Archives des étiquettes : Nicolas Hulot

Les agriculteurs pour le glyphosate

Environ 300 agriculteurs se sont rassemblés vendredi matin sur les Champs-Elysées à Paris pour protester contre la volonté du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, d‘interdire le glyphosate, un herbicide, conformément à un engagement de campagne d’Emmanuel Macron.

Les agriculteurs, rassemblés à l’angle des Champs-Elysées et de l’avenue de Marigny à l’appel de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) et de jeunes agriculteurs, ont déversé sur la chaussée de la paille, sur laquelle, vêtus de noir, ils se sont allongés.

“Macron tue les agriculteurs”, a-t-on notamment pu lire sur une pancarte.

Une délégation de six représentants de la FNSEA et de jeunes agriculteurs ont été reçus pendant une petite heure par la conseillère agriculture d’Emmanuel Macron, Audrey Bourolleau.

“Ils ont fait part de leur inquiétude concernant le calendrier de sortie des pesticides, qui est un engagement de campagne du président”, a-t-on indiqué à l‘Elysée.

“La position reste la même, l’engagement de campagne demeure mais ça se fera avec méthode et dialogue, ça ne se fera pas du jour au lendemain”.

Les Antilles frappées par l’ouragan José

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a estimé que le passage dévastateur d’Irma dans les Caraïbes devrait “servir de leçon” à la France et à l’ensemble des pays du monde pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Prié de dire, sur France 2, si les conséquences de ce gigantesque ouragan, qui menace désormais la Floride, pourraient fléchir Donald Trump et sa décision de retirer les Etats-Unis de l‘accord de Paris de décembre 2015 sur le climat, Nicolas Hulot a eu un sourire dubitatif : “Ce ne sont pas les premiers événements…”

“On arrive malheureusement, et je le déplore, dans la démonstration de modélisations ou prévisions qui avaient été faites par le Giec”, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat qui met régulièrement en garde contre les effets du réchauffement climatique.

“Il ne faut pas mettre tout sur le dos des changements climatiques”, a poursuivi le ministre, mais “ça veut dire que ce qui est l’exception dans beaucoup de domaines, y compris chez nous la canicule, va devenir parfois la norme.”

“Je ne dis pas ça pour forcer le trait, ce n‘est pas le moment (…), mais à force de nier la réalité, à force de ne pas la regarder en face, à force de lui tourner le dos, elle nous rattrape et on n‘est pas forcément prêts”, a souligné Nicolas Hulot.

“On doit maintenant se concentrer sur ce qu’on appelle l’adaptation parce que le phénomène, il est parti”, a-t-il ajouté.

Le ministre a assuré que l’Etat français mettait tout en oeuvre pour venir en aide aux populations sinistrées de l’île franco-néerlandaise de Saint-Martin et de l’île française de Saint-Barthélémy, qui devraient subir dans la nuit de samedi à dimanche un nouvel ouragan, José, de force 4.

“On a 1.100 agents de l’Etat qui sont à poste, on a établi un pont aérien et un pont maritime, mais il y a un moment où on touche les limites. L’événement nous dépasse”, a-t-il concédé, précisant que José allait “complexifier les secours”.

Le retour du loup est une chance pour la biodiversité!

Le nouvel arrêté signé par Nicolas Hulot et le ministre de l’Agriculture est une honte, il ne fait que confirmer le manque de volonté des autorités françaises à défendre la biodiversité. On ne peut prétendre vouloir faire cohabiter pastoralisme et grands prédateurs en menant une politique basée sur l’abattage d’une espèce protégée, c’est une vaste hypocrisie.

Tous les « plans loups » ont démontré leur inefficacité, pourtant le nouvel arrêté est exactement dans la lignée des précédents. Les tirs provoquent la dispersion des meutes, les loups poussés dans de nouveaux territoires se rabattent sur des proies faciles, comme les brebis laissées sans surveillance.

C’est le point central, pendant un siècle le loup n’était plus présent sur notre territoire et le mode d’élevage a changé. De vastes troupeaux sont laissés libres, sans surveillance humaine, et cette désertion des bergers a favorisé la multiplication d’attaques de chiens errants, mais aussi parfois, plus rarement, de loups.

Le loup est une espèce protégée mais, en France, c’est le bouc émissaire de tous les maux. Le maire d’Artigues a même eu l’indécence d’accuser le loup d’être responsable des incendies qui touchent actuellement le Var… même Perrault n’aurait pas osé !

La Fondation Brigitte Bardot finance des procédés de protection des troupeaux qui ont démontré leur efficacité, pourtant, Nicolas Hulot refuse de nous recevoir pour en parler. L’urgence est d’arrêter cette guerre contre la nature qui ne fait que des victimes et aucun vainqueur, Nicolas Hulot a suscité l’espoir, depuis sa prise de fonction il ne fait que provoquer déception et désespoir…

Christophe Marie, Fondation Brigitte Bardot

 

La « foi absolue » de Nicolas Hulot

Le ministre de la Transition énergétique, Nicolas Hulot, affirme dans un entretien à paraître dimanche dans Ouest-France sa « foi absolue » dans les énergies renouvelables et son désir de « remettre les choses à plat » pour ramener la part du nucléaire de 75% à 50% en France.

Dans cette longue interview, l’ancien animateur de télévision en appelle à EDF pour accompagner la révolution énergétique en cours.

« Il faut absolument qu’elle accélère son évolution, et qu’elle prenne en compte le fait que le modèle énergétique de demain sera beaucoup plus diversifié », dit-il, déplorant notamment le retard pris dans la construction de l’EPR de Flamanville (Seine-Maritime).

« Il faut avoir une foi absolue dans les énergies renouvelables. »

France à fermer des réacteurs nucléaires

 

La France pourrait fermer jusqu’à 17  réacteurs nucléaires  pour tenir son objectif de réduire à 50% la part de cette énergie dans la production d’électricité d’ici 2025, a déclaré le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

« A partir du moment où on a confirmé que, effectivement, la part du nucléaire sera dans la production d’électricité de 50%, chacun peut comprendre que, pour tenir cet objectif, on va fermer un certain nombre de réacteurs, et pas un seul réacteur », a-t-il dit sur RTL.

« Ça sera peut-être jusqu’à 17 réacteurs, il faut qu’on regarde », a-t-il ajouté, sans autre précision sur les sites qui pourraient être concernés.

 

Le « plan climat » en 23 axes

Nicolas Hulot a dévoilé son « plan climat » en 23 axes, dont la fin à long terme des voitures à essence et au diesel, destiné à asseoir un « leadership » de la France dans ce domaine et à rendre « irréversible » l’accord de Paris noué en 2015.

« Le plan (…) n’est pas une fin en soi. C’est un programme qui va se structurer au fil du temps sur les cinq années du quinquennat », a déclaré le ministre de la Transition écologique lors d’une conférence de presse, à Paris.

Cette feuille de route mêle de nouvelles annonces à des engagements déjà formulés par l’exécutif, comme celui de parvenir à la neutralité carbone à l’horizon 2050, qui sont censés être applicables très vite pour les mesures les plus immédiates et d’ici plusieurs décennies pour d’autres.

« Pourquoi ce ‘plan climat’ ? Pour que la France prenne sa part et maintienne ce leadership qu’elle n’a jamais perdu d’un gouvernement à l’autre », a-t-il ajouté.

 

Derniers articles »