Archives des étiquettes : Hautes Alpes

Écrins: offre d’emploi mythique

Travailler loin de la civilisation avec une vue imprenable sur les arêtes de la Meije, entouré de glaciers et de sommets enneigés, ça vous fait rêver ? Si oui, cette offre d’emploi est peut-être faite pour vous ! Elle vient d’être mise en ligne par la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM).

Bâtiment mythique des Écrins, le refuge de l’Aigle cherche un gardien pour la saison prochaine​, résume l’annonce relayée par la Fédération française de randonnée. Mythique, il l’est, en effet. Inauguré en 1910, ce refuge, qui peut héberger jusqu’à 30 personnes, est perché sur son nid à 3 450 mètres d’altitude, au cœur du parc national des Écrins, en surplomb de la station de La Grave (Hautes-Alpes).

Depuis plus d’un siècle, c’est un point de passage incontournable pour les alpinistes qui se lancent à l’assaut de la face sud de la Meije, un sommet de 3 983 m, mais aussi pour les fans de ski de randonnée et de balades en haute montagne. Or, le gardien de ce refuge va bientôt partir à la retraite. Le poste sera donc vacant à la saison prochaine, pour une présence requise de début avril à début septembre. Avis aux amateurs !

Ils devront aussi s’occuper de l’entretien courant du bâtiment et de ses abords, ainsi que la gestion et le petit entretien des équipements ​ : panneaux solaires, groupe électrogène, WC secs, gestion de l’eau… Un bon gardien doit également être doté de qualités relationnelles indispensables ​pour accueillir sa clientèle, mais aussi maîtriser l’anglais, la comptabilité, les réglementations d’un parc naturel…

Dernier détail, et pas des moindres : le refuge est cerné par la neige toute l’année et il est évidemment impossible d’y monter avec un véhicule. Il est ravitaillé par hélicoptère. Pour gravir les 1 800 mètres de dénivelé depuis le village de Villar-d’Arêne, le gardien donc avoir de bonnes notions d’alpinisme. En hiver et au printemps, on y accède en ski. L’été, il faut franchir le glacier en cordée avec des crampons.

Ça vous tente toujours ? Les recrutements sont ouverts jusqu’au 7 novembre. L’heureux élu signera avec la FFCAM un contrat à durée indéterminée. Ce n’est d’ailleurs pas le seul poste de gardien vacant. Deux autres offres sont actuellement en ligne sur le site de la fédération : l’une pour le refuge du Sélé, toujours dans le massif des Écrins (à 2 511 m d’altitude), et l’autre pour le chalet des Tuffes, dans le Jura (1 250 m).

D’autres annonces de ce type seront bientôt mises en ligne. Sur les 80 refuges gardés que nous gérons, nous avons toujours du turn-over​, constate Niels Martin, directeur adjoint de la FFCAM. Il y a des gardiens qui partent à la retraite, d’autres qui changent d’activité. ​Mais certains y passent toute une vie : celui du refuge du Sélé, par exemple, y est resté 34 ans !

Station de ski sans pass sanitaire

Alpes-de-Haute-Provence 23.10.2021 Stations de ski: vers une ouverture des remontées mécaniques sans pass sanitaire, la bonne nouvelle pour les Alpes. Après une saison hivernale 2020 sans aucune remontée mécanique, les stations de ski s’apprêtent à rouvrir et espèrent pouvoir le faire sans contrainte. Bonne nouvelle, c’est ce que laisse entendre Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du Tourisme en visite à Sisteron ce jeudi 14 octobre.

« Cet hiver, c’est ouvert », le slogan a été lancé par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du Tourisme ce jeudi 14 octobre 2021, à Sisteron dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Un slogan derrière lequel se cachent les espoirs de toute une région, après une saison « blanche », où les stations avaient pu ouvrir mais où les remontées mécaniques étaient restées à l’arrêt.

« Les conditions n’étaient pas réunies l’an dernier, car il n’y avait pas la vaccination, le pass sanitaire. Cet été, on a pu laisser de nombreuses structures ouvertes grâce au pass sanitaire, il ne faut pas se l’interdire si cela peut permettre de sécuriser la saison », a expliqué le secrétaire d’État au tourisme en faisant référence à la saison touristique hivernale en station de montagne.

Un manque à gagner énorme pour un secteur déjà perturbé par le manque de neige récurrent.

Six milliards d’euros auraient été investis pour soutenir le tourisme de montagne, selon Jean-Baptiste Lemoyne.

« On est contents et heureux de pouvoir en fin accueillir de nouveau les futurs vacanciers, c’est une annonce qu’on attendait mais dont on se doutait aussi. Il faut savoir qu’on est encore en attente de certaines compensations », précise Béatrice Savornin, maire de Montclar dans la vallée de la Blanche, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Pour Chrisitian André, directeur de la société de gestion des activités touristiques de Risoul,  » c’est une bonne nouvelle, mais on reste prudent, aux vues de ce que nous avons vécu l’hiver dernier. C’était incroyable d’avoir des stations ouvertes, et des remontées fermées ».

Ce professionnel de la montagne et du tourisme retient que « la profession est capable de s’adapter, très rapidement à toute forme d’actualité favorable ou défavorable ».

Vins des Hautes Alpes

Haute Alpes 23.10.2021 Avec 130 hectares de vignes en production, le vignoble haut-alpin fait figure de micro-vignoble à l’échelle mondiale mais il a toute sa place dans la diversité des vins français.
Les vignes sont toutes situées entre 600 et 1000 mètres d’altitude. Les vignoble débute donc là où la plupart des vignobles s’arrêtent ! (Image: illustration)

Cette situation particulière et les fortes amplitudes thermiques qui en découlent tempèrent les influences sudistes que l’on sent déjà dans notre région et confèrent aux vins une belle fraîcheur.

On dit qu’avec le réchauffement climatique, c’est à la montagne que seront produits les grands vins de demain … une idée qui ne étonne pas vraiment !

La très grande majorité des vignobles est planté sur les coteaux de la Durance et dans la vallée de l’Avance. Ce n’est pas un hasard. C’est ici que le patrimoine viticole a été le mieux conservé car il s’agit des terroirs les plus propices à la culture de la vigne. Les raisins y bénéficient d’un ensoleillement optimum qui, combiné à l’altitude et à une belle diversité des sols, permet aux vignerons hauts-alpins de produire des vins extrêmement qualitatifs.

«Du vin dans les Hautes-Alpes ?!» les visiteurs peu familiers de la région sont souvent étonnés. Pourtant la vigne est ici une tradition qui remonte à l’Antiquité romaine …

C’est dire si le vin fait partie de l’histoire et de la culture des Alpes du Sud !

Au nord du département, en amont du village de l’Argentière, le site de la Vignette témoigne du passé viticole de la région. De petites parcelles de vignes, entourées de vieux murs de pierre que l’on appelle des « restanques », culminent à 1300 mètres d’altitude.

Disparues avec le Phylloxéra au début du XXème siècle, elles ont été réhabilitées dans les années 2000 par une association et sont considérées à ce jour comme le plus haut vignoble des Alpes françaises.

Le vignoble a su conserver une partie de son encépagement historique et c’est l’un de ses attraits. Vous trouverez dans les Hautes-Alpes des cépages anciens et extrêmement rares comme le mollard (dont le nom signifie «Petite Montagne») cépage emblématique de la région ou encore l’espanenc. Ils offrent aux consommateur avides de découverte des vins originaux et uniques.

Mais le vignoble haut-alpin possède également une belle diversité de cépages dit «internationaux» : vous retrouverez dans les Hautes-Alpes les grands classiques que sont le chardonnay, le cabernet, le merlot, le viognier et bien d’autres encore !

Loups menacés dans les Alpes du Sud

Alpes du Sud 23.10.2021 Depuis le début de l’année, 710 attaques de loups ont été recensées dans les Alpes du Sud. À bout, les éleveurs réclament de nouvelles solutions. Pour les associations de défense animale, le loup a sa place dans ces départements.

La situation est de plus en plus tendue dans les Alpes du Sud. Depuis quelques mois, les attaques de loups se multiplient et les éleveurs, démunis, sont en colère. Vendredi dernier, le 15 octobre, assis sur des tabourets et la corde au cou, 200 personnes se sont réunies devant la préfecture de Gap pour manifester contre la prédation. Dans la même journée, à Digne-les-Bains, 1200 bougies étaient allumées, pour symboliser les « 1200 brebis mortes sur l’année ».

Autre manifestation de l’exaspération causée par les attaques de loups. En septembre dernier, le corps d’une louve, accompagné d’une banderole « réveillez-vous, il est déjà trop tard », a été retrouvé pendu devant la mairie de Saint-Bonnet-en-Champsaur.

Les agriculteurs font entendre leur colère, notamment contre le plan loup, mis en place par le gouvernement. Pour Benjamin, éleveur et membre des jeunes agriculteurs des Alpes-de-Haute-Provence, « le plan loup ne va pas du tout ». Il pointe du doigt l’impossibilité pour un lieutenant de louveterie d’intervenir.

A l’occasion de la Journée mondiale pour les animaux, le président a choisi d’aller visiter un refuge de chats et chiens. Ce 4 octobre est aussi la journée des animaux d’élevage et de leur protection. Les pertes d’animaux provoquées par les attaques de loup soulèvent l’émotion et des débats passionnés entre éleveurs et défenseurs des animaux sauvages. Le témoignage d’Ingrid et d’André dans cette vidéo de 7 minutes 24 donne des pistes pour protéger les brebis sans chasser le prédateur. Depuis dix ans, ils ont trouvé des « solutions pour cohabiter ».

Saison d’hiver s’annonce belle

La saison d’hiver « s’annonce belle » selon Yvan Chaix. C’est l’optimisme du Directeur de l’Agence de Développement des Hautes-Alpes. Au 1er octobre, le taux d’occupation des hébergements touristiques est de 33%, c’est un taux équivalent à l’avant crise selon l’ADDET.

Après une saison blanche l’an passé du fait de la fermeture des remontées mécaniques, le Gouvernement l’assure « cet hiver, c’est ouvert ». Interrogé la semaine dernière lors du Congrès des Maires de Sisteron, le secrétaire d’État chargé du tourisme avait indiqué qu’il ne fallait « pas s’interdire d’avoir recours » au pass sanitaire durant l’hiver, « si cela permet de sécuriser la saison ». Ce lundi encore, Jean-Baptiste Lemoyne a souligné qu’une réflexion était en cours quant à l’instauration du pass sanitaire pour les remontées mécaniques.

Dans les Hautes-Alpes, on se prépare et cela passe par la rencontre avec la presse régionale car les « Provençaux et les Occitans représentent respectivement 37% et 7% » de la clientèle des Alpes du Sud. Des workshop presse ont été organisés à Marseille et Montpellier pour le lancement de la saison hivernale 2021/2022 avec plus de 30 médias de la presse écrite et audiovisuelle.

Escalade de glace au Pays des Écrins

Avec le temps, ce rassemblement international dans les Hautes-Alpes destiné à l’élite de la discipline, s’est démocratisé. On compte chaque année plus d’adeptes qui viennent découvrir et s’initier à l’escalade de glace dans des conditions optimales.

L’heure est aux expériences inédites qui vous font repousser vos limites et tutoyer les sommets. Imaginez-vous seulement ce dont vous êtes capable. Le moment est venu de goûter aux plaisirs de l’extrême, de vivre à fond votre amour du risque, de vous jeter à corps perdu à l’assaut des sommets et d’affronter la verticalité : un ascenseur émotionnel, qui culmine toujours plus haut – sensations fortes et poussée d’adrénaline garanties!

Alors, prêt pour le grand frisson ? Lorsque l’hiver est là, le Pays des Écrins se dévoile autrement. Le monde éphémère de la glace s’offre alors à vous. Progressivement, les chutes d’eau se figent et donnent naissance aux cascades de glace, ou autres stalactites, aux formes extraordinaires. Dans une atmosphère sans pareil, feutrée, quasi-secrète, jouer avec les équilibres et évoluer le long de la paroi capricieuse, projeter son piolet dans la glace et la tailler tel un diamant aux mille facettes, sentir son coeur qui s’emballe, suspendu au-dessus du vide : une expérience unique!

Les vallées du Fournel et de Freissinières sont des sites remarquables, pour la pratique de cette activité, à mi-chemin entre l’alpinisme et l’escalade. La première, retirée, abrite un terrain vertigineux et regorge de sublimes lignes de glace : une traversée au coeur d’une nature trouble et étonnante qui ne vous laissera pas de marbre ! La vallée de Freissinières, quant à elle, est l’un des spots de glace majeurs du Pays des Écrins, reconnu à l’échelle internationale. Particulièrement esthétique et abordable (les secteurs sont entièrement balisés), c’est une perle pour tous les glaciairistes qui s’y pressent, notamment à l’occasion de l’Ice Climbing Écrins qui s’y déroule chaque année. Une fois encadrée, la cascade de glace devient accessible à tous.

L’état de catastrophe naturelle des Alpes du Sud

L’état de catastrophe naturelle reconnu pour plusieurs communes des Alpes du Sud. Une parution au journal officiel le 20 octobre. Dans les Alpes de Haute-Provence, il a été reconnu pour la commune de Demandolx après des mouvements de terrain les 11 et 12 mars, mais aussi pour Mallemoisson et Saint Julien d’Asse après des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols pour la période du 1er juillet 2017 au 30 septembre 2017.

Dans les Hautes-Alpes, les communes de La Grave et d’Aiguilles sont concernées pour des mouvements de terrain. La première, le 17 mars 2018, la seconde pour une période allant du 1er avril 2018 au 13 avril.

Ainsi, les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 20 octobre 2018, soit jusqu’au 31 octobre pour déposer auprès de leurs compagnies d’assurances un état estimatif de leurs pertes.

 

 

La Chancellerie versus Génération Identitaire dans les Alpes

Les opérations comme celle de militants de Génération Identitaire (GI) qui avaient bloqué fin avril un col des Hautes-Alpes pour empêcher des migrants de passer en France peuvent être poursuivies par la justice, a rappelé récemment la Chancellerie aux procureurs.

Celui de Gap, accusé « d’inaction », a révélé les procédures en cours diligentées par son parquet, en adéquation avec l’analyse juridique de sa tutelle, déplorant au passage « d’alimenter la stratégie de communication des dirigeants » de GI.

L’action #StopMigrantsAlpes

Une centaine des militants du mouvement « Génération identitaire » ont lancé ce samedi (21/04/2018) matin une opération coup de poing dans la Vallée de la Clarée, à la frontière franco-italienne, dans les Hautes-Alpes.

Les militants, en majorité des Français, mais également des Italiens, des Hongrois, des Danois, des Autrichiens, des Anglais et des Allemands sont en train de grimper en raquette le col de l’Échelle enneigé pour « contrôler la frontière ».

« Au col de l’Échelle, nos équipes quadrillent la zone et stopperont toute tentative des migrants clandestins de s’introduire illégalement en France », a écrit Clément Galant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haute-Savoie: le risque d’avalanche maximal

L’avalanche s’est produite au niveau du paravalanche du Bourgeat, ce qui a permis de stopper le plus gros de la coulée de neige. Les habitations situées sur le trajet de l’avalanche ont donc été « plâtrées » mais pas dévastées lors de cette avalanche, due aux très mauvaises conditions climatiques observées sur ce secteur ces derniers jours et marquées par d’importantes chutes de neige.

Depuis plusieurs heures déjà, les secours du peloton de gendarmerie de Haute-Montagne (PGHM) s’activent pour fouiller la neige. Un peu avant 8 heures ce mardi matin, une avalanche de grande ampleur s’est produite aux Houches, une station de Haute-Savoie.

Selon  Le Dauphiné Libéré, une quarantaine d’habitations ont été touchées par la coulée de neige qui a eu lieu au hameau du Pont, mais aucun blessé n’est à déplorer d’après un bilan effectué par la préfecture de Haute-Savoie.

« Entrées précédentes