Archives des étiquettes : Sentinelle

Mélenchon appelle à Sentinelle « ne pas tirer »

Jean-Luc Mélenchon a exhorté l’armée à  « ne pas tirer » sur les manifestants et la population à se mobiliser en masse aux côtés des Gilets jaunes pour faire pièce à la violence, dans un appel aux accents dramatiques des assurances de l’exécutif et de l’état-major.

A la veille de la XIX journée de mobilisation des Gilets jaunes à Paris et en province, le chef de file de La France insoumise, après avoir demandé au Premier ministre de venir s’expliquer à l’Assemblée, a renouvelé ses critiques quant au déploiement de soldats du dispositif antiterroriste Sentinelle en appui des opérations de maintien de l’ordre et invité à « une désescalade« .

« Nous voulons dire à nos militaires que notre confiance en eux est totale et nous leur demandons conformément au droit qui leur est reconnu et au devoir qui leur est imposé de n’accomplir aucun acte contraire aux coutumes de la guerre et aux conventions internationales« , a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

« Que quand bien même ils en recevraient l’ordre, ils n’y obéissent pas, qu’ils ne tirent pas », a-t-il ajouté.

Collomb s’est précipité vers #Marseille

Un homme a été abattu dimanche à la gare Saint-Charles à #Marseille après avoir poignardé mortellement deux femmes, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

L’homme a crié “Allah Akbar!” (Dieu est grand) en attaquant les deux passantes, indique-t-on de source policière. Il a ensuite été abattu par les militaires de l’opération Sentinelle.

Le parquet antiterroriste s’est saisi du dossier pour assassinats en relation avec une entreprise terroriste et tentative d’assassinat sur une personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste, apprend-on auprès du parquet.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a indiqué sur Twitter qu’il se rendait “immédiatement sur les lieux”.

Une enquête sur l’agression d’un militaire ‘Sentinelle’

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête vendredi (15.09.2017) à la suite de l’agression d’un militaire de l’opération Sentinelle par un homme armé d’un couteau dans le métro parisien.

L’assaillant a été maîtrisé par le soldat, qui n’est pas blessé, et “après de premières vérifications sur la personnalité du mis en cause, la section anti-terroriste du parquet de Paris s‘est saisie”, a précisé le parquet.

Une enquête en flagrance a été ouverte pour “tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste”, a-t-on indiqué de même source.

La ministre des Armées Florence Parly, qui a annoncé l’attaque pendant l’émission d’Europe 1, il a déclaré que les “intentions de l’agresseur” restaient à éclaircir.

Il s’agit d’une homme d’une quarantaine d’années, né au Maroc, sans aucun antécédent judiciaire, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête. Une perquisition était en cours à son domicile dont la police n’a pas souhaité donner la localisation dans l’immédiat.

Il n’est pas formellement établi que l’homme ait tenu des propos favorables à l’Etat islamique (EI) ou crié “Allah Akbar”, comme l’ont rapporté des témoins, ajoute-t-on de même source.

Selon la préfecture de police, l‘incident s‘est produit peu avant 06h30 à la station de métro Châtelet-Les Halles, dans le centre de la capitale, où le militaire patrouillait.

L’agression, la septième contre des militaires de Sentinelle, intervient au lendemain de l’annonce d’une réforme de ce dispositif instauré après les attentats de janvier 2015 à Paris, et qui mobilise aujourd’hui 7.000 militaires.

‘Sentinelle’ va changer

L’opération “Sentinelle”, qui mobilise 7.000 militaires en France pour des missions de protection, va changer de mode d’action pour mieux s’adapter à l’évolution de la menace, ont annoncé jeudi les ministres des Armées et de l’Intérieur.

La réforme de ce dispositif instauré après les attentats de janvier 2015 à Paris intervient alors qu’un débat court, dans les rangs de l’armée et parmi les experts militaires, sur sa pertinence et ses conséquences sur le moral et les capacités des forces terrestres sollicitées sur des théâtres extérieurs.

“On ne baisse pas la garde, mais comme pour toute opération militaire, on va s‘adapter à l’évolution de la menace et des circonstances”, souligne-t-on au ministère des Armées.

“La menace terroriste est aujourd’hui une menace changeante qui depuis les attentats du Bataclan a considérablement évolué. C’est devenue une menace endogène”, a justifié Gérard Collomb devant la presse. “Ce qui nous a été demandé, a poursuivi Florence Parly à ses côtés, c’est d’agir plus efficacement.”

Les effectifs resteront les mêmes – 10.000 soldats dont 3.000 en réserve – mais seront “mieux utilisés” via notamment une coopération renforcée entre l’Intérieur et la Défense au sein d’un “Conseil d’anticipation et de planification” qui se réunira chaque mois. Une première réunion est prévue vendredi.

#Sentinelle: Hamou B. a été perquisitionné

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mercredi l’interpellation du suspect de l’attaque à la voiture contre six militaires mercredi matin à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), au terme d’une chasse à l’homme menée tambour battant.

« Un suspect qui était au volant du véhicule incriminé a été appréhendé sur l’autoroute qui relie Paris à Boulogne-sur-Mer », a-t-il déclaré lors des questions au gouvernement à l’Assemblée.

De source judiciaire, on précise que l’homme, qui n’était pas armé, a été blessé par balle lors de cette vaste opération de police qui s’est déroulée dans la commune de Marquise (Pas-de-Calais), à 260 kilomètres de Levallois-Perret.

Un policier a été blessé lors de l’arrestation par une balle perdue et les journalistes ont vu la BMW utilisée par l’assaillant criblée de balles sur l’autoroute A16.

Selon Le Parisien, le suspect est Hamou B., il est âgé de 37 ans et son domicile, ainsi que ceux de son entourage, dans les Yvelines, ont été perquisitionnés. Le parquet a refusé de confirmer des informations qui seraient « susceptibles de mettre en péril des investigations en cours ».

La ministre des Armées, Florence Parly, a précisé, après avoir rendu visite à trois soldats « très légèrement blessés » à l’hôpital militaire de Bégin (Val-de-Marne), que les nouvelles des trois autres, envoyés à l’hôpital de Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), étaient « rassurantes ».

« Je veux dire (…) que leur état de santé n’inspire plus aucune inquiétude et que les blessures qu’ils ont subies sont fort heureusement relativement légères », a dit Edouard Philippe.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête des chefs de « tentative d’assassinats sur personnes dépositaires de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste et d’association de malfaiteurs terroriste criminelle », indique-t-on de source judiciaire.

Gérard Collomb se rendra au chevet des blessés #Sentinelle

Le ministre de l’Intérieur a annoncé sur Twitter qu’il se rendrait au chevet des militaires blessés, victimes d’une attaque à la voiture à Levallois-Perret.

 

Six militaires de l’opération Sentinelle postés à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, ont été blessés après qu’un véhicule leur a délibérément foncé dessus.

Le suspect et le véhicule de marque BMW de couleur sombre sont toujours activement recherchés.

Un « acte délibéré » dans le centre de Lavallois-Perret #Sentinelle

Six militaires de l’opération #Sentinelle ont été blessés par une voiture qui a foncé sur eux mercredi matin vers 08h00 dans le centre de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), a-t-on appris auprès de la préfecture de police de Paris. (Photo: Twitter)

Deux des blessés sont dans un état grave mais leur pronostic vital n’est pas engagé. Les quatre autres ont été plus légèrement touchés.

Un véhicule en fuite est activement recherché par la police, dans les Hauts-de-Seine. Ce mercredi 9 août, la préfecture de police a tweeté: « Incident à Levallois-Perret: intervention de police en cours. Un véhicule recherché ».

Selon France Info, les faits se sont produits Place de Verdun, non loin de la mairie. Des militaires de l’opération Sentinelle ont été renversés. Six d’entre eux ont été blessés sont actuellement hospitalisés. Le maire de la ville, Patrick Balkany, s’est exprimé sur l’antenne de BFMTV et parle d’un « acte délibéré ».

L’opération Sentinelle est une opération de l’armée française déployée au lendemain des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015, pour faire face à la menace terroriste et protéger les « points » sensibles du territoire. Elle est renforcée lors des attaques du 13 novembre 2015 en Île-de-France.