Archives des étiquettes : Nicolas Sarkozy

L’Élysée dépenses en hausse

L’année dernière, les dépenses de l’Élysée ont augmenté de 7%, selon les données obtenues par L’Obs Magazine. Avec les frais de déplacement, d’entretien, de rénovations et de repas, Président Macron a dépensé un peu moins que Nicolas Sarkozy mais bien plus que François Hollande.

«Nous travaillons plus, nous voyageons plus, nous recevons plus, et surtout nous investissons pour l’avenir en sollicitant nos fonds propres», a justifié le nouveau directeur de la communication, Joseph Zimet.

Selon le média, certaines dépenses se sont envolées, parmi lesquelles celles du parc automobile. En 2018, 89.669 euros supplémentaires ont été déboursés pour l’achat de nouvelles voitures: l’Élysée compte désormais 82 voitures contre 64 sous Hollande.

Après que la Cour des comptes a reproché à François Hollande de ne pas dépenser suffisamment sur les rénovations, le montant final du budget de l’Élysée s’est finalement élevé à €5,7 millions suite à d’importants investissements d’Emmanuel Macron en 2018. Le locataire de l’Élysée s’est révélé bien plus dépensier que son prédécesseur, selon le budget de la présidence passé au crible par la presse. Le magazine a constaté une hausse de 7% des dépenses du Palais entre 2017 et 2018.

Var: hommage aux soldats africains

En Provence Président Macron a rendu hommage aux héros du débarquement il y a 75 ans, le 15 août 1944, dont une majorité de soldats africains qui ont écrit cette “page cruciale” de l’Histoire de France. 

Emmanuel Macron a déposé une gerbe en honneur des morts de cette bataille aux côtés du président guinéen Alpha Condé et de son homologue ivoirien Alassane Ouattara.

La France a une part d’Afrique en elle et sur le sol de cette Provence, cette part fut celle du sang versé”, a-t-il dit à Saint-Raphaël (Var),

A la nécropole nationale de Boulouris, où reposent les corps de 464 soldats de la 1re armée française commandée par le général de Lattre de Tassigny, le Président a appelé les maires de France à « faire vivre » la mémoire des soldats africains parce que les combattants africains “n’ont pas eu la gloire et l’estime que leur bravoure méritait”. « 

« Je lance aujourd’hui un appel aux maires de France pour qu’ils fassent vivre, par le nom de nos rues et de nos places, par nos monuments et nos cérémonies, la mémoire de ces hommes qui rendent fiers toute l‘Afrique et disent de la France ce qu’elle est profondément: un engagement, un attachement à la liberté et à la grandeur, un esprit de résistance qui unit dans le courage« , le chef de l’État a dit lors de son discours.

 

 

Sarkozy-Libye: Hortefeux est « soulagé »

L’ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, a conservé jeudi son statut de témoin assisté dans le dossier du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, selon son avocat Me Jean-Yves Dupeux.

Les juges d’instruction en charge du dossier, qui auditionnaient Brice Hortefeux en matinée, n’ont pas considéré qu’il y avait suffisamment de preuve pour le mettre en examen, a dit l’avocat précisant que son client était “soulagé”.

“Pour un homme public, être mis en cause, pire, être mis en examen dans une affaire judiciaire importante, c’est presque, avant tout, une présomption de culpabilité et là, il n’a pas été mis en examen, et par conséquent, il est resté témoin assisté”, a dit Me Jean-Yves Dupeux aux journalistes .

Chasseurs saluent l’engagment de Macron

Le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) salue, dans une lettre ouverte aux chasseurs publiée à six jours des élections européennes, “l’implication personnelle” d’Emmanuel Macron et sa “vigilance à respecter ses engagements électoraux” concernant notamment la réforme de la chasse.

Chasse

“…J’ai particulièrement apprécié l’implication personnelle du président de la République Emmanuel Macron et sa vigilance de tous les instants depuis mai 2017, pour respecter ses engagements électoraux et faciliter une réforme qui concerne aussi l’Etat, dans sa stratégie autour de la biodiversité ordinaire et de la police rurale”, écrit Willy Schraen dans ce message diffusé sur sa page Facebook.

Je tiens à saluer le pragmatisme et l’efficacité des ministres Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon qui ont parfaitement piloté les négociations durant de longs mois avec les responsables cynégétiques”, ajoute-t-il, saluant également l’engagement “déterminant des députés et des sénateurs de toutes les sensibilités politiques”.

Parmi les satisfecit du président de la FNC figure entre autres le permis national à 200 euros, contre 400 euros actuellement, “dans le cadre d’une réforme globale de la chasse française qui concerne aussi la police rurale, la biodiversité et la gestion des dégâts agricoles”.

Son plaidoyer en faveur d’un retour des chasses présidentielles – supprimées et remplacées par des “battues de régulation” sous la présidence de Nicolas Sarkozy – n’était pas non plus passé inaperçu, tout comme son déplacement à Chambord (Loir-et-Cher) en décembre 2017 pour un week-end privé au cours duquel il avait rencontré des membres de la FNC.

Pendant la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron avait créé la surprise et fait forte impression sur une partie des 1,3 million de chasseurs – un électorat traditionnellement choyé – en défendant toutes les chasses traditionnelles au nom de la protection du patrimoine français.

Procès de Sarkozy pour Bygmalion

Le Conseil constitutionnel a estimé  que rien ne s’opposait à ce que Nicolas Sarkozy soit jugé dans l’affaire Bygmalion de financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, un nouveau pas vers un procès en correctionnelle.

L’ancien chef de l’Etat avait soulevé une question préalable de constitutionnalité (QPC), arguant du fait qu’il ne pouvait être sanctionné deux fois pour les mêmes faits, le Conseil constitutionnel lui ayant infligé en 2013 une pénalité de plus de 360.000 euros après invalidation de ses comptes de campagne.

Mais les Sages ont estimé que cette sanction était “différente de la peine d’emprisonnement encourue par le candidat poursuivi pour le délit de dépassement du plafond des dépenses électorales” et qu’un procès pouvait avoir lieu pour “sanctionner les éventuels manquements à la probité”.

Le Conseil constitutionnel, ce matin, a considéré que (…) c’était possible. C’est sa décision, elle s’impose à tous”, a réagi sur LCI l’un des avocats de l’ancien chef de l’Etat, Emmanuel Piwnica. “On ne peut qu’être déçu.”

L’affaire Bygmalion – Sarkozy vers un procès

La Cour d’appel de Paris a rejeté les recours de Nicolas Sarkozy dans l’affaire ‘Bygmalion de financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012, un nouveau pas vers un procès en correctionnelle de l’ancien chef de l’Etat.

Son avocat, Me Thierry Herzog, a aussitôt annoncé qu’il se pourvoirait en cassation, ce qui est susceptible de retarder ce procès, alors que l’enquête préliminaire initiale a été ouverte par le parquet de Paris le 5 mars 2014.

Nicolas Sarkozy avait fait appel de l’ordonnance qui le renvoie devant un tribunal avec 13 autres personnes pour ce dossier. Une ordonnance signée, fait rare, par un seul des deux juges d’instruction chargés de l’affaire, Serge Tournaire.

Il avait également soulevé une question préalable de constitutionnalité (QPC), arguant du fait qu’il ne pouvait être sanctionné deux fois pour les mêmes faits, le Conseil constitutionnel lui ayant infligé en 2013 une pénalité de plus de 360.000 euros après invalidation de ses comptes de campagne.

Mais la chambre de l’instruction de la Cour d’appel « a rejeté la demande de transmission de la QPC et confirmé dans son entier l’ordonnance de renvoi et de non-lieu partiel du 3 février 2017″, a fait savoir le parquet général.

 

 

 

Nicolas Sarkozy dans l’affaire «des écoutes»

Les juges du Parquet National Financier ont signé ce jeudi (29.03.2018) la demande de renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy dans l’affaire «des écoutes». Les avocats de l’ancien président ont annoncé contester ce renvoi.

L’ancien président Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel dans l’affaire dite «des écoutes», a indiqué une source proche du dossier, confirmant une information du Monde . Selon le journal, tous trois sont renvoyés pour «corruption active» et «trafic d’influence». MM. Herzog et Azibert le sont également pour «violation du secret professionnel».

Raffarin: notre justice ne semble pas sereine

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a dénoncé une mise en scène “spectaculaire” de la garde à vue de Nicolas Sarkozy, regrettant avec d’autres responsables de droite que la justice ne soit pas “sereine” dans les dossiers politiques.

L’audition de l’ancien chef de l’Etat a repris mercredi matin à 08h00 (07h00 GMT) dans le cadre de l’enquête sur le présumé financement libyen de sa campagne électorale de 2007, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

“Dans les affaires politiques, notre justice ne semble pas sereine”, a réagi sur franceinfo Jean-Pierre Raffarin, qui s’est retiré en 2017 de la vie politique française.

“Pourquoi tout ce spectacle?”, s’est-il interrogé, précisant qu’il avait “décidé de ne pas avoir de doutes sur l’innocence” de Nicolas Sarkozy.

“Nicolas Sarkozy a toujours affiché sa totale disponibilité auprès de la justice française, et a toujours démenti point par point tout ce qui lui a été reproché. On parle des comptes de la campagne de 2007. Ils ont été validés par la commission des comptes de campagne”, a-t-il fait valoir.

La trace libyenne: Sarkozy placé en garde à vue

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce 20 mars au matin par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

L’ancien chef de l’Etat Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce 20 mars au matin par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, selon une source proche du dossier.

Après une enquête du site d’investigation Mediapart en mai 2012, faisant état de soupçons de participation financière présumée de l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi à la campagne victorieuse du candidat de l’UMP, des magistrats français ont été chargés de l’enquête. L’ancien chef de l’Etat français (2007-2012) a de son côté toujours nié ces accusations.

Liliane Bettencourt est décédée à l’âge de 94 ans

Fille du fondateur de L’Oréal, Liliane Bettencourt est morte le 21 septembre à l’âge de 94 ans. Devenue au fil des années la femme la plus riche du monde (selon Forbes en mars 2017), elle avait conforté l’hégémonie mondiale du groupe de cosmétiques.

Son nom a été malgré elle mêlé à un long feuilleton politico-médiatique, sur fonds de soupçon d’abus de faiblesse de la part du photographe François-Marie Banier.

 

Un protocole transactionnel entre la fille de Liliane Bettencourt et le photographe, qui a reçu d’immenses largesses, a été signé fin août. Cette bataille judiciaire a également mis en cause l’homme de confiance de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, et l’ancien ministre et trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth.