Archives des étiquettes : numérique

Lorraine: ŒUVRES D’ART NUMÉRIQUES

Une salle des ventes de Lorraine lance ce dimanche le 16 mei des enchères d’œuvres numériques « NFT », dont la vente connaît une explosion cette année.
Après les vénérables Christie’s et Sotheby’s, une modeste salle des ventes de Lorraine lance ce dimanche à 16h des enchères d’oeuvres numériques « NFT », du nom de la nouvelle technologie d’authentification en vogue associée à un objet virtuel. Lorraine: ŒUVRES D’ART NUMÉRIQUES

« A priori, on serait les premiers en France mais on ne l’a pas fait pour être les premiers », explique à l’AFP Régis Cappelaere, l’un des dirigeants de l’étude Cappelaere & Prunaux à Bar-le-Duc.
« Ce qui est important, c’est le fait qu’on puisse vendre des oeuvres virtuelles, c’est la première fois qu’on fait ça, on y travaille depuis le mois d’août », poursuit-il, se disant « motivé » par ses collaborateurs plus jeunes.

Cette vente est une sorte de « test »: « On a vu les scores chez les Anglo-saxons, est-ce que la France va suivre? Je ne sais pas », indique Régis Cappelaere, en référence notamment au record de 69,3 millions de dollars atteint en mars par « Everydays: The First 5000 days » de l’artiste numérique Beeple chez Christie’s.

Les NFT désignent les jetons non fongibles, ou « non-fungible tokens », des certificats d’authenticité réputés inviolables, qui permettent à l’acheteur d’un objet numérique (dessin, animation, vidéo, photo, musique) d’être certain d’en être le propriétaire.

Le marché de ces oeuvres numériques qui bousculent le marché de l’art génère quotidiennement plus de 10 millions de dollars de transactions sur des plateformes numériques comme Nifty Gateway ou OpenSea.

D’une interprétation digitale de Goldorak au « Phonautograph », NFT du premier enregistrement de voix humaine (« Au clair de la lune », en 1860), les estimations des 31 lots mis en vente dimanche par Cappelaere & Prunaux sont loin des records.

La plupart de ces oeuvres émanent d’un collectif appelé New French Touch, qui se présente comme une équipe « d’artistes, de spécialistes de la block Chain, de traders, de galeristes, et de financiers, ayant tous acté l’intérêt de faire naître un art digital qui soit un pont et non une rupture avec le marché de l’art physique ».

Comme « Nickel Wire Spool », qui représente une bobine de fil de nickel, estimé entre 300.000 et 400.000 euros. « Une fois le NFT acheté en salle des ventes, nous remettrons à l’acheteur la vraie bobine de fil de nickel, d’une valeur de 1.700.000 euros », précise le site de la vente, qui sera retransmise sur Drouot Live.

La taxe GAFA est suspendu

Les Etats-Unis ont annoncé leur intention d’appliquer des taxes supplémentaires de 25% à une gamme de produits français, tels que cosmétiques et sacs à main, évaluée à 1,3 milliards de dollars (1.1 milliards d’euros) en réponse à la taxe française sur le numérique, tout en repoussant leur entrée en vigueur de 180 jours pour “laisser la place aux négociations”.

La France a instauré l’an dernier sa propre taxe sur les bénéfices des entreprises du numérique, mais sa perception a été suspendue jusqu’à la fin 2020, dans l’attente d’un accord international sous l’égide de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, des Finances et de la Relance, s’est entretenu avec Steven Mnuchin et Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce. “Nous voulons une solution internationale et appelons les Etats-Unis à continuer la négociation à l’OCDE sur la taxation des géants du numérique, sachant qu’une très large majorité d’Etats de l’OCDE sont favorables à la proposition qui est sur la table”, rappelle par ailleurs son ministère dans un communiqué.

“En tout état de cause, s’il n’y avait pas de solution internationale qui se dégageait à la fin de l’année 2020, comme nous l’avons toujours indiqué, nous appliquerions notre taxe nationale en France (qui a été perçue en 2019 déjà) comme d’ailleurs beaucoup d’autres Etats européens”, ajoute-t-il.

Le plan de cohésion numérique

Pression sur les opérateurs et déblocage de 100 millions supplémentaires : Edouard Philippe a présenté jeudi le plan du gouvernement en matière d’aménagement numérique du territoire qui doit permettre de répondre à l’exaspération des Français victimes de la fracture numérique.

Ce plan, dévoilé par le Premier ministre en amont de la conférence des territoires à Cahors, Lot,  s’inscrit dans l’objectif fixé par Emmanuel Macron d’assurer une couverture de la France entière en haut débit en 2020 et en très haut débit en 2022.

A l’heure actuelle, plus de 15% des Français n’ont pas accès à internet à haut débit.

“Beaucoup a été fait : nous avons mis 15 à 20 ans pour fibrer la France là où on en a mis 60 pour l’électricité, c’est mieux mais c’est long quand même”, a déclaré Edouard Philippe dans un discours au conseil départemental du Lot.

“Je comprends très bien l’impatience, parfois même l’exaspération et il faut prendre garde à ce qu’elle ne se transforme pas progressivement en colère”, a ajouté le Premier ministre.

Pour répondre à cette “colère”, le gouvernement va notamment mettre en place un guichet “Cohésion numérique” doté de 100 millions d’euros afin de permettre aux foyers les plus isolés d’avoir accès à “un bon haut débit” internet d’ici 2020.

L’aide dans ces zones peu denses pourra prendre la forme d’un chèque numérique de 150 euros permettant de financer l’achat d’une parabole, d’une antenne ou d’une box.