Archives des étiquettes : pass sanitaire

Station de ski sans pass sanitaire

Alpes-de-Haute-Provence 23.10.2021 Stations de ski: vers une ouverture des remontées mécaniques sans pass sanitaire, la bonne nouvelle pour les Alpes. Après une saison hivernale 2020 sans aucune remontée mécanique, les stations de ski s’apprêtent à rouvrir et espèrent pouvoir le faire sans contrainte. Bonne nouvelle, c’est ce que laisse entendre Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du Tourisme en visite à Sisteron ce jeudi 14 octobre.

« Cet hiver, c’est ouvert », le slogan a été lancé par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du Tourisme ce jeudi 14 octobre 2021, à Sisteron dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Un slogan derrière lequel se cachent les espoirs de toute une région, après une saison « blanche », où les stations avaient pu ouvrir mais où les remontées mécaniques étaient restées à l’arrêt.

« Les conditions n’étaient pas réunies l’an dernier, car il n’y avait pas la vaccination, le pass sanitaire. Cet été, on a pu laisser de nombreuses structures ouvertes grâce au pass sanitaire, il ne faut pas se l’interdire si cela peut permettre de sécuriser la saison », a expliqué le secrétaire d’État au tourisme en faisant référence à la saison touristique hivernale en station de montagne.

Un manque à gagner énorme pour un secteur déjà perturbé par le manque de neige récurrent.

Six milliards d’euros auraient été investis pour soutenir le tourisme de montagne, selon Jean-Baptiste Lemoyne.

« On est contents et heureux de pouvoir en fin accueillir de nouveau les futurs vacanciers, c’est une annonce qu’on attendait mais dont on se doutait aussi. Il faut savoir qu’on est encore en attente de certaines compensations », précise Béatrice Savornin, maire de Montclar dans la vallée de la Blanche, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Pour Chrisitian André, directeur de la société de gestion des activités touristiques de Risoul,  » c’est une bonne nouvelle, mais on reste prudent, aux vues de ce que nous avons vécu l’hiver dernier. C’était incroyable d’avoir des stations ouvertes, et des remontées fermées ».

Ce professionnel de la montagne et du tourisme retient que « la profession est capable de s’adapter, très rapidement à toute forme d’actualité favorable ou défavorable ».

Alain Robert escalade contre le passe

Alain Rober, 59, a escaladé à mains nues une tour du quartier d’affaires de La Défense ce mardi, le 7 septembre, Après plus d’une heure d’ascension, Alain Robert a été interpellé et placé en garde à vue à la mi-journée pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Alain Robert, surnommé le « Spider-Man français », a escaladé, ce mardi 7 septembre, à mains nues une tour du quartier d’affaires de La Défense, près de Paris, afin de marquer son opposition au dispositif du passe sanitaire, selon des informations de France Info.

Après un peu plus d’une heure d’ascension, avec simplement des protections autour des doigts, Alain Robert a été interpellé et placé en garde à vue à la mi-journée pour « mise en danger de la vie d’autrui », selon les constatations d’un journaliste de l’AFP.

Alain Robert avait donc décidé d’escalader la tour Total Coupole, haute de 187 mètres. Il était accompagné pour la première fois de trois jeunes grimpeurs âgés de 21, 28 et 33 ans.

Alain Robert s’est confié aux médias avant cette action : « C’est une ascension contre le passe sanitaire, qui embête tout le monde. C’est une atteinte aux libertés fondamentales, ce passe est une honte. C’est également un hommage à Jean-Paul Belmondo, qui faisait ses cascades lui-même ».

Pour la onzième fois de sa « carrière », le célèbre grimpeur de 59 ans s’est lancé à l’assaut de la tour Total Coupole, haute de 187 mètres. Une ascension de « difficulté moyenne », a-t-il expliqué à la presse.

D’ordinaire solitaire, il est accompagné pour la première fois de trois jeunes grimpeurs âgés de 21, 28 et 33 ans, qui ont confié leur « honneur » de se joindre à une légende de la discipline.

Alain Robert s’est rendu célèbre dans le monde entier pour avoir escaladé à mains nues, en général sans assurance et surtout sans autorisation plus d’une centaine de gratte-ciel et autres monuments urbains. En mars 2020, il était monté en haut de la Tour Agbar à Barcelone pour protester contre la peur du coronavirus.

ANTI-PASS: Manifestation 28 août

28.08.2021 C’est la septième journée de mobilisation des anti-pass sanitaire. Quelques rassemblements ont déjà eu lieu samedi 28 août avant midi, à Toulouse (Haute-Garonne) notamment. À Paris, la manifestation a lieu dans l’après-midi.

Samedi 28 août, y aura-t-il plus ou moins de monde que samedi dernier à la manifestation anti pass sanitaire de Paris ? « C’est la question centrale de la journée.

D’après les services de renseignements de la police, on attend entre 140 et 180 000 manifestants » cet après-midi, relate le journaliste Carol Cuello en direct de la place Denfert-Rochereau. « Si c’est confirmé, cela prouverait qu’il y a un tassement de la mobilisation », poursuit-il.

Aujourd’hui, il devrait y avoir autour de 200 défilés dans toute la France, quatre à Paris. Les plus importantes sont attendues à Toulon (Var) et à Montpellier (Hérault) », précise Carol Cuello. « Aujourd’hui, la vaccination des enfants est devenue le thème central de la mobilisation », conclut le journaliste.

Le pass sanitaire passera l’été, peut-être même l’automne. Le pass sanitaire pourrait être prolongé au-delà du 15 novembre « si le Covid ne disparaissait pas de nos vies » d’ici cette échéance fixée par la loi, a déclaré jeudi 26 août le ministre de la Santé, Olivier Véran.

« Ce pass ne peut être prolongé au-delà du 15 novembre, sans quoi il nous faudrait un nouveau texte de loi, qui serait à nouveau débattu au Parlement », a rappelé M. Véran lors d’une conférence de presse.

« Je ne dis pas que ça ne peut pas arriver, ça pourrait arriver si le Covid ne disparaissait pas de nos vies dans les trois prochains mois », a-t-il ajouté.

Resto: une semaine de tolérance

06.08.2021 La nouvelle loi sur les mesures anti- Covid, dont l’extension controversée du pass sanitaire, va bientôt entrer en vigueur, sous réserve de l’accord du Conseil constitutionnel.

« Le Conseil constitutionnel a indiqué qu’il rendrait sa décision le 5 août prochain, la loi sera donc promulguée dans la foulée, avec une entrée en vigueur que nous prévoyons pour le 9 août », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue du Conseil des ministres.

Il y aura « au départ, un temps d’adaptation, de tolérance, de pédagogie, d’accompagnement pour les acteurs concernés » par l’obligation de présenter un pass sanitaire, a-t-il répété, en évoquant la « période de rodage d’une semaine » accordée aux établissements qui s’y soumettent déjà.

« Pour les acteurs des transports, de la restauration, des bars et les acteurs qui appliqueront le pass sanitaire à compter de cette date, il y aura évidemment ce temps d’adaptation et de rodage dans un premier temps », selon M. Attal. Le pass sanitaire est obligatoire depuis le 21 juillet dans les lieux de loisirs et de culture (cinémas, musées…) qui rassemblent plus de 50 personnes.

Il doit être étendu aux cafés-restaurants, foires et salons, avions, trains et cars longs trajets, ainsi qu’aux établissements médicaux.

Conseil constitutionnel: un recours de députés

26.07.2021 Ces parlementaires estiment qu’en l’état, la loi générerait des atteintes disproportionnées aux libertés. Matignon avait déjà effectué une saisine du Conseil constitutionnel sur ce texte.
Adopté définitivement dimanche, le 25 juillet, par le Parlement, le projet de loi « relatif à la gestion de la crise sanitaire » fait l’objet d’un recours déposé par 74 députés de gauche devant le Conseil constitutionnel, a-t-on appris ce lundi. Une première saisine avait déjà été effectuée par Matignon.

Les députés, notamment issus des groupes Gauche démocrate et républicaine, La France insoumise, Socialistes et apparentés et Libertés et Territoires, estiment que certaines dispositions, « en raison de leur caractère disproportionné, (sont) manifestement contraires à plusieurs droits et libertés que la Constitution garantit », selon le communiqué.

Les parlementaires visent particulièrement le pass sanitaire et pointent entre autres une atteinte à la liberté d’aller et venir qui serait constituée par la nécessité de présenter un pass sanitaire pour les voyages sur de longues distances en train ou en avion, ou encore pour se rendre dans certains centres commerciaux ou lieux de restauration comme les bars et restaurants.

Loi Pass sanitaire

23.07.2021 C’est le 9e texte de loi contre la «Covid-19 » depuis mars 2020. Au bout d’une nuit blanche marquée par d’âpres débats, l’Assemblée nationale a adopté peu après 5h30 ce vendredi,le 23 juillet, en première lecture, le nouveau projet de loi anti-Covid qui prévoit l’extension controversée du pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour les soignants.

Les députés ont voté en première lecture ce 9e texte anti-Covid depuis mars 2020 par 117 voix pour et 86 contre. Celui-ci est désormais entre les mains des sénateurs qui doivent l’examiner à partir de vendredi le 23 juillet pour une adoption définitive que l’exécutif souhaite acter d’ici la fin du weekend face à la remontée en flèche de l’épidémie en raison de la propagation du variant Delta.

400 amendements entre 1h et 6h du matin:

Un peu plus tôt dans la nuit, les députés avaient adopté par 132 voix contre 106, peu avant 0h40, l’article 1 du projet de loi gestion de la crise sanitaire qui étend le champ d’application du pass sanitaire, présenté par le gouvernement comme la meilleure arme face au rebond de l’épidémie du Covid-19.
Mais il restait alors encore 400 amendements encore à examiner…

Des débats tendus

Les passes d’armes entre le gouvernement et les oppositions ont notamment eu comme point d’orgue jeudi, le 22 juillet, une disposition de ce texte ouvrant la voie à un licenciement pour des travailleurs d’établissement recevant du public qui refuseraient d’obtenir un pass sanitaire (parcours vaccinal complet ou test récent).

Le projet de loi prévoit en outre l’isolement obligatoire pour les malades. Le gouvernement a fait voter des amendements pour éviter les pertes de revenus pour les travailleurs isolés en raison de leur contamination.

En toute fin des discussions vers 5h du matin, le gouvernement est revenu sur deux amendements votés au cours de l’examen du texte avec un nouveau vote qui a notamment remis l’obligation du pass sanitaire pour les patients non urgents ou les visiteurs dans les établissements de santé et maisons de retraite.

Un projet contesté
Vivement contesté par une frange de l’opinion, le projet de loi traduit les annonces du 12 juillet d’Emmanuel Macron. Si l’obligation vaccinale étendue aux soignants, sapeurs-pompiers ou encore professionnels auprès des personnes âgées fait à peu près consensus, ce n’est pas le cas de l’extension du pass sanitaire (parcours vaccinal complet ou test récent), prévue pour début août dans les cafés-restaurants, objet de vives critiques de la gauche à l’extrême droite.

Avec près de 1.200 amendements déposés sur le projet de loi, les débats ont été tout sauf apaisés dans l’hémicycle où gauche et droite ont dénoncé une discussion entamée depuis mercredi après-midi, à marche forcée.

Les yeux rivés sur les courbes de contamination en hausse, l’exécutif n’a cessé d’exhorter les députés à valider son projet de loi face à la «gravité de la situation » selon le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Suisses opposent au pass sanitaire

22.07.2021 En l’espace de quatre semaines, un nombre incroyable de 187’433 signatures ont été collectées, cela n’avait jamais été fait auparavant», a déclaré l’association Amis de la Constitution, participant à la récolte de signatures. Le Conseil fédéral avait d’ores et déjà agendé une éventuelle votation au 28 novembre, sous réserve du succès de la récolte des signatures. La Chancellerie fédérale doit désormais vérifier la validité de celles-ci, et confirmer ensuite la tenue du vote.
Les opposants au pass sanitaire ont déposé les paraphes nécessaires à la tenue d’un vote populaire. Celui-ci aura lieu le 28 novembre.

[…] Les rangs des opposants aux mesures sanitaires se sont étoffés récemment, avec notamment les Jeunes UDC qui se sont ralliés au référendum. Ils dénoncent la création d’une «société à deux vitesses» et des discriminations à l’égard des non-vaccinés. Dans un récent communiqué de presse, les Amis de la Constitution allaient même jusqu’à dire que les agissements du Conseil fédéral étaient «dignes des pires heures du stalinisme».

Aujourd’hui, en Suisse, rien de tout cela pour le moment. L’ordonnance du 23 juin dernier fixe trois catégories. Le certificat est obligatoire en discothèque et pour les grandes manifestations (zone rouge). Il est optionnel dans les restaurants, les bars, les théâtres ou les salles de fitness: si les tenanciers l’exigent, ils peuvent abandonner toutes les mesures sanitaires (zone orange). Enfin, le certificat ne peut pas être demandé dans les transports publics ou les supermarchés, par exemple (zone verte).

Pass sanitaire pour restaurants

21.07.2021 Interrogé sur TF1, Jean Castex a indiqué ce mercredi, le 21 juillet, que les restaurateurs devront demander le pass sanitaire des clients mais ne vérifieront pas l’identité. Ce sera du ressort des forces de l’ordre, a indiqué le premier ministre. Il s’agissait d’une préoccupation des professionnels de la restauration qui avaient écrit à Jean Castex à ce sujet.

Préparez vos justificatifs pour aller dans les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes (contre 1.000 auparavant), les Français doivent désormais présenter une preuve de vaccination ou un test Covid-19 négatif (PCR), alors que le nombre des contaminations explose en raison du variant Delta, plus contagieux.

Avec 18.000 contaminations en vingt-quatre heures, soit 150 % de plus sur une semaine, «nous n’avons jamais connu cela» a mis en garde mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui n’hésite plus à parler de «quatrième vague». Le masque en extérieur fait son retour dans les zones touristiques où l’épidémie repart (Haute-Garonne, Charente-Maritime…).

Depuis l’allocution du président de la République Emmanuel Macron, lundi 12 juillet, des réfractaires au vaccin et surtout au pass sanitaire, secouent le pays. À l’heure où certains citoyens montrent leur mécontentement par des manifestations, d’autres vont beaucoup plus loin et diffusent des menaces de mort. Des députés de la majorité ont témoigné dans les colonnes du Figaro, ce mardi 20 juillet, pour dénoncer les violents messages qu’ils reçoivent quotidiennement depuis plusieurs jours. « On est régulièrement les cibles de menaces et de mails, mais là ça va crescendo dans la déraison totale » a confié anonymement une députée pour « ne pas inquiéter sa famille ».

L’extension du pass sanitaire a fait l’objet d’un avant projet de loi lors du Conseil des ministres le 19 juillet, puis il sera examiné par l’Assemblée nationale à partir du 21 juillet. Lors de son allocution du 12 juillet, Emmanuel Macron a annoncé l’extension du pass sanitaire à de nouveaux lieux à partir de 12 ans :

A partir du 21 juillet : à tous les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Cela concerne :

Terrasse: table à six personnes

Ce jeudi, Emmanuel Macron a annoncé plus concrètement le calendrier du déconfinement français.

Le couvre-feu en vigueur pour lutter contre le Covid-19 sera décalé à 21h00 le 19 mai, puis à 23h00 le 9 juin, avant d’être totalement levé le 30 juin, a indiqué Emmanuel Macron à la presse régionale (PQR) jeudi.

Cet agenda des réouvertures, communiqué à la PQR et dévoilé par plusieurs quotidiens, prévoit aussi une fin de l’attestation pour les déplacements en journée à compter du 3 mai.

Les commerces, terrasses de bars et restaurants ainsi que les lieux culturels, dont les cinémas et les musées, rouvriront à partir du mercredi 19 mai, a également indiqué le président.

À cette date les tables en terrasse seront limitées à six personnes, alors que les musées, monuments, cinémas, théâtres et salles de spectacle avec public assis pourront reprendre leur activité avec un maximum de 800 personnes en intérieur et 1000 en extérieur.

Les événements avec plus de 1000 personnes seront autorisés le 30 juin, avec pass sanitaire, c’est-à-dire sur présentation d’un test négatif ou d’un certificat d’immunité.