, un cercle avec les membres de votre famille… et ainsi choisir qui peut accéder à tel type d’information.

Vous avez restreint vos publications à vos amis… mais êtes-vous sûr de bien tous les connaître ?
N’acceptez jamais comme amis des personnes que vous ne connaissez pas directement. L’ami de l’ami de votre ami n’est pas forcément votre ami ! Cette règle est d’autant plus valable que vous publiez des informations à caractère privé.

Vous n’êtes pas chez vous (coincé au bureau, en soirée chez des amis, en week-end ou en vacances…). Est-ce bien judicieux de le clamer haut et fort ? Quelqu’un pourrait profiter de ces informations pour visiter votre domicile en votre absence…

C’est toujours tentant de partager en temps réel les bons moments lorsque vous les vivez mais ce n’est pas toujours une bonne idée. Par exemple, il vaut mieux attendre votre retour de vacances pour poster vos photos. Un selfie sur fond de paysage lointain indique à coup sûr que vous n’êtes pas chez vous… Une information bien tentante pour un cambrioleur.

 

France reste la destination préférée de Belges

Le nombre total de voyages effectués par les Belges a augmenté de 1,8 million (10%) entre 2017 et 2018, selon une enquête en la matière de Statbel, l’office belge de statistique. Un peu moins de deux tiers des Belges (64%) a eu cette chance au moins une fois l’an dernier.

Au total, 20,5 millions de voyages d’au moins une nuit ont ainsi eu lieu l’an dernier, dont 19,1 millions dans le cadre de vacances. Quelque 12 millions de ces expéditions comptaient quatre nuits et plus, dont 5% pour motif professionnel, contre 8,35 millions qui s’étalaient entre une et trois nuits, où 11% n’ont pas été entrepris “pour le plaisir”.

La Belgique est la destination privilégiée (41%) pour les voyages courts, suivie par la France (22%) et les Pays-Bas (14%). La quasi-totalité de ces déplacements de une à trois nuits (99%) se déroulent à l’intérieur des frontières de l’Union européenne.

Pour les expéditions plus longues, dépassant quatre nuits, c’est la France qui arrive en tête (26%), tandis que la Belgique et l’Espagne sont ex-aequo (14%).Dans ce cas, 84% de ces voyages ont pour destination un pays de l’UE. Au mois de juillet, Statbel a comptabilisé 3,3 millions de voyages de loisirs longs, pour “seulement” 1,9 million en août. La tendance est légèrement inversée pour les déplacements de courte durée. Lorsqu’il est question de prendre des vacances pour quatre nuits ou plus, le Belge privilégie les hôtels (38%), devant les locations (27%) et un logement gratuit chez des amis ou de la famille (20%).

 

Un touriste a été tué par crocodile au Sri Lanka

Il était en vacances sur l’île avec des amis. La police sri-lankaise a découvert vendredi 15.09.2017 le corps d’un journaliste britannique de 24 ans, vraisemblablement tué par un crocodile. Des plongeurs ont découvert la dépouille de Paul McClean dans la boue d’un lagon du village côtier de Panama, dans le sud-est de l’île de l’océan Indien, a annoncé un porte-parole de la police. Il est tombé dans une zone réputée pour être infestée de crocodiles.

«Il y avait six ou sept blessures sur sa jambe droite«, a déclaré un responsable de la police, joint par téléphone par l’AFP. «Le corps était coincé dans la boue à peu près à l’endroit où il avait été aperçu pour la dernière fois par ceux qui étaient avec lui». Paul McClean aurait été emporté par un crocodile après-midi, a indiqué cette source. Une autopsie devait être pratiquée pour déterminer avec certitude les circonstances de son décès.

Selon la presse britannique, le jeune homme, journaliste au Financial Times, se trouvait sur la plage lorsqu’il s’en est éloigné pour trouver des toilettes et est tombé dans une zone réputée pour être infestée de crocodiles. Son corps a été transporté dans un hôpital à Ampara où une autopsie devait être pratiquée ce week-end. Le procureur local a ordonné l’ouverture d’une enquête.

Le couple Macron au ‘château de ma mère’

Le président de la République et sa femme, Emmanuel et Brigitte Macron, ont choisi Marseille pour lieu de villégiature, pour les premières vacances d’un couple présidentiel dans la cité phocéenne.

Le couple s’est installé sur les hauteurs du Roucas Blanc, dans le VIIe arrondissement de la ville, dans un parc de plusieurs hectares qui est réputé pour ses villas d’architectes et pour offrir une vision somptueuse sur la mer.

Emmanuel et Brigitte Macron ont notamment visité le château de la Buzine, le fameux « château de ma mère » de Marcel Pagnol, qui en fut le propriétaire et l’a longuement évoqué dans ses souvenirs d’enfance.

Le couple s’est présenté devant l’entrée du château à la fermeture de l’espace muséal. « Personne n’a été prévenu, c’était une visite surprise », a dit dimanche sur France Bleu Provence la directrice du château, Valérie Fédèle-Cahue.

« Le couple nous a dit qu’il était féru de littérature, ils ont voulu marcher sur les pas du petit Pagnol », a-t-elle ajouté. « Ils étaient très décontractés, très abordables. Ils étaient comme M. et Mme tout le monde venus profiter de quelques jours de repos pour découvrir Marseille ».

Selon le journal La Provence, le couple présidentiel, qui avait entretenu le secret sur la destination de ses vacances, devrait poursuivre son séjour dans la cité phocéenne jusqu’au 20 août.

L’Elysée n’a pas souhaité confirmer cette date, mais a souligné qu’Emmanuel Macron est attendu en Europe de l’Est à partir du 23 août.

Jusqu’au 25 août, le chef de l’Etat doit se rendre en Autriche, en Roumanie et en Bulgarie afin de renforcer les liens avec ces pays.