Archives des étiquettes : Haut-Rhin

COVID19: fermeture d’établissements scolaires

Le gouvernement a annoncé la fermeture à partir du 9 mars des crèches et établissements scolaires dans l’Oise et le Haut-Rhin où le coronavirus « circule avec beaucoup d’intensité », alors que les cas de contamination dépassent désormais les 600 en France.

Les crèches et les établissements scolaires de la maternelle au lycée seront fermés pour 15 jours à partir de lundi dans l’Oise et le Haut-Rhin pour enrayer la propagation du coronavirus, a annoncé le Premier ministre, Edouard Philippe.

« Un mot sur ces mesures de fermetures : si nous les décidons, ce n’est évidemment pas parce que ces lieux seraient plus dangereux”, a-t-il poursuivi. “Ce n’est pas le cas et les enfants sont plutôt ceux qui échappent le plus aux formes graves de la maladie, mais ils peuvent transmettre le virus et il leur est extrêmement difficile de respecter l’ensemble des consignes et des gestes barrières qui sont indispensables pour freiner la progression du virus.”

Le directeur général de la Santé a quant à lui fait état de 613 cas recensés en France, soit 190 de plus que jeudi, et de neuf décès. Jérôme Salomon a en outre signalé 39 cas graves, soit 16 de plus que la veille.

(Image: illustration)

Une diplôme universitaire consacrée aux vins

A la croisée de l’œnologie, de la géographie et des neurosciences, l’université de Strasbourg créé une formation consacrée à la connaissance et à la reconnaissance des liens unissant les vins à leur terroir, une première en France.

Ce diplôme universitaire, inspiré par Jean-Michel Deiss, qui cultive, en complantation et en biodynamie, 27 hectares dans le Haut-Rhin, s’adresse aux viticulteurs comme aux négociants, œnologues, sommeliers ou “toute personne souhaitant approfondir sa connaissance du concept de terroir viticole”.

Pour ses promoteurs, “l’expression du terroir”, synonyme de rendements contraints et de démarche qualitative, est un moyen de se démarquer de la production de masse dans un contexte de libéralisation des droits de plantation et d’arrivée de nouveaux pays sur le marché.

“L’histoire de la viticulture, c’est l’histoire de gens accrochés à leur coteaux, qui ne disent pas qu’ils font le meilleur vin du monde, ils revendiquent juste de faire le leur”, affirme le viticulteur de Bergheim.

La formation débutera en juin et durera un an pour un maximum de quinze étudiants qui auront payé chacun 4.950 euros, les diplômes universitaires devant s’autofinancer.

“Le sol est quelque chose de vivant dans lequel vous avez toutes sortes de processus, physiques, biologiques et chimiques. Notre ambition, c’est en premier lieu d’aider les petits producteurs à le valoriser”, explique Dominique Schwarz, professeur de géographie et responsable de la formation.

“Vers le terroir viticole par la dégustation géo-sensorielle” : les passionnés du vin pourront désormais décrocher un diplôme universitaire qui s’obtient en dégustant des grands crus.  Image: illustration.

Red wine