Archives des étiquettes : Front National

#Bayonne: attaque contre la mosquée

Le président de la République a condamné « avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne ».  Un ancien candidat du Front National est actuellement en garde à vue et a reconnu les faits.

Deux hommes ont été blessés par balles par assaillent devant la mosquée de Bayonne, le 28 octobre, a indiqué la préfecture des Pyrénées-Atlantiques dans un communiqué. Vers 15h20, « un homme a tenté d’incendier la porte de la mosquée ». « Surpris dans sa tentative par deux personnes, l’homme leur a tiré dessus… L’individu, en repartant, a incendié un véhicule automobile. » Il a ensuite été interpellé.

Les deux hommes gravement blessés par balle sont « âgés de 74 et 78 ans », poursuit la préfecture. Ils ont été évacués vers le centre hospitalier de Bayonne. Deux cellules d’urgence médico-psychologique (CUMP) ont été mises en place, une à l’hôpital de Bayonne et une autre sur place à la mosquée.

Selon les informations de France Télévisions, l’homme interpellé, Claude S., est âgé de 84 ans. En 2015, il avait été candidat du Front national aux élections départementales. Nicolas Bay (RN) l’a confirmé, sur CNews, ajoutant que cet homme avait depuis quitté le parti. France Bleu Pays Basque ajoute qu’il est retraité de l’éducations nationale.

Image: illustration

PE-FN: soupçons d’emplois fictifs

Marine Le Pen a été mise en examen pour détournement de fonds publics dans le cadre de l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs du Front national au Parlement européen, a-t-on appris auprès de l’un de ses avocats.

La présidente  de Rassemblement national (RN), avait déjà été mise en examen en juin 2017 dans ce dossier, mais seulement pour abus de confiance et complicité d’abus de confiance.

La justice soupçonne la formation lepéniste d’avoir mis sur pied un système frauduleux consistant à faire embaucher ses permanents en qualité d’assistants parlementaires, rémunérés avec des deniers européens.

Le Parlement de Strasbourg évalue le préjudice subi à sept millions d’euros.

«Rassemblement national» au lieu de FN

Marine Le Pen, qui a clôturé le Congrès de refondation du parti ce dimanche après-midi à Lille, va désormais soumettre le nouveau nom «Rassemblement national» au vote des militants.

La marque «FN» appartient désormais au passé. Alors que le Congrès de refondation du mouvement d’extrême droite s’est tenu ce week-end à Lille,  Marine Le Pen a confirmé que parti allait changer de nom. Et elle a révélé la nouvelle appellation qu’elle va soumettre au vote des militants: «Rassemblement national», qui avait déjà été le slogan du FN aux législatives de 1986. «J’ai beaucoup réfléchi et j’ai beaucoup consulté», a-t-elle dit lors de son discours de clôture, sans jamais prononcer les mots «Front national».

Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch à rembourser €600 000

Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch, devront rembourser au Parlement européen près de 600.000 euros indûment versés au titre de l’assistance parlementaire, a décidé mercredi la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

En 2016, le Parlement européen a décidé que Jean-Marie Le Pen avait indûment reçu 320.000 euros pour un collaborateur engagé comme assistant parlementaire local et devait les rendre.

Une décision analogue a été prise la même année concernant Bruno Gollnisch, pour un montant de près de 276.000 euros.

Les deux eurodéputés du FN avaient saisi le tribunal de l’UE pour faire annuler ces décisions, finalement confirmées mercredi par la CJUE.

Le tribunal de l’UE estime notamment que Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch n’ont pas été en mesure de démontrer que leur assistant assurait des tâches effectives pour eux.

Marine Le Pen: « changeons le nom! »

La présidente du Front national Marine Le Pen s’est prononcée pour un changement du nom de la formation d’extrême droite afin d’illustrer sa transformation en “parti de gouvernement”.

“Je suis plutôt pour un changement de nom”, a-t-elle dit lors d’une conférence de presse à Alençon dans le cadre de la tournée pour la “refondation” du Front national qu’elle a entamée à la rentrée de septembre.

“Le Front national va devenir un autre mouvement, un mouvement qui s’ouvre, un mouvement qui va faire des alliances, et par conséquent il faut acter cette transformation d’un parti d’opposition en parti de gouvernement et l’acter notamment par le changement de nom”, a-t-elle dit.

Alors que RTL a rapporté cette semaine que 80% des adhérents du Front national étaient hostiles à un tel changement dans le cadre de la consultation menée fin 2017 par le parti, Marine Le Pen a indiqué que “nous n’avons pas encore dépouillé assez de questionnaires pour tirer une tendance de fond”.

”Je comprends bien qu’on ait de l’attachement pour un mouvement politique mais un mouvement politique n’est qu’un outil et, s’il faut changer de nom pour que cet outil soit plus performant, alors changeons le nom ! », a-t-elle encore déclaré.

Les comptes de Marine Le Pen ont été validés

Les comptes de la campagne présidentielle de Marine Le Pen ont été validés, ce qui lui ouvre le droit au remboursement d’une partie des frais engagés, a déclaré le trésorier du Front national, un parti confronté à des difficultés de financement chroniques.

“Les comptes ont été validés”, a dit Wallerand de Saint Just à Reuters, confirmant une information d‘Europe 1.

 Le parti d’extrême droite se verra donc rembourser 10.691.775 euros, la somme dévolue aux candidats arrivés au second tour, si le Conseil constitutionnel homologue bien la comptabilité frontiste.

La Commission des comptes de campagne a achevé son examen des dépenses de tous les candidats et leur a envoyé la semaine dernière un courrier contenant leurs conclusions.

Les candidats ont un mois pour exercer un éventuel recours, un délai à l‘issue duquel le Conseil constitutionnel publiera les décisions.

“Il n’y avait pas beaucoup de suspense parce que la Commission n‘avait pas posé de questions”, précise Wallerand de Saint Just.

“Dès le départ, on savait qu’il n‘y avait pas de péchés mortels. Après, il y a eu très peu de péchés véniels puisqu’on est remboursé de l’intégralité des fonds remboursables”, ajoute le trésorier, sans autre précision sur la nature de ces “péchés véniels”.

Selon Europe 1, la Commission des comptes refuse de rembourser au FN les intérêts d‘un prêt accordé par Cotelec, un micro-parti fondé par Jean-Marie Le Pen, au motif qu‘il ne s‘agirait pas de contrats bancaires classiques.

“C‘est certain que s‘ils avaient été rejetés, ç‘aurait été extrêmement difficile”, dit encore Wallerand de Saint Just.

En quête de financements durant la campagne, le parti a essuyé un refus de la part des grands établissements français et a alors dénoncé un “scandale” démocratique.

Fin novembre, Marine Le Pen s‘est à nouveau insurgée contre ce qu‘elle a qualifié de “fatwa bancaire” après la décision de la Société générale de clôturer les comptes du parti, une mesure prise également à l’encontre de la présidente du FN par HSBC.

Marine Le Pen accuse de “publicité mensongère”

Marine Le Pen a qualifié de “publicité mensongère” et de “supercherie” le projet de loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme dont l’examen débute à l’Assemblée nationale.

“C’est un texte au mieux inutile, au pire profitable aux terroristes”, a déclaré la présidente du Front national lors d’une conférence de presse dans les murs de l‘Assemblée.

Le texte doit permettre de sortir de l’état d’urgence en vigueur depuis les attentats du 13 novembre 2015 en rendant permanentes des mesures qui étaient jusqu’à présent exceptionnelles, notamment en matière de perquisitions, d‘assignations à résidence et de surveillance individuelle.

Mais il s’agit là d’une “publicité mensongère” relevant d’une “logique défensive et molle”, selon Marine Le Pen.

“Et je crois qu’on peut dire une double supercherie : d’abord la loi ne porte pas sur la sécurité intérieure et, deuxièmement, ce n’est pas la grande loi d’éradication du terrorisme islamiste qu’on était en droit d’attendre”, a-t elle ajouté.

Le FN, qui a fait élire huit députés en juin dernier, entend déposer une cinquantaine d’amendements portant sur l’armement des polices municipales ou la création d’une “cour de sûreté de l’Etat”.

Le gouvernement a décidé de recourir à la procédure dite accélérée, qui réduit le nombre de navettes entre l’Assemblée et le Sénat, pour obtenir un vote définitif avant la mi-octobre.

Assemblée nationale réduite

« Il n’est pas courant qu’une Assemblée comptant un grand nombre de députés nouveaux, avec un groupe largement majoritaire, décide de réduire fortement la taille de ses effectifs. Mais on a été élus pour le faire, on va le faire », a-t-il dit dans une interview publiée vendredi par Le Monde.

Une centaine de députés devraient être élus à la proportionnelle dans une Assemblée nationale dont la taille serait réduite d’un tiers, déclare le président de l’institution François de Rugy.

Emmanuel Macron a annoncé le 3 juillet devant le Congrès réuni à Versailles que son gouvernement proposerait de réduire d’un tiers le nombre de députés, qui sont actuellement 577, avec une dose de proportionnelle pour mieux représenter les courants comme le Front national ou La France insoumise.

La France vote pour élire ses députés

Les Français votent ce dimanche pour le second tour des législatives, dernier chapitre de la séquence électorale du printemps qui a vu la consécration d’Emmanuel Macron.

 

Toute la question est de savoir quelle sera l’ampleur exacte de la majorité présidentielle, une semaine après le premier tour qui s’est traduit par une vague en faveur des candidats de La République en marche et le reflux des formations traditionnelles – Parti socialiste, Les Républicains et Front national.

L’autre enjeu de ce second tour porte sur le niveau de la participation, alors que le premier tour s’est soldé par une abstention de 51,30%, un record pour des législatives sous la Ve République.

Le chef de l’Etat a voté vers 09h00 (07h00 GMT) au Touquet sans son épouse, Brigitte, puis a présidé en fin de matinée au Mont-Valérien, près de Paris, une cérémonie marquant le 77e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle.

Les premiers résultats ne seront connus qu’à partir de 20h00 (18h00 GMT) mais selon les dernières projections des instituts de sondage, le parti du nouveau chef de l’Etat, allié au MoDem, pourrait obtenir de 430 à 470 sièges sur les 577 que compte l’Assemblée nationale.

 

 

 

Marine Le Pen sans l’immunité

L’immunité parlementaire de Marine Le Pen (ENL, FR) a été levée au Parlement européen en  séance plénière.

Le rapport sur la demande de levée d’immunité de Marine Le Pen (ENL, FR) a été adopté à main levée par les députés réunis en séance plénière à Strasbourg jeudi, 15.06.2017.

« On va enfin pouvoir faire le procès de tous ces élus qui frayent avec les organisations fondamentalistes islamistes ! », a réagi sur Twitter Marine Le Pen, mardi, après l’annonce que son cas serait soumis à la réunion en plénière du Parlement cette semaine.