Archives des étiquettes : Sophie Pétronin

Mali: l’Otage suisse assassiné

L’otage suisse Béatrice Stockly, enlevée il y a quatre ans dans la région malienne de Tombouctou (nord-ouest) a été tuée par ses ravisseurs il y a probablement quelques semaines. Ce sont les autorités françaises qui ont informé le 9 octobre les Suisses, selon le département fédéral des Affaires étrangères.
«C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la mort de notre concitoyenne», a déclaré le chef du DFAE Ignazio Cassis. «Je condamne cet acte cruel et exprime mes plus sincères condoléances aux proches de la victime.»

Missionnaire résidant à Tombouctou, Béatrice Stockly avait déjà été une première fois kidnappée par les
islamistes en 2012, toujours à Tombouctou, avant d’être libérée après une médiation du Burkina Faso.

Enlevée pour la seconde fois il y a quatre ans, la missionnaire bâloise Béatrice Stockly a été exécutée par une organisation issue d’Al-Qaïda, ont indiqué les autorités françaises sur la base de renseignements fournis par Sophie Pétronin.

Les autorités françaises ont informé la Suisse vendredi après-midi que l’otage suisse détenue au Mali était décédée, écrit le DFAE. Elle aurait été tuée par les ravisseurs de l’organisation terroriste islamiste Jama’at Nasr al-Islam wal Muslim (JNIM) il y a environ un mois.

Béatrice Stockly, une missionnaire évangélique de Bâle enlevée il y a quatre ans, active depuis des années comme missionnaire à Tombouctou, avait été enlevée en 2016, pour la deuxième fois. La Bâloise avait été kidnappée une première fois en 2012 par des islamistes.

La diplomatie Suisse met tout en œuvre pour connaître les circonstances exactes de cette exécution ainsi que le lieu où se trouve le corps de la victime, écrit le DFAE. La Suisse fera tout son possible pour le rapatrier. Pour ce faire, le DFAE tentera de se rapprocher du nouveau gouvernement de transition au Mali.

Cette annonce tragique survient alors que Sophie Pétronin est arrivée vendredi en France, après sa libération jeudi au Mali. Elle avait été enlevée le 24 décembre 2016 à Gao (nord), où elle vivait et dirigeait depuis des années une organisation d’aide à l’enfance.

Sophie Pétronin a été libérée en même temps que deux Italiens, dont un prêtre, et une importante figure de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé.

Mariam ex-Sophie Pétronin reve de retour au Mali

Peu après l’annonce de la libération de Mme.Pétronin, le président français avait remercié “tout particulièrement les autorités maliennes pour cette libération” et les avait assurées “de l’entière volonté de la France de soutenir le Mali dans la lutte qu’il mène avec persévérance contre le terrorisme au Sahel”.

Sophie Pétronin est arrivée vendredi à la mi-journée en France où elle a été accueillie par le président Emmanuel Macron, au lendemain de l’officialisation de sa libération, après près de quatre ans de captivité aux mains d’extrémistes islamistes au Sahel.

Celle qui était la dernière otage française dans le monde et l’opposant malien Soumaïla Cissé avaient été transférés jeudi soir à Bamako à bord d’un avion de l’armée malienne.

Deux otages italiens, Nicola Chiacchio et le missionnaire Pier Luigi Maccalli, qui étaient également détenus dans le nord du pays, théâtre d’une insurrection djihadiste, ont eux aussi été libérés, selon la présidence malienne.

Le Point rapporte par ailleurs ce qu’a déclaré l’ex-otage à la presse après son arrivée à Bamako.

« Pour le Mali, je vais prier, implorer les bénédictions et la miséricorde d’Allah, parce que je suis musulmane. Vous dites Sophie, mais c’est Mariam que vous avez devant vous », a ainsi indiqué Sophie Pétronin, convertie à l’islam.

«Appelez-les comme vous voulez, moi je dirais que ce sont des groupes d’opposition armés au régime», a-t-elle ajouté à propos des djihadistes.

Enfin, elle a annoncé son souhait de «revenir au Mali voir un peu ce qui se passe», là où se trouve son organisation d’aide aux enfants: «Il faut quand même que j’aille jeter un œil et les saluer parce que j’ai pris cet engagement. Si vous prenez un engagement, allez au bout de votre engagement, sinon vous aurez perdu votre raison d’être sur cette terre.»

Mali: les otages en route vers Bamako

Dernière otage française dans le monde, Sophie Pétronin, captive depuis décembre 2016 au Sahel, et l’opposant malien Soumaïla Cissé sont libres et en route vers Bamako, a annoncé le soir, le 8 octobre, la présidence malienne.

La présidence de la République confirme la libération de M. Soumaïla Cissé et Mme Sophie Pétronin. Les ex-otages sont en route pour Bamako”, écrit la présidence du Mali sur son compte Twitter.

Deux otages italiens, Nicola Chiacchio et le missionnaire Pier Luigi Maccalli, qui étaient également détenus dans le nord du pays, théâtre d’une insurrection djihadiste, ont eux aussi été libérés, a annoncé plus tard dans la soirée la présidence du Mali dans un communiqué lu à la télévision nationale.

A Paris, Emmanuel Macron a fait savoir dans un communiqué diffusé par l’Elysée qu’il avait appris “avec un immense soulagement” la libération de Sophie Pétronin.

“Heureux de la savoir libre, il adresse un message de sympathie à sa famille et à ses proches”, poursuit le communiqué de la présidence. “Le président de la République salue également la libération à cette même occasion de M. Soumaïla Cissé, responsable politique malien enlevé il y a six mois.”

Le chef de l’Etat “remercie tout particulièrement les autorités maliennes pour cette libération. Il les assure de l’entière volonté de la France de soutenir le Mali dans la lutte qu’il mène avec persévérance contre le terrorisme au Sahel”.

Agée de 75 ans, Sophie Pétronin, qui dirigeait une petite ONG franco-suisse venant en aide aux enfants souffrant de malnutrition, a été enlevée le 24 décembre 2016 à Gao, dans le nord du Mali.

Mali: la libération de Mme.Pétronin en vue

Le fils de la travailleuse humanitaire Sophie Pétronin franco-suisse, dernière otage française au Sahel depuis son enlèvement par des hommes armés liés à Al Qaïda fin 2016, s’est envolé mardi, le 6 octobre, pour Bamako, au Mali, dans l’espoir d’une libération prochaine de sa mère.

Sébastien Chadaud-Pétronin, qui s’est rendu à plusieurs reprises au Mali pour tenter d’obtenir la libération de sa mère, a confirmé mardi matin à Reuters avoir pris place à bord d’un vol commercial à destination de Bamako.

“Il n’y a toujours rien d’officiel”, a-t-il déclaré peu avant le décollage de son avion. Il a toutefois évoqué des informations convergentes provenant de “sources fiables”.

Selon une source sécuritaire française au Sahel, les otages seraient en cours de transfert vers Bamako.

L’humanitaire française, à la santé fragile, devrait être libérée en même temps que l’opposant malien Soumaïla Cissé, enlevé en mars par un groupe lié à Al Qaïda, dans le cadre d’un échange de prisonniers, ont déclaré les sources sécuritaires.

Plus de 200 djihadistes ont été libérés au cours des deux derniers jours, selon des sources sécuritaires au Mali.

Sophie Pétronin, qui a 75 ans, a été enlevée le 24 décembre 2016 à Gao, dans le Nord du Mali, où elle dirigeait une organisation d’aide à l’enfance. (Image: Strasbourg).

Macron pense à l’otage Sophie Pétronin

La République « n’oublie pas«  Sophie Pétronin, retenue en otage depuis son enlèvement par des hommes armés au Mali en décembre 2016, a assuré Emmanuel Macron à l’occasion de l’hommage rendu aux deux commandos marine tués au Burkina Faso en libérant quatre autres otages, dont deux touristes français.

Je pense à cet instant à Sophie Pétronin, toujours aux mains de ses ravisseurs, nous ne l’oublions pas, la France ne l’oublie pas”, a dit le président lors d’une allocution dans la cour d’honneur des Invalides à Paris.

“Car la France est une nation qui n’abandonne jamais ses enfants quelles que soient les circonstances et fût-ce à l’autre bout de la planète”, a-t-il ajouté.

 

 

 

 

Sophie Pétronin – “aucune piste n’est abandonnée”

La France agit “sans relâche” pour la libération de l’otage française Sophie Pétronin, enlevée en décembre 2016 au Mali, et “aucune piste n’est abandonnée”, a déclaré Emmanuel Macron.

La famille de l’otage de 73 ans, qui serait gravement malade, a exhorté le chef de l’Etat à abandonner une “stratégie de guerre” au Mali et à se mobiliser pour sauver la vie de l’humanitaire.

Je suis toujours très prudent sur les affaires d’otage, parce que ce n’est jamais un dialogue entre une famille et les pouvoirs publics, c’est un dialogue qui est manipulé par les ravisseurs et qui s’inscrit dans un contexte toujours extrêmement délicat, a déclaré Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil européen de Bruxelles.