Archives des étiquettes : Pologne

UE: le budget dans l’impasse

Le contentieux opposant la Hongrie et la Pologne, d’un côté, et leurs partenaires européens, de l’autre, sera résolu, a déclaré vendredi, le 20 novembre, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, tandis que Varsovie faisait valoir son droit à un “nouveau compromis”.

Selon le chef de gouvernement hongrois, plusieurs pistes sont possibles pour sortir les Vingt-Sept de l’impasse créée par le refus de Budapest et Varsovie d’approuver le budget pluriannuel pour 2021-2027 et un accord finira par être trouvé.

L’UE sont dans une nouvelle impasse depuis que la Hongrie et la Pologne ont décidé d’approuver le déblocage des fonds du plan de relance destiné à sortir les Etats membres de la récession due à la pandémie de COVID-19 soit conditionné au respect de l’Etat de droit.

“Il pourrait y avoir plusieurs solutions (…) pour lesquelles ce sont les aspects légaux qui prévalent et non une majorité politique et qui seraient acceptables par la Hongrie et la Pologne”, a dit Viktor Orban à la radio publique hongroise sans plus de précisions.

En Pologne, on estime que les deux pays réfractaires ont “le droit à un nouveau compromis” et que Varsovie a le droit de refuser d’accepter “ce qui est mal”.

“Nous avons le droit de chercher et de demander un nouveau compromis”, a plaidé Krzysztof Szczerski, le secrétaire général de la présidence polonaise.

Confrontés depuis l’automne à une deuxième vague épidémique, les Etats membres ont été contraints d’imposer de nouvelles restrictions et l’économie de l’UE, en récession lors des six premiers mois de 2020, devrait à nouveau se contracter au cours du dernier trimestre.

Face à cette situation, les Vingt-Sept attendent avec impatience le déblocage des fonds européens pour sauver le maximum d’emplois et d’entreprises.

L’Italie, un des principaux bénéficiaires du plan de relance européen, a dit le 20 novembre par la voix de Roberto Gualtieri, son ministre de l’Economie, espérer une issue positive lors du sommet européen des 10 et 11 décembre prochains.

Le paquet financier en discussion comprend un budget de 1.100 milliards d’euros pour la période 2021-2027 et un plan de relance de 750 milliards d’euros. Ni l’un ni l’autre ne peuvent être débloqués sans l’accord unanime des Etats membres et du Parlement européen.

Si la Pologne et la Hongrie refusent de lier le plan de relance au respect de certaines valeurs démocratiques, des Etats comme les Pays-Bas, ainsi que le Parlement européen, refusent de lever cette condition.

Szczyrk ski: explosion de gaz accidentelle

Huit personnes sont mortes le quatre novembre en Pologne dans l’effondrement d’un immeuble de trois étages provoqué par une explosion de gaz, dans la station de ski de Szczyrk (sud), rapportent jeudi les autorités locales.

Les corps de quatre enfants et quatre adultes, très probablement les membres de deux familles, ont été extraits des décombres.

Quelque 200 secouristes ont participé aux efforts de recherche.

Selon une compagnie locale de gaz, l’explosion a sans doute été provoquée par le percement accidentel d’une canalisation.

Descente d’Andrzej Bargiel sur le K2

Le 22 juillet dernier, l’alpiniste polonais Andrzej Bargiel réalisait la première descente intégrale à skis du K2 (8 611m), le deuxième plus haut sommet de la planète. Découvrez les vidéos de cet exploit:

Fort de plusieurs semaines d’acclimatation dans le Karakoram (Pakistan), Andrzej Bargiel est monté le 19 juillet vers le camp II. Le 20 juillet, il a atteint le camp III (7 000 m d’altitude). Le 22 juillet, le groupe dans lequel il était est parti à 4 heures du matin et a rejoint le sommet. Dans la foulée, Andrzej Bargiel est parvenu à réaliser l’intégralité de la descente à skis, sans avoir à poser de rappel. Une première dans l’histoire de l’himalayisme.

Un suspect djihadiste emprisonné en Pologne

Un Marocain (27) Mourad T., arrêté en septembre 2016 en Pologne, est directement lié au groupe Etat islamique et aux attentats de 2015 à Paris, a fait savoir mercredi le parquet national polonais.

Le suspect a été lié au groupe djihadiste en 2015 et 2016 et était un informateur d’Abdelhamid Abaaoud, considéré comme cerveau des attentats de 2015 à Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts.

“Des dossiers photos, et des instructions sur la mise au point d’engins explosifs(…) ainsi que des photos d’objets sur lesquels les explosifs devaient être utilisés, ont été découverts sur le téléphone de Mourad T.”, a déclaré le parquet national, sans divulguer le nom de famille du suspect.

“L’enquête a permis aussi d’établir que le suspect, Mourad T., était un collaborateur d’Abdelhamid Abaaoud, recruteur au sein de l’EI”, a ajouté le parquet. Abdelhamid Abaaoud est mort le 18 novembre 2015 lors de l’assaut nocturne mené par le RAID et la BRI contre un immeuble de Saint-Denis.

Le quotidien polonais Rzeczpospolita a fait état mercredi de l’arrestation du suspect. Le parquet a précisé qu’il avait été appréhendé à Rybnik, dans le sud-ouest de la Pologne, le 5 septembre 2016.

L’UE lance une procedure contre la Pologne

La Commission européenne a annoncé mercredi qu’elle engageait une procédure contre la Pologne face au risque de violation de l’Etat de droit, susceptible en théorie de déboucher sur une suspension des droits de vote de Varsovie au sein du Conseil européen.

“La Commission a conclu aujourd’hui qu’il existe un risque clair de violation grave de l’Etat de droit en Pologne”, dit la Commission dans un communiqué.

“Les réformes judiciaires en Pologne signifient que la justice du pays est désormais sous le contrôle politique de la majorité au pouvoir. En absence d‘indépendance judiciaire, de graves questions sont soulevées quant à l‘application effective du droit européen”, poursuit l‘exécutif européen.

Le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, a souligné que la constitutionnalité des lois en Pologne ne pouvait plus être garantie aujourd‘hui en Pologne.

“La Commission ne conteste pas le droit de la Pologne à réformer son système judiciaire, mais elle doit le faire dans le respect de sa propre Constitution et du droit européen”, a-t-il souligné.

L’exécutif européen se tient prêt au dialogue avec Varsovie, a poursuivi l’ancien ministre néerlandais des Affaires étrangères, assurant que “l’UE ne peut pas exister sans la Pologne”.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s’est dit prêt à dialoguer avec la Commission européenne lors d’une réunion en janvier.

 

Szydlo a fustigé ‘l’arrogance’ de Macron

La Première ministre polonaise Beata Szydlo a fustigé « l’arrogance » et « l’inexpérience » d’Emmanuel Macron en réponse à ses propos sur l’isolement de Varsovie.

“Je conseille au président de se montrer plus conciliant (…) Peut-être ses propos arrogants sont-ils dus à son manque d’expérience”, écrit Beata Szydlo dans une communiquée.

“Je conseille au président de se concentrer sur les affaires de son pays; peut-être peut-il obtenir les mêmes résultats économiques et le même degré de sécurité pour les citoyens (français) que ceux qui sont garantis en Pologne”, poursuit-t-elle.

Emmanuel Macron, ajoute la Première ministre, “ne décidera pas de l’avenir de l’Europe”.

Répondant au refus confirmé jeudi par Varsovie de réviser la directive européenne sur le travail détaché, le chef de l’Etat a estimé que les Polonais méritaient mieux qu’un gouvernement qui trahit selon lui les valeurs européennes.

La Pologne protège les travailleurs détachés

La Première ministre polonaise Beata Szydlo a affirmé jeudi, 24.08.2017, le refus de Varsovie de revenir sur la directive européenne sur le travail détaché.

« Nous défendrons jusqu’au bout notre position, parce que c’est une position qui est dans l’intérêt des travailleurs polonais », a déclaré Mme Szydlo à la presse.

Cette déclaration intervient alors que le président français Emmanuel Macron effectue une tournée dans l’est de l’Europe pour promouvoir un durcissement de la directive sur le travail détaché. Datant de 1996, la directive permet à une entreprise de l’UE d’envoyer à titre provisoire dans d’autres pays de l’Union ses salariés en continuant à payer les cotisations sociales dans le pays d’origine.

Pour M. Macron, cette directive constitue une concurrence déloyale pour le marché du travail français et est injuste pour les travailleurs français. La Pologne est le pays qui profite le plus de cette directive et est farouchement hostile à toute réforme. Environ 500.000 Polonais sont employés par des entreprises polonaises dans d’autres pays membres de l’UE. La France, qui a accueilli 286.000 salariés détachés déclarés en 2015, est le deuxième pays d’accueil derrière l’Allemagne, favorable elle aussi à des garde-fous.

#Bialowieza – la forêt menacée

Après plusieurs avertissements, la Commission européenne intente un recours contre la Pologne devant la cour de justice de l’UE. Le programme d’exploitation de la forêt de Bialowieza, l’une des dernières forêts primaires d’Europe. Le 25 mars 2016, les autorités polonaises ont adopté une décision permettant le triplement des opérations d’exploitation forestière dans ce district, ainsi que l’exploitation forestière de zones jusqu’à présent exclues de toute intervention. « Ces mesures, qui comprennent l’abattage d’arbres centenaires, représentent une menace grave pour l’intégrité de ce site Natura2000, qui protège des espèces et des habitats tributaires des forêts anciennes, y compris pour le bois mort qu’elles offrent », estime la Commission.

Compte tenu de l’ampleur des opérations forestières qui ont été lancées, la Commission demande également à la Cour l’adoption de mesures provisoires obligeant la Pologne à suspendre immédiatement l’abattage des arbres. Mais la menace ne semble pas impressionner le gouvernement polonais. « Nous n’avons pas peur d’un différend devant la Cour de justice de l’UE (…) Nous défendons juste le droit environnemental basé sur Natura 2000« , a déclaré le ministre polonais de l’environnement Jan Szyszko à l’agence de presse PAP.