Archives des étiquettes : meurtre

Tentative de meurtre au Tate Modern Gallery

Un adolescent (17) soupçonné d’avoir pourssé un enfant francais de six ans d’une plateforme d’observation du 10e étage du musée Tate Modern Gallery a été inculpé de tentative de meurtre, a annoncé la police de Londres. La comparution du suspect a débuté à 11 heures ce mardi (06/08/2019) devant le tribunal pour enfants de Bromley, dans le sud-est de Londres. Son nom n’a pas été dévoilé parce qu’il est mineur.

Le petit touriste Français (6) souffre de multiples fractures et d’hémorragie cérébrale. Après avoir été poussé dimanche (04/08/2019) après-midi, il était tombé sur un toit du cinquième étage du musée, puis avait été secouru et transporté par hélicoptère à l’hôpital.

L’enfant souffre de multiples fractures, notamment à la colonne vertébrale, et d’hémorragie cérébrale, a indiqué l’accusation lors de la première comparution de son agresseur présumé. Il a également subi des fractures aux jambes et au bras, a précisé le procureur, Sian Morgan.

Pourquoi un vice de procédure dans l’affaire Van Eyken ? #bruxelles #justice

 

BRUXELLES

palais de justice

Le député   Christian Van Eyken, soupçonné de meurtre sur le mari de sa collaboratrice , a été libéré suite à un vice de procédure. En effet, le juge d’instruction a omis de signer le mandat d’arrêt qui avait été prononcé contre lui.

Le greffier sensé assister le juge d’instruction n’a pas eu la présence d’esprit d’attirer l’attention du juge sur la signature. Mais ce n’est pas tout : ce greffier ne dispose d’aucun diplôme de niveau supérieur, ni même du diplôme d’études secondaire.

La raison de cet incident est simple : faute de moyens, les tribunaux engagent le premier venu. Les tribunaux acceptent donc que des personnes non-qualifiées se chargent du travail, et qu’ils fassent de leur mieux, sans forcément avoir les compétences pour le faire.

Le manque d’investissement dans la justice est pointé du doigt par les experts. Et cela fait très longtemps qu’on le dénonce. Le greffier et le juge d’instruction ne seront d’ailleurs aucunement poursuivis, car ces erreurs de plus en plus fréquentes, résultent d’un abandon complet de la justice. « Si nous pouvions travailler de manière correcte, les erreurs comme celle commise avec Christian Van Eyken, seraient sensiblement plus limitées et nous serions moins en état de risque permanent comme c’est le cas actuellement » nous explique Luc Hennart, président du tribunal de première instance de Bruxelles.

Cet énième manque de sérieux de la justice belge est alarmant et ne présage rien de bon pour l’avenir. Comment ne pas imaginer le pire : des violeurs, tueurs de masses, terroristes relâchés pour des vices de procédures facilement évitables… À quand un réinvestissement massif dans la Justice ?

 

Shervin Labani