Archives des étiquettes : Russie

Macron-Putin: la destruction de la diplomatie

26.06.2022 C’était peut-être la conversation de la dernière chance. Neuf minutes d’échange téléphonique entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, quatre jours avant le début de l’offensive russe en Ukraine fin février, vont être diffusées sur France 2, jeudi 30 juin. Le documentaire Un président, l’Europe et la guerre, signé Guy Lagache, raconte les coulisses diplomatiques des six derniers mois à l’Elysée.

Dimanche 20 février au matin, la caméra s’arrête sur le conseiller diplomatique du président, Emmanuel Bonne, entouré de trois collaboratrices, dans son bureau du 2, rue de l’Elysée. Le président français, qui s’est rendu quelques jours plus tôt à Moscou et Kiev, a entamé une médiation pour tenter d’empêcher la guerre.

Les quatre membres de la cellule diplomatique de l’Elysée suivent à distance l’échange téléphonique de leur « patron » avec le maître du Kremlin. Emmanuel Macron apparaît ferme, offensif, un brin péremptoire, voire cassant. Vladimir Poutine ne lâche rien, s’agace. « Ecoute-moi bien », lui lance-t-il. Derrière quelques formules de politesse russes, l’ironie, voire le cynisme, n’est jamais loin.

Le président français amorce la conversation, sans détour : « Je voudrais que tu me donnes d’abord ta lecture de la situation et peut-être de manière assez directe, comme on le fait tous les deux, me dire quelles sont tes intentions », dit-il.

« Que pourrais-je dire ? Tu vois toi-même ce qu’il se passe », rétorque Vladimir Poutine, en référence aux accords de Minsk censés ramener la paix dans l’est de l’Ukraine, où des séparatistes prorusses sont à la manœuvre depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Le président russe accuse son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, de vouloir acquérir l’arme nucléaire. « Non, n’importe quoi », commente Emmanuel Bonne.
« En fait, notre cher collègue, M. Zelensky, ne fait rien [pour les appliquer]. Il vous ment », attaque Vladimir Poutine, selon la traduction du documentaire, en parlant du président ukrainien. Il accuse au passage son homologue français de vouloir « réviser les accords » et demande que les propositions de paix des séparatistes soient prises en compte.

Emmanuel Macron s’insurge contre la démonstration de son interlocuteur : « Je ne sais pas où ton juriste a appris le droit. Moi je regarde juste les textes et j’essaie de les appliquer ! », lance-t-il. Vladimir Poutine revient à la charge, déplore que les séparatistes ne soient pas entendus. « On s’en fout des propositions des séparatistes ! », tranche le président français, ajoutant qu’elles ne sont pas prévues dans l’accord.

Emmanuel Macron en arrive finalement au but de son appel : convaincre Vladimir Poutine d’accepter une rencontre avec Joe Biden à Genève pour tenter d’amorcer une désescalade. « Pour ne rien te cacher, je voulais aller jouer au hockey sur glace (..) Là, je te parle depuis la salle de sport », réplique Vladimir Poutine à Emmanuel Macron.

Dans la foulée de cet appel, l’Elysée annoncera un sommet Biden-Poutine qui n’aura jamais lieu. Quatre jours plus tard, le constat est amer. « On ne l’a pas convaincu, il a envahi l’Ukraine », lâche Emmanuel Macron, sans fard, devant la caméra de Guy Lagache.

Kiev: la frappe aérienne russe

26.06.2022 Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, le 26 juin touchant un complexe résidentiel proche du centre de la capitale. Il s’agit «d’intimider les Ukrainiens à l’approche du sommet de l’Otan», organisation honnie par la Russie, a déclaré à des journalistes le maire de Kiev, Vitaly Klitschko

«À la suite d’un bombardement ennemi, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de neuf étages​, a indiqué sur la messagerie Telegram le service d’État pour les situations d’urgence. Au moins deux blessés ont été hospitalisés, a indiqué sur la messagerie Telegram le maire de la capitale, Vitaly Klitschko, précisant que des gens restaient « sous les décombres», le bilan pouvant s’alourdir.

Cette frappe a touché tôt dimanche matin un complexe résidentiel proche du centre de la capitale ukrainienne, qui avait été épargnée par des bombardements russes depuis début juin. Au moins deux blessés ont été hospitalisés, a indiqué sur la messagerie Telegram le maire de la ville, Vitaly Klitschko, précisant que des gens restaient «sous les décombres», le bilan pouvant s’alourdir. Il s’agit «d’intimider les Ukrainiens à l’approche du sommet de l’Otan», organisation honnie par la Russie, a déclaré à des journalistes M. Klitschko qui s’est rendu sur place. Le sommet de l’Alliance atlantique se tient du 28 au 30 juin à Madrid. Quatre explosions ont été entendues vers 06h30, une demi-heure après le déclenchement de sirènes anti-aériennes dans la capitale.

Russie: la livraison des missiles à la Biélorussie

26.06.2022 La Russie va livrer « dans les mois prochains » à la Biélorussie des missiles capables de transporter des charges nucléaires, annonce Vladimir Poutine en recevant le dirigeant Alexandre Loukachenko, en pleines tensions entre leurs pays et l’Occident autour de l’Ukraine.

Il s’agira « de systèmes de missile tactique Iskander-M, qui peuvent utiliser des missiles balistiques ou de croisière, dans leurs versions conventionnelle et nucléaire », selon Vladimir Poutine.

« Nous allons transférer à la Biélorussie des systèmes de missile tactique Iskander-M, qui peuvent utiliser des missiles balistiques ou de croisière, dans leurs versions conventionnelle et nucléaire », a annoncé le président Poutine.

Lituanie: l’interdiction de transit russe

20.06.2022 Depuis le 18 juin, la Lituanie interdit le transit ferroviaire par son territoire et à destination de Kaliningrad des marchandises russes sous sanctions européennes, soit 50 % de l’ensemble des produits. Pour Moscou, il s’agit d’une violation du droit international et d’une tentative de blocus de l’enclave russe située entre la Pologne et la Lituanie. (Image: illustration)

Les chemins de fer lituaniens ont interrompu, depuis le 18 juin à minuit, le transit ferroviaire depuis les régions de Russie en direction de Kaliningrad d’une série de produits et matériaux sanctionnés par l’Union européenne, informe le site russe Lenta.ru. Le blocage concernerait jusqu’à 50 % de la nomenclature des chargements, notamment les matériaux de construction, le ciment, le charbon et les métaux.

La tentative de quasi-blocus de la région de Kaliningrad du côté de la Lituanie constitue une violation de la souveraineté de la Russie sur l’enclave, a écrit ce 20 juin le sénateur russe Andreï Klichas sur sa chaîne Telegram, cité par le site Lenta.ru. Cela pourrait entraîner des réponses très sévères et tout à fait légales de la part de la Russie.”

“Nous estimons qu’il s’agit d’une violation grossière des protocoles régissant l’intégration des États baltes dans l’UE et des règles du libre transit”, s’est offusqué le gouverneur de la région russe enclavée entre la Pologne et la Lituanie, au bord de la mer Baltique, Anton Alikhanov.

Donetsk: des bombardements ukrainiens

19.06.2022 Cinq civils ont été tués et 12 autres ont été blessés samedi dans des bombardements ukrainiens à Donetsk, dans l’est séparatiste de l’Ukraine, ont indiqué les autorités locales prorusses dans un communiqué.(Image: illustration)

«À la suite des bombardements des forces ukrainiens, cinq personnes ont été tuées et 12 autres ont été blessées dans la République populaire de Donetsk (DNR)», a indiqué l’état-major des autorités locales dans le communiqué publié sur Telegram.

Donetsk est la capitale de facto de la «république» autoproclamée de Donetsk, dans le bassin houiller du Donbass situé dans l’est de l’Ukraine. Partiellement contrôlée par des séparatistes prorusses depuis 2014, cette région fait l’objet de combats acharnés entre forces ukrainiennes et forces russes qui ont lancé une offensive en Ukraine le 24 février.

«Dès le matin, des bombardements massifs de l’ennemi visent la capitale de la République» populaire de Donetsk, ont indiqué dans un communiqué les forces militaires prorusses de la DNR, dans un communiqué séparé, affirmant que plus de 200 obus d’artillerie de calibre 155 mm étaient tombés samedi sur plusieurs districts de Donetsk. Selon les agences de presse russes, les bombardements ont notamment touché un cinéma et un café du centre-ville.

Lavrov: France-Belgique la langue francaise

30.05.2022 Dans une interview accordée à TF1, le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a rappelé la justification de ce que la Russie nomme «l’opération militaire spéciale ». C’est ce que rapporte Het Laatste Nieuws. «Pour l’Occident, c’est semblable à ce qui est arrivé à la langue russe, à l’éducation russe, aux médias russes, qui ont été interdits par la loi », a-t-il déclaré à l’antenne. «Par exemple, comment la France réagirait-elle si la Belgique interdisait la langue française ?» M. Lavrov a également établi un parallèle avec deux autres pays.

« Ou que ferait l’Angleterre si l’Irlande interdisait l’anglais ? En Europe, on ne peut pas imaginer cela. Mais quand il s’agit du russe, personne en Europe ne s’en soucie.»

Le ministre russe a également rappelé que la reprise de la région ukrainienne du Donbass était une « priorité inconditionnelle » pour Moscou. L’armée russe prévoirait maintenant de repousser les forces ukrainiennes des régions du Donetsk et du Louhansk, deux régions que la Russie reconnaît comme des républiques populaires indépendantes. La région du Donbass serait alors « libérée du régime de Kiev».

Adrien Bocquet: la reponse aux critiques

26.05.2022 Depuis plusieurs jours, les différentes interventions médiatiques d’Adrien Bocquet sont massivement relayées en France et à travers le monde. Cet ancien militaire français explique revenir d’un séjour en Ukraine, et dénonce des crimes de guerre dont il prétend avoir été témoin. Il affirme que ces actes auraient été commis par des membres des forces ukrainiennes, plus précisément des militaires d’Azov.

Un récit largement relayé par Moscou et les sphères prorusses. Pourtant, si le Français est bien allé en Ukraine, son témoignage n’est appuyé par aucune preuve. Au contraire, CheckNews a pu rassembler plusieurs éléments qui le contredisent. A l’épreuve des faits, les différentes versions du récit d’Adrien Bocquet oscillent entre affabulations et mensonges grotesques.

C’est peu dire, pourtant, que sa couverture médiatique a été riche. En quelques jours, cet ancien militaire de 31 ans a multiplié les passages dans les médias pour faire la promo de son livre (une autobiographie qui parle de son opération médicale), et surtout pour raconter cette mission humanitaire qu’il aurait récemment effectuée en Ukraine.

Ancien fusilier commando, victime d’un grave accident, Adrien Bocquet s’est retrouvé paraplégique à l’âge de 21 ans. Prisonnier de son corps et de douleurs insupportables, il pense que la mort est sa seule porte de sortie.

Heureusement, il croise sur sa route un chirurgien qui lui parle pour la première fois de neuroscience, neuromodulation et neurostimulation, autant de techniques qui permettent de diminuer la douleur et de remarcher.

Lavrov: la polémique autour de Zelensky

Strasbourg 03.04.2022 Hitler «avait du sang juif» : ces déclarations du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov ont révolté Israël, qui a convoqué l’ambassadeur de Russie, et suscité la réprobation de certains pays occidentaux. Moscou a répété à maintes reprises vouloir «démilitariser» et «dénazifier» l’Ukraine, une ancienne république soviétique avec, à sa tête, des dirigeants pro-occidentaux, justifiant ainsi l’invasion lancée le 24 février.

Le président ukrainien Volodymyr «Zelensky fait valoir cet argument: comment le nazisme peut-il être présent (en Ukraine) s’il est lui-même juif. Je peux me tromper, mais Hitler avait aussi du sang juif», a dit M. Lavrov dimanche soir au groupe de médias italien Mediaset, et dont les propos ont été retranscrits sur le site de son ministère.

«Les propos du ministre Lavrov sont à la fois scandaleux, impardonnables et une horrible erreur historique », a condamné son homologue israélien Yaïr Lapid dans un bref communiqué. Il a précisé que l’ambassadeur de Russie en Israël avait été convoqué pour des «clarifications».

Suède: Ambassadeur de la Russie convoqués

02.05.2022 L’avion n’est resté que brièvement dans l’espace aérien de chacun des deux pays limitrophes.
Un incident qui intervient en pleine guerre en Ukraine et alors que les pays scandinaves s’inquiètent du risque d’escalade dans ce conflit.

L’incident s’est produit vendredi soir lorsqu’un avion de reconnaissance russe s’est introduit dans l’espace aérien danois à l’est de Bornholm, une île danoise de la mer Baltique, avant de pénétrer dans l’espace aérien suédois, cette dernière partie de l’épisode ayant été rendue public par la défense suédoise samedi, le 30 avril.

L’avion n’est resté que brièvement dans l’espace aérien de chacun des deux pays limitrophes. « Il s’agit d’un avion de reconnaissance qui s’est trouvé dans notre espace aérien un moment très court. Deux F-16 danois sont immédiatement intervenus », a indiqué à l’AFP un attaché de presse de la Défense danoise, Henrik Mortensen.

Dans ce cadre, les diplomates des deux pays scandinaves ont annoncé qu’ils convoquaient les ambassadeurs de Russie. « L’ambassadeur russe est convoqué au ministère des Affaires étrangères demain. Une nouvelle violation russe de l’espace aérien danois. C’est totalement inacceptable et particulièrement inquiétant dans la situation actuelle », a écrit le ministre danois des Affaires étrangères Jeppe Kofod sur Twitter.

Bolchoï: le changement d’affiche

02.05.2022 Le théâtre du Bolchoï de Moscou a annoncé le retrait de son affiche des spectacles prévus en mai de deux metteurs en scène ayant quitté la Russie et ayant communiqué publiquement leur opposition à l’offensive menée par celle-ci en Ukraine.

Dans un message publié sur Telegram lundi soir, le prestigieux théâtre a annoncé que le ballet « Nouréïev » de Kirill Serebrennikov et l’opéra « Don Pasquale » de Timoféï Kouliabine seraient remplacés par d’autres spectacles pour les six représentations prévues lors des jours fériés de mai.

Les raisons de ce changement ne sont pas connues. Joint par l’Agence France-Presse (AFP), le Bolchoï n’a pas commenté dans l’immédiat.

« Entrées précédentes