Archives des étiquettes : Jacques Chirac

Service solennel à l’église Saint-Sulpice

La France rend un dernier hommage à Jacques Chirac (86), décédée jeudi dernier. Minute de silence, honneurs militaires, et service solennel à l’église Saint-Sulpice à Paris  en présence de quelque 80 personnalités étrangères, dont le président russe Vladimir Poutine et l’ex-président américain Bill Clinton marquent le début de la cérémonie officielle.

Une cérémonie familiale privée s’est tenue aux Invalides en début de matinée avec Bernadette Chirac et le petit-fils de Jacques Chirac, Martin Rey-Chirac qui devait prendre la parole à cette occasion.

La cérémonie familiale privée a été suivie par des honneurs funèbres militaires rendus par Emmanuel Macron. Le cercueil de l’ancien président, porté par la garde républicaine, a ensuite quitté la cour au son de la marche funèbre de Chopin pour rejoindre l’église Saint-Sulpice à 12h un service solennel en présence des chefs d’Etat et de gouvernement étrangers ayant fait le déplacement.

Poutine rend hommage à Chirac

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement étrangers, dont Vladimir Poutine, ont déjà annoncé leur venue à l’hommage prévu en l’honneur de Jacques Chirac.

Outre le président russe, sont notamment attendus les présidents italien Sergio Mattarella et congolais Denis Sassou Nguesso, la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili, les Premiers ministres libanais Saad Hariri, hongrois Viktor Orban, slovaque Peter Pellegrini et croate Andrej Plenkovic, qui doivent participer au service solennel prévu le 30 septembre à midi en l’église Saint-Sulpice, pour l’ancien chef de l’État.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier, de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ainsi que le Premier ministre belge Charles Michel avaient annoncé leur présence le vendredi.

 

Le président des États-Unis Donald Trump ne sera pas présent à la cérémonie. La Maison Blanche a fait savoir qu’il serait représenté par l’ambassadrice américaine en France Jamie McCourt. Le dirigeant américain n’a pas non plus exprimé les condoléances des Américains après la disparition de l’ancien président français. La représentante américaine avait de son côté évoqué sur Twitter micro blog un “très grand ami des Américains, de longue date”.

 

Hommage à Chirac aux Invalides

Avant une journée de deuil national avec les obsèques de Jacques Chirac, les Français peuvent rendre hommage à l’ancien président de la République aux Invalides depuis 14 heures, dimanche (29 septembre). 

Le cercueil de l’ancien président a pris place devant la cathédrale Saint-Louis des Invalides et sera veillé par quatre gardes républicains. Un portrait de Jacques Chirac a aussi été installé.

Demain lundi 30 septembre, journée de deuil national, une cérémonie solennelle doit se tenir dans l’église Saint-Sulpice, à midi, avec au moins une trentaine de dirigeants étrangers.

Quai Branly-Jacques Chirac accessible gratuitement

Le musée parisien du Quai Branly-Jacques Chirac sera «accessible gratuitement pendant une dizaine de jours» pour rendre hommage à l’ancien chef de l’État à l’origine de sa création, a indiqué son président, Stéphane Martin.

https://twitter.com/quaibranly/status/1177231569691566083?s=21

*Le musée (sera) accessible gratuitement pendant une dizaine de jours, (…) le temps que les gens qui veulent rendre hommage au président puissent le faire», a déclaré Stéphane Martin sur Europe 1 au lendemain de la mort de Jacques Chirac. L’établissement propose depuis mardi une exposition temporaire consacrée aux acquisitions faites depuis 1998, date de création de l’établissement public du musée, qui a lui-même été ouvert en 2006.

Cette exposition, qui a débuté deux jours avant la mort de Jacques Chirac, «c’est vraiment sa collection, la collection qui a commencé en 1998 quand il a lancé le musée du Quai Branly», a souligné Stéphane Martin. Cela retrace «ce qu’on a fait pendant 20 ans grâce à lui en termes d’enrichissement des collections». «Les images du président sont partout au musée, les drapeaux sont en berne, c’est un moment très émouvant pour les équipes», a dit Stéphane Martin, ajoutant qu’«un livre d’or est à la disposition des visiteurs».

Registre des condoléances ouvert à l’Elysée

Depuis le début de soirée, nombreuses personnes patientent pour pouvoir écrire un message sur le registre des condoléances ouvert à l’Elysée comme le montre cette photo prise par l’un de nos photographes.

« Un jour, je lui ai serré la main. Je me souviens de son sourire », explique Emmanuel, l’un des anonymes qui q fait déplacement et par ailleurs ancien agent de sécurité au musée du Quai-Branly.

 

Macron rend hommage à Chirac

«Un homme d’Etat que nous aimions autant qu’il nous aimait»: Emmanuel Macron rend hommage à Jacques Chirac: 

La famille de Jacques Chirac a annoncé la mort de l’ancien président de la République, qui s’est éteint « paisiblement », le 26 septembre (jeudi matin) à l’âge de 86 ans.

Chirac est mort – UE Juncker exprime sa vive émotion

Le Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker exprime sa vive émotion suite à la nouvelle du décès de Jacques Chirac.

Pour lui, l’Europe ne perd pas seulement un grand chef d’Etat, mais aussi un ami proche.

Son engagement pour la France et l’Union Européenne restera avec nous pour toujours

Jacques Chirac, qui présida la France de 1995 à 2007, est décédé le 26 septembre matin à l’âge de 86 ans, a annoncé sa famille. 

Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin paisiblement parmi les siens”, a dit à Frédéric Salat-Baroux, époux de Claude Chirac, la fille de l’ancien président. 

Victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) en septembre 2005, Jacques Chirac était très affaibli depuis ces dernières années.

Déclaration de Jean-Claude Juncker à l’occasion du décès du président Jacques Chirac:

« C’est avec une infinie tristesse que j’ai appris le décès du président Jacques Chirac. Mes pensées vont tout d’abord à sa famille et à tous les Français qui ont gardé une grande affection pour cet homme qui savait si naturellement et spontanément être proche d’eux.

Jacques Chirac était avant tout un grand ami personnel avec lequel j’ai vécu tant de moments inoubliables. Tout au long de nos parcours politiques, nous avons partagé les mêmes convictions et travaillé de concert vers un même objectif : renforcer nos pays au sein d’une Europe plus forte et plus protectrice. J’ai appris à bien le connaître en 1996, alors que je menais une médiation entre lui et le chancelier allemand Helmut Kohl à propos du pacte de stabilité et de croissance. C’est lui qui disait ces mots que j’aurais pu moi-même prononcer: « L’Europe est d’abord une communauté de valeurs avant d’être une communauté d’intérêts : c’est l’Europe des hommes plus que du marché. » Nous étions ensemble pour la naissance de l’euro. Je me souviens des nuits interminables à travailler ensemble sur le futur de l’Europe pendant la Conférence de Nice. Il était un Européen pragmatique qui a toujours su défendre une certaine idée de l’Europe. Il avait défendu le « oui » au référendum de 1992 sur le traité de Maastricht et soutenu le grand élargissement de 2004.

Jacques Chirac laisse aussi une vision des relations internationales qui nous donne une boussole et des points de repère pour aborder le monde dans lequel nous vivons et dans lequel nous entrons. En 1995, il avait donné à la fratricide guerre dans les Balkans une impulsion décisive vers des solutions de paix. Dès 2002, il a porté devant le monde entier la cause du changement climatique. Il n’a cessé de plaider inlassablement en faveur du développement et de la coopération entre les peuples. En 2003, il avait refusé l’invasion de l’Irak sans résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Il était un homme de fortes convictions, celles des valeurs humanistes de fraternité, de respect de la personne humaine et de tolérance. En 1995, dans un discours historique prononcé au Vélodrome d’Hiver, il nous appelait à savoir tirer les leçons de l’Histoire, à ne pas accepter « d’être les témoins passifs, ou les complices, de l’inacceptable. » Cet appel résonne aujourd’hui, encore plus fort que jamais.

Jacques Chirac était un passionné, il aimait profondément la France et les Français, les cultures étrangères, il aimait les autres, c’est ce qui faisait de lui un homme politique remarquable. Entre nous deux, il n’y avait pas de secret, il était comme un frère. Aujourd’hui, l’Europe perd une de ses figures de proue, la France un grand homme d’État et moi un ami fidèle et un compagnon de route de longue date. » Jean-Claude Juncker

/

« Entrées précédentes