Archives des étiquettes : l’UE

Brexit: un report d’au moins trois mois

La Première ministre britannique Theresa May va formellement demander par écrit demain (20.03.2019) un report d’au moins trois mois du Brexit au président du Conseil européen Donald Tusk, a déclaré son porte-parole.

A dix jours de la date prévue à l’origine pour le Brexit et à deux jours d’un sommet européen, les principaux ministres du cabinet britannique se sont réunis dans la matinée pour débattre des conséquences de la décision du président de la Chambre des communes, John Bercow, de refuser de soumettre aux voix des élus un Accord de retrait similaire à ceux qui ont déjà été rejetés par deux fois au Parlement.

A l’issue de la réunion, la journaliste politique de la BBC Laura Kuenssberg, citant des sources au sein du gouvernement, a écrit sur Twitter que Theresa May allait demander dès ce mardi un report du Brexit jusqu’à la fin juin, avec une option de prolongation pendant une durée maximum de deux ans.

Theresa May avait espéré faire ratifier son accord avant le Conseil européen de jeudi et vendredi à Bruxelles, et lors duquel la question d’un report sera discutée par les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Sept, mais la décision de John Bercow a bouleversé ses plans.

Les partenaires européens du Royaume-Uni examinent deux options principales: un délai de deux à trois mois si Theresa May les persuade qu’elle peut trouver un accord à la Chambre des communes, ou une prolongation bien plus longue si elle accepte de se remettre au travail pour tenter de sortir de l’impasse.

Accord Brexit: épisode III

Les députés britanniques de Westminster ont voté massivement en faveur d’un report du Brexit, actuellement fixé au 29 mars, ce qui va permettre à Theresa May de tenter une troisième fois de faire ratifier par les parlementaires son accord de retrait de l’Union européenne, pourtant déjà rejeté à deux reprises.

Les Bourses européennes ont terminé en hausse sensible le 15 mars, portées par le vote pour un report du Brexit et par des déclarations jugées rassurantes sur les négociations commerciales en cours entre les Etats-Unis et la Chine.

« Fin en force d’une semaine positive pour les Bourses européennes, en dépit d’un contexte économique qui reste un peu atone », résume Michael Hewson, CMC Markets UK.

 

Partenariat oriental et la crise migratoire

Vers  un renforcement de la crise migratoire sur  le flanc oriental de l’UE
Dr Pierre-Emmanuel Thomann- Géopolitologue
L’attention dans les médias et dans les débats politiques se concentre presque exclusivement sur la crise migratoire en provenance du flanc sud de l’Union européenne, c’est à dire l’arc de crise qui s’étend de l’Atlantique à l’Afghanistan, en passant par la Méditerranée, mais aussi le Sahel.
Melillia, Spain

Melilla;, Spain

Pourtant, la crise migratoire a débuté avant si l’on tient compte des flux en provenance du flanc oriental de l’Union européenne. L’élargissement de l’UE en Europe centrale et  orientale et dans les Balkans fut l’occasion pour les Etats membres les plus développés du point de vue économique, d’ouvrir leurs frontières à des millions de travailleurs migrants.
Le facteur migratoire a été un élément déclencheur très important au Royaume-Uni aggravant la perte de confiance dans l’UE, et  a abouti au Brexit après le référendum. La directive des travailleurs détachés, accusée de favoriser le plus petit dénominateur commun en matière de salaires et protection sociale en raison des différentes législations entre les anciens Etats membres et les pays d’Europe centrale et orientale, a fait aussi l’objet de polémiques politiques.
Si un rapprochement toujours plus étroit se poursuit entre l’UE et les pays du partenariat oriental (Ukraine, Moldavie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan)  et a fortiori, de nouvelles perspectives d’élargissement à plus long terme, on peut aisément anticiper une aggravation des flux migratoires qui déjà très importants entre ces pays et les autres Etats de l’UE, en raison du différentiel économique. Ces flux risqueraient d’aggraver la crise migratoire qui va devenir systémique face à la démographie de l’Afrique.
Eurostat migrants
Les dégât sur les sociétés peuvent être considérables. La fuite des cerveaux et de la main d’œuvre est un phénomène très important dans la difficulté des pays du partenariat oriental à moderniser leur économie, tandis que l’accroissement des flux migratoires pèsera sur  l’adhésion des citoyens  à l’UE, comme l’a montré le Brexit.

L’hypothèse d’un échec des négociations sur Brxit

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a chargé lundi (27/08/2018) son gouvernement de préparer des “mesures de contingence” dans l’hypothèse d’un échec des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, annoncent ses services dans un communiqué.

Un projet de loi d’habilitation permettant d’adopter certaines de ces mesures par ordonnances sera présenté dans les prochaines semaines, précise le communiqué à l’issue d’une réunion de ministres à Matignon sur le sujet.

L’UE s’engage en reconstruction à Sahel

A la suite de l’attaque meurtrière contre le Quartier Général de la Force Conjointe du G5 Sahel à Sévaré au Mali, le 29 juin dernier, l’Union européenne a décidé de financer la totalité de la reconstruction d’un nouveau Quartier Général et de poursuivre son soutien afin d’assurer la continuité de l’action de l’Etat-major de la Force sur place.

Cette décision fait suite à une concertation étroite entre le Commandant de la Force avec la mission militaire européenne « EUTM » au Mali, la coopération de défense française et les forces de l’opération « Barkhane ». L’UE poursuivra ce travail de concertation avec le nouveau Commandant de la Force dès qu’il sera en fonction.

« L’Union européenne est le premier partenaire du G5 Sahel. L’attaque contre le quartier général de la Force conjointe du G5 Sahel au Mali est aussi une attaque contre notre priorité commune de ramener la paix dans la région » – la haute représentante Federica Mogherini a déclaré.  « Nous avons ainsi décidé de soutenir pleinement la reconstruction du quartier général de Sévaré, au Mali, confirmant notre engagement déterminé aux côtés des pays du G5, pour permettre aux institutions de contrôler pleinement leurs territoires et de lutter contre le terrorisme et les trafics d’êtres humains, d’armes et de drogue. Garantir la sécurité, le développement de la région est également un investissement dans notre propre sécurité. »

Ces décisions font suite à la réunion ministérielle UE/G5 Sahel qui s’est tenue à Bruxelles sous la présidence de Federica Mogherini et du Ministre nigérien des Affaires étrangères, Kalla Ankourao le 18 juin dernier, et de la Conférence internationale de haut niveau sur le Sahel de février dernier au cours de laquelle l’Union européenne a apporté son soutien à la Force conjointe à hauteur de 100 millions d’euros. La stabilité et le développement des pays de la région, ainsi qu’une meilleure gestion des zones frontalières et la lutte contre les trafics qui y sévissent sont les principaux objectifs partagés par l’Union et le G5 Sahel.

Montel versus Philippot

Sophie Montel, qui vient de claquer la porte des Patriotes, mouvement créé par Florian Philippot après sa rupture avec la présidente du FN, rebaptisé Rassemblement national, porte aussi plainte contre X pour faux et usage de faux et détournement de fonds publics au préjudice de l’Union européenne.

Elle porte par ailleurs plainte pour les mêmes motifs auprès de l’Office de lutte anti-fraude européen (Olaf).

Elle accuse Florian Philippot d’avoir utilisé une délégation de signature et de paiement falsifiée pour utiliser au moins en partie la dotation financière qui lui est accordée par l’Union européenne au titre d’eurodéputée.

L’Italie réclame l’aide de l’UE

L’Italie a bloqué jeudi l’adoption de déclarations communes sur le commerce et la défense au sommet européen de Bruxelles afin de faire pression sur les autres pays pour qu’ils s’alignent sur ses positions sur l’immigration, ont dit des diplomates européens.

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a empêché l’adoption de ces déclarations communes, qui critiquaient notamment les droits de douane américains et approuvaient des mesures de rétorsion, en soulignant qu’il réclamait d’abord un compromis sur l’ensemble des sujets au menu de ce sommet, notamment sur l’immigration.

Cette attitude inhabituelle de la part d’un chef de gouvernement a été critiquée par d’autres pays. “Certains dirigeants ont été surpris”, a dit un diplomate européen.

L’Italie réclame l’aide de ses partenaires européens pour l’accueil des migrants traversant la Méditerranée.

“Comme un pays membre a réservé sa position sur l’ensemble des conclusions, aucune conclusion n’a été adoptée à ce stade”, a dit un porte-parole du président du Conseil, Donald Tusk, dans un communiqué.

« Entrées précédentes