Archives des étiquettes : Moyen-Orient

L’Iran se vengera après l’attentat d’Ahvaz

Le corps des Gardiens de la révolution islamique, unité d’élite des forces de sécurité iraniennes, ont promis une vengeance “mortelle et sans pitié” au lendemain de l’attaque terroriste qui a coûté la vie à 25 personnes lors d’un défilé militaire à Ahvaz dans le sud-ouest de l’Iran.

Cet attentat, l’un des plus meurtriers jamais commis contre les gardiens, organisation paramilitaire dépendant directement de l’ayatollah Ali Khamenei, constitue un coup dur porté à l’appareil sécuritaire iranien au moment où les Etats-Unis et l’Arabie saoudite tentent d’isoler l’Iran au Moyen-Orient.

Le pouvoir à Téhéran n’a d’ailleurs pas tardé à accuser certains de ses voisins du Golfe, accentuant la tension déjà grande avec le régime saoudien dans la région.

Les Gardiens ont une connaissance complète des centres de déploiement des chefs des terroristes criminels (…) Dans un avenir proche, ils vont affronter une vengeance mortelle et sans pitié”, affirme un communiqué.

Cette mise en garde a été reprise par le président Hassan Rohani qui s’exprimait avant son départ de Téhéran pour participer à New York à l’Assemblée générale des Nations unies.

“La réplique de l’Iran (à cette attaque) viendra, et se fera dans le cadre du droit et de nos intérêts nationaux”, a prévenu Hassan Rohani, en ajoutant que les Etats-Unis regretteraient leur “agressivité”.

Les petits pays fantoches de la région sont soutenus par l’Amérique, et les Etats-Unis (…) leur donnent les capacités nécessaires”, a-t-il continué.

Pour le président iranien, les Etats-Unis soutiennent financièrement et militairement des groupes de l’opposition iranienne issus de la minorité arabe du sud-ouest du pays.

Washington se comporte comme une brute pour laquelle quiconque a un pouvoir peut agir en toute impunité à travers le monde, a-t-il poursuivi. Les Etats-Unis entendent créer une insécurité en Iran mais n’y parviendront pas, a-t-il promis.

 

Etats-Unis vont imposer à l’Iran les sanctions douloureuses

Les Etats-Unis vont imposer à l’Iran les sanctions « les plus dures de l’Histoire« , a promis lundi le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, ce qui lui a valu une vive réaction de Téhéran.

Le chef de la diplomatie américaine a fixé 12 conditions à la levée de ces sanctions, dont le retrait intégral du champ de bataille syrien.

Selon lui, les lacunes de l’accord sur le programme nucléaire iranien conclu en 2015, que Washington a dénoncé en lui reprochant de ne pas aborder les ingérences de la République islamique dans les conflits du Moyen-Orient ni son programme balistique, mettent le monde en péril.

Les Etats-Unis ne le renégocieront pas et n’auront plus à en respecter les dispositions, a-t-il affirmé. “Les sanctions seront de plus en plus douloureuses si le régime ne sort pas de la voie inacceptable et contre-productive qu’il a choisie pour lui-même et pour le peuple d’Iran. Il s’agira des sanctions les plus dures de l’Histoire”.

Ceux qui continueront à faire des affaires avec Téhéran seront également sanctionnés, a poursuivi Pompeo, annonçant que des émissaires seraient chargés d’aller expliquer la nouvelle politique iranienne des Etats-Unis à leurs alliés.

 

Macron est préoccupé par l’escalade des hostilités au Moyen-Orient

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont exprimé leur préoccupation et appelé à la désescalade après les hostilités entre Israël et l’Iran sur le théâtre syrien, a déclaré la présidence française.

Le président français et la chancelière allemande sont réunis à Aix-la-Chapelle en marge de la remise du Prix Charlemagne à Emmanuel Macron.

« Les deux dirigeants ont exprimé leur préoccupation et appellent à la désescalade« , après les frappes en Syrie la nuit dernière, a déclaré l’Elysée.

Les forces iraniennes ont tiré des roquettes contre des positions de l’armée israélienne sur les hauteurs du Golan (Le plateau du Golan), près de la frontière syrienne, a annoncé Israël, qui a répliqué en lançant des frappes en Syrie.

#Syrie: Dupont-Aignan pour une politique « indépendante » au Moyen-Orient

« La France se grandirait en menant une politique indépendante pour proposer une autre voie au Moyen-Orient ! Si la France avait tenu son rôle en toute liberté en , nous n’aurions pas laissé seules la Russie, l’Iran et la Turquie. »

« Je pense qu’il n’y a pas d’issue en par des frappes militaires de la France. La France devrait avoir une politique indépendante et ne pas être au service des qui mènent une politique dangereuse dans cette région du monde. »