Archives des étiquettes : Paris

Anne Hidalgo la maire de Paris

La maire socialiste sortante de Paris Anne Hidalgo remporterait le second tour des élections municipales avec 50,2% des voix, selon des estimations Harris interactive pour TF1/LCI/RTL publiées dimanche.

L’édile devancerait la candidate du parti Les Républicains Rachida Dati (32%) et celle du parti présidentiel, La République en marche, Agnès Buzyn (16%), selon ces estimations.

Tour Eiffel rouvert pour les visiteurs

La Tour Eiffel, fermé aux visiteurs depuis le 13 mars en raison de la pandémie liée à la COVID-19, a rouvert ce jeudi 25 juin après sa plus longue fermeture depuis la Seconde Guerre mondiale.

Jusqu’à début juillet, les visiteurs ne pourront emprunter que les escaliers pour grimper dans ce monument emblématique de 324 mètres, et ils ne pourront pas monter au-delà du deuxième étage.

Les ascenseurs restent fermés pour l’instant en raison du risque de promiscuité susceptible de favoriser la propagation du nouveau coronavirus.

Les responsables de la Tour Eiffel espèrent revenir à une activité normale dans le courant de l’été.

Cette réouverture n’est que partielle et s’accompagne de strictes mesures d’hygiène avec port du masque obligatoire au-dessus de enfants de 11 ans.

Kabuga: l’un génocidaire présumé

Arrêté le 16 mai à l’aube dans un appartement d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), où il se cachait sous une fausse identité et avec un passeport “d’un pays africain”, Félicien Kabuga, 84 ans, était l’un des derniers génocidaires présumés encore en liberté.

Pendant le confinement, beaucoup de procédures ont été suspendues et on a eu le temps de creuser le dossier Kabuga”, raconte le colonel Eric Emeraux.

Une équipe d’enquêteurs internationaux et français a patiemment remonté les numériques, laissées par les enfants de l’homme d’affaires rwandais Félicien Kabuga pour mettre fin aux 25 années de cavale de celui qui est accusé par la justice internationale d’être le principal financier du génocide de 1994.

Une partie du sort judiciaire du fondateur de la radio-télévision des Mille-Collines, dont les diatribes appelèrent sans relâche les miliciens hutus Interahamwe à massacrer 800.000 Tutsis et Hutus modérés, s’est jouée pendant les longues journées de confinement dues au COVID-19, a déclaré le chef de l’Office de lutte contre les crimes contre l’Humanité (OCLCH) de la Gendarmerie nationale.

On s’est rendu compte que les traces des enfants qui protégeaient leur père convergeaient vers Asnières-sur-Seine. On a aussi découvert qu’il y avait un appartement loué par un des enfants à Asnières.”

On a mis en place une surveillance, des écoutes… et une fois qu’on a eu des bonnes raisons de penser qu’il y avait quelqu’un d’autre dans l’appartement, on a décidé d’ouvrir la porte”, poursuit le gendarme. “Mais on n’était pas sûr de ce qu’on allait trouver. Je n’en ai pas dormi la nuit précédente.”

Derrière la porte, enfoncée à l’aide d’un vérin le 16 mai à l’aube, et par laquelle se sont engouffrés 16 policiers d’élite du Peloton d’intervention de la garde républicaine, se trouvait bien l’un des hommes les plus recherchés au monde.

“Ça a été une immense surprise. Ça m’a fait l’effet d’une bombe”, témoigne Alain Gauthier, qui avec son épouse d’origine rwandaise, Dafroza, a consacré sa vie à traquer les génocidaires exilés en France, déposant des plaintes contre 25 d’entre eux, dont Agathe Habyarimana, la veuve du président rwandais tué dans un attentat en 1994.

Tout le monde semblait avoir un peu oublié Kabuga. On avait l’impression qu’on ne le recherchait plus vraiment. On l’avait dit à tellement d’endroits différents”, ajoute-t-il en évoquant un périple qui a mené au fil des ans l’homme d’affaires dans de multiples pays européens et africains.

Notre-Dame: la reprise du chantier

La phase de préparation à la reprise du chantier de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée par un incendie en avril 2019, a démarré le 27 avril avec de nouvelles règles sanitaires pour les architectes et les ouvriers.

Déjà suspendus l’an dernier en raison d’un risque de contamination liée aux particule de plomb, les travaux de consolidation et de sécurisation de l’édifice gothique ont été une nouvelle fois interrompus mi-mars à cause de la pandémie de coronavirus.

Il faut réaménager ce que nous appelons la base de vie” pour prendre en compte les nouvelles normes sanitaires et éviter la propagation du virus, a expliqué Mgr Patrick Chauvet le recteur de la cathédrale.

Des aménagements sont notamment prévus concernant l’accès aux vestiaires, aux douches ou encore aux postes de travail. Des chambres d’hôtel ont par ailleurs été réservées près de la cathédrale pour les ouvriers n’habitant pas à Paris.

Concernant la reprise des travaux à proprement parler, l’objectif principal reste le démontage de l’échafaudage. “Quand il sera enlevé, on pourra dire que toute la phase de sécurisation sera terminée”, a estimé le recteur.

L’incendie le 15 avril 2019 de la cathédrale, qui avait notamment provoqué l’effondrement de la flèche érigée par Eugène Viollet-le-Duc au XIXe siècle, avait engendré un afflux de plusieurs centaines de millions d’euros de promesses de dons pour sa reconstruction.

Face à la vague d’émotion soulevée en France comme à l’étranger, Emmanuel Macron avait fixé comme objectif une reconstruction de l’édifice en cinq ans et une finalisation en 2024, un objectif réaffirmé le 15 avril dernier par le chef de l’Etat français.

Maison Saint-Laurent à son rythme

La maison Saint Laurent se retire du calendrier des Fashion weeks de 2020 et présentera les collections à son rythme.

«Saint Laurent ne présentera pas ses collections dans le cadre des calendriers officiels de l’année 2020 », a annoncé le 27 avril son directeur artistique, Anthony Vaccarello (38).

«Saint Laurent décidera de son agenda et ses lancements suivront un plan optimiste guidé par les besoins de la créativité », souligne Anthony Vaccarello.

Le créateur belge a publié son message, sur Instagram, sur fond de la tour Eiffel scintillante, cadre traditionnel des défilés de la maison courus par les célébrités.

Jeunes renards dans Père-Lachaise

Ces adorables boules de poils ont été photographiées en fin de semaine par le conservateur du cimetière du Père-Lachaise (XXe) en train de se balader dans les allées et entre les tombes de ce lieu déserté par les promeneurs depuis le début du confinement.

« Depuis cinq ou six ans, nous avions déjà noté la présence de renards dans nos cimetières mais cela concernait surtout ceux en banlieue comme à Thiais, Bagneux, Pantin ou Ivry, note Pénélope Komitès. Là, au Père-Lachaise, c’est une première. D’ailleurs, la conservatrice adjointe, qui est là depuis 25 ans, n’en avait jamais vu!»

Benoît Gallot, puisqu’il s’agit de lui, a immortalisé cette scène qui, relayée sur les réseaux sociaux par Pénélope Komitès — adjointe en charge des espaces verts, nature en ville, biodiversité, agriculture urbaine et affaires funéraires — n’a pas manqué de faire fondre les cœurs. D’ailleurs, l’élue parisienne l’avoue en rigolant « j’en aurais bien adopté un tellement ils sont mignons ». Mais cette boutade passée, car il s’agit d’animaux sauvages et considérés comme nuisibles, la madame écologie de la Ville est ravie par ces clichés qui confirment le retour de faune dans les cimetières parisiens.

Mais quid de cette famille de renards après le 11 mai?
«Dès ce lundi, nous aurons une réunion avec l’agence d’écologie urbaine de la Ville de Paris pour savoir comment les protéger. On ne peut pas imaginer qu’ils se fassent écraser par une voiture. Il va falloir trouver une solution », conclut l’adjointe.

En attendant, ces renardeaux qui n’ont pas encore de prénom, ont deux semaines pour profiter de cet espace pour le moins silencieux au cœur du XXe arrondissement avant d’être capturés et réorientés vers la Petite ceinture ou le bois de Vincennes, des lieux plus propices à leur sécurité sur le long terme.

Image: courtoisie de la Mairie de Paris

Paris: distributeurs de gel hydroalcoolique

La ville de Paris va équiper les lieux publics, les écoles et les bouches de métro de distributeurs de gel hydroalcoolique pour freiner la propagation du nouveau coronavirus qui a déjà provoqué la mort de 19.718 personnes en France, déclare la maire Anne Hidalgo.

Dans un entretien publié le 18 avril par le Journal du Dimanche, elle dit également que l’obligation de porter un masque aux heures de pointe dans les métros et les RER lui semble “vraiment nécessaire”.

“Une discussion est en cours avec le préfet de région et la présidente du conseil régional d’Île-de-France, Valérie Pécresse. J’imagine mal que le port du masque ne soit pas une évidence pour se protéger et protéger les autres”, ajoute Anne Hidalgo.

Des “masques en tissu, homologués, lavables” seront par ailleurs distribués gratuitement aux Parisiens, poursuit Anne Hidalgo, ajoutant que les 500.000 premiers seront disponibles d’ici la fin du mois et qu’ils seraient “prioritairement distribués aux plus fragiles”.

“A la mi-mai, tous les Parisiens pourront être équipés. C’est une dépense que nous inscrivons à la charge de la Ville, de l’ordre de trois millions d’euros”, dit la maire de Paris.

S’agissant du gel hydroalcoolique, elle précise que la municipalité va travailler avec l’entreprise JCDecaux pour installer des distributeurs dans les rues, sur les abribus, les kiosques.

“La Ville assurera la diffusion de gel, gratuitement, dans les lieux publics, les stades, les piscines, les écoles et les crèches.”

Paris: la semaine de la mode annulée

La semaine parisienne du prêt-à-porter homme prévue les les 23-28 juin et celle de la haute couture du 5 au 9 juillet ont été annulées en raison de la pandémie de COVID-19, a annoncé le 27 mars la Fédération française de la haute couture et de la mode.

La Fédération estime que «les conditions ne sont pas réunies pour permettre le déroulement» des deux évènements face à «la progression de l’épidémie de Covid-19 qui est en train de gagner l’ensemble du monde», indique-t-elle dans un communiqué.

https://twitter.com/vogueparis/status/1243598720089968641?s=21

COVID19: fermeture de parcs

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a regretté lundi le 16 mars sur France Inter le manque d’adhésion aux consignes. Et la mairie de Paris a annoncé la fermeture des parcs et des jardins de la capitale.

Jusqu’à vendredi ou hier, j’ai plutôt conservé le message en tête que ce n’était pas plus qu’une grippe et que de toute façon, c’était surtout les personnes âgées et fragiles qui étaient en danger”, dit un kinésithérapeute, qui admet avoir été de ceux qui ont profité de la journée ensoleillée de dimanche pour aller pour une promenade.

Et au fur et à mesure que les journées avancent, on prend le truc plus au sérieux”, ajoute-t-il, en prenant son café, masque autour du cou.

Quelques centaines de mètres plus loin une propriétaire d’une librairie, invite encore les clients qui regardent à travers la vitre à rentrer dans son commerce, malgré l’arrêté du gouvernement.

La libraire se désole des annonces du gouvernement survenues le 14 soir qui n’ont pas permis à ses clients de venir le lendemain. La plupart se sont rués sur Amazon, au détriment des petits commerces, dit-elle.

Nous aurions aimé que les librairies soient considérées comme des commerces essentiels, au même titre que les pharmacies ou les tabacs”, explique celle qui devra mettre au chômage technique ses deux salariées. “Cela aurait permis aux gens de s’offrir de belles lectures pour leur confinement.”

Gare de Lyon: l’émeute urbaine

Des incidents émaillés de feux de véhicules ont éclaté le 28 février en fin de journée à Paris en marge d’une manifestation interdite d’opposants au concert de la star congolaise Fally Ipupa à Bercy, conduisant à l’évacuation partielle de la Gare de Lyon, a-t-on appris de sources concordantes.

Une grande fumée noire tapissait vers 18 heures le ciel dans l’est parisien, notamment au-dessus de la gare de Lyon où se concentraient une grosse centaine d’opposants politiques congolais ayant bravé l’interdiction de manifester.

Des feux de scooters et de poubelles, repérés sous un pont, ont notamment été à l’origine de l’épaisse fumée noire. La partie souterraine de la gare – donc le métro- a elle été évacuée par mesure de précaution, dans une forte odeur de brûlé. L’incendie a été circonscrit vers 18h30, selon la préfecture de police.

Ces heurts, on les doit aux tensions politiques qui déchirent la République démocrate du Congo. L’artiste Fally Ipupa (42), qui doit donner un concert ce soir dans l’ancien palais omnisports de Bercy, est un soutien assumé du régime en place.

Avec 1,4 million d’abonnés sur YouTube, Fally Ipupa est une star non seulement en RDC mais au-delà des frontières. Il doit se produire ce vendredi à l’AccorHotels Arena pour un concert qui affichait complet.

A 21 heures, 46 personnes avaient été arrêtées et au moins 54 autres verbalisées, selon la préfecture, qui a dénoncé le « comportement scandaleux » de certains manifestants qui ont entravé l’action des pompiers. Le « meneur des incendiaires » fait partie des personnes interpellées, a précisé une source policière.

« Entrées précédentes