Archives des étiquettes : tribunal

Procès contre Eric Zemmour

Le procès du polémiste d’extrême droite Éric Zemmour, jugé pour des propos controversés tenus l’an dernier à la télévision sur les mineurs migrants isolés, s’est ouvert en son absence mercredi matin, le 17 novembre, devant le tribunal correctionnel de Paris.

Le candidat putatif à l’élection présidentielle ne s’est pas présenté à l’audience « afin d’éviter que l’enceinte judiciaire ne se transforme en studio de télé d’information en continu », avait indiqué la veille son avocat, Me Olivier Pardo.

Une vingtaine de jeunes partisans de l’association qui le soutient, « Génération Z », se sont rassemblés devant le tribunal et ont brièvement déployé un drapeau français, a constaté un journaliste de l’AFP.

Habitué des sorties controversées et des procédures judiciaires, Éric Zemmour a cette fois été cité à comparaître par le parquet pour complicité de provocation à la haine raciale et d’injure raciale, pour des propos tenus sur CNews le 29 septembre 2020. Lors d’un débat de l’émission « Face à l’info » sur les mineurs isolés après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le chroniqueur avait déclaré: « ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent ».

Sa ligne de défense ? Paraphraser …

Sa défense estime que M. Zemmour n’a fait que « redire avec des mots différents » les inquiétudes exprimées par les autorités sur la délinquance liée aux mineurs non accompagnés.

L’audience aurait dû se tenir le 8 septembre mais a été renvoyée en raison du grand nombre de parties civiles. Une trentaine d’entre elles se sont constituées, dont les associations SOS Racisme, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la Maison des Potes, ainsi qu’une vingtaine de conseils départementaux, les mineurs non accompagnés étant pris en charge par l’aide sociale à l’enfance, gérée par les départements.

Salah Abdeslam: le tribunal a fixé le 23 avril à Bruxelles

Le verdict du procès belge de Salah Abdeslam, dernier survivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, sera prononcé le 23 avril prochain, a annoncé jeudi (29.03.2018) la justice belge.

Une peine de 20 ans de prison a été requise contre lui pour tentative d’assassinat sur des policiers dans un contexte terroriste et possession illégale d’armes, dans le cadre de sa participation à une fusillade à Bruxelles précédant son arrestation.

Le tribunal de première instance de Bruxelles a fixé jeudi au 23 avril le prononcé du jugement, à l’issue d’une dernière audience organisée en son absence pour entendre une association de victimes constituée partie civile.

L’Etat Belge condamné #refugies #immigration #justice #belgique

Refugee_march_Hungary_2015-09-04_02.jpg

La cour du Travail de Bruxelles a condamné les autorités belges pour défaut d’accueil d’un candidat réfugié.

La décision de justice, rendue mardi, contraint la Belgique à offrir un toit à tous les demandeurs d’asile, même si ceux-ci n’ont pas été reçus par l’Office des étrangers. Si elle ne respecte pas cette décision, la Belgique violerait la législation européenne et la Convention Européenne des droits  de l’homme (qui interdit  les traitements inhumains et dégradants ainsi que la torture).

Le dossier concerne un jeune afghan de 17 ans qui est arrivé sur le territoire belge en novembre dernier. Il n’a pas pu être reçu par l’Office des étrangers en raison de l’affluence. Il a donc reçu une convocation pour le 17 décembre et celle-ci  devait lui donner droit à  une place de « pré-accueil ».

Cependant, selon son avocat, il ne disposait pas de lit, le bâtiment était trop bondé et il a été contraint de dormir dans la rue. Par conséquent, il a introduit un recours auprès du tribunal du Travail de Bruxelles.

Le jugement lui a été favorable. 

En effet, l’Etat Belge est condamné à lui versé la somme de 125€ par jour jusqu’à ce que Fedasil lui procure un toit.

ALV