Archives des étiquettes : immigration

Français opposent l’accueil des migrants

Une majorité de Français (54%) est opposée à l’accueil par la France d’une partie des migrants recueillis en Méditerranée, selon un sondage Ifop pour Atlantico publié le 18 aout.

Les personnes interrogées se disent en revanche à 46% favorables “à ce que les migrants qui arrivent par dizaines de milliers sur les côtes grecques et italiennes soient répartis dans les différents pays d’Europe et à ce que la France en accueille une partie”.

C’est quatre points de plus qu’en juin et sept points de plus qu’il y a un an, signe d’une évolution de l’opinion française sur ce sujet.

En début de semaine, le gouvernement de Malte a autorisé le navire humanitaire Aquarius transportant 141 migrants recueillis au large de la Libye à accoster dans un de ses ports dans le cadre d’un accord avec cinq Etats européens, qui prévoit notamment l’accueil de 120 rescapés par la France et l’Espagne.

Le sondage Ifop a été réalisé via un questionnaire en ligne du 14 au 16 août auprès de 1004 personnes.

 

L’immigration est « une chose très négative » pour l’Europe

Donald Trump a déclaré que l’immigration était “une chose très négative” pour l’Europe, entraînant un “changement de culture” et des problèmes de sécurité.

Je pense qu’elle (l’immigration) est en train de changer la culture, c’est une chose très négative pour l’Europe. Je sais que, politiquement, ce n’est pas forcément correct de dire cela mais je le clame haut et fort”, a dit le président américain lors d’une conférence de presse à l’issue d’un entretien avec Theresa May à Chequers, résidence de campagne de la Première ministre britannique.

Migrants d’Aquarius seront hébergés en France

Soixante-dix-huit migrants illegaux secourus en juin par l’Aquarius sont arrivés d’Espagne ce jeudi et seront hébergés dans trois régions françaises, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.

Le refus du nouveau gouvernement italien de laisser accoster le navire et ses plus de 600 migrants avait déclenché une crise politique en Europe, qui a débouché sur un accord des 28 chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE fin juin pour durcir leur réponse commune aux migrations.

Ces 78 migrants illegaux, originaires principalement d’Erythrée et du Soudan et identifiés par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) comme relevant d’un besoin de protection au titre de l’asile, seront hébergés dans les Hauts-de-France, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Auvergne-Rhône-Alpes, précise le ministère dans un communiqué.

Le projet de loi asile et immigration

Les députés français ont adopté jeudi (5/04/2018) en commission des Lois l’allongement de 45 à 90 jours de la durée maximale de la rétention administrative des étrangers, l’une des mesures les plus sensibles du projet de loi asile et immigration.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, présent lors des débats de la commission présidée par la députée Yaël Braun-Pivet, a qualifié “d’équilibré” le texte ainsi amendé.

 La durée de 90 jours “nous semble suffisante pour obtenir les laissez-passer consulaires (LPC), elle garantit les libertés parce qu’elle est toujours séquencée par l’intervention d’un JLD (juge de liberté et de détention) et qu’au 30e jour elle supprime la notion d’obtention du LPC à bref délai”, a-t-il commenté.

Une immigration maîtrisée

Le gouvernement français a approuvé le projet de loi “pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif” appelé à raccourcir les délais de procédure et expulser plus systématiquement les déboutés, balayant les critiques des associations de défense des réfugiés et de la gauche.

“C’est une loi qui est équilibrée, qui s’aligne surtout sur le droit européen”, a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb lors du compte rendu du conseil des ministres.

“Il faut accueillir, mais il faut accueillir bien celles et ceux qui doivent forger leur avenir en France de manière à ce qu’effectivement le mirage qu’ils peuvent avoir entrevu ne se transforme pas en cauchemar et que pour eux le rêve français reste demain, devienne demain une réalité”, a-t-il ajouté.

Le texte accélère la procédure de demande d’asile, réduite à six mois, et prévoit un allongement de la durée maximale de rétention de 45 à 90 jours.

Gérard Collomb a défendu un alignement de la procédure sur celle des pays voisins de la France, et notamment l‘Allemagne.

“Si on n’a pas le même type de procédure, on regarde où la procédure est la plus facile pour pouvoir obtenir le droit d’asile et, dans ce cas, c’est chez vous que tout le monde se dirige”, a-t-il dit.

Calais: un degré de violence « jamais connu »

Une vingtaine de blessés, dont quatre entre la vie et la mort touchés par balle: de violents affrontements entre migrants afghans et africains en plusieurs endroits de Calais ont éclaté durant cette semaine, un « degré de violence jamais connu » selon le ministre de l’Intérieur.

« On a atteint une escalade de la violence devenue insupportable pour les Calaisiens et les migrants », a déclaré Gérard Collomb, qui s’est rendu en début de nuit sur les lieux de l’une des rixes le jeudi, 1/02/2018.

 

« C’est un degré de violence jamais connu, » a-t-il déclaré un peu plus tôt devant la presse au commissariat, déplorant des événements « exceptionnellement graves ».

« Je suis venu réaffirmer notre mobilisation face aux passeurs qui nourrissent quotidiennement violences et rixes », a ajouté le ministre, qui a rencontré les forces de l’ordre, les pompiers et des membres de l’Office français de l’immigration et de l’intégration.

Plusieurs rixes ont éclaté jeudi (1.02.2018) après-midi à divers endroits de Calais, entre des centaines de migrants, et 22 personnes ont été hospitalisées, selon un dernier bilan officiel. Cinq migrants ont été touchés par balle, dont quatre grièvement, et l’un d’eux a reçu une balle dans la nuque, selon une source policière.

Les ONG immigrationnistes versus Collomb

Vingt-six associations ont annoncé mercredi qu’elles allaient saisir le juge des référés du Conseil d’Etat pour réclamer la suspension d’une circulaire instaurant des contrôles de migrants au sein des centres d’hébergement d’urgence.

Ce texte, signé par les ministres de l’Intérieur et de la Cohésion des territoires, Gérard Collomb et Jacques Mézard, revient à organiser un “tri” selon les nationalités, estiment les associations, parmi lesquelles Emmaüs, Médecins du monde et le Secours catholique, dans un communiqué.

Selon elles, le gouvernement en vient “donc à hiérarchiser, voire à mettre en concurrence les situations de pauvreté et de misère, sur le fondement de critères discriminatoires” par le biais de cette circulaire, ainsi qu’une autre datée du 4 décembre sur le même thème.

« Plus grave encore, pour mettre en oeuvre cette politique de tri entre les plus vulnérables, la circulaire du 12 décembre 2017 a prévu un ensemble de mesures intrusives et qui vont affecter la mission de protection sociale des centres d’hébergement », lit-on encore dans le communiqué.

Pontifex dénonce le drame des migrants

« Personne ne doit sentir qu’il n’a pas sa place sur cette Terre », a estimé dimanche le pape François dans sa traditionnelle homélie de la veillée de Noël, la célébration pour les chrétiens de la nuit de naissance de Jésus de Nazareth. Depuis la basilique Saint-Pierre de Rome, il a demandé aux 1,3 milliard de catholiques de la planète à faire preuve « d’hospitalité » et de ne pas ignorer le drame des migrants souvent « expulsés de leurs terres » par des dirigeants prêts à « verser du sang innocent ».

« Dans les pas de Joseph et de Marie, se cachent de nombreux pas, nous voyons les traces de familles entières qui, aujourd’hui, se voient obligées de partir.  a souligné le pape, devant une dizaine de milliers de fidèles. Dans beaucoup de cas, ce départ est chargé d’espérance, chargé d’avenir; dans beaucoup d’autres, ce départ a un seul nom : la survie. Survivre aux Hérode de l’heure qui, pour imposer leur pouvoir et accroître leurs richesses, n’ont aucun problème à verser du sang innocent ». Hérode, le roi de Judée, avait fait rechercher Jésus pour le mettre à mort, selon la tradition chrétienne.

Le pape a dénoncé, dimanche lors de la messe de Noël, le drame des migrants, souvent « expulsés de leurs terres » par des dirigeants prêts à « verser du sang innocent ». Il a appelé, ce lundi, à « la paix pour Jérusalem et pour toute la Terre Sainte ».

 

 

La loi asile sous le feu des critiques

 

L’Assemblée nationale va mettre en place un groupe de travail afin de préparer l’arrivée du projet de la loi asile et immigration du gouvernement, d’ores et déjà critiqué pour plusieurs circulaires renforçant le contrôle des demandeurs d’asile.

L’Assemblée nationale entend organiser dès le 22 janvier des visites de députés dans les commissariats et les gendarmeries puis, le 12 février, des visites dans les centres de détention administrative et les zones d’attente, a annoncé mercredi la Commission des lois. Le projet de loi est attendu à l’Assemblée au premier semestre 2018.

L’accélération des expulsions et l’introduction de contrôles jusqu’au sein des centres d’hébergement d’urgence, prévue dans une circulaire du 12 décembre, a déclenché une vague de contestation des associations et de premières lignes de faille au sein de la majorité présidentielle.

L’UE déclare les ‘progrès accomplis’ sur migration illégale

La Commission européenne et la haute représentante Federica Mogherini présentent les progrès accomplis au regard du cadre de partenariat pour les migrations et de la mise en œuvre des mesures ayant pour objet d’améliorer la situation le long de la route de la Méditerranée centrale, conformément au plan d’action concernant des mesures visant à soutenir l’Italie. (Image: Rome, Italie)

Le cadre de partenariat pour les migrations a été lancé en juin 2016 pour faire de l’intensification de la coopération avec les pays d’origine et de transit en Afrique une priorité.

 

Les actions le long de la route de la Méditerranée centrale ont encore été renforcées depuis l’adoption de la communication conjointe sur la route de la Méditerranée centrale, en janvier, et de la déclaration de Malte, en février 2017. Les mesures prises visent à sauver des vies le long des routes migratoires, à renforcer la protection des migrants et des réfugiés, à accroître la résilience des communautés d’accueil et à lutter contre les causes profondes de la migration.

« Entrées précédentes Derniers articles »