Archives des étiquettes : Université

Le site de Censier a été évacué

Les forces de l’ordre sont intervenues tôt lundi matin (30/04/2018) pour évacuer le site de Censier, de l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle dans le 5e arrondissement de Paris, qui était bloqué depuis le 8 avril, a annoncé la préfecture de police de Paris.

Effectuée dans le cadre d’une réquisition de la force publique formulée par le président de l’université de Paris 3, cette évacuation, qui a concerné une cinquantaine de personnes, s’est faite dans le calme et sans aucun incident”, indique la préfecture de police dans un communiqué.

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, a indiqué que le président de l’université avait estimé qu’il n’était plus en mesure d’assurer la sécurité du site.

“Le président a signalé une détérioration du système électrique jeudi et puis, vendredi, il y a eu des affrontements entre des étudiants et des personnes présentes sur le site, avec une personne qui a été hospitalisée”, a déclaré la ministre sur Europe 1.

L’intervention à Censier « a permis de découvrir plusieurs centaines de bouteilles vides et du matériel destiné à confectionner des engins incendiaires, ainsi que des banderoles affichant des slogans habituellement utilisés par les black-blocs », indique la préfecture de police en faisant allusion à la mouvance anarchiste radicale.

 

#Tolbiac: aucun blessé grave

Les locaux du site universitaire de Tolbiac, à Paris, ont été évacués vendredi (20/04/2018) à l’aube par la police, après plusieurs semaines d’occupation par des étudiants opposés entre autres à la réforme des conditions d’accès aux études supérieures.

L’occupation du site, fréquenté en temps normal par environ 6.000 personnes chaque jour, avait débuté le 26 mars.

« Partout, l’Etat de droit sera rétabli », a réagi via Twitter le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, qui avait tenu un discours similaire devant les députés mercredi (18/04/2018).

« Désormais, le site Tolbiac sera repris par l’Université qui le fermera pour des raisons de sécurité et de remise en état, suite aux dégradations des occupants », peut-on lire dans un communiqué de son ministère.

 

Une diplôme universitaire consacrée aux vins

A la croisée de l’œnologie, de la géographie et des neurosciences, l’université de Strasbourg créé une formation consacrée à la connaissance et à la reconnaissance des liens unissant les vins à leur terroir, une première en France.

Ce diplôme universitaire, inspiré par Jean-Michel Deiss, qui cultive, en complantation et en biodynamie, 27 hectares dans le Haut-Rhin, s’adresse aux viticulteurs comme aux négociants, œnologues, sommeliers ou “toute personne souhaitant approfondir sa connaissance du concept de terroir viticole”.

Pour ses promoteurs, “l’expression du terroir”, synonyme de rendements contraints et de démarche qualitative, est un moyen de se démarquer de la production de masse dans un contexte de libéralisation des droits de plantation et d’arrivée de nouveaux pays sur le marché.

“L’histoire de la viticulture, c’est l’histoire de gens accrochés à leur coteaux, qui ne disent pas qu’ils font le meilleur vin du monde, ils revendiquent juste de faire le leur”, affirme le viticulteur de Bergheim.

La formation débutera en juin et durera un an pour un maximum de quinze étudiants qui auront payé chacun 4.950 euros, les diplômes universitaires devant s’autofinancer.

“Le sol est quelque chose de vivant dans lequel vous avez toutes sortes de processus, physiques, biologiques et chimiques. Notre ambition, c’est en premier lieu d’aider les petits producteurs à le valoriser”, explique Dominique Schwarz, professeur de géographie et responsable de la formation.

“Vers le terroir viticole par la dégustation géo-sensorielle” : les passionnés du vin pourront désormais décrocher un diplôme universitaire qui s’obtient en dégustant des grands crus.  Image: illustration.

Red wine

La France parmis principaux participants d’Erasmus+

Alors que s’achèvent les festivités marquant le 30eme anniversaire du programme Erasmus, la Commission européenne présente son rapport sur les résultats du programme Erasmus+ en 2016.

Le rapport 2016 concernant Erasmus+ confirme le rôle clé joué par le programme dans la construction d’une Europe plus résiliente, unie autour de valeurs européennes communes.

Augmentant le budget du programme de 7,5 % par rapport à l’année précédente, l’UE a investi un montant record de 2,27 milliards d’euros pour aider 725 000 Européens à étudier, se former, enseigner, travailler ou faire du volontariat à l’étranger au moyen d’une bourse de mobilité. Cela porte à plus de 2 millions le nombre total de personnes qui ont bénéficié du programme actuel depuis son lancement en 2014. En 2016, le programme a également investi dans 21 000 projets associant 79 000 organisations qui œuvrent dans les secteurs de l’éducation, de la formation et de la jeunesse – une hausse de 15 % par rapport à 2015.

 » Erasmus+ en est maintenant arrivé à la moitié de sa durée de vie prévue de sept ans. Je suis fier de voir comment ce programme a joué un rôle moteur pour l’unité en Europe, contribuant à renforcer la résilience des individus et de notre société »- a déclaré M. Tibor Navracsics, commissaire chargé de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport.

« La mobilité dans le cadre d’Erasmus+ développe les aptitudes et les compétences et forge une identité européenne qui complète et enrichit les identités nationales et régionales. C’est la raison pour laquelle nous avons encouragé les dirigeants européens réunis à Göteborg le 17 novembre dernier à œuvrer à la mise en place d’un espace européen de l’éducation et à faire de la mobilité une réalité pour tous d’ici à 2025, en doublant le nombre de participants au programme Erasmus+ et en visant les personnes issues de milieux défavorisés.»

Les résultats montrent que le programme Erasmus+ est sur la bonne voie pour atteindre son objectif, à savoir aider 3,7 % des jeunes de l’UE entre 2014 et 2020. Ils montrent également que le programme est susceptible de contribuer à une Europe ouverte au sein de laquelle la mobilité à des fins d’apprentissage est la norme, ainsi que la Commission l’a exposé dans sa communication intitulée « Renforcer l’identité européenne par l’éducation e la culture », examinée par les responsables de l’UE lors de leur déjeuner de travail à Göteborg (Suède), le 17 novembre.

Au cours de l’année universitaire 2015-2016, Erasmus+ a permis à des établissements d’enseignement supérieur de s’échanger 330 000 étudiants et membres du personnel, notamment 26 000 en provenance et à destination de pays partenaires. La France, l’Allemagne et l’Espagne ont été les trois principaux pays d’origine des participants, tandis que l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont été les trois pays d’accueil favoris.

Le rapport publié aujourd’hui montre également comment Erasmus+ a contribué à répondre à des défis sociaux plus larges en 2016. Cela couvre des mesures visant à promouvoir l’inclusion sociale et à permettre aux jeunes d’acquérir des compétences sociales, civiques et interculturelles et de développer leur pensée critique:

  • En 2016, 200 millions d’euros provenant du programme Erasmus+ ont été alloués à 1 200 projets de coopération visant à promouvoir la tolérance, la non-discrimination et l’inclusion sociale.
  • Le secteur de la jeunesse, qui a englobé des projets ciblant les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants, a été particulièrement actif dans ce domaine.
  • Un appel à propositions spécifique de 13 millions d’euros a été lancé pour l’élaboration de politiques et de stratégies visant à prévenir la radicalisation violente et à favoriser l’inclusion des apprenants défavorisés, y compris des personnes issues de l’immigration. Cet appel a financé 35 projets associant 245 organisations.

Toulouse: l’incident terroriste et l’alert à la bombe

Le bâtiment U2 de l’Université Toulouse-III Paul-Sabatier, dans le quartier de Rangueil à Toulouse, a été évacué vers 8h30 ce jeudi suite à une alerte à la bombe. Un sac suspect a en effet été retrouvé dans une salle de classe.

Les démineurs sont intervenus sur place. Au moins 300 étudiants et personnels ont dû être évacués de ce bâtiment situé en plein milieu du campus route de Narbonne. Le bâtiment U2 comprend des dizaines de salles de classe et quatre amphithéâtres qui accueillent de très nombreux étudiants des différentes facultés de Toulouse III.

Hier un homme criant «Allahu akbar» s’est jeté, sans arme, sur des piétons et des fonctionnaires de l’unité de la compagnie de sécurité et d’intervention (CSI), l’avenue Frédéric Estèbe, dans le quartier des Minimes à Toulouse, en blessant au total sept personnes. L’individu a été arrêté.

Comment réussir sa session d’examens ? #blocus #universite #examens

BRUXELLES

blokkendestudenten

Pour la majorité des étudiants, les vacances d’hiver riment bien souvent avec le mot « étudier » ou « blocus ».

Si les étudiants des années supérieures sont rôdés, les élèves de première année ont souvent du mal à préparer leur premier blocus.

Votre quotidien www.brussels-star.com est allé à la rencontre des étudiants pour vous concocter dans plusieurs hautes écoles bruxelloises  « Le petit Guide pour un blocus serein ». Nous avons, donc, rassemblé les meilleurs conseils pour aborder ce blocus dans les meilleures conditions.

Réaliser un planning.

Cela peut paraître anodin comme conseil, mais il est très efficace. Un planning permet de visualiser la masse de matière à étudier. Dès lors, il est plus facile de diviser votre matière de manière réaliste. Le but est de s’y tenir. Petit plus, il est important de prévoir des moments « tampons » pour rattraper vos éventuels retards.

Dormir.

Il faut éviter au maximum les nuits blanches. Avoir une bonne hygiène de vie est très important. Il est donc nécessaire de dormir au moins 7h par nuit.

Ne pas abuser de la caféine.

Il est conseillé de ne pas dépasser une dose de 100 à 200g de caféine par tranche de 3 à 4h. Notez qu’un tasse de café contient entre 77 et 150g de caféine. De plus, une consommation excessive peut entraîner une augmentation de la nervosité, de l’anxiété et de votre irritabilité.

S’octroyer des pauses.

S’octroyer des pauses de 15 minutes par session de travail de 2h est important. Pensez à vous oxygéner et à aérer votre espace de travail afin de renouveler l’air.

S’éloigner de la technologie.

Ce conseil vise essentiellement les accros des réseaux sociaux et des smartphones. Ce n’est pas optimal pour la concentration! En effet, l’envie de chatter, d’aller sur Facebook ou de regarder une série est souvent très forte. Le mieux est d’étudier dans un endroit sans Wi-Fi.

Utiliser des espaces dédiés à l’étude. 

Certaines bibliothèques universités restent ouvertes pendant les vacances d’hiver, vous permettant d’étudier dans un milieu calme. Cela peut être une aide très précieuse si vous avez du mal à rester concentré dans votre chambre. Une ambiance studieuse a tendance à influencer positivement la manière dont vous travaillez. Renseignez-vous auprès de votre campus!

Certaines bibliothèques (comme la Bibliothèque Royale à Bruxelles) réservent un espace pour les étudiants.

Utiliser des synthèses ou des fiches.

Rédiger des synthèses ou des fiches est une manière d’assimiler une première fois la matière, de cerner les points importants. Une fois les synthèses ou les fiches réalisées, l’étude se fait plus facilement.

Attention aux plus paresseux ! Si vous utilisez des synthèses qui ne vous appartiennent pas, il est important de les retravailler avec vos notes ou vos syllabi. Bien souvent, certaines synthèses sont truffées de fautes ou d’imprécisions.

Stimuler vos différents types de mémoire.

Utilisez des fluos, des post-it ou des codes couleur si vous possédez une mémoire visuelle.

Récitez votre cours à voix haute ou auprès d’un proche si vous possédez une mémoire auditive.

Ou recopiez les points importants de votre cours si vous avez une mémoire manuscrite.

Et surtout: ne pas étudier à la dernière minute ! 

L’époque du blocus est souvent une période de stress et de doute. Dès lors, l’équipe de votre quotidien encourage vivement tous les étudiants de Belgique et d’ailleurs. Que votre session porte ses fruits!

 

ALV