Archives des étiquettes : Paris

Gilets noirs au Panthéon: « honte »au gouvernement

Plusieurs centaines d’ndividues sans-papiers ont occupé le Panthéon, en plein cœur de Paris, le 12 juillet, pour réclamer leur régularisation et un rendez-vous avec le Premier ministre Édouard Philippe. Dans un communiqué, ils se présentent comme «des sans-papiers, des sans-voix, des sans-visages pour la République française» et demandent «papiers et logements pour toutes et tous». «On ne veut plus avoir à négocier avec le ministère de l’Intérieur et ses préfectures. On veut parler au premier ministre Édouard Philippe, maintenant!», insistent-ils.

À l’initiative des collectifs Droits devant et Gilets noirs, quelque 700 sans-papiers et leurs soutiens ont brièvement occupé le Panthéon ce vendredi après-midi. Le monument, où sont inhumés de grands personnages du pays, a été évacué dans le calme et les occupants ont patienté à l’arrière du bâtiment, encadrés par les forces de l’ordre.

Une vidéo diffusée sur Twitter, filmée à l’intérieur, montre un homme hurlant dans un micro: «Hier colonisé, aujourd’hui exploité, demain régularisé!» Tandis que sous la coupole, agitant leurs tracts blancs, les autres scandent  « gilets noirs! », du nom d’un collectif de migrants de la région parisienne.

« Il est INADMISSIBLE de voir des clandestins revendicatifs occuper, en toute impunité, ce haut lieu de la République qu’est le Pantheon », a écrit Marine Le Pen sur son compte Twitter. « En France, le seul avenir d’un clandestin devrait être l’expulsion, car c’est la LOI. »

« Occupation du par des sans-papiers : honte au Gouvernement qui laisse faire cette profanation ! Il ne doit pas céder au chantage. Que les clandestins déboutés du droit d’asile soient expulsés ! La France doit se faire respecte« , a écrit sur son compte Twitter Nicolas Dupont-Aignan.

Gilets jaunes célèbrent six mois

Le mouvement des Gilets jaunes, qui a célébré dans le calme six mois de mobilisation émaillés de violences, a atteint son étiage après avoir obtenu des mesures pour un montant d’environ 15 milliards d’euros, dont cinq de baisse d’impôts.

Le ministère de l’Intérieur a compté 15.500 participants dans toute la France, dont 1.600 à Paris, la plus faible mobilisation depuis six mois. Le précédent plus bas avait été atteint samedi dernier, avec 18.600 personnes.

Pour le chef de l’Etat, le mouvement doit maintenant cesser.

Je crois que pour celles et ceux qui continuent aujourd’hui à faire cela, il n’y a plus de débouché politique. Nous avons fait notre part du travail”, a-t-il déclaré en marge d’un déplacement à Biarritz.

Gilets jaunes – Acte XXVI


Le XXVI samedi d’action des Gilets jaunes, marqué par une mobilisation qui semblait à nouveau en baisse, s’est déroulé dans le calme à Paris, mais des incidents ont été signalés en région, en particulier à Nantes et Lyon.

Selon les chiffres de la mobilisation arrêtés à 14h00 diffusés par le ministère de l’Intérieur, 2.700 personnes ont défilé en France, dont 600 à Paris, contre 3.600 la semaine dernière à la même heure dont 1.070 à Paris.

A Lyon, où se sont rassemblées quelque 3.000 personnes venues de toute la France, des échauffourées ont eu lieu entre manifestants, forces de l’ordre et black blocs, malgré le déploiement d’un important dispositif policier. La police a eu recours aux gaz lacrymogènes tandis que les manifestants jetaient des bouteilles et des pierres.

La préfecture a fait état de quatre interpellations et dix blessés parmi les forces de l’ordre.

 

1er Mai: “Répression inouïe” de la manifestation

La CGT a dénoncé une “répression inouïe” à l’occasion de sa manifestation du 1er-Mai à Paris, qui a donné lieu à des heurts avec les forces de l’ordre et dont son secrétaire général, Philippe Martinez, a selon elle été victime.

En réponse à ces protestations, la préfecture de police de Paris a démenti avoir pris la CGT pour cible.

Selon des journalistes sur place, des dizaines d’individus violents se sont mêlés aux manifestants en tête du cortège de la CGT et de plusieurs autres syndicats, qui s’est déroulé entre Montparnasse et la place d’Italie.

«Les forces de l’ordre ont pour mission de faire respecter l’ordre républicain, qui permet à chacun d’exprimer ses opinions en toute sécurité. La CGT n’a jamais été la cible des policiers et gendarmes qui ont assuré leur mission avec détermination face à des casseurs violents », a déclaré la préfecture de police dans un communiqué posté sur Twitter.

Gilets jaunes Acte XXIV


Plusieurs milliers de personnes participaient en France, aux premières manifestations de Gilets jaunes organisées depuis les annonces d’Emmanuel Macron pendant le Grand Débat, qui a dévoilé le 25 avril  un train de mesures censées répondre au malaise social.

Aucun incident majeur n’est venu perturber ce XXIV samedi consécutif de mobilisation des Gilets jaunes, qui ont cette fois choisi Paris et Strasbourg comme principaux points de ralliement.

A Strasboug environ 2.000 personnes se sont rassemblées, selon la préfecture. Les forces de l’ordre ont fait usage, à plusieurs reprises, de gaz lacrymogène pour les disperser aux abords du quartier du Parlement européen, où les cortèges étaient proscrits par arrêté préfectoral.

Le ministère de l’Intérieur a recensé 5.500 manifestants dans tout le pays à 14h00 (12h00 GMT), un chiffre en repli par rapport à la semaine dernière – 9.600 personnes avaient alors été comptabilisées à la même heure.

Gilets Jaunes – Acte XXIII

Des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre en province et à Paris, où les Gilets jaunes défilaient pour une XXIII  samedi consécutif, marqué par un regain de mobilisation.

Notre-Dame: piste accidentelle privilégiée

La piste accidentelle est privilégiée à ce stade dans l’enquête sur l’incendie qui a détruit une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, a annoncé le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz.

J’indique très clairement que rien en l’état ne va dans le sens d’un acte volontaire, c’est donc une piste accidentelle qui est privilégiée à ce stade”, a-t-il déclaré lors d’un point de presse au lendemain du sinistre.

Rémy Heitz a assuré que tous les moyens seraient mis en oeuvre pour connaître l’origine de l’incendie et confirmé que les auditions des témoins étaient toujours en cours.

« Entrées précédentes