Archives des étiquettes : ouragan

#Maria a frappé la Guadeloupe et la Martinique

Sur son passage, l’ouragan Maria a frappé la Guadeloupe et la Martinique, les deux grandes îles des Antilles françaises qui avaient été placées en alerte violette cyclonique à son approche.

Près de 80.000 personnes étaient privées d’électricité et 25% des clients de téléphonie fixe n’y avaient plus accès selon la préfecture qui a abaissé l’alerte cyclonique en niveau “gris”, réservant notamment l’usage des routes aux secours et déblaiements.

La ministre française des Outre-mer, Annick Girardin, a fait état mercredi matin depuis la Guadeloupe de deux décès, selon un bilan encore provisoire. Deux personnes sont en outre portées disparues après le naufrage d’un bateau au large de la Désirade, a annoncé la préfecture.

L’oeil du cyclone est passé à environ 50 km de la Martinique, où vents violents et pluies torrentielles ont provoqué des coupures d’électricité.

“Basse-Terre, ici en Guadeloupe, a été largement touchée, il y a des dégâts importants” liés aux vents et aux inondations, a précisé la ministre, ajoutant toutefois qu‘ils étaient sans commune mesure avec ceux causés par l’ouragan Irma sur l’île de Saint-Martin.

Les députés demandent d’enquête sur #Irma

Après Marine Le Pen et Gilbert Collard, c’est au tour du député du Nord Sébastien Chenu d’agiter la polémique sur la gestion par le gouvernement de l’ouragan #Irma.

Dans un communiqué de presse, il annonce avoir demandé l’ouverture d’une commission d’enquête sur la gestion de la crise, à l’instar d’Éric Ciotti et Jean-Luc Mélenchon.

« A Saint-Martin tout particulièrement, les scènes de violences et de pillages menées par des bandes armées terrorisant la population signe une absence totale d’anticipation des plus hautes autorités de l’Etat dans la gestion du plus violent ouragan de l’histoire aux Antilles Françaises », estime Sébastien Chenu.

#Irma: la polémique monte

Eric Ciotti et Jean-Luc Mélenchon ont demandé l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire, estimant qu’il y a eu des manquements du gouvernement dans la gestion de l’ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

La polémique monte en métropole sur la gestion par le gouvernement de la crise à Saint-Martin et Saint-Barthélémy, après le passage de l’ouragan Irma. Eric Ciotti et Jean-Luc Mélenchon ont demandé l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire et des politiques de tous bords dénoncent particulièrement les débordements et les pillages qui se sont produits dans les endroits touchés par les destructions.

Les Antilles frappées par l’ouragan José

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a estimé que le passage dévastateur d’Irma dans les Caraïbes devrait “servir de leçon” à la France et à l’ensemble des pays du monde pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Prié de dire, sur France 2, si les conséquences de ce gigantesque ouragan, qui menace désormais la Floride, pourraient fléchir Donald Trump et sa décision de retirer les Etats-Unis de l‘accord de Paris de décembre 2015 sur le climat, Nicolas Hulot a eu un sourire dubitatif : “Ce ne sont pas les premiers événements…”

“On arrive malheureusement, et je le déplore, dans la démonstration de modélisations ou prévisions qui avaient été faites par le Giec”, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat qui met régulièrement en garde contre les effets du réchauffement climatique.

“Il ne faut pas mettre tout sur le dos des changements climatiques”, a poursuivi le ministre, mais “ça veut dire que ce qui est l’exception dans beaucoup de domaines, y compris chez nous la canicule, va devenir parfois la norme.”

“Je ne dis pas ça pour forcer le trait, ce n‘est pas le moment (…), mais à force de nier la réalité, à force de ne pas la regarder en face, à force de lui tourner le dos, elle nous rattrape et on n‘est pas forcément prêts”, a souligné Nicolas Hulot.

“On doit maintenant se concentrer sur ce qu’on appelle l’adaptation parce que le phénomène, il est parti”, a-t-il ajouté.

Le ministre a assuré que l’Etat français mettait tout en oeuvre pour venir en aide aux populations sinistrées de l’île franco-néerlandaise de Saint-Martin et de l’île française de Saint-Barthélémy, qui devraient subir dans la nuit de samedi à dimanche un nouvel ouragan, José, de force 4.

“On a 1.100 agents de l’Etat qui sont à poste, on a établi un pont aérien et un pont maritime, mais il y a un moment où on touche les limites. L’événement nous dépasse”, a-t-il concédé, précisant que José allait “complexifier les secours”.