Archives des étiquettes : Gilets jaunes

Gilets Jaunes: la rentrée nationale

La première manifestation nationale de rentrée des Gilets Jaunes a donné lieu à quelques tensions ce samedi à Paris, alors que le gouvernement redoutait plus que tout une nouvelle flambée de violence sur les Champs-Elysées où tout rassemblement a été interdit.

La préfecture de police a annoncé sur son compte Twitter avoir procédé à 15h00 à 200 interpellations à Paris – certaines détenant des marteaux, des pinces coupantes ou des barres de fer – où 160 motos des brigades de la répression de l’action violente (BRAV-M) ont été mobilisées.

Alors que plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées place #Wagram, dans l’ouest de la capitale, d’où devait partir à 13h00 l’une des deux manifestations autorisées, la police a procédé à des tirs de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants qui tentaient de s’écarter selon elle du parcours du cortège, qui devaient rejoindre le Sacré-Coeur.

Certains d’entre eux – dont plusieurs étaient vêtus de noir et avaient ainsi l’apparence des “black blocks”, une fraction très radicale – ont mis le feu à des poubelles, incendié une voiture et endommagé d’autres véhicules.

“Il ne peut pas y avoir sur les Champs de destruction et de chaos”, avait déclaré auparavant sur BFMTV le préfet de police Didier Lallement, appelant à la “sérénité” alors que l’activité des commerces de l’avenue a été fortement perturbée lors des précédentes éditions de ces manifestations, émaillées de violences et de destructions.

Les commerçants situés sur les Champs-Élysées avaient ainsi été appelés samedi à fermer leur devanture entre 8h00 et 12h00.

Alors que d’autres rassemblements sont également prévus en province, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait présenté la veille les grandes lignes de la nouvelle doctrine de maintien de l’ordre du gouvernement, qui doit permettre de garantir à la fois la sécurité et le droit de manifester.

Dès ce samdi, le 12 septembre, les forces de l’ordre utiliseront ainsi une nouvelle grenade défensive, dite de désencerclement (GMD), censée être moins dangereuse que la précédente et dont l’emploi sera encadré par des “superviseurs”.

Lettre ouverte des Gilets jaunes

Quatre activistes du mouvement des Gilets jaunes ont demandé un rendez-vous au Président de la République pour évoquer les “violences policières” et lui soumettre des revendications des protestataires non satisfaites, selon eux. 

https://twitter.com/j_rodrigues_off/status/1188738558913327104?s=21

Depuis bientôt un an, au sein du mouvement des Gilets jaunes, nous sommes en lutte contre les inégalités sociales et fiscales, contre toute forme de discrimination et pour une transition écologique socialement juste”, écrivent les auteurs dans cette lettre ouverte signée par Priscillia Ludosky et Jérôme Rodrigues.

Dans leur lettre ouverte les auteurs évoquent “les multiples dérives en matière de maintien de l’ordre et d’application des lois”, et disent vouloir remettre en mains propres au président une plate-forme de 59 propositions ayant reçu selon eux un million de votes en 33 jours. 

Interrogé au sujet de la demande de rendez-vous, l’Elysée n’a pas répondu dans l’immédiat.

Crainte de violences sur les Champs-Elysées

Le ministère de l’Intérieur et la Préfecture de police craignent un retour des violences dans les rues de Paris, épargnées par les débordements depuis le 16 mars et le saccage de magasins sur les Champs-Elysées.

Des sources à Beauvau comme au sein de la « PP » annoncent un dispositif sécuritaire « conséquent » et comparable à ceux mis en oeuvre en mars ou en décembre 2018, au plus fort des violences qui avaient surgi dans le sillage du mouvement.

Une source sécuritaire fait valoir les risques de « convergence » entre « gilets jaunes » et « Black Blocs qui veulent tout casser » et d' »infiltration » de la marche climat avec également à la clef des actions de désobéissance civile.

14 juillet: « fortes tensions » sur les Champs-Élysées

Emmanuel Macron a présidé les festivités du 14 juillet, placées cette année sous le signe de la coopération militaire européenne, une cérémonie qui a débuté par des sifflets à son passage.

Le président, dont c’était le troisième défilé de fête nationale depuis son élection en mai 2017, a descendu les Champs-Elysées à bord d’un command car aux côtés de son chef d’état-major. De nombreux sifflets ont retenti à son passage, alors que le chef de l’Etat est confronté depuis plusieurs mois au mouvement de contestation des Gilets jaunes.

Au total, quelque 4.300 militaires, 196 véhicules, 237 chevaux, 69 avions et 39 hélicoptères ont été mobilisés.

Deux figures des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle, ont par ailleurs été interpellés vers 09:15 aux abords des Champs-Elysées, selon une source proche du dossier.

Gilets jaunes célèbrent six mois

Le mouvement des Gilets jaunes, qui a célébré dans le calme six mois de mobilisation émaillés de violences, a atteint son étiage après avoir obtenu des mesures pour un montant d’environ 15 milliards d’euros, dont cinq de baisse d’impôts.

Le ministère de l’Intérieur a compté 15.500 participants dans toute la France, dont 1.600 à Paris, la plus faible mobilisation depuis six mois. Le précédent plus bas avait été atteint samedi dernier, avec 18.600 personnes.

Pour le chef de l’Etat, le mouvement doit maintenant cesser.

Je crois que pour celles et ceux qui continuent aujourd’hui à faire cela, il n’y a plus de débouché politique. Nous avons fait notre part du travail”, a-t-il déclaré en marge d’un déplacement à Biarritz.

Gilets jaunes – Acte XXVI


Le XXVI samedi d’action des Gilets jaunes, marqué par une mobilisation qui semblait à nouveau en baisse, s’est déroulé dans le calme à Paris, mais des incidents ont été signalés en région, en particulier à Nantes et Lyon.

Selon les chiffres de la mobilisation arrêtés à 14h00 diffusés par le ministère de l’Intérieur, 2.700 personnes ont défilé en France, dont 600 à Paris, contre 3.600 la semaine dernière à la même heure dont 1.070 à Paris.

A Lyon, où se sont rassemblées quelque 3.000 personnes venues de toute la France, des échauffourées ont eu lieu entre manifestants, forces de l’ordre et black blocs, malgré le déploiement d’un important dispositif policier. La police a eu recours aux gaz lacrymogènes tandis que les manifestants jetaient des bouteilles et des pierres.

La préfecture a fait état de quatre interpellations et dix blessés parmi les forces de l’ordre.

 

Gilets jaunes Acte XXIV


Plusieurs milliers de personnes participaient en France, aux premières manifestations de Gilets jaunes organisées depuis les annonces d’Emmanuel Macron pendant le Grand Débat, qui a dévoilé le 25 avril  un train de mesures censées répondre au malaise social.

Aucun incident majeur n’est venu perturber ce XXIV samedi consécutif de mobilisation des Gilets jaunes, qui ont cette fois choisi Paris et Strasbourg comme principaux points de ralliement.

A Strasboug environ 2.000 personnes se sont rassemblées, selon la préfecture. Les forces de l’ordre ont fait usage, à plusieurs reprises, de gaz lacrymogène pour les disperser aux abords du quartier du Parlement européen, où les cortèges étaient proscrits par arrêté préfectoral.

Le ministère de l’Intérieur a recensé 5.500 manifestants dans tout le pays à 14h00 (12h00 GMT), un chiffre en repli par rapport à la semaine dernière – 9.600 personnes avaient alors été comptabilisées à la même heure.

Gilets Jaunes – Acte XXIII

Des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre en province et à Paris, où les Gilets jaunes défilaient pour une XXIII  samedi consécutif, marqué par un regain de mobilisation.

Grand Débat: la crise de Gilets jaunes

 Emmanuel Macron s’exprimera le 15 avril à 20h00 sur les suites qu’il entend apporter au “grand débat” organisé en réponse à la crise des Gilets jaunes, a annoncé la présidence.

Le président de la République s’adressera à la Nation ce lundi 15 avril à 20h00”, apprend-on dans un communiqué de l’Elysée.

Dans cette allocution, il annoncera les chantiers d’action prioritaires et avancera les premières mesures concrètes en réponse aux préoccupations soulevées dans le cadre du grand débat national”, poursuit l’Elysée.

“Nous avons décidé de transformer les colères en solutions. Merci de vous être engagés dans le Grand Débat. Pendant plusieurs mois, vous avez échangé et nous vous avons écoutés. Demain soir, je vous réponds”, peut-on lire dans un message publié sur le Twitter micro blog du président, accompagnant une courte vidéo en forme de bande-annonce de son intervention.

 

 

Gilets Jaunes Acte XXII mobilisation en hausse

La 22e journée (13 avil) de manifestations des “Gilets jaunes” 43 personnes ont été placées en garde à vue à Toulouse, selon un bilan actualisé publié dimanche par les autorités.

Le ministère de l’Intérieur a fait état de 31.000 manifestants dans toute la France, dont 5.000 à Paris, un léger regain de mobilisation avant les annonces attendues ces prochains jours d’Emmanuel Macron, en conclusion du “grand débat” organisé pour désamorcer la crise.

Ces gardes à vue interviennent à la suite de 45 interpellations en centre ville dont 15 pour dissimulation volontaire du visage “sans motif légitime”, ce qui est désormais passible d’un an de prison et de 15.000 euros d’amende, selon la nouvelle loi “anti-casseurs”.

Vingt-et-un blessés se trouvaient en urgence relative dont un blessé parmi les forces de l’ordre.

A Paris, le bilan définitif de la journée du l’Acte XXII est de 35 interpellations.

 

« Entrées précédentes