Archives des étiquettes : kurdes

PYD: Désaccord avec la Turquie

Emmanuel Macron a déclaré le quatre décembre qu’il ne voyait pas de consensus possible avec Ankara sur la définition du terrorisme, excluant une nouvelle fois de classer comme groupe terroriste les combattants kurdes du YPG, alliés de la coalition internationale de lutte contre l’Etat islamique (Daech) en Syrie. 

https://twitter.com/emmanuelmacron/status/1202236344124104704?s=21

Sur la définition du terrorisme, je ne vois pas de consensus possible” avec la Turquie, a indiqué le président lors d’une conférence de presse à l’issue du sommet du 70e anniversaire de l’Otan traversé par des dissensions entre pays alliés. 

https://twitter.com/emmanuelmacron/status/1202236344124104704?s=21

Nous agréons collectivement que nous sommes en désaccord sur ce point”, a-t-il ajouté au lendemain d’une rencontre quadripartite (France, Turquie, Allemagne et Royaume-Uni) à Londres. “La Turquie a réaffirmé clairement son engagement dans la lutte contre Daech, par contre il est clair que nous ne sommes pas d’accord pour classer comme groupe terroriste” les unités de protection du peuple (YPG) et leur bras politique, le PYD. 

Nous combattons le PKK et tous ceux qui mènent ces activités terroristes contre la Turquie mais nous ne faisons pas ce raccourci ou cette agrégation que la Turquie souhaite entre ces différents groupes politiques et/ou militaires, là il y a un désaccord et il n’est pas levé”, a-t-il ajouté.

L’évacuation des migrants à Grande-Synthe

Les forces de l’ordre sont intervenues le matin  à Grande-Synthe, près de Dunkerque, dans le Nord, pour évacuer 1.800 migrants installés dans des abris de fortune, annonce la préfecture du Nord.

Une opération de mise à l’abri de 1.800 migrants basés à Grande-Synthe est en cours depuis 08h00 ce matin (06h00 GMT)”, indique-t-elle dans un communiqué, en précisant qu’elle s’inscrit dans le cadre d’une ordonnance d’évacuation rendue par le tribunal de Dunkerque le 11 octobre à la demande de la mairie.

« … Avec Castaner comme avec tous ses prédécesseurs, ce cirque se poursuivra tant qu’on ne traitera pas les causes, » a écrit Marine Le Pen dans son microblog Twitter.

« Combien de temps avant que des centaines de nouveaux entrants s’y installent, pour ensuite être relogés en priorité par le gouvernement alors que 3,5 millions de Français sont mal-logés ou sans-abri ? » a posé la même question Nicolas Bay.

 

 

Un retour de deux chasseurs Rafale

La ministre des Armées a annoncé un allègement du dispositif militaire français au Levant, avec le retour de deux chasseurs Rafale, une adaptation attendue face au recul territorial de l’Etat islamique (Daech).

“Au Levant, l’opération Chammal s’adapte à la situation sur le terrain : Daech est à terre mais n’a pas disparu. En conséquence, deux Rafale viennent de rentrer en France”, précise Florence Parly sur Twitter.

“Le reste du dispositif est pour l’instant maintenu et la formation des unités irakiennes se poursuit”, ajoute-t-elle.

Lancée en septembre 2014 en Irak puis étendue un an après à la Syrie dans le cadre de la coalition internationale armée contre l’EI (Daech), l’opération Chammal mobilise aujourd’hui quelque 1.200 militaires français sur ces deux théâtres d’opérations.

L’armée de l’air française apporte notamment un soutien aérien aux forces armées irakiennes et aux peshmergas kurdes, avec des frappes et des missions de renseignement.

Des militaires français forment également les unités irakiennes à Bagdad et Erbil et les forces kurdes.

Douze Rafale étaient jusqu’à présent engagés dans le dispositif ainsi que des Mirage 2000 D et N, précise-t-on au ministère.