Archives des étiquettes : Kremlin

Otan-Russie: une réunion le 12 janvier

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a décidé de convoquer une réunion du Conseil Otan-Russie le 12 janvier 2022 en sa qualité de président de cette instance de dialogue entre les anciens ennemis de la Guerre froide mise en veilleuse depuis des années, en raison des tensions accrues entre Moscou et l’Occident, a indiqué dimanche un responsable de l’Alliance atlantique.

« Nous sommes en contact avec la Russie à propos de cette réunion », a-t-il affirmé à l’agence Belga.

Le Conseil de l’Atlantique nord (CAN, qui rassemble les trente Etats-membres de l’Otan) s’était déclaré le 16 décembre « prêt à avoir un dialogue substantiel avec la Russie » en dépit des tensions sans précédent avec Moscou. Et jeudi, l’Union européenne et l’Otan ont réaffirmé leur soutien à l’Ukraine, menacée par un renforcement des capacités militaires de la Russie, un pays voisin avec lequel elle est en conflit depuis 2014.

Les alliés avaient une nouvelle fois demandé « comme nous le faisons depuis longtemps », précisait le communiqué – la tenue d’une réunion du Conseil Otan-Russie, dans un avenir proche.

« Nous sommes au fait des propositions que la Russie a présentées récemment au sujet de la sécurité européenne », avaient indiqué les membres de l’Otan.

La Russie a récemment présenté deux projets de traités pour bannir tout élargissement de l’Alliance atlantique, notamment à l’Ukraine, et mettre fin aux activités militaires occidentales à proximité des frontières russes. Selon Moscou, il s’agit du seul moyen de juguler l’aggravation des tensions.

« Il est clair que tout dialogue avec la Russie doit reposer sur la réciprocité, aborder les préoccupations de l’Otan concernant les actions de ce pays, être fondé sur les principes fondamentaux et les documents qui forment le socle de la sécurité européenne, et se dérouler en consultation avec les partenaires européens de l’Otan. Nous sommes prêts, si la Russie ?uvre concrètement à la réduction des tensions, à travailler au renforcement des mesures de confiance », avait répondu l’Alliance en rappelant son caractère défensif.

Pour les alliés, l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) « est aussi une enceinte pertinente dans ce contexte ».

La dernière réunion du COR remonte au 5 juillet 2019.

Le 12 janvier, l’Otan réunira également pour deux jours son Comité militaire, la plus haute autorité militaire de l’Alliance atlantique, rassemblant à son siège bruxellois les chefs d’état-major des armées alliées..

Militaires russes sont rentrés dans leurs bases

Plus de 10.000 militaires russes sont rentrés dans leurs bases après des exercices d’un mois dans le sud de la Russie, notamment près de la frontière ukrainienne au coeur de vives tensions, a indiqué samedi Moscou.
(Image: Valeri Guerassimov le chef de l’État-Major général des forces armées de la Fédération de Russie).

Le ministère russe de la Défense a affirmé que ces manoeuvres « d’entraînement au combat » avaient eu lieu sur plusieurs terrains militaires dans les régions russes de Volgograd, de Rostov, de Krasnodar, et de Crimée annexée, des zones à proximité immédiate de l’Ukraine.

Le ministère précise que des exercices ont également eu lieu dans des territoires russes plus éloignés de la frontière ukrainienne, dans les régions de Stavoropol, d’Astrakhan, du Caucase nord, mais aussi en Arménie, en Abkhazie et en Ossétie du Sud.

Dans son communiqué, l’armée russe ne précise pas dans quelles bases ces troupes ont été redéployées.

« Afin d’assurer un état d’alerte élevé pendant les fêtes de fin d’année sur les sites militaires du district militaire Sud, des unités de garde, des renforts et des forces seront affectés pour faire face à d’éventuelles situations d’urgence », a-t-elle ajouté.

Depuis plus d’un mois, la Russie est accusée par les Occidentaux d’avoir massé des dizaines de milliers de soldats près de la frontière ukrainienne, en vue d’une possible intervention militaire contre Kiev.

Moscou nie toute intention belliqueuse et affirme être menacée par des « provocations » de Kiev et de l’Otan, et exige que l’Alliance s’engage à ne pas s’élargir en ex-URSS. Ces demandes doivent être abordées lors de négociations russo-américaines en janvier.

Les relations entre Kiev et Moscou sont déjà très tendues depuis l’annexion en 2014 par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée et le début d’une guerre entre les troupes ukrainiennes et des séparatistes pro-russes dans l’Est.

Dans une interview vendredi avec l’AFP, le secrétaire du Conseil de sécurité national ukrainien, Oleksiy Danilov, a toutefois minimisé le risque d’une escalade imminente.

Selon lui, le nombre de soldats russes autour de l’Ukraine n’a que légèrement augmenté, de 93.000 en octobre, à environ 104.000 actuellement.

Alexeï Navalny reçoit le Prix Sakharov 2021

Strasbourg 20.12.2021 Parlement européen: Alexei Navalny is an anti-corruption activist and major political opponent of Russian President Vladimir Putin. Il est un militant anti-corruption et l’un des principaux opposants politiques au Président russe Vladimir Poutine.
Les députés ont décerné le Prix Sakharov 2021 pour la liberté de l’esprit à Alexeï Navalny, politique russe d’opposition et militant anti-corruption.

La vice-présidente du Parlement, Heidi Hautala, a annoncé le nom du lauréat 2021 dans l’hémicycle de Strasbourg, mercredi après-midi, suite à la décision de la Conférence des présidents (Président et chefs des groupes politiques).

Le Président du PE, David Sassoli, a déclaré: « Le Parlement européen a choisi Alexeï Navalny comme lauréat du Prix Sakharov cette année. Il a fait campagne de façon constante contre la corruption du régime de Vladimir Poutine. Grâce à ses comptes sur les médias sociaux et à ses campagnes politiques, il a contribué à dénoncer les abus et à mobiliser le soutien de millions de personnes en Russie. C’est pour ces raisons qu’il a été empoisonné et mis en prison.

En décernant le Prix Sakharov à Alexeï Navalny, nous reconnaissons son incroyable courage et nous rappelons le soutien sans faille du Parlement européen en faveur de sa libération immédiate. »

La vice-présidente Hautala a ajouté: « Cette année, le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit a été décerné à un acteur du changement. Alexeï Navalny a fait preuve de beaucoup de courage dans ses tentatives de restaurer la liberté de choix du peuple russe. Pendant de nombreuses années, il s’est battu pour les droits de l’homme et les libertés fondamentales dans son pays. Cela lui a coûté sa liberté et presque sa vie. Au nom du Parlement européen, j’appelle à sa libération immédiate et inconditionnelle.

Aujourd’hui, le Parlement a également rendu hommage aux femmes afghanes qui luttent résolument pour l’égalité et les droits humains dans leur pays et qui avaient été nommées pour le Prix. Nous choisissons de rendre hommage à leur courage car elles sont parmi les premières à être victimes de violations de leurs droits et libertés les plus basiques après la prise de pouvoir des talibans dans leur pays. »

Alexeï Navalny est un homme politique de l’opposition russe, un militant anti-corruption et un adversaire politique majeur du Président Poutine. Il s’est fait connaître sur la scène internationale en organisant des manifestations contre le Président Poutine et son gouvernement, en se présentant aux élections et en appelant à des réformes contre la corruption. Il a été empoisonné en août 2020 et a passé des mois à se rétablir à Berlin. Il a été arrêté en janvier 2021 lors de son retour à Moscou.

Il purge actuellement une peine de trois ans et demi de prison – il lui reste encore plus de deux ans à purger. Désormais incarcéré dans une colonie pénitentiaire de haute sécurité, il a entamé une longue grève de la faim en mars 2021 pour protester contre le manque de soins médicaux. En juin 2021, un tribunal russe a interdit les bureaux du réseau régional de Navalny et sa Fondation anti-corruption, tous deux classés aujourd’hui comme extrémistes et indésirables par les autorités russes.

Le Prix Sakharov sera officiellement remis lors d’une cérémonie qui se tiendra dans l’hémicycle du Parlement à Strasbourg le 15 décembre. Cliquez ici pour en savoir plus sur les autres finalistes du Prix Sakharov 2021.

Putine au fort de Brégançon avant G7

Vladimir Poutine reçu au fort de Brégançon par Emmanuel Macron à quelques jours du sommet du G7 à Biarritz, Emmanuel Macron accueille Vladimir Poutine au Fort de Brégançon. Les experts prédisent qu’une des questions importantes à l’ordre du jour serait un accord sur le nucléaire iranien, fragilisé par les États-Unis en 2018.

Au nom du « pragmatisme » prôné à l’international par Emmanuel Macron, l’Elysée envoie des signes de rapprochement à Moscou sur certains dossiers, tout en critiquant l’action du Kremlin dans d’autres. « Ce n’est pas parce que nous avons des divergences avec la Russie qu’il ne peut pas y avoir de discussion », résume une source élyséenne au journal Le Figaro. Le chef d’Etat souhaite mettre en place « dans le temps long, un dialogue de confiance exigeant, ambitieux, mais sans naïveté ni compromission ».

Avec la rencontre le 19 août, Emmanuel Macron tente d’abord d’arrimer son homologue russe dans le multilatéralisme et les débats qui animeront le prochain sommet du G7, groupe dont est exclue la Russie depuis l’entrée de la Crimée dans la Fédération en 2014, perçue comme « annexion » par l’UE.

La date choisie, le 19 août fait sens à cinq jours de l’ouverture à Biarritz, sous présidence française, du sommet du G7 réunissant les chefs d’Etat et de gouvernement des principales puissances économiques démocratiques (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Canada, Japon).

 

Kremlin: la cérémonie solennelle d’investiture

La cérémonie solennelle d’investiture à la tête de la présidence russe s’est déroulée au Grand palais du Kremlin.

La cérémonie a débuté par l’entrée solennelle des soldats portant le drapeau russe, l’étendard présidentiel, la Constitution de la Fédération de Russie et la Collier de Président dans la salle de St.André du Grand Palais du Kremlin.

Conformément à l’article 82 de la Constitution de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine a prêté serment au peuple russe en présence des membres du Conseil de la Fédération, des députés de la Douma d’État et des juges de la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie. Valéry Zorkin, président de la Cour constitutionnelle, a annoncé l’entrée de Vladimir Poutine dans ses fonctions de Président de la Fédération de Russie.

Sur la place des Cathédrales, Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie et Chef des Forces Armées de la Fédération de Russie, a ensuite assisté au défilé de la garde du régiment présidentiel à l’occasion de son entrée en fonction. Le régiment présidentiel célèbre aujourd’hui le 82e anniversaire de sa création.

À la fin de la cérémonie d’investiture, le Président russe Vladimir Poutine a eu un bref échange avec des représentants d’associations de la jeunesse et d’organisations de bénévoles.
Plus tard, le Patriarche de Moscou et de Toute la Russie Cyrille a célébré une action de grâce en l’église de l’Annonciation du Kremlin.

Russie: Dourov a finalement accepté les conditions

Pavel Dourov, le fondateur de l’application de messagerie cryptée Telegram a accepté d’enregistrer son entreprise sur la liste des distributeurs d’informations en Russie, après avoir été sommé de le faire par les autorités.

L’autorité russe de régulation des communications avait déclaré qu’elle bloquerait l’accès à l’application si Telegram ne s’engageait pas à fournir des informations au gouvernement russe sur la liste des distributeurs d’informations.

Les responsables de Telegram ont d’abord refusé de se soumettre à l’injonction du Kremlin, jugée anticonstitutionnelle, craignant pour la confidentialité des données de leurs quelque six millions d’utilisateurs.

Pavel Dourov a finalement accepté les conditions russes, même s’il a annoncé qu’il ne ferait rien qui puisse porter atteinte à la vie privée de ses utilisateurs.

« Nous n’allons pas nous conformer à des(…) lois si elles sont incompatibles avec la politique de confidentialité de ou de protection de la vie privée de Telegram », a-t-il écrit mercredi sur les réseaux sociaux.