Archives des étiquettes : Noel

Castaner appelle au calme

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nunez ont appelé à un retour au calme, à l’issue d’une sixième journée de manifestations des Gilets jaunes marquée par un nouveau repli de la mobilisation.

« A l’heure des fêtes de fin d’année notre pays a besoin d’ordre de calme et de paix », a déclaré samedi le ministre de l’Intérieur dans une courte allocution dont la vidéo a été diffusée vers 23h00 sur micro blog Twitter.

« J’en appelle à la responsabilité de chacun« , a-t-il dit en dressant le constat d’un « tassement de la mobilisation ».

Selon un décompte transmis en fin de journée par le ministère de l’Intérieur, à 18h00 (17h00 GMT), les manifestations rassemblaient 38.600 Gilets jaunes à travers la France, dont 2.000 personnes à Paris. A titre de comparaison, les autorités avaient recensé 66.000 participants à l’échelle nationale à la même heure samedi dernier.

C’est dix fois moins (de manifestants) aujourd’hui qu’au début de la manifestation, le 17 novembre”, a souligné Christophe Castaner.

 

 

#Strasbourg: « Islam de France de dingue »

Une quatrième victime de l’attentat à Strasbourg, dont l’auteur a été abattu par la police, a succombé à ses blessures, a annoncé le 13 décembre le parquet de Paris.

Une cinquième victime est en état de mort cérébrale. Onze autres personnes avaient été blessées dont quatre étaient encore hospitalisées, selon le procureur de Paris.

Emmanuel Macron s’est rendu en fin d’après-midi à Strasbourg, où il s’est recueilli en hommage aux victimes et a salué des membres des forces de l’ordre avant un bain de foule au marché de Noël, rouvert dans la matinée après deux jours de fermeture en raison de l’attaque.

Le plan  a été ramené le 14 décembre en France au niveau “Sécurité renforcée-Risque attentat” après avoir été porté le 11 décembre au stade “Urgence attentat”, a annoncé le gouvernement sur micro blog Twitter.

Sept personnes étaient toujours en garde à vue le 14 décembre  dans le cadre de l’enquête sur l’attaque, dont l’auteur, Cherif Chekatt, a été “neutralisé” par une patrouille de police après 48 heures de traque.

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, supervise l’enquête en raison de la dimension potentiellement terroriste de l’attaque, revendiquée par l’Etat islamique.

Lors d’une déclaration à la presse au tribunal de Strasbourg, il a précisé que près de 300 enquêteurs avaient participé à la traque de Cherif Chekatt.

Mais les recherches ont pu se concentrer sur le quartier du Neudorf grâce notamment à deux des 800 signalements reçus à la suite de l’appel à témoins lancé le 11 décembre, soir.

C’est un équipage de la Brigade spécialisée de terrain (BST) de Strasbourg, relevant de la police de sécurité du quotidien mise en place cette année, qui est tombé presque par hasard sur Cherif Chekatt.

Les nombreux témoignages recueillis au cours de l’enquête “nous ont conduits à considérer comme probable la présence du fugitif dans le quartier du Neudorf”, a rapporté Rémy Heitz.

 

 

L’incident terroriste à Strasbourg

Une fusillade a fait au moins deux morts à Strasbourg et l’auteur présumé a été identifié, a déclaré soir le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

Plusieurs pronostics vitaux sont engagés”, a-t-il précisé devant la presse devant l’Elysée, ajoutant qu’il se rendait sur place.

L’individu a été identifié (…) il est connu en droit commun”, a-t-il déclaré.

La section antiterroriste du parquet de Paris a décidé de se saisir des faits, a annoncé de son côté le parquet.

Selon la préfecture, la fusillade a fait deux morts, sept blessés graves et quatre blessés légers. L’auteur des faits est “fiché S”, selon la préfecture.

D’après des sources policières l’auteur des coups de feu est âgé de 29 ans, a été blessé par les militaires de Sentinelle, a pris la fuite et se trouverait dans le quartier du Neudorf, où un échange de coups de feu a eu lieu avec les forces de l’ordre.

Strasbourg la Capitale de Noël

Installé au cœur de la Grande Ile de Strasbourg, ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, le marché de Noël strasbourgeois est l’un des plus anciens d’Europe.

Cette année encore, Strasbourg Capitale de Noël perpétue la tradition d’un Noël authentique. Prenez le temps de l’émerveillement et déambulez à travers les quelque 300 chalets en bois répartis dans le cœur historique de la ville.

Vous pourrez découvrir de l’artisanat, des décorations typiques du Noël alsacien pendant que les plus gourmands se régaleront de spécialités régionales. Imprégnez-vous de l’esprit et de la magie de Noël sur l’un des plus anciens marchés de Noël.

Les marchés de Noël de Stasbourg ouvriront leurs portes du 23 novembre au 30 décembre 2018.

Pontifex dénonce le drame des migrants

« Personne ne doit sentir qu’il n’a pas sa place sur cette Terre », a estimé dimanche le pape François dans sa traditionnelle homélie de la veillée de Noël, la célébration pour les chrétiens de la nuit de naissance de Jésus de Nazareth. Depuis la basilique Saint-Pierre de Rome, il a demandé aux 1,3 milliard de catholiques de la planète à faire preuve « d’hospitalité » et de ne pas ignorer le drame des migrants souvent « expulsés de leurs terres » par des dirigeants prêts à « verser du sang innocent ».

« Dans les pas de Joseph et de Marie, se cachent de nombreux pas, nous voyons les traces de familles entières qui, aujourd’hui, se voient obligées de partir.  a souligné le pape, devant une dizaine de milliers de fidèles. Dans beaucoup de cas, ce départ est chargé d’espérance, chargé d’avenir; dans beaucoup d’autres, ce départ a un seul nom : la survie. Survivre aux Hérode de l’heure qui, pour imposer leur pouvoir et accroître leurs richesses, n’ont aucun problème à verser du sang innocent ». Hérode, le roi de Judée, avait fait rechercher Jésus pour le mettre à mort, selon la tradition chrétienne.

Le pape a dénoncé, dimanche lors de la messe de Noël, le drame des migrants, souvent « expulsés de leurs terres » par des dirigeants prêts à « verser du sang innocent ». Il a appelé, ce lundi, à « la paix pour Jérusalem et pour toute la Terre Sainte ».

 

 

Plaisirs d’Hiver: le point sur la menace terroriste (2) #bruxelles #noel

IMG_0533

©tous droits réservés – ALV

C’était mercredi. L’équipe de votre grand quotidien de Bruxelles et de son hinterland http://www.brussels-star.com s’est rendue sur le marché de Noël de Bruxelles:  » Les Plaisirs d’Hiver ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il paraissait bien vide par rapport aux années précédentes.

Pour un mercredi après-midi, on s’attend à ce que l’affluence soit grande, on s’attend à voir des familles déambuler le long des allées. Mais ce n’était pas le cas.

Est-ce que la menace terroriste qui pèse sur notre territoire se fait encore sentir ? Les gens ont-ils peur ?

Où en sont les mesures de sécurité ?

Contrairement aux premiers jours, en après-midi du moins, il y a très peu voire pas du tout de contrôles de police. Les barrières sont beaucoup moins nombreuses. La circulation entre les différentes parties du marché se fait de manière plus fluide et libre.

Cependant, les autorités sont toujours présentes. Les militaires et les forces de polices font constamment des rondes, par groupe de deux ou trois personnes minimum.

Certains commerçants voient cela d’un bon oeil. Certains pensent même que ce type de contrôle devrait faire partie de notre quotidien. Ils observent une réelle baisse des agressions et des incivilités par rapport aux années précédentes.

Que pensent les commerçants de tout ça ?

Les commerçants interrogés ne se sentent pas en danger. Ils sont plutôt sereins et rassurés par la présence des autorités. Selon eux, il est inutile de faire un foin de toute cette histoire. Il faut reprendre nos habitudes et ne pas se laisser influencer par la peur ambiante.

Le plus gros changement observé chez eux est la fréquentation. Elle chute d’environ 70% par rapport aux précédentes éditions. Cela a un impact économique assez important. Les recettes sont, donc, moins importantes.

Les touristes sont très peu présents. Certaines agences de voyages étrangères déconseillent aux touristes de se rendre sur le territoire belge, le présentant comme un foyer important de terroristes. Or, ces touristes représentaient le plus gros de leur chiffre d’affaire.

Et les visiteurs ?

Tout comme les commerçants, ils sont rassurés par la présence des autorités. Il ne faut pas se laisser aller à la panique car tout est relativement bien encadré.

Les personnes interrogées affirmaient être là en connaissance de cause. Si elles avaient réellement peur de cette menace terroriste, elles ne sortiraient pas.

Pour rappel, Les Plaisirs d’Hiver se tiendront jusqu’au 3 janvier 2016 quartier Bourse & Sainte-Catherine à Bruxelles. Les commerçants vous y attendent nombreux!

ALV

 

Plaisirs d’hiver (1): quelle ambiance cette année? #bruxelles #plaisirsdhiver #noel

plaisirs d'hiver

Ce mercredi, votre quotidien brussels-star.com a décidé d’aller enquêter aux Plaisirs d’Hiver de Bruxelles. Mais qu’en est-il ressorti ?

Tout d’abord, l’ambiance qui y est plutôt particulière. A cause de tous les événements qui se sont produits dernièrement et que tout le monde connaît, les gens sont moins nombreux à s’y promener, surtout pour un mercredi après-midi. Les allées sont beaucoup plus dégagées et c’est peut-être plus évident de s’y promener par rapport aux années précédentes. Les commerçants, toujours aussi chaleureux, s’amusent à inviter les passants à venir goûter leurs produits. Les passants, eux, sont toujours de bonne humeur et la magie de Noël règne sur le marché.

Malgré tout, les incontournables sont toujours bien présents. La grande roue tout d’abord qui permet d’avoir une vue unique sur les Plaisirs d’Hiver de la Place Sainte-Catherine. La patinoire de la Place de la Monnaie aussi qui, pour un prix tout à fait abordable (5€/heure pour les enfants et 7€/heure pour les adultes) permet de s’évader du monde qui nous entoure.

Comme chaque année, un pays invité se trouve au Marché de Noël et cette année, c’est la Tunisie qui est mise à l’honneur. Ce qu’il s’y trouve, ce sont les plats typiques comme les tajines ou les couscous, les ustensiles de cuisine typiques mais également les maroquineries de la région.

En ce qui concerne les boissons de l’apéro, il est possible de déguster un bon vin chaud à la Cabane du Péquet qui propose également, en dehors des péquets, du chocolat chaud, des crêpes géantes salées ou sucrées et des saucisses sèches de toutes sortes. Ce qui les démarque, ce sont bien sûr leurs prix tellement attractifs : 10€ pour 10 péquets. Le Mlle Coco Champagne Bar sur la Place Sainte-Catherine propose aussi des boissons, mais plus sophistiquées, telles que du champagne aromatisés à la fleur d’Hibiscus, des cocktails ou encore des cafés aromatisés. Ici, les prix tournent autour de 10€.

A la Bourse, tout ce qui concerne les repas s’y trouve. Un petit creux ? Le choix pourrait être difficile ! Un cougnou, un burger aux insectes, une tartiflette, une fondue, un paquet de frites ? Pour ceux qui préfèreraient un restaurant typique, le Noël Suisse au milieu de la place Sainte-Catherine est ce qu’il faut. Ce petit chalet à l’ambiance très conviviale et chaleureuse propose, pour ses plats typiquement suisses, des prix relativement abordables.

Pour terminer cette belle escapade aux Plaisirs d’Hiver, il se doit d’en garder un beau souvenir. Pour ce faire, il est possible d’aller au stand Electrabel qui n’est ouvert que le soir et qui permet de prendre une belle photo sous la neige. En plus d’être entièrement gratuite, la photo laissera un souvenir plus particulier et plus personnel du marché.

Leslie  Declercq

 

Notre enquête sur les Plaisirs d’Hiver à suivre demain