Archives des étiquettes : journaliste

Eric Zemmour: une candidature à la présidentielle?

« J’ai depuis vingt ans annoncé, prophétisé, en vain pour l’instant». Ce dimanche 6 juin, Eric Zemmour a accordé un long entretien à Livre Noir. Il a notamment glissé au média «réfléchir» à la suite de son engagement politique.

«Je réfléchis à la suite, aux mesures éventuelles qu’on pourrait prendre à partir de mon diagnostic», a-t-il avoué. «Tous les soirs» dans Face à l’info sur CNews, «je fais de plus en plus de propositions, je pense de plus en plus à comment mettre en application ce que je dis», estimant que «la prévision, la prédiction, même la prophétie ne suffisent pas». De ce fait, «peut-être» qu’il faudrait «passer à l’action», selon le chroniqueur de Face à l’info.

Eric Zemmour n’a pas hésité à s’identifier au journaliste nationaliste de l’Action française, Jacques Bainville (1879-1936). Cet écrivain avait en effet annoncé dans son célèbre livre «Les Conséquences politiques de la paix», écrit en 1920, «tout ce qui allait se passer dans les années 1930» et ce qui «allait nous conduire à la guerre» contre l’Allemagne d’Adolf Hitler. «Je ne peux pas ne pas m’identifier à cet homme que j’admire», a poursuivi Eric Zemmour auprès de Livre Noir.

Maison Blanche: aucune conclusion sur l’assassinat de Khashoggi

La CIA estime que le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohamed ben Salman (MbS), a ordonné l’assassinat du journaliste et opposant Jamal Khashoggi, a-t-on appris de source proche du dossier, ce qui risque de mettre à mal les efforts de Donald Trump visant à préserver les liens entre les deux pays.

De même source, on précise que la CIA a informé le gouvernement américain de ses conclusions contredisant la version de Ryad, qui a fini par reconnaître que le journaliste avait été tué à l’intérieur du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul mais nie toute implication de l’héritier du trône.

Les conclusions de la CIA, rapportées dans un premier temps par le Washington Post, constituent à ce jour l’assertion la plus formelles associant Mohamed ben Salman à la mort du journaliste.

Lors d’un déplacement en Californie, Donald Trump a dit qu’il recevrait un rapport définitif du gouvernement américain sur la chaîne de responsabilités du meurtre dans le meurtre de Jamal Khashoggi et les conséquences que cela aura.

Ces commentaires de Trump interviennent quelques heures après ceux du département d’Etat, qui a fait savoir que le gouvernement n’était pas encore parvenu à une “conclusion définitive” sur l’assassinat du journaliste.

Macron évoque des sanctions contre Ryad

Emmanuel Macron a fait part au roi Salman d’Arabie saoudite de sa “profonde indignation” après la mort du journaliste Jamal Khashoggi et a ouvert la voie à des “sanctions internationales contre les coupables” de ce crime.

Reconnue par Ryad, la mort de cet éditorialiste le 2 octobre dernier au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul a soulevé une vague d’émotion internationale tout en suscitant l’embarras des partenaires du royaume wahhabite.

Ryad a assuré qu’il s’agissait d’une “opération non autorisée” par le pouvoir saoudien et que le nouvel homme fort du royaume, le prince héritier Mohammed Ben Salman, dit “MBS”, n’en avait pas été informé – des explications accueillies avec scepticisme par plusieurs gouvernements occidentaux.

Une tentative d’assassinat d’un journaliste azéri à Toulouse

Un journaliste azéri, réfugié à Toulouse avec sa famille depuis 2010, a été visé vendredi (30.03.2018) matin par des coups de feu à Colomiers,, commune limitrophe de Toulouse (Haute-Garonne), vers 9 heures. Rahim Namazov était accompagné de sa femme qui a été touchée par les tirs et est décédée.

Le couple était en voiture quand il a été pris pour cible par sept coups de feu. Le journaliste a été touché par un tir dans le dos. Son pronostic vital est engagé. Selon le parquet de Toulouse qui a été saisi, « la femme du journaliste a été atteinte d’une balle dans la tête ». La police judiciaire est chargée de l’enquête sur cette fusillade.

Rahim Namazov a été expulsé de son pays, l’Azerbaïdjan où il était emprisonné et menacé de mort.