Archives des étiquettes : Portugal

UE en rouge et orange

Les régions du Danemark du Sud, des îles Ioniennes (Grèce), de Ceuta (Espagne), des Açores (Portugal) et la principauté d’Andorre seront, à partir de mercredi, le 9 juin, à nouveau colorées en rouge sur la carte des destinations de voyage que le SPF Affaires étrangères met à jour chaque dimanche sur la base des données et des critères du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Pour le mercredi 9 juin, quasi tous les pays de l’Union européenne et de l’espace Schengen auront un code soit rouge, soit orange. Seules certaines régions d’Europe sont épargnées et passent en code vert comme le Groenland et les îles Féroé (Danemark), le Molise (Italie), plusieurs régions finlandaises (Åland, Finlande occidentale, Finlande de l’Est et du Sud), les régions des Basses-Carpates et de Lubusz en Pologne, le nord-est et le sud-ouest de la Roumanie ainsi que Saint-Marin. Malte et l’Islande étaient déjà, et restent, en code vert.

Les ambassadeurs des 27 ont donné mercredi,le 2 juin, leur feu vert à l’ajout du Japon à la liste des pays tiers dont les voyageurs, même non vaccinés, peuvent être admis dans l’Union européenne, a-t-on appris de sources européennes.

Révisée régulièrement, cette liste comptera désormais huit pays: outre le Japon, y figuraient déjà l’Australie, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, Singapour, la Corée du Sud et la Thaïlande.

Portugal: Cartuxa parmi les 50 meilleurs vins

 Pour un voyageur qui souhaite entrer en contact avec la célébrité de l’univers des vins portugais, Cartuxa est un incontournable – un nom bien établi en Europe et à l’étranger, il produit les marques les plus exquises en blanc et rouge, mais c’est le rouge de Cartuxa, qui est répertorié dans le monde parmi les 50 meilleurs vins et parmi les plus chers du Portugal. Le prix moyen récent de Cartuxa Pera Manca Tinto atteint 300 €, et bien qu’il s’agisse d’un article de luxe, il est recherché. Certains «pèlerins» du vin viennent des autres continents à la cave pour acquérir une bouteille.

Voyage au portugal

Les touristes Français peuvent à nouveau voyager au Portugal depuis ce lundi 17 mai. L’État lusitanien a officialisé la nouvelle ce week-end : il lève la quarantaine de 14 jours et autorise les voyages touristiques pour la plupart des pays européens où le taux d’incidence du Covid-19 est «inférieur à 500 cas pour 100.000 habitants», a précisé le gouvernement dans un communiqué.

Un cas de figure qui concerne déjà la Grande-Bretagne et, depuis ce lundi la France, entre autres. La situation sanitaire s’améliore dans l’Hexagone, classé en «zone orange» depuis le 13 mai par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC): son taux d’incidence est majoritairement inférieur à 500 cas pour 100 000 personnes sur 14 jours.

Après l’Italie, qui a levé l’obligation d’isolement pour les Français le 15 mai, le Portugal rejoint les autres pays du sud de l’Europe dans une course acharnée pour accueillir à nouveau les voyageurs, Grèce, Espagne ou Croatie en tête. Tous attendent le déploiement du pass sanitaire européen, promis pour fin juin.

Après un hiver meurtrier marqué par plusieurs semaines au premier rang mondial en nombre de nouvelles contagions par rapport à sa population de 10 millions d’habitants, le Portugal a entamé le 1er mai la dernière étape d’un déconfinement graduel qui, pour l’heure, n’a pas provoqué de regain de l’épidémie de Covid-19. Cette embellie sanitaire avait amené Londres à placer le Portugal dans sa « liste verte » de 12 pays où ses ressortissants pourront se rendre à partir de lundi sans devoir rester en quarantaine à leur retour.

« Le Portugal est le seul pays de l’Union européenne à figurer dans cette liste », s’est félicité la secrétaire d’Etat au Tourisme, Rita Marques, qui a expliqué à l’AFP qu’étant donné « la proximité entre les deux pays, c’est important de chérir ce marché ».

Dès aujourd’hui, une trentaine de vols en provenance du Royaume-Uni sont attendus au Portugal, dont plus de la moitié à Faro, principale ville de la région touristique de l’Algarve (sud).

Macron affiche sa « cohésion »

Soixante-seize ans après la reddition de l’Allemagne nazie, la France commémore la victoire du 8 mai 1945 et Emmanuel Macron affiche sa cohésion avec l’armée. Le président de la République a passé un long moment à discuter avec les différents chefs d’états-majors réunis en cercle autour de lui, une discussion inhabituelle pour une commémoration du 8 mai. Cet entretien intervient quelques jours après la publication d’une tribune signée par plusieurs centaines de militaires qui critiquent ouvertement l’action du chef de l’État, quelque temps avant qu’une autre tribune de militaires ne soit publiée dans Valeurs Actuelles.

«Je n’ai pas souvenir d’avoir vu une telle image», commente le général Pellistrandi, rédacteur en chef de la revue Défense nationale, sur BFMTV. «Ce moment est historique, explique Jean Garrigues, historien spécialiste de la Ve République. C’est une réponse directe à la tribune des militaires».

La cérémonie a exceptionnellement été organisée en fin de journée, en raison du déplacemen du président de la République au Portugal à l’occasion d’un sommet européen.
Pour la deuxième année consécutive, la cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 a eu lieu sans public ce samedi, le 8 mei, en raison de la crise sanitaire. Exceptionnellement décalé à 18 heures, en raison du déplacement d’Emmanuel Macron au Portugal, le 76e anniversaire de la victoire des Alliés a démarré avec la dépose d’une gerbe de fleurs au pied de la statue du Général de Gaulle, située en bas de l’avenue des Champs-Elysées.

Après la traditionnelle Sonnerie aux morts, le président de la République a salué Hervé Gaymard, président de la Fondation Charles de Gaulle, ainsi que les membres de la famille du premier président de la Ve République.

Le chef de l’Etat a ensuite remonté en voiture les Champs-Elysées pour rejoindre l’Arc de Triomphe, place de l’Etoile, où l’attendaient les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande, quelques élus, membres du gouvernement dont la ministre des Armées Florence Parly à qui il a souhaité « un bon anniversaire, et de l’institution militaire.

Là, Emmanuel Macron a déposé une gerbe de fleurs et s’est recueilli quelques instants devant la tombe du Soldat inconnu, dont la flamme a été ravivée. La Marseillaise a ensuite été entonnée par le choeur militaire, avant qu’Emmanuel Macron n’aille saluer les quelques responsables politiques et militaires présents.

«Le geste est bien plus efficace que tous les discours, commente Jean Garrigues. S’il s’était exprimé, il se serait mis au même niveau que les généraux. Par cette discussion, il se place au-dessus, il expose le lien naturel qui unit le pouvoir civil au pouvoir militaire et marginalise la tribune».

Deux Européens sur trois seront affectés par des catastrophes climatiques

Plus de 150.000 Européens, soit cinquante fois plus qu’aujourd’hui, pourraient décéder d’ici 2100 en raison d’événements climatiques extrêmes si rien n’est fait pour endiguer la hausse des températures, estiment des scientifique dans leur étude sur le sujet, publiée par le Lancet Planetary Health, montre que les dérèglements climatiques vont devenir rapidement un fardeau pour les sociétés.

Floods

« Le changement climatique est l’une des plus grandes menaces du XXIe siècle pour la santé humaine », souligne Giovanni Forzieri, du Centre commun de recherche de la Commission européenne, qui a dirigé l’étude.

« A moins que le réchauffement planétaire soit freiné de manière urgente, quelque 350 millions d’Européens (contre 25 millions pour la période de référence) pourraient être exposés chaque année à des extrêmes climatiques néfastes d’ici la fin du siècle », ajoute-il

Les chercheurs estiment que deux Européens sur trois seront probablement affectés à la fin du siècle par des catastrophes liées au climat.

Le risque sera particulièrement accentué pour les pays du sud de l’Europe, Portugal, Espagne, Italie.

Selon le modèle employé par les scientifiques, le nombre de décès dus aux changements climatiques passera de 3.000 par an entre 1981 et 2010 à 152.000 par an entre 2071 et 2100 si aucune mesure n’est prise pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et l’impact des événements météorologiques extrêmes.

flooding-2048469_1280.jpg

L’étude a analysé les conséquences de sept catastrophes liées au climat, les plus meurtrières – canicules, vagues de froid, feux de forêt, sécheresses, inondations fluviales et côtières et tempêtes – dans les vingt-huit pays de l’Union européenne ainsi qu’en Suisse, Norvège et Islande.

L’équipe de chercheurs a examiné les archives de 1981 à 2010 pour estimer la vulnérabilité des populations, des données qu’elle a associées à une modélisation de l’évolution du changement climatique et de l’accroissement démographique.

Selon leurs conclusions, les vagues de chaleur sont de loin la catastrophe climatique la plus meurtrière et causeraient 99% des décès, passant de 2.700 morts par an sur la période 1981-2010 à 151.500 morts par an sur la période 2071-2100.

Le changement climatique représente 90% du risque, le reste étant lié à la croissance démographique, la migration et l’urbanisme.

#Portugal- un gigantesque feu de forêt

Un gigantesque feu de forêt a fait 57 morts et 59 blessés dans la région de Leiria, dans le centre du Portugal, dont une grande partie ont été piégés par les flammes dans leurs voitures, selon un nouveau bilan fourni par le gouvernement.

 

 

«Malheureusement, c’est sans doute la plus grande tragédie que nous ayons connue ces dernières années sur le front des incendies de forêt», a déclaré, ému, le Premier ministre portugais Antonio Costa, depuis le siège de la Protection civile près de Lisbonne.

Avec « Exploration du Monde », au Portugal, en Avril

C’est, pour une fois, avec une exploratrice, et non un un explorateur, que se clôture le cycle 2015-2016 des conférences d’ « Exploration du Monde ». Bien connue, en France, du public de « Connaissance du Monde » et de « Cap Monde », pour qui elle a présenté des films sur le Burundi, les Comores et le Zanzibar, avant de réaliser des reportages photos à Madagascar et en IrakMarie Dominique Massol termine sa 1ère tournée en Belgique, avec « Portugal, une identité, un destin », sur les traces historiques des « conquistadors », avec une « approche personnelle d’un peuple fier, debout, face à une crise qui n’en finit pas, un destin d’allers et de retours, de magnifiques rencontres, au plus proche de l’âme portugaise ».

Portugal 3

Partie à la recherche de l’identité portugaise à travers des portraits d’aujourd’hui, révélant le profond attachement à la terre des autochtones et les produits de leurs riches terroirs, notre conférencière évoque, avec passion, un pays qui n’a pas oublié son art de vivre, «famille, convivialité, gastronomie».

Appréciant les horizons lointains, elle nous confie qu’ « être une femme est un avantage, (vu que) nous suscitons la confiance …, les portes s’ouvrant naturellement »! … Quant à l’idée de réaliser ce reportage au sein d’un Etat de la Péninsule ibérique, bien plus proche de notre « plat pays », si cher à Jacques Brel, elle est, tout simplement, la conséquence d’un mariage auquel elle était invitée, la mariée étant d’origine portugaise. « Lisbonne m’a prise dans ses bras », continue-t-elle.

… Et alors que l’on voit, sur l’écran 2 oiseaux se bécoter, Marie Dominique Massol, littéraire à souhait, évoque l’oeuvre d’Henry de Montherlant (1895-1972), « La Légende de la Reine morte », mythe de l’amour éternel, à portée universelle, ayant pour cadre le Portugal du milieu du 14e siècle… Mais, revenant au 21ème siècle, notre oratrice défend la modernité du Portugal, 8ème pays au monde à avoir légalisé le mariage homosexuel, en mai 2010.

Portugal 2

Moins romantiques, des images d’une corrida, … mais, ici, au Portugal, sans mise à mort. Côté cuisine, elle nous parle des grillades de sardines et de la grande spécialité du pays, le « bachalau », plat de morue à la portugaise, … qui se décline, selon elle, de 365 manières.

… Mais si, dans la région du Ribatejo, l’agriculture est en croissance, en témoigne les nombreux greniers, à l’architecture particulière, construits pour conserver les céréales… , comme pour beaucoup d’Européens, les temps sont durs pour les Portugais, … qui doivent s’acquitter, sur certains produits, d’une « TVA » de … 23%, alors qu’ils doivent accepter, entre autres, une diminution de leurs jours de congé et une retraite moins attrayante.

PORTUGAL 4

Ceci devant être dit et écrit, reprenons la route, en suivant notre guide, aucunement avare en paroles, vers l’Alentejo, l’Algarve, la douce ville de Lisbonne et les superbes vues de son ascenseur de Santa Justa, du château St.-Georges, des ruelles de l’Alfama et de ses célèbres tramways, sans oublier, à quelques kilomètres de là, vers le Monastère de Belem, construit en 1502, à la demande du Roi Manuel 1er (1469-1521), en l’honneur du retour des Indes de Vasco de Gama (1469-1524).

 

Entre les vignobles, nous longeons le « fleuve d’or », le Douro, jusqu’à son embouchure, à Porto, dont le centre historique, comme celui d’Evora et à l’image de l’Université de Coimbra, est placé sur la « Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO ».

Et Marie Dominique Massol de nous parler du « porto », de cette « histoire d’amour entre l’homme et le vin », ce délicieux breuvage, mettant en valeur le travail des hommes qui, de nos jours encore, le raisin récolté, le piétine dans des cuves, avant de passer à la vinification et à la mise en fût… Reste, en fin de conférence, à être invités à une dégustation, … virtuelle, de ce « cépage doux, fin, suave », comme elle aime nous le décrire!!! …

"O Fado" (Jose Malhoa/1910)

« O Fado » (Jose Malhoa/1910)

… Et ce, sur l’écran, dans l’ambiance d’un « fado », figurant, depuis 2011, sur la liste du « Patrimoine immatériel de l’UNESCO », au titre de: « chant populaire urbain », tout en mélancolie, associant musique et poésie, accompagné, le plus souvent, d’instruments à cordes, sans oublier cet adage tant apprécié des Portugais: « Merci beaucoup mon Dieu de m’avoir donné ce petit pays pour naître et le monde entier pour y vivre »! …

Il ne vous reste qu’à assister à l’une des dernières projections de ce « ce film profondément humain nous ouvrant les portes d’un Portugal intime, (qui) se raconte et nous révèle une identité unique à travers une culture, un peuple au destin exceptionnel, toujours en mouvement…, (un) pays des mille et une richesses, de Faro à Porto et Lisbonne, sur la route des plages, des vins, des azulejos ou des forteresses, «Bem Vindo a Portugal!». Rencontre avec un Portugal ancré dans la réalité d’aujourd’hui, fier de ses traditions et attaché à sa terre ».

Séances programmées, en avril, au « Palais des Beaux-Arts » de Bruxelles (le 29/à 14h.30 & 20h.15 + le 30/à 16h.30), aux « Centres culturels » d’Uccle (13/20h.15 & 16/14h.30) et de Wolluwé St.-Pierre (17/15h.), ainsi qu’à Liège, au « Cinéma Le Parc » (23/ 14h. & 17h.), Ath (18), Auvelais (14), Dour (25), Eupen (22), Genval (11), Mouscron (20), Quaregnon (15), Soignies (28), Tournai (21), Verviers (19) et Waterloo (27). Pour plus de détails: http://www.explorationdumonde.be. A l’entracte ou chez un bon libraire, vous pourrez compulser et acquérir le livre de la conférence: « Portugal, une identité, un destin » (Marie Dominique Massol & André Alcade/Ed. « Patrimoines Medias »/Coll. « Beaux Livres »/cartonné/2014/160 p.).

Portugal Livre

 

 

Yves Calbert / Photos: (c) Marie Dominique Massol / Peinture de Jose Malhoa (1910).