Archives des étiquettes : police

Kabuga: l’un génocidaire présumé

Arrêté le 16 mai à l’aube dans un appartement d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), où il se cachait sous une fausse identité et avec un passeport “d’un pays africain”, Félicien Kabuga, 84 ans, était l’un des derniers génocidaires présumés encore en liberté.

Pendant le confinement, beaucoup de procédures ont été suspendues et on a eu le temps de creuser le dossier Kabuga”, raconte le colonel Eric Emeraux.

Une équipe d’enquêteurs internationaux et français a patiemment remonté les numériques, laissées par les enfants de l’homme d’affaires rwandais Félicien Kabuga pour mettre fin aux 25 années de cavale de celui qui est accusé par la justice internationale d’être le principal financier du génocide de 1994.

Une partie du sort judiciaire du fondateur de la radio-télévision des Mille-Collines, dont les diatribes appelèrent sans relâche les miliciens hutus Interahamwe à massacrer 800.000 Tutsis et Hutus modérés, s’est jouée pendant les longues journées de confinement dues au COVID-19, a déclaré le chef de l’Office de lutte contre les crimes contre l’Humanité (OCLCH) de la Gendarmerie nationale.

On s’est rendu compte que les traces des enfants qui protégeaient leur père convergeaient vers Asnières-sur-Seine. On a aussi découvert qu’il y avait un appartement loué par un des enfants à Asnières.”

On a mis en place une surveillance, des écoutes… et une fois qu’on a eu des bonnes raisons de penser qu’il y avait quelqu’un d’autre dans l’appartement, on a décidé d’ouvrir la porte”, poursuit le gendarme. “Mais on n’était pas sûr de ce qu’on allait trouver. Je n’en ai pas dormi la nuit précédente.”

Derrière la porte, enfoncée à l’aide d’un vérin le 16 mai à l’aube, et par laquelle se sont engouffrés 16 policiers d’élite du Peloton d’intervention de la garde républicaine, se trouvait bien l’un des hommes les plus recherchés au monde.

“Ça a été une immense surprise. Ça m’a fait l’effet d’une bombe”, témoigne Alain Gauthier, qui avec son épouse d’origine rwandaise, Dafroza, a consacré sa vie à traquer les génocidaires exilés en France, déposant des plaintes contre 25 d’entre eux, dont Agathe Habyarimana, la veuve du président rwandais tué dans un attentat en 1994.

Tout le monde semblait avoir un peu oublié Kabuga. On avait l’impression qu’on ne le recherchait plus vraiment. On l’avait dit à tellement d’endroits différents”, ajoute-t-il en évoquant un périple qui a mené au fil des ans l’homme d’affaires dans de multiples pays européens et africains.

#COLOMBES : une lettre d’allégeance à Daesh

L’homme qui a volontairement percuté deux policiers le 27 avril à #Colombes a déclaré qu’il «voulait mourir en tuant des policiers». Il avait écrit une lettre d’allégeance à Daesh. Le parquet national antiterroriste a été saisi.

Dans sa voiture BMW, les enquêteurs ont retrouvé un couteau et une «lettre expliquant son geste». Il y indique son allégeance à Daesh.

Lors de ses premières auditions, l’auteur des faits a dit qu’il «voulait mourir en tuant des policiers», selon une source proche du dossier. Au moment de son interpellation, il a dit avoir regardé des vidéos sur la Palestine avant d’agir, a expliqué le parquet de Nanterre.

La perquisition réalisée à son domicile n’a pour l’heure révélé «rien de significatif», indique une source judiciaire.

Dans l’attente des résultats d’une expertise psychiatrique, le parquet national antiterroriste (Pnat) restait en «observation», selon des sources concordantes.

Agé de 29 ans et inconnu des services de renseignement, le suspect aurait des antécédents psychiatriques datant de 2012.

Le 27 avril, peu après 17h30, il a foncé, au volant d’une BMW, sur deux motards de la police nationale qui étaient à l’arrêt en train de contrôler un véhicule à #Colombes (Hauts-de-Seine). L’un d’eux a été grièvement blessé, l’autre moins sérieusement.

Les deux policiers, souffrant de traumatismes aux jambes ont été transportés à l’hôpital, ainsi qu’un policier municipal, selon la même source. La Brigade criminelle est chargée de l’enquête, appuyée du Service départemental de la police judiciaire des Hauts-de-Seine.

COVID19: Castaner évoque des «tensions sporadiques»

Le niveau de tension observé ces dernières nuits dans certaines banlieues françaises n’est pas d’un niveau “exceptionnel” et la situation n’est pas comparable à celle qui prévalait lors des émeutes de 2005, a estimé jeudi le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, sur BFM TV.

“Ce sont des tensions qui ne sont pas d’un niveau de gravité exceptionnel mais qui se multiplient”, a déclaré le ministre.

Selon Christophe Castaner, ces violences prennent leur source dans “la dureté du confinement pour ces jeunes gens (…) qui pensent que ça serait ludique que d’attaquer les forces de police et d’attaquer les poubelles”.

Douze interpellations (se sont produites) dans la nuit de mardi à mercredi”, a-t-il dit. Il a évoqué une quinzaine de “faits importants avec des guets-apens organisés contre (les) forces de sécurité”.

Répondant au député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti qui a réclamé une intervention de l’armée, le ministre a rappelé que le parlementaire LR (Les Républicains) avait été confronté à de graves émeutes en 2005 lorsqu’il était au gouvernement et a considéré que la France n’était actuellement pas “dans ce schéma là”, évoquant des “tensions sporadiques”.

COVID19 : Castaner announce 1.400 malades

Près de 1.400 fonctionnaires du ministère de l’Intérieur sont atteints par le COVID-19 sur un total de 300.000 personnes, a annoncé le 9 avril le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, souhaitant que en France le virus soit considéré comme une maladie professionnelle.

Près de 1.400 fonctionnaires du ministère de l’Intérieur sont à ce jour reconnus affectés par le COVID-19 de manière avérée”, a-t-il déclaré lors d’une audition en visioconférence devant la mission parlementaire portant sur l’impact, la gestion et les conséquences de l’épidémie de coronavirus qui a fait près de 11.000 morts en France.

“Il faut reporter ça évidemment à l’ensemble de la population du ministère de l’Intérieur soit 300.000 personnes, donc ça nous fait un taux inférieur à 0,50% mais c’est un taux élevé”, a-t-il souligné.

Il me paraît évident que le facteur d’exposition accru au risque, même en observant strictement les gestes barrières et en bénéficiant des matériels de protection, est un sujet qui doit être pris en compte.”

Harpon: « comment tuer les infidèles? »

Mickaël Harpon, qui a tué quatre de ses collègues de la Préfecture de police de Paris en octobre dernier avant d’être abattu, avait effectué une recherche sur internet pour savoir “comment tuer les infidèles” peu avant son passage à l’acte, a-t-on appris  le 26 février de source judiciaire.

L’analyse toujours en cours des données du téléphone portable personnel de l’informaticien de 45 ans, converti à l’Islam depuis une dizaine années, renforce la piste d’une “attaque terroriste”, a ajouté la source, confirmant une information du journal Le Parisien.

Le Parquet national antiterroriste (PNAT) s’est saisi de l’enquête peu après les faits, mais l’analyse du matériel informatique professionnel de Mickaël Harpon n’avait pas permis jusqu’à présent d’accréditer la thèse d’un attentat, selon des sources judiciaires.

L’hypothèse d’un “délire mystique” d’un homme réputé fragile sur le plan psychologique était dès lors privilégiée. L’agent d’origine martiniquaise, qui souffrait de surdité, s’était plaint à plusieurs reprises par le passé d’être discriminé en raison de son handicap.

Les données contenues dans le téléphone personnel de Mickaël Harpon, dont les experts ont eu le plus grand mal à percer les codes, pourraient changer le cours de l’enquête.

Incident djihadiste à Metz

Un homme radicalisé (fiché S) qui brandissait un couteau dans une rue de la ville de Metz a été blessé par des policiers auxquels il a crié « Allah Akbar », a-t-on appris de sources concordantes.

Une enquête pour « tentative d’homicide sur agents de la force publique » a été ouverte, toujours selon le procureur. Cet incident survient deux jours après une attaque à Villejuif, en région parisienne: un homme de 22 ans, converti à l’islam et atteint de troubles psychiatriques, a tué un homme et blessé deux femmes à l’arme blanche dans cette ville, aux cris de « Allah Akbar », avant d’être abattu par la police.

Le parquet national antiterroriste français s’est saisi de l’enquête.

L’homme à Metz a crié « Allah Akbar » aux policiers venu l’interpeller, a-t-il ajouté, précisant que le parquet « a pris attache avec le parquet antiterroriste à Paris pour évaluation de l’affaire ». L’homme « a été placé en garde à vue en milieu hospitalier », a poursuivi le procureur. Aucune autre personne n’a été blessée dans l’incident.

#Villejuif: Attaque au couteau

Un homme a été abattu par la police après avoir tenté de poignarder plusieurs personnes à Villejuif, dans le Val-de-Marne, rapporte vendredi BFM TV, qui cite des sources concordantes.

La préfecture de police de Paris a déclaré sur Twitter qu’une intervention était en cours, sans fournir plus de précisions.

Une des personnes visées est en arrêt cardio-respiratoire, ajoute la chaîne d’information.

L’attaque s’est déroulée vers 14 heures dans le parc des Hautes-Bruyères, près d’un supermarché, ajoute BFM, précisant que l’homme, porteur d’un couteau, a tenté d’attaquer trois personnes au hasard.

L’agresseur a été neutralisé par au moins trois tirs de policiers sur place, selon BFM TV.

#Lille: alerte à la bombe dans le centre ville

Un périmètre de sécurité a été établi autour d’une voiture, près du marché de Noël, contenant trois bonbonnes de gaz.

La vitre arrière de la voiture était cassée et celle-ci n’appartenait pas au personnel du restaurant, c’est la raison pour laquelle la police a décidé de mettre en place un périmètre de sécurité de 400 m autour de cette voiture et de faire évacuer l’établissement ainsi que les habitants des rez-de-chaussée aux alentours

La vitre arrière de la voiture était cassée et celle-ci n’appartenait pas au personnel du restaurant, c’est la raison pour laquelle la police a décidé de mettre en place un périmètre de sécurité de 400 m autour de cette voiture et de faire évacuer l’établissement ainsi que les habitants des rez-de-chaussée aux alentours

Lettre ouverte des Gilets jaunes

Quatre activistes du mouvement des Gilets jaunes ont demandé un rendez-vous au Président de la République pour évoquer les “violences policières” et lui soumettre des revendications des protestataires non satisfaites, selon eux. 

https://twitter.com/j_rodrigues_off/status/1188738558913327104?s=21

Depuis bientôt un an, au sein du mouvement des Gilets jaunes, nous sommes en lutte contre les inégalités sociales et fiscales, contre toute forme de discrimination et pour une transition écologique socialement juste”, écrivent les auteurs dans cette lettre ouverte signée par Priscillia Ludosky et Jérôme Rodrigues.

Dans leur lettre ouverte les auteurs évoquent “les multiples dérives en matière de maintien de l’ordre et d’application des lois”, et disent vouloir remettre en mains propres au président une plate-forme de 59 propositions ayant reçu selon eux un million de votes en 33 jours. 

Interrogé au sujet de la demande de rendez-vous, l’Elysée n’a pas répondu dans l’immédiat.

Oslo: attaque dans l’ambulance volée

Plusieurs personnes ont été renversées le 22 octobre à Oslo par un homme conduisant une ambulance volée, selon la communiquée de la police. 

https://twitter.com/ketanj0/status/1186626305099489280?s=21

L’homme, qui était armé, a été interpellé. 

https://twitter.com/ketanj0/status/1186626305099489280?s=21

La police a précisé avoir tiré à plusieurs reprises sur le véhicule pour le contraindre à s’arrêter. Le suspect n’a pas été grièvement touché, a ajouté la police dans un communiqué.

L’assailant avait dérobé le véhicule dans le centre d’Oslo et pris la fuite, heurtant plusieurs personnes dans le quartier de Torshov. 

A ce stade, la police refuse de dire si elle travaille sur l’hypothèse d’une attaque délibérée. 

Elle n’a pas précisé non plus le nombre de personnes renversées, ni la gravité de leurs blessures.

Image: source Twitter

« Entrées précédentes