Archives des étiquettes : syndicats

Amsterdam: les files d’attente

27.05.2022 Après avoir taillé dans ses effectifs pour faire face à la crise sanitaire, le secteur aérien peine désormais à assumer la reprise du trafic. A Amsterdam-Schipol, troisième aéroport le plus fréquenté d’Europe, les files d’attente s’étirent jusqu’à l’extérieur du bâtiment depuis plusieurs semaines, notamment en raison du manque de personnels de sécurité. Excédés, les syndicats concernés ont brandi jeudi, le 26 mai, la menace d’une grève en se disant prêt à une action « à grande échelle » la semaine prochaine alors que des salariés « tombent de fatigue ».

Amsterdam n’est qu’un exemple parmi d’autres. Début mai, la branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe) concédait déjà l’existance de « contraintes importants » ayant pour conséquence l’engorgement des aéroports partout en Europe. « Le défi dans l’immédiat est de gérer la hausse soudaine du trafic, étant donné que la pandémie a eu pour effet d’énormément réduire les ressources des aéroports et de la manutention au sol », détaillait le directeur général de l’origanisation, Olivier Jankovec.

« Il s’agit maintenant de réembaucher, dans un marché du travail très tendu dans toute l’Europe », avait-il ajouté, en soulignant qu' »il est impossible d’effectuer des ajustements du jour au lendemain étant donné les processus d’accréditation de sécurité et les délais nécessaires à la formation ».

A Orly et Roissy-Charles de Gaulle où le manque de bras est tout aussi préoccupant, la campagne d’embauche a déjà commencé. Au total, 4000 postes sont à pourvoir sur les plateformes parisiennes. Mais le Groupe ADP fait face à « d’énormes » difficultés de recrutement, avait indiqué sur BFM Business sont PDG, Augustin de Romanet:

« Ce qui nous préoccupe, c’est la bonne expérience du passager et notamment dans les postes d’inspection filtrage (contrôle de sécurité, ndlr). Et aujourd’hui, les entreprises ont beaucoup de mal à recruter » dans ce secteur, avait-il souligné citant également les besoins en « techniciens de maintenance » pour trier les bagages alors que les aéroports parisiens ont enregistré une nouvelle hausse du trafic en avril avec 7 millions de passagers accueillis (Bourget inclus), soit 73,4% du niveau d’avril 2019.

A l’approche de l’été, l’aéroport de Francfort qui craint lui aussi des engorgements cherche à recruter 1000 personnes.

La pénurie de main-d’oeuvre touche aussi les compagnies aériennes. A commencer par KLM qui a annoncé la suspension jusqu’à lundi de la vente de billets au départ d’Amsterdam-Schipol. De son côté, la compagnie low cost easyJet, confronté à un manque de personnel navigant et de pilotes a annoncé qu’elle retirera des sièges dans ses avions cet été. Sur une soixantaine d’appareils, le groupe va décoller avec 150 passagers au lieu de 156 en temps normal, avec 3 membres d’équipage au lieu de 4.

La grève des fonctionnaires

La grève des fonctionnaires pour le pouvoir d’achat semblait diversement suivie mardi en France selon les chiffres publiés par certaines administrations, mais la protestation était également dans la rue avec de nombreux défilés prévus.

Les membres de la fonction publique étaient appelés à cesser le travail par la totalité des neuf fédérations du secteur, un mouvement syndical unitaire inédit depuis dix ans.

Le principal sujet de mécontentement des fonctionnaires porte sur le blocage de leur point d’indice, qui permet à leurs salaires d’augmenter.

Il a été gelé entre 2010 et 2016, puis débloqué brièvement par le précédent président de la République, François Hollande, avant d’être à nouveau gelé par son successeur, Emmanuel Macron.

Les grévistes entendent également protester contre les suppressions de postes et le rétablissement d’un jour de carence en cas d’arrêt-maladie, et globalement contre le manque de personnel et “l’austérité” à laquelle ils estiment être soumis depuis plus de dix ans, selon Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, premier syndicat de la fonction publique d’Etat.

Les syndicats: des préavis de grève

Les syndicats de la Fonction publique tablent sur une mobilisation “massive” le 10 octobre contre la politique du gouvernement pour faire entendre leurs revendications.

C’est la première fois depuis 2007 que les neuf syndicats du secteur organisent une journée d’action unitaire.

Dans leur ligne de mire : le gel du point d‘indice, le rétablissement d‘un jour de carence et la suppression de 120.000 postes dans la Fonction publique sur l‘ensemble du quinquennat.

“On a des rassemblements sur la quasi-totalité des départements. Ça devrait être une journée de mobilisation massive”, a dit vendredi la secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques, Mylène Jacquot, lors d’une conférence de presse qui réunissait l’ensemble des syndicats.

Des préavis de grève ont été déposés dans les hôpitaux, les écoles, les mairies et les ministères.

La loi sur l’ouverture des commerces le dimanche

Le Conseil d’État a rejeté pour l’essentiel les recours des syndicats contre le décret d’application de la loi sur l’ouverture des commerces le dimanche tout en annulant un des critères retenu pour délimiter les zones commerciales en bénéficiant.

Dans un communiqué, le Conseil d’Etat déclare avoir rejeté les recours déposés par plusieurs syndicats et unions syndicales contestant la procédure d’adoption du décret ainsi que les critères qu’il fixe pour délimiter les zones touristiques internationales et les zones touristiques.

Le décret fixait les critères délimitant les trois types de zones concernées par l’extension du travail dominical prévu dans la loi de 2015 portée par Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie, à savoir les « zones touristiques internationales », les « zones touristiques » et les « zones commerciales ».

« Ce critère conduisait en effet à rendre éligibles 61 unités urbaines, rassemblant près de trente millions d’habitants, sans que le besoin d’une dérogation au repos dominical aussi large soit justifié par les pièces du dossier » du gouvernement, souligne-t-il.

Les autres critères de définition des zones commerciales – constitution d’un ensemble d’une surface de vente totale supérieure à 20.000 m², avoir un nombre annuel de clients supérieur à 2 millions et être dotées des infrastructures adaptées et accessibles par les moyens de transport individuels et collectifs – sont en revanche validées.

Rail : les syndicats vont attaquer la SNCB #sncb #nmbs #greve #justice

SNCB Logo B

La CGSP Cheminots et la CSC Transcom ont évoqué la possibilité de porter plainte contre la SNCB. Ceux-ci saisiront prochainement un cabinet d’avocats.

Les organisations syndicales s’opposent notamment aux mesures prises lors de la commission paritaire nationale. Celles-ci, dont le but est d’augmenter la productivité du personnel, auraient selon eux dû être votées à une majorité des deux tiers et non à la majorité simple comme cela a été fait ce mercredi.

Elles désapprouvent également certaines décisions telles que la fin de la double compensation des jours fériés tombant le week-end ou encore le passage de la semaine de travail de 36 à 37 heures sans compensation salariale.

Les syndicats, ainsi que la SNCB, ont demandé à Kris Peeters, le ministre fédéral de l’Emploi et de l’Economie, d’être le médiateur de leur conflit. Le ministre n’a cependant pas encore pris de décision à ce sujet.