Archives des étiquettes : Kiev

Kiev: la frappe aérienne russe

26.06.2022 Quatre explosions ont été entendues à Kiev tôt dimanche matin, le 26 juin touchant un complexe résidentiel proche du centre de la capitale. Il s’agit «d’intimider les Ukrainiens à l’approche du sommet de l’Otan», organisation honnie par la Russie, a déclaré à des journalistes le maire de Kiev, Vitaly Klitschko

«À la suite d’un bombardement ennemi, un incendie s’est déclaré dans un immeuble de neuf étages​, a indiqué sur la messagerie Telegram le service d’État pour les situations d’urgence. Au moins deux blessés ont été hospitalisés, a indiqué sur la messagerie Telegram le maire de la capitale, Vitaly Klitschko, précisant que des gens restaient « sous les décombres», le bilan pouvant s’alourdir.

Cette frappe a touché tôt dimanche matin un complexe résidentiel proche du centre de la capitale ukrainienne, qui avait été épargnée par des bombardements russes depuis début juin. Au moins deux blessés ont été hospitalisés, a indiqué sur la messagerie Telegram le maire de la ville, Vitaly Klitschko, précisant que des gens restaient «sous les décombres», le bilan pouvant s’alourdir. Il s’agit «d’intimider les Ukrainiens à l’approche du sommet de l’Otan», organisation honnie par la Russie, a déclaré à des journalistes M. Klitschko qui s’est rendu sur place. Le sommet de l’Alliance atlantique se tient du 28 au 30 juin à Madrid. Quatre explosions ont été entendues vers 06h30, une demi-heure après le déclenchement de sirènes anti-aériennes dans la capitale.

Ukraine: Président Macron à Irpin

16.06.2022 En visite à Kiev, accompagné de trois dirigeants européens, le président français devait s’exprimer à 14 heures, aux côtés de son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky. Le programme a pris plus d’une trentaine de minutes de retard, a annoncé l’équipe présidentielle. Au programme devraient être abordés: de nouvelles livraisons d’armes, une ouverture à l’Union européenne ou encore une accélération des sanctions économiques.

Plus tôt dans la matinée, plusieurs alertes à la bombe et des sirènes d’alerte ont retenti à Kiev. Le service de sécurité est très important autour des quatre chefs d’États, le GIGN a été missionné pour l’occasion.

A l’issue de sa brève visite à Irpin, le président français a évoqué «une ville héroïque puisque c’est ici, entre autres, que les Ukrainiens ont arrêté l’armée russe qui descendait sur Kiev». «Il faut se représenter l’héroïsme de l’armée, mais aussi de de la population ukrainienne», a-t-il insisté, souhaitant que «l’Ukraine puisse résister et l’emporter».

«Je trouve bien que le président de la République Française rappelle publiquement et spectaculairement de quel côté sont les Français tous, sans exception, a noté Jean-Luc Mélenchon, invité sur France Bleu. Je m’associe à son message de solidarité avec l’Ukraine. Après, on peut s’interroger sur le sens de ce voyage, mais comme il est à l’étranger sur une zone de guerre, je propose qu’on évite les polémiques. Quand il reviendra, il nous expliquera.»

Macron bienvenu en Ukraine

01.05.2022 Emmanuel Macron “bienvenu” en Ukraine. Dmytro Kuleba, interrogé par LCI dans la journée du mardi 31 mai, s’est exprimé sur une potentielle venue d’Emmanuel Macron à Kiev.

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien a affirmé que le président Français « était le bienvenu, peu importe quand », avant d’ajouter qu’ »il serait bon que le président Macron vienne durant la présidence française de l’UE ».

Le chef de la diplomatie ukrainienne n’a pas manque de faire un rappel sur le manque d’armes dans les forces ukrainiennes : “le mieux serait que M. Macron vienne avec d’autres livraisons d’armes pour l’Ukraine, c’est le meilleur moyen d’aider l’Ukraine à lutter contre l’invasion russe ».

Ukraine: ambassade de France de retour

16.04.2022 Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait annoncé le retour « très prochain » de la délégation en Ukraine. Cette décision, à la fois symbolique et opérationnelle, « permettra d’approfondir l’appui apporté par la France à l’Ukraine dans tous les domaines », avait-il souligné dans un communiqué, salué par Kiev.

« J’apprécie hautement la décision de la France de renvoyer son ambassadeur » dans la capitale, s’était félicité le chef de la diplomatie ukrainienne, sur Twitter.

Ukraine: bombardements sur la capitale

16.04.2022 Guerre en Ukraine: après des déconvenues, la Russie veut remettre la pression sur Kiev (image)
Après des accusations de bombardements sur des villages russes et la perte du Moskva, un navire amiral, Moscou a repris ses bombardements sur la capitale ukrainienne.

Le répit à Kiev n’aura été que de courte durée. Alors que les troupes russes se sont retirées de la région, Moscou a lancé plusieurs frappes sur la capitale ce vendredi, le 15 avril, annonçant notamment la destruction d’une usine d’armement. La Russie dit agir en représailles au bombardement jeudi, le 14 avirl, de deux villages russes frontaliers de l’Ukraine, Klimovo et Spodariouchino, qui a fait sept blessés. « Le nombre et l’ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kiev vont augmenter en réplique à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages menés en territoire russe », a mis en garde le ministère russe de la Défense.

L’Ukraine a rejeté ces accusations, affirmant que ces bombardements pourraient être des tentatives de « sabotage » de l’armée russe. Moscou chercherait à alimenter une forme « d’hystérie anti-ukrainienne » pour renforcer le soutien du peuple russe à l’invasion de l’Ukraine, voire trouver une prétexte à de futures offensives.

Réorientation de l’Ukraine affaiblit l’Europe

Dr Pierre-Emmanuel Thomann, géopolitologue

A l’occasion des élections ukrainiennes qui auront lieu le 31 mars prochain, il est utile de faire un bilan de la situation du pays. La tentative par les instances euro-atlantiques d’orienter l’Ukraine de manière exclusive vers l’espace euro-atlantique et selon le scénario idéal de certains gouvernements, de créer les conditions favorables à une adhésion  dans l’Union européenne (UE) et l’OTAN à plus long terme, est en train d’échouer. L’élargissement est un objectif évidemment implicite et masqué du partenariat oriental de l’UE, alors que les Etats membres de l’UE seront toujours divisés sur cette question. La voie choisie par l’Ukraine est une impasse. (Image: Pierre-Emmanuel Thomann).

Ukraine Thomann

La stratégie géopolitique des Etats-Unis et de certains gouvernements européens alliés vise à couper de manière hermétique l’Ukraine de la Russie, en profitant des divisions internes croissantes du pays, entre l’Ukraine de Lvov orientée vers l’Europe de l’Ouest, l’Ukraine orientale incluant le Donbass et la Crimée orientées vers la Russie,  et la partie centrale autour de Kiev qui fait office de zone tampon entre ces tropismes géopolitiques issus de l’histoire. La stratégie de réorientation vers l’Occident depuis le changement de régime issu des manifestations sur la place Maïdan à Kiev en 2014 a non seulement affaiblit et appauvrit les Ukrainiens, mais embarqué l’Union européenne dans une voie sans issue qui coûte cher aux citoyens européens et déstabilise la sécurité européenne.     

Le bilan des cette tentative d’occidentalisation forcée de l’Ukraine est largement négatif. Le bilan humain, avec plus de 10 000 morts dans la guerre civile du Donbass, guerre par proxy entre les Etats-Unis et la Russie, c’est à dire au sein d’une même aire de civilisation entre deux peuples si proches et à l’histoire commune est très lourd.  C’est une véritable absurdité géopolitique dans le contexte de la rivalité croissante entre grandes aires civilisationnelles. La Russie et l’Ukraine font toutes deux partie de la civilisation européenne et ce conflit affaiblit donc l’Europe continentale dans son entièreté .

A l’occasion de ce conflit, la résurgence des factions néonazies en Ukraine, d’abord minimisées par les médias occidentaux, apparait aujourd’hui au grand jour. Le président de l’OSCE, Mr Latchak, a exprimé son inquiétude à propos de la glorification de l’ultra-nationaliste ukrainien Stepan Bandera qui, allié aux nazis lors de la deuxième guerre mondiale, fut responsable de la mort de milliers de Biélorusses, Polonais, Russes et Ukrainiens.

Les membres du service européen d’action extérieure (SEAE) de l’UE en charge de l’Ukraine sont également mécontents en ce qui concerne les réformes promises et non mises en œuvre. Ils insistent sur l’absence de progrès dans le cadre de l’accord d’association et la zone de libre échange entre l’UE et l’Ukraine en ce qui concerne  la réglementation douanière, la fiscalité, les infrastructures de transport et la propriété intellectuelle. Le projet de décentralisation du pays pour permettre la mise en œuvre des accords de Minsk n’est toujours pas effectif. Cela pose la question de la vraie destination des fonds de l’UE. Quelle proportion des 12 milliards d’euros de l’UE octroyés à l’Ukraine pour le programme de coopération ont-ils été pillés par les oligarques ukrainiens ?   

Le vent tourne aussi dans les perceptions entre Ukrainiens et Russes qui s’étaient fortement dégradées depuis le conflit en 2014. Les citoyens ukrainiens souhaitent ainsi de plus en plus une réouverture de la frontière entre Ukraine et Russie (50%) et leur opinion vis à vis de la Russie s’améliore (48% contre 32% d’opinions négatives) selon l’institut international de sociologie de Kiev. Il faut aussi rappeler que plus de 30% des Ukrainiens ont de la famille en Russie et que 2, 5 millions d’ukrainiens travaillent en Russie, dont plus d’un million de réfugiés  provenant du Donbass.

Les gouvernements successifs des Etats-Unis et leurs alliés européens ultra-atlantistes ont pour objectif de fragmenter l’Eurasie et couper l’Europe de l’Ouest de la Russie, pour ralentir le multicentrisme géopolitique et préserver leur pouvoir mondial. L’Ukraine est avant tout un pivot géopolitique dans leur vision pour atteindre cet objectif. La stabilité et la prospérité de l’Ukraine comme les intérêts des nations européennes sont donc secondaires dans  la stratégie géopolitique des Etats-Unis. Il n’est de plus pas exclu que le gouvernement ukrainien en perte de vitesse vis à vis de l’opinion cherche à entrainer les membres de l’UE et de l’OTAN dans un conflit avec la Russie, aux conséquences néfastes pour la sécurité européenne et l’élargissement de la fracture européenne. La déstabilisation de l’Ukraine entraine surtout des conséquences pour les Européens. A plus long terme, l’intégration de l’Ukraine dans l’UE serait un gouffre financier et provoquerait une exacerbation des rivalités géopolitiques entre les membres de l’UE notamment la France et l’Allemagne selon les  tropismes géographiques divergents vers l’Europe centrale et orientale ou vers la Méditerranée.

Toutefois, la tentative d’occidentalisation de la société ukrainienne sur des critères idéologiques et normatifs au moyen du partenariat oriental de l’UE est en train d’échouer. Le retour d’une position plus équilibrée de l’Ukraine entre les instances euro-atlantiques qui n’offrent que des perspectives décevantes et la Russie devient donc aussi un scénario probable après les élections. Cela représenterait une voie plus raisonnable pour préserver la paix en Ukraine et la stabilité continentale.

 

 

Journaliste Babchenko est ‘ressuscité’ à Kiev

Arkadi Babtchenko est peut-être le premier journaliste de l’histoire à avoir passé une journée à lire les nécrologies émues que ses confrères du monde entier lui ont consacrées. C’est au fil d’un scénario au mieux génial, au pire tordu, qu’hier, à Kiev, le plus grand reporter de guerre russe contemporain est ‘ressuscité‘ en chair et en os, à une conférence de presse des services secrets (SBU), dix-neuf heures après l’annonce de sa mort.

Alors que toute la presse attendait des éclaircissements sur les circonstances du meurtre du journaliste, la veille, le chef du SBU, Vasyl Hrytsak, et le procureur général du pays, Iouri Loutsenko, visiblement contents de leur coup, ont placidement fait rentrer le mort dans la salle, en pleine santé, devant des journalistes incrédules. Les deux hauts fonctionnaires ont expliqué avoir fait participer Babtchenko à une «opération spéciale».

Reporters sans frontière exprime sa plus vive indignation à la découverte de la manipulation des services secrets ukrainiens pour leur guerre de l’information. Il est toujours profondément dangereux que des États jouent avec les faits, et de surcroît sur le dos des journalistes.