Archives des étiquettes : Kamala Harris

Violences faites aux femmes

Un artiste italien a créé une campagne dénonçant les violences faites aux femmes en détournant les portraits de femmes puissantes et célèbres.

Voilà une campagne qui fait beaucoup parler d’elle en Europe. L’artiste italien AleXsandro Palombo a placardé dans les rues milanaises et espagnoles plusieurs photos pour dénoncer les violences faites aux femmes.

Sur les images, on peut apercevoir Ursula von der Leyen, Kate Middleton, Kamala Harris, Christine Lagarde et la Reine Letizia d’Espagne le visage tumifié. «Elle l’a dénoncé mais personne ne l’a crue. Elle a été abandonnée. Elle n’a pas été protégée. Il n’a pas été arrêté et elle a quand même été tuée», peut-on lire sur les affiches.

Sur les affiches, plusieurs personnalités publiques, comme la duchesse de Cambridge Kate Middleton, la vice-présidente américaine Kamala Harris, la reine Letizia d’Espagne ou encore la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen sont représentées en victimes de violences conjugales.

Sous leur visage tuméfié, on peut lire ces mots: “Elle l’a dénoncé – Mais personne ne l’a crue – Mais elle est restée seule – Mais elle n’a pas été protégée – Mais il n’a pas été arrêté – Mais elle a été tuée quand même”.

La campagne, déjà affichée dans les rues de Paris, mais également de Milan en Italie, ou encore de Los Alcazares, en Espagne, a été financée par le Ministère espagnol de l’égalité et le Secrétariat d’État à l’égalité et à la lutte contre la violence sexiste.

L’artiste explique que son objectif est “d’attirer l’attention sur les faibles réponses apportées par les politiques au problème de la violence sexiste et de mettre en évidence l’inefficacité du système de soutien et de protection des victimes”.

“Pourquoi une femme devrait-elle signaler les violences si, après le signalement, elle n’est pas protégée par les institutions et finit de toute façon par être tuée?”, a-t-il ajouté sur Instagram. “Comment une femme victime d’abus et de violences peut-elle encore avoir confiance dans les institutions?”

PARIS: Forum sur la paix

La quatrième édition du forum annuel sur la paix s’ouvre jeudi à Paris, en présence du Président Emmanuel Macron, et de la vice-Présidente américaine, Kamala Harris. L’événement international sur les questions de gouvernance mondiale et de multilatéralisme est consacré cette année à la réduction des fractures mondiales.

Le président français Emmanuel Macron et la vice-présidente des États-Unis Kamala Harris donneront le coup d’envoi jeudi 11 novembre du Forum de Paris sur la paix, consacré cette année à la réduction des fractures mondiales, avec un gros volet numérique.

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus en présentiel à ce quatrième rendez-vous annuel, voulu à l’origine par Emmanuel Macron, qui se tiendra jusqu’à samedi et coïncidera avec une conférence internationale sur la Libye vendredi.

Plusieurs chefs d’État d’Afrique subsaharienne – Côte d’Ivoire, Nigeria, Sénégal, Liberia, Botswana – seront notamment présents, de même que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ou les Premiers ministres de Serbie et du Kosovo.

Ce Forum, créé en 2018, vise à instaurer un rendez-vous régulier des décideurs mondiaux à Paris à l’image de ce qui se fait à Davos en matière économique ou à Munich sur les enjeux de sécurité, deux événements très courus à chaque début d’année.

Dirigeants d’organisations internationales (OMS, FMI, Banque africaine de Développement, Programme alimentaire mondial…), d’entreprises (Microsoft, Google, Youtube…), d’ONG et de fondations (Melinda Gates, Georges Soros…) participeront aussi à différents panels programmés sur trois jours.

Emmanuel Macron et Kamala Harris ouvriront officiellement le Forum jeudi à 17h (16h GMT), à la Grande Halle de la Villette, aux côtés du président nigérian Muhammadu Buhari et de la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina.

Ils assisteront ensuite à un panel sur la régulation internationale du numérique, destiné à faire le point sur une série d’initiatives (Appel de Paris, de Christchurch) liées à la cybersécurité, la lutte contre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne ou la désinformation sur les réseaux sociaux.