Archives des étiquettes : Tapis de Fleurs

20ème « Tapis de Fleurs » de la Grand’ Place

La file pour accéder au balcon de l’Hôtel de Ville était particulièrement longue, dès midi, ce vendredi 12 août. Mais l’attente se voyait récompensée par la vision du 20ème « Tapis de Fleurs » créé, à Bruxelles, sur sa célèbre « Grand’ Place », figurant sur la liste du « Patrimoine mondial de l’Unesco ».

Un "Patrimoine mondial de l'UNESCO" fleuri (2015)

Un « Patrimoine mondial de l’UNESCO » fleuri (2015)

« L’édition 2016 rend hommage à la nature dans la tradition japonaise en présentant de nombreux thèmes: les fleurs, les oiseaux, le vent et la lune, qui symbolisent la beauté naturelle (‘kasho-fugetsu’, en japonais); les ‘koïs’ (carpes japonaises), qui représentent la force et la croissance; les pins et les bambous, qui sont signe de bon augure; sans oublier, évidemment, les fleurs de cerisiers », nous confiait son Excellence Masafumi Ishii, l’Ambassadeur du Japon en Belgique, se réjouissant que cette année 2016, marque avec brio le 150ème anniversaire des relations amicales entre son pays et le notre.

En 2016, le Japon (c) Wim Vanmaele

En 2016, le Japon
(c) Wim Vanmaele

Double anniversaire, puisque ce « Tapis », glorifiant l’art floral japonais, est le 20ème, … même si le 1er fut réalisé dès 1971, le second ne l’étant qu’en 1976, cet événement étant organisé, désormais, tous les 2 ans. A noter que des photos de grands formats (6 m carrés) des 19 « Tapis » précédents nous  sont présentées, jusqu’au 31 août, aux « Galeries Royales St.-Hubert ».

Par contre, l’oeuvre florale éphémère (75 m sur 24) de la Grand’ Place ne peut être vue que jusqu’au soir de ce lundi 15 août, le balcon de l’Hôtel de Ville étant accessible, chaque jour, de 10h. à 22h. Ce superbe « Tapis de Fleurs », d’une superficie de 1.800 m carrés, a été réalisé – avec pas moins de 600.000 bégonias (300 par m carré), des dahlias, de l’herbe et, selon une technique espagnole, de … l’écorce de bois, notamment tintée en … violet – ce dernier vendredi 12 août, par 2 équipes de bénévoles, se relayant de 05 h. à 09 h. et de 09 h. à 12 h., chacune incluant la présence de 20 Japonais.

La réalisation (c) Wim Vanmaele

La réalisation (c) Wim Vanmaele

Au préalable, quelques jours avant l’inauguration, un dessin grandeur nature, réalisé sur du plastique micro-perforé, était déposé sur les pavés de la Grand’ Place, sur le modèle agrandi de la maquette réalisée par Madame Fuji Suzuki. A souligner, la robustesse du bégonia tuberosa grandiflora, originaire des Antilles, résistant aux caprices de la météo, se déclinant en une vaste palette, des couleurs les plus vives aux tons pastels délicats, la Belgique en étant devenue le plus important producteur au monde, avec 60 millions de bulbes par an, à 80 % dans la région de Gand, et ce depuis 1860.

"Nomura" par Fuji Suzuki

« Nomura » par Fuji Suzuki

… Et comme le dit Philippe Close, Echevin du Tourisme, Vice-Président de l’asbl « Tapis de Fleurs de Bruxelles »: « Tout Bruxelles embaume du délicieux parfum de ce ‘Tapis de Fleurs’ aux couleurs du Japon, les Japonais étant de véritables esthètes en art floral. Que du bonheur »! … Un bonheur que nombre de touristes, venus des 5 continents n’hésitent pas à partager avec les Bruxellois, fiers de savoir que leur « Tapis de Feurs » est le plus célèbre au monde!

Et le Coordinateur Technique de cette asbl bruxelloise, Koen Vondenbusch, impliqué depuis 24 ans dans ce projet floral, d’ajouter qu’il s’est rendu au Japon, cette année, avec une dizaine de membres de la dite asbl, afin d’y coordonner la réalisation de 3 « Tapis de Fleurs » aux dimensions certes plus modestes, mais dont l’un se situait à 441 m d’altitude, au sommet du « Skytree », l’ immeuble le plus élevé de Tokyo. Auparavant, le savoir faire belge n’étant plus à démontrer dans ce secteur, il nous confia s’être rendu, pour réaliser d’autres « Tapis », en Chine, en Inde, …, à Berlin, à Berne et même au … Vatican

L'entretien (c) Wim Vanmaele

L’entretien (c) Wim Vanmaele

Mais, pour en revenir à Bruxelles, Koen Vondenbusch nous dit qu’en 1971, quelques 200 horticulteurs avaient unis leurs compétences pour réaliser le 1er « Tapis de Fleurs » de la  Grand’ Place, alors même qu’aujourd’hui, l’expérience aidant, ils ne sont plus que 9, faisant appel à de nombreux bénévoles pour le montage minutieux, qui doit se réaliser rapidement, afin de garantir la fraîcheur des fleurs.

Devenu un événement des plus importants pour la Capitale de L’Europe, l’inauguration officielle donne lieu, désormais, à l’organisation d’un spectacle son et lumière… Et ce vendredi 12 août, c’est l’opéra « Madame Butterfly », de Giacomo Puccini, qui servit d’illustration sonore, avant que ne soit tiré le traditionnel feu d’artifice.

Feu d'Artifice 2015

Feu d’Artifice 2015

Prix d’accès au balcon de l’Hôtel de Ville: 5€ (gratuité pour les moins de 10 ans).

Yves Calbert.

Tapis de Fleurs 2016 Grand Place de Bruxelles

 

Etique et logistique très risqué. En effet, les conditions climatiques, le nombre de visiteurs, le circuit dans l’Hôtel de Ville, les horaires,… tous ces détails ont leur importance dans sa réussite.

Les fleurs doivent rester fraîches et garder leur éclat pendant quatre longues journées. La technique ? Juste avant l’inauguration, une centaine de bénévoles tracent le design du tapis sur la Grand-Place. Ils se basent sur un dessin, grandeur nature, déposé sur les pavés de la Grand-Place. Le dessin est réalisé sur du plastique micro-perforé fixé au sol et posé sur une fine couche de sable.

Cette année, le Tapis de Fleurs sera composé de 600 000 bégonias, ainsi que de dahlias, d’herbes et d’écorces de bois teintées qui habilleront cette tapisserie éphémère inspirée de l’élégance japonaise.

Le premier Tapis de Fleurs réalisé sur la Grand-Place date de 1971. L’œuvre 2016 portera à 20 le nombre des tapis qui ont été créés, et ce uniquement pour le plus grand plaisir de millions de touristes et de visiteurs du monde entier !

En plus des couleurs et du parfum : sons et lumière

La soirée d’inauguration se déroulera le 12 août 2016. Un spectacle son et lumière accompagné de l’opéra italien « Madame Butterfly » du célèbre compositeur Giacomo Puccini métamorphosera la Grand-Place de Bruxelles pour l’occasion !

Infos pratiques

Le Tapis de Fleurs embellira  la Grand-Place de Bruxelles les 12, 13, 14 et 15 août 2016. Il sera accessible au grand public le 12 août de 13h à 17h30 et les 13, 14 et 15 août de 10h à 22h.

L’inauguration et le spectacle son et lumière se dérouleront le 12 août à 22h.

A ne pas manquer pour admirer le Tapis dans son intégralité : vision panoramique depuis le balcon de l’Hôtel de Ville : les visites se déroulent de 10 à 22h. (Dernière entrée à 21h30)

Prix d’entrée 5€.

Accès libre pour les enfants en dessous de 10 ans. 

150 ANS D’AMITIE BELGO-JAPONAISE

La Belgique et le Japon célèbreront cette année leurs 150 ans d’amitié et de relations diplomatiques.

Le 1er août 1866, les deux pays signaient leur premier traité d’amitié, de commerce et de navigation. La Belgique n’était encore qu’un jeune Etat indépendant désireux d’élargir ses horizons, tandis que le Japon, encore gouverné par le Shogun Tokugawa, commençait à peine à ouvrir ses portes vers le monde extérieur.

La révolution Meiji[1] qui eut lieu deux ans plus tard au Japon, mena à une modernisation flamboyante du pays. La seconde moitié du 19ème siècle fût une période de riches échanges au cours de  laquelle les deux nations furent une source d’inspiration mutuelle ; le Japon s’inspira du système institutionnel belge tandis que les œuvres artistiques japonaises ont alimenté l’imagination de nombreux artistes belges.

Après la seconde guerre mondiale, les relations entre la Belgique et le Japon prirent un nouvel élan en parallèle à la reprise économique fulgurante du Japon dans les années 50 et 60. La première usine japonaise exportée à l’étranger fût créée par Honda en Belgique en 1962, de nombreuses entreprises ont suivi la même voie depuis. D’importantes visites à titre personnel, politique ou économique ont contribué à resserrer les liens entre les deux pays et entre les familles impériale et royale.

Depuis, des centaines d’étudiants belges et japonais ont bénéficié de possibilités d’échanges. La culture japonaise est présente dans la vie quotidienne des Belges à travers les mangas, la fabuleuse cuisine japonaise, la décoration, etc., tandis qu’aucun Japonais ne manque d’associer la Belgique à ses produits de qualité tels que la bière, le chocolat, les gaufres, ou son équipe de football.

Le célèbre Manneken-Pis, emblème de l’indépendance d’esprit des Bruxellois, illustre bien cette longue tradition d’amitié puisque sa garde-robe compte 17 costumes traditionnels japonais tels que la tenue de samouraï, de Daimyo, de Kintaro. Le plus ancien datant de 1928 et le dernier costume japonais a été offert en 2003.

 

LES FLEURS DANS LA CULTURE JAPONAISE

L’amour pour les fleurs est universel. La culture d’une nation est souvent associée à la manière dont les fleurs sont utilisées comme moyen d’expression artistique : elles constituent en effet une source d’inspiration pour les artistes depuis des siècles. La Belgique et le Japon sont au premier plan en matière d’art floral et de festivals dédiés à la beauté de la nature. Dans ces deux cultures, les fleurs jouent un rôle symbolique majeur tant dans la vie sociale que spirituelle.

Le Japon et les fleurs

En tant qu’état insulaire s’étirant du climat subtropical d’Okinawa au froid glacial d’Hokkaido, le Japon connaît quatre saisons bien distinctes qui permettent l’éclosion d’une flore extraordinairement variée. La beauté saisonnière et éphémère des fleurs suscite tant l’admiration que le pathos. Depuis des temps immémoriaux, la culture japonaise s’est forgée autour de cette beauté de l’éphémère, à travers des représentations artistiques très variées.

Dans le Man’yōshū, le premier recueil de poèmes du Japon, datant du VIIIe siècle, environ un tiers des 4 500 textes ont recours aux plantes et aux fleurs pour exprimer les sentiments d’amour, d’espoir, d’angoisse et de nostalgie de l’auteur. La tradition encore vivace du Hanami, qui marque l’arrivée du printemps et dont la célébration consiste souvent à boire du saké en admirant la floraison des Sakura (fleurs de cerisier), remonte à plus de mille ans. Au Japon, on considère que le Hanami a ouvert la voie à de nombreuses formes artistiques, inspirant la création de poèmes, et contribuant au Kabuki et au Nô (formes théâtrales japonaises. L’ikebana, la culture du bonzaï, le jardinage et d’autres formes de compositions florales illustrent quant à eux la place importante qu’occupe l’horticulture dans le quotidien des Japonais.

Depuis plusieurs siècles, les festivals de chrysanthèmes, en automne, sont des divertissements culturels populaires où la fleur est souvent représentée sous des formes décoratives, notamment de bateaux et de poupées. L’emblème de la famille impériale représente un chrysanthème. En outre, Sa Majesté Impériale organise des réceptions en plein air au printemps et en automne.

TAPIS DE FLEURS 2016: L’AGENDA

 

12 août 2016 : journée presse – journée de montage – ouverture au public l’après-midi

Sur demande : rencontres avec les organisateurs tout au long de la journée

5h                           Pose des premières fleurs par une centaine de personnes

8h                           Ouverture de l’Hôtel de Ville et possibilité de visualiser le Tapis en cours de réalisation et d’interviewer les monteurs

13h                         Tapis de Fleurs accessible au grand public exceptionnellement jusqu’à 17h30

20h30                    Inauguration officielle à l’Hôtel de Ville et à la Maison du Roi (sur invitation uniquement)

22h                        Spectacle d’inauguration

 

13, 14 et 15 août 2016 : ouverture au public de 10h à 22h (dernière entrée à 21h30)

De 10 à 22h        Ouverture de l’Hôtel de Ville : du balcon, vision panoramique du tapis

Prix d’entrée : € 5

Les enfants en dessous de 10 ans entrent gratuitement.

 

Plus d’infos : www.flowercarpet.be

 

Patrick GRIGNARD

Universal Press