Archives des étiquettes : maladie

Santé: la maladie du foie gras

C’est la première fois que des estimations officielles sont faites en France sur la maladie du foie gras. Environ 8 millions de Français ont le foie trop gras, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Rapporté à la population française, les chercheurs estiment que 8 millions d’adultes ont un foie trop gras, soit 18,2% de la population. 200 000 auraient une maladie à un stade déjà avancé, pouvant mener rapidement à une cirrhose ou un cancer. Avoir un foie trop gras ne conduit pas nécessairement à une Nash, une « maladie du foie gras. » La Nash ne constitue que le dernier stade avant une cirrhose ou un cancer.

« Le terme de « maladie du foie gras » couvre un large spectre de gravité de la maladie, qui va d’un foie gras sans inflammation jusqu’à la Nash, avec des réactions inflammatoires, des lésions hépatiques et une possible fibrose », explique une récente étude publiée dans le journal médical allemand Deutsches Ärtzteblatt. L’étude explique qu’entre 5 et 20% des patients avec un foie gras vont développer une Nash, qui elle-même conduit à une fibrose élevée dans 10 à 20% des cas. Et 5% des foies avec fibrose évolueront vers une cirrhose.

Les europdéputés dans la lutte contre les maladies transmissibles

5.07.2017 Strasbourg. Les députés ont demandé à la Commission de concevoir une politique européenne pour lutter contre le VIH/sida, la tuberculose et les hépatites virales.

Les députés souhaitent que l’Union et ses États membres mettent en place des programmes de surveillance harmonisés afin de détecter à temps l’apparition de foyers d’hépatite virale, de tuberculose et de VIH, d’évaluer l’évolution de l’incidence et de suivre en temps réel la gestion des diagnostics, des traitements et des soins.

Le Parlement souligne que le VIH reste la maladie transmissible qui suscite la plus forte stigmatisation sociale, et demande à la Commission et aux États membres de faciliter l’accès à des traitements innovants, et de lutter contre la stigmatisation sociale associée à l’infection par le VIH. Les tests de dépistage devraient être rendus gratuits afin de garantir un dépistage précoce.

La tuberculose, principale cause de mortalité chez les personnes vivant avec le VIH, constitue une menace sanitaire transfrontière dans un monde globalisé où la population est de plus en plus mobile, soulignent les députés. Pour la troisième année consécutive, le nombre de personnes ayant contracté la tuberculose a augmenté dans le monde en 2014.

Les députés soulignent l’importance de la lutte contre la crise naissante de la résistance aux antimicrobiens et appellent l’UE à établir des mesures transfrontalières pour prévenir la transmission de la tuberculose.

Contre l’hépatite C, dont 90% des patients infectés ne montrent aucun symptôme, il n’existe pas de protocole de dépistage unifié dans l’UE. Les données relatives au nombre de personnes affectées sont peut-être sous-estimées, indiquent les députés.

La Commission est invitée à mettre en place un plan d’éradication de l’hépatite C dans l’Union pour 2030 qui harmonise les protocoles de dépistage, de contrôle et de traitement.

La résolution a été adoptée à main levée.

INFO:

  • En 2015, près de 30.000 nouveaux cas d’infection au VIH ont été diagnostiqués et déclarés par les 31 pays de l’Union/EEE, sans indication claire d’une baisse globale.
  • Environ 120.000 personnes en Europe ont développé une tuberculose multirésistante.
  • Les hépatites virales sont considérées comme l’une des grandes menaces sanitaires dans le monde.
  • Une personne sur sept vivant avec le VIH n’a pas connaissance de sa séropositivité.
  • Il s’écoule en moyenne quatre ans entre l’infection par le VIH et son diagnostic.
  • D’ici 2050, sur les 10 millions de décès imputables à une résistance aux médicaments chaque année, près d’un quart seront liés à des souches résistantes de la tuberculose.