Archives des étiquettes : migrants

Grande-Synthe: expulsion ordonnée

Le juge des référés du tribunal administratif de Lille a ordonné le 4 septembre l’évacuation d’un campement d’environ un millier de migrants illégaux situé à l’intérieur et aux abords d’un gymnase de la commune de Grande-Synthe (Nord).

Le tribunal administratif a estimé que le campement présentait “des problèmes de salubrité” liés à l’insuffisance des installations sanitaires au regard de sa population et de “l’accumulation de déchets ménagers”.

Dans son ordonnance, le tribunal explique également que ce campement “est à l’origine de graves problèmes de sécurité publique, eu égard aux rixes et aux violences constatées”, “à la présence active de ‘passeurs’ qui agissent dans le cadre de réseaux criminels de traite humaine” ainsi qu’aux risques d’incendie liés aux feux fréquemment allumés.

La ville de Grande-Synthe avait permis l’installation des migrants, en majorité d’Iraq, dans ce gymnase en plein coeur de l’hive.

Au printemps, de nouveaux venus se sont installés dans des tentes autour du bâtiment. Ils sont dorénavant près d’un millier. Des points d’eau et des sanitaires avaient été installés par les autorités.

La ville a saisi en référé le tribunal et demandé en urgence l’évacuation en raison de l’insalubrité des lieux. La préfecture du Nord devrait organiser prochainement une opération de “mise à l’abri” dans des centres d’accueil.

Ocean Viking: l’accueil de 150 migrants en France

La France s’apprête à accueillir 150 migrants sur les 356 transportés par le navire humanitaire Ocean Viking. Après plus de deux semanies d’attente en mer, tous ont pu débarquer le 23 août sur l’île de Malte (Hay Wharf base navale). Ils vont ensuite être répartis entre la France, l’Allemagne, l’Irlande, LuxembourgPortugal et la Roumanie.

A bord du navire, une majorité de personnes viennent du Soudan, pays dont les ressortissants sont généralement susceptibles de bénéficier d’une protection internationale.

Les 150 migrants qui seront transférés en France seront hébergés dans des centres pour demandeurs d’asile, en attendant la décision finale de l’Ofpra.

Macron critique « l’enfermement » des migrants en Liby

Président Macron a exhorté la Libye à mettre fin à “l’enfermement” des migrants en transit sur son territoire et à les “mettre en sécurité” après des bombardements de camps de réfugiés dans ce pays plongé dans le chaos.

“Nous avons une priorité qui est humanitaire, qui est la situation aujourd’hui en Libye, a déclaré Emmanuel Macron à l’Elysée à l’issue d’un entretien avec Filippo Grandi, Haut-Commissaire de l’Onu pour les réfugiés, et António Manuel de Carvalho Ferreira Vitorini, directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Nous avons assisté en effet à des bombardements de camps de réfugiés, nous avons encore eu ce matin des attaques qui ont été faites à l’encontre des camps et de bâtiments du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), une situation extrêmement préoccupante qui menace chaque jour la vie des réfugiés”, a-t-il souligné.

“C’est une demande insistante de la France à l’égard des autorités libyennes de mettre fin à l’enfermement (…) de ces populations et de permettre en lien avec le HCR, l’OIM et l’ensemble des forces en présence, que ces personnes qui sont en transit puissent être mises en sécurité”, a-t-il ajouté.

10 000 agents pour renforcer les frontières

Avant le vote sur les nouvelles mesures qui renforceront les effectifs du corps européen de garde-frontiéres et de garde-côtes, la députée démocrate chrétienne maltaise Roberta Metsola a déclaré : « Il faut être juste avec ceux qui méritent d’être protégés, dur avec ceux qui s’attaquent aux personnes vulnérables et ferme avec ceux qui cherchent à enfreindre les règles ».

Ces changements ont pour objectif de mieux gérer les migrations, de permettre à l’Union européenne de sécuriser efficacement ses frontières extérieures et d’assurer la sécurité des Européens. Ce nouveau corps pourrait, à la demande d’un pays de l’Union européenne, assurer le contrôle des frontières et la gestion des migrations ainsi que lutter contre la criminalité transfrontalière.

En cas d’urgence, les États membres pourraient faire appel à sa capacité d’intervention rapide pour obtenir une assistance.

 

 

Migrants traversent la Manche

Une vingtaine de migrants ont été secourus lors de deux opérations au large des côtes du Pas-de-Calais alors qu’ils tentaient de traverser la Manche sur deux petites embarcations de type zodiac, a annoncé la préfecture maritime. (Image: GENDARMERIE MARITIME).

La première opération a eu lieu à l’aube pour un premier groupe d’une dizaine de migrants qui dérivaient à environ 12 kilomètres des côtes. En panne de moteur, ils avaient demandé de l’assistance et ont été ramenés à Calais, où ils ont été pris en charge par la Police aux frontières.

La seconde est intervenue vers sept heures pour secourir un groupe d’une douzaine de migrants parmi lesquels se trouvaient des enfants en bas âge. Ils dérivaient au large de Boulogne-sur-mer, port vers lequel ils ont été raccompagnés avant d’être pris en charge par les pompiers.

Les autorités ont déployé des secours importants, un hélicoptère de la Marine nationale, des patrouilleurs ainsi que des sauveteurs en mer.

 

Quotas migratoires Fillon-Macron

Emmanuel Macron a ouvert la porte, dans sa lettre de cadrage du “grand débat national” qui s’ouvre mardi, à l’instauration de quotas migratoires, une mesure qui ne figurait pas dans son programme et qui était défendue par François Fillon en 2017.

Cette suggestion a aussitôt été dénoncée par plusieurs associations, au premier rang desquelles SOS Racisme qui a estimé que la lettre laissait “lourdement sous-entendre que nous accueillions trop d’immigrés et que ces derniers et leurs enfants n’étaient pas suffisamment ‘intégrés’”.

Propos graves et irresponsables qui sonnent comme une diversion nauséabonde”, a dénoncé l’association dans un communiqué publié dimanche soir. “Il y a dix ans Sarkozy posait la question des quotas”, a rappelé de son côté Pierre Henry, directeur de France Terre d’asile, sur Twitter. “La commission Mazeaud répondait inapproprié – anticonstitutionnel, anticonventionnel. On recommence les enflammades sur un sujet hors sujet ?

L’instauration de quotas pour réguler l’accueil de migrants est une question qui agite la classe politique française depuis plusieurs années. Absente du programme d’Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017, la mesure a notamment été défendue par le candidat des Républicains (LR) François Fillon.

Ce dernier, tout comme le candidat souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, proposait d’inscrire dans la Constitution le principe de quotas fixés par la loi, en plafonnant le nombre de titres de séjour pouvant être délivrés chaque année au titre de l’immigration professionnelle et familiale.

La présidente du Front national devenu entre temps Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, plaidait, elle, pour une réduction de l’immigration légale à 10.000 personnes par an.

Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation?”, écrit Emmanuel Macron dans cette “lettre aux Français” diffusée dimanche soir. “En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?”.

 

Partenariat oriental et la crise migratoire

Vers  un renforcement de la crise migratoire sur  le flanc oriental de l’UE
Dr Pierre-Emmanuel Thomann- Géopolitologue
L’attention dans les médias et dans les débats politiques se concentre presque exclusivement sur la crise migratoire en provenance du flanc sud de l’Union européenne, c’est à dire l’arc de crise qui s’étend de l’Atlantique à l’Afghanistan, en passant par la Méditerranée, mais aussi le Sahel.
Melillia, Spain

Melilla;, Spain

Pourtant, la crise migratoire a débuté avant si l’on tient compte des flux en provenance du flanc oriental de l’Union européenne. L’élargissement de l’UE en Europe centrale et  orientale et dans les Balkans fut l’occasion pour les Etats membres les plus développés du point de vue économique, d’ouvrir leurs frontières à des millions de travailleurs migrants.
Le facteur migratoire a été un élément déclencheur très important au Royaume-Uni aggravant la perte de confiance dans l’UE, et  a abouti au Brexit après le référendum. La directive des travailleurs détachés, accusée de favoriser le plus petit dénominateur commun en matière de salaires et protection sociale en raison des différentes législations entre les anciens Etats membres et les pays d’Europe centrale et orientale, a fait aussi l’objet de polémiques politiques.
Si un rapprochement toujours plus étroit se poursuit entre l’UE et les pays du partenariat oriental (Ukraine, Moldavie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan)  et a fortiori, de nouvelles perspectives d’élargissement à plus long terme, on peut aisément anticiper une aggravation des flux migratoires qui déjà très importants entre ces pays et les autres Etats de l’UE, en raison du différentiel économique. Ces flux risqueraient d’aggraver la crise migratoire qui va devenir systémique face à la démographie de l’Afrique.
Eurostat migrants
Les dégât sur les sociétés peuvent être considérables. La fuite des cerveaux et de la main d’œuvre est un phénomène très important dans la difficulté des pays du partenariat oriental à moderniser leur économie, tandis que l’accroissement des flux migratoires pèsera sur  l’adhésion des citoyens  à l’UE, comme l’a montré le Brexit.
« Entrées précédentes