Archives des étiquettes : FRANCE

Tour Eiffel rouvert pour les visiteurs

La Tour Eiffel, fermé aux visiteurs depuis le 13 mars en raison de la pandémie liée à la COVID-19, a rouvert ce jeudi 25 juin après sa plus longue fermeture depuis la Seconde Guerre mondiale.

Jusqu’à début juillet, les visiteurs ne pourront emprunter que les escaliers pour grimper dans ce monument emblématique de 324 mètres, et ils ne pourront pas monter au-delà du deuxième étage.

Les ascenseurs restent fermés pour l’instant en raison du risque de promiscuité susceptible de favoriser la propagation du nouveau coronavirus.

Les responsables de la Tour Eiffel espèrent revenir à une activité normale dans le courant de l’été.

Cette réouverture n’est que partielle et s’accompagne de strictes mesures d’hygiène avec port du masque obligatoire au-dessus de enfants de 11 ans.

Turquie-Libye: la France demande le débat

La France estime que l’Union européenne (UE) doit ouvrir une “discussion de fond sans tabou ni naïveté” sur ses relations avec la Turquie, a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian le 24 juin.

Les relations entre Paris et Ankara se sont dégradées ces dernières semaines, notamment sur le conflit en Libye ou les explorations turques de gisements gaziers en Méditerranée orientale.

La diplomatie francaise estime indispensable que l’Union européenne ouvre très vite une discussion de fond, sans tabou, sans naïveté sur les perspectives de la relation future de l’UE avec Ankara et que l’UE défende fermement ses propres intérêts car elle en a les moyens”, a déclaré Jean-Yves Le Drian lors de la séance des questions au gouvernement devant le Sénat.

“Il faut des clarifications sur le rôle que la Turquie entend jouer en Libye où j’estime que nous assistons à une syrianisation de la Libye puisque l’intervention militaire de la Turquie se fait par des supplétifs syriens”, a-t-il poursuivi.

France au principe du pays-deux systèmes

Emmanuel Macron a rappelé le 5 mai au cours d’un long entretien téléphonique avec son homologue chinois Xi Jinping le soutien de la France au principe “un pays, deux systèmes” permettant à Hong Kong de jouir d’une relative autonomie vis-à-vis de la Chine, a-t-on appris le 6 mai d’une source à l’Elysée.

Une partie des habitants de Hong Kong soupçonnent la Chine de vouloir restreindre leurs libertés. Pékin assure que cette loi est nécessaire pour garantir la stabilité de la ville.

Au cours d’un entretien d’une heure et demie vendredi entre les présidents français et chinois, Emmanuel Macron a dit à Xi Jinping “suivre la situation (à Hong Kong) de près et a rappelé le soutien de la France au principe du pays, deux systèmes”, a-t-on dit à l’Elysée.

La volonté de la Chine d’instaurer une loi de sécurité nationale à Hong Kong suscite des inquiétudes dans l’ancienne colonie britannique, théâtre l’an dernier d’un vaste mouvement de contestation contre l’exécutif local et Pékin. Ce projet a aussi été dénoncé par certains pays, notamment les Etats-Unis.

Tout en rappelant “l’importance du partenariat stratégique qui lie la France à la Chine”, Emmanuel Macron a ainsi voulu “éviter tout malentendu et se dire les choses dans le respect de cette relation”, a-t-on ajouté.

Plan de relance européen de €500Mrd

La France et l’Allemagne ont proposé le 18 mai que le plan de relance européen, actuellement en préparation à Bruxelles, soit doté de 500 milliards d’euros en dépenses budgétaires pour les pays du bloc les plus touchés par l’épidémie de coronavirus qui a quasiment paralysé l’activité économique du continent.

Cette initiative commune, qui doit encore être endossée par la Commission européenne et l’ensemble des 27, constitue une “étape majeure” et un “changement de philosophie”, s’est félicité Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à l’issue d’une visioconférence avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Pour la première fois, ce que nous proposons ensemble, Allemagne et France, c’est de décider tous ensemble d’aller lever une dette commune sur les marchés et d’utiliser ces 500 milliards d’euros, dette qui aura vocation à être remboursée, pour apporter des financements qui seront fléchés en priorité sur les secteurs les plus touchés et pour les régions les plus impactées et donc d’accepter de vrais transferts, une vraie stratégie commune”, a-t-il souligné.

Ces 500 milliards ne seront pas remboursés par les bénéficiaires de ceux qui utiliseront cet argent, ils pourront soit être remboursés par les Etats membres par une clef de répartition qui dépend de votre poids dans le budget, par des contributions que nous aurons vocation à décider ensuite ou par d’autres mécanismes”, a-t-il précisé.

Cette proposition constitue un tournant dans la position de l’Allemagne qui était jusqu’à présent ouvertement opposée à l’idée de l’émission d’une dette commune, également connue sous le nom de “coronabonds”, défendue avec force ces dernières semaines par Paris et Rome au nom de la solidarité européenne.

Invité en début de soirée sur LCI, le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a indiqué que la France pourrait recourir à ce plan pour “rénover” l’hôpital.

La Commission va emprunter à un taux d’intérêt faible et ensuite payer des dépenses dans les Etats qui en auront le plus besoin. Quand nous aurons besoin par exemple de rénover notre hôpital, nous pourrons nous appuyer sur ce soutien de la Commission européenne et sur un financement de la Commission européenne”, a-t-il souligné, ajoutant que ce financement direct de la Commission européenne financé par de la dette commune pourrait aussi être mobilisé pour soutenir le tourisme, l’automobile ou le secteur de l’aéronautique.

Barkhane: la mort du légionnaire au combat

L’Elysée et le ministère des Armées, annonce le 4 mai soir la mort au combat du légionnaire de 1ère classe Kévin Clément, 21 ans, affecté au 1er Régiment étranger de cavalerie. Engagé au sein de l’opération Barkhane, il est tombé « au combat » ce lundi, lors d’un accrochage avec des terroristes dans la région de Ménaka, au Mali.

En milieu de matinée, son sous-groupement tactique désert, engagé dans une action de harcèlement zonal et de ratissage contre les groupes armés terroristes, a décelé plusieurs ennemis. Prise à partie à courte distance, l’unité de tête a riposté et a mis hors de combat deux djihadistes selon l’Etat Major des armées.

Au cours de cette action de feu, le 1ère classe Kévin Clément, embarqué à bord d’un véhicule blindé léger, a été grièvement blessé par un tir ennemi. Immédiatement pris en charge par l’équipe médicale déployée au sein de l’unité, il a été évacué par hélicoptère vers l’antenne chirurgicale de Gao, où son décès a été constaté précise le communiqué officiel.

Un drone Reaper a immédiatement été engagé pour contribuer à la sécurisation de l’unité, et a permis de constater que le sous-groupement tactique avait été engagé dans un combat de rencontre avec des éléments terroristes isolés.

Dans un communiqué, Florence Parly, ministre des armées précise que « le légionnaire Clément rejoint dans le sacrifice ultime son camarade le brigadier Dmytro Martynyouk, décédé le 1er mai. Ce lourd tribut payé par la Légion étrangère n’entame ni sa détermination ni son efficacité. Elle poursuit sa mission, à la manière de ses Anciens ». « Le ministère des Armées, et en particulier l’armée de Terre, sont aux côtés de la famille du légionnaire de 1ère classe Kévin Clément et de l’ensemble des militaires de l’opération Barkhane » ajoute encore le communiqué officiel.

G5 Sahel demande soldat tchadiens

La France et les pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) ont insisté sur l’envoi «dès que possible» de 500 soldats tchadiens dans la région dite des
«trois frontières », en proie à de fréquentes attaques djihadistes, entre Mali, Niger et Burkina Faso.

Le président tchadien Idriss Déby a mis la pression sur ses partenaires le 10 avril en annonçant que son armée, allié clé de la force française Barkhane au Sahel, allait cesser de participer à des opérations hors des frontières de Tchad. En janvier, Deby avait accepté d’envoyer un bataillon supplémentaire de 480 hommes dans la région des trois frontières, au sein de la Force du G5 Sahel.

Corse-du-Sud: Scandola déclassée

La réserve naturelle de Scandola, située en Corse-du-Sud, va perdre son Diplôme européen des espaces protégés (une distinction qu’elle avait obtenue en 1985) à cause de la trop forte pression touristique sur le site et ses effets néfastes sur la flore et la faune.

Cette décision du Conseil de l’Europe, publiée dans un rapport daté du 30 mars, a été prise à l’unanimité des experts concernés lors d’une réunion les 18 et 19 mars, et ce notamment «en raison du considérable manque de progrès réalisés et des tentatives minimales de communication» de la part des gestionnaires de la réserve. Elle prendra effet en septembre.

José Filippi, directeur du Parc naturel régional de Corse, s’est déclaré «très surpris par cette décision», auprès de l’AFP : «De nombreuses choses sont faites depuis un an et demi pour protéger ce site (et) deux conseils scientifiques se sont d’ailleurs réunis durant cette période», a-t-il affirmé, précisant qu’une «réponse technique» sera communiquée dans quelques jours et que tout sera mis en œuvre pour «récupérer ce diplôme».

Sur le fond, le retrait de ce label européen à la réserve de Scandola, créée en 1975 sur 920 hectares terrestres et 1.000 hectares de zone marine, est notamment dû à «la fréquentation incontrôlée (du site) par les visiteurs de tous bords et (…) les effets dommageables sur la nature du site, ses écosystèmes (et) les espèces de flore et de faune qui lui sont propres».

Dès décembre 2018, un rapport du CNRS avait souligné par exemple que «la population de balbuzards pêcheurs, un rapace protégé et menacé en mer Méditerranée, (s’effondrait) dans la réserve naturelle nationale de Scandola» à cause du tourisme.

En mars 2019, neuf associations corses avaient écrit au ministre de la Transition écologique d’alors, François de Rugy, pour demander «des mesures d’urgence dès l’été 2019», dont une «zone d’interdiction» d’accès, pour sauver la réserve. «Située dans le Sanctuaire des Pélagos, la partie marine de la Réserve est désertée par les poissons et autres animaux marins en raison du fort dérangement et de la pollution sonore», avaient notamment fustigé les associations dans ce courrier.

Egalement inscrite au Patrimoine mondial par l’Unesco, la réserve de Scandola est titulaire de nombreux autres labels de protection, comme Aire marine protégée et zone Natura 2000 notamment.

En France métropolitaine, cinq autres sites ont obtenu ce diplôme européen des espaces protégés, la Camargue (Bouches-du-Rhône et Gard), la Vanoise, les Ecrins et le Mercantour dans les Alpes, et l’île de Port-Cros dans le Var.

COVID19: jet privé refoulé à la Côte d’Azur

Le 4 avril dix riches vacanciers provenant de Londres en jet privé ont atteri à l’aéroport de Marseille-Provence, à Marignane, malgré les mesures de confinement imposées par le gouvernement francais. A leur arrivée, ils ont été accueillis par la police aux frontières et la gendarmerie des transports aériens.

Ils venaient en villégiature, pour un séjour à Cannes et trois hélicoptères les attendaient sur le tarmac», a expliqué à l’AFP le chef du service de la police aux frontières de Marignane.

«Mais nous leur avons signifié leur non admission sur le territoire national et ils sont repartis quatre heures plus tard».

« Ils ont tenté de faire jouer leurs relations, ils ont passé quelques coups de fil… », rapporte une source policière à BFMTV qui révèle l’histoire.

Si les pilotes des hélicoptères ont éte verbalisés pour non respect du confinement, les dix voyageurs ont seulement été contraints de faire demi-tour, n’étant pas juridiquement sur le sol français.

Neuf d’entre eux sont retournés immédiatement à Londres et le dixième est, lui, rentré à Berlin avec un petit avion privé.

Le groupe, composé de sept hommes de 40 à 50 ans, et de trois femmes d’une vingtaine d’années de nationalité croate, allemande, française et ukrainienne souhaitait ensuite rejoindre Cannes, à bord de trois hélicoptères, afin d’aller faire la fête dans une villa de luxe, louée pour l’occasion.

COVID19: les chiens en profitent!

Alors que l’attestation de déplacement dérogatoire autorise à sortir avec son chien pour lui faire faire ses besoins quotidiens, une étude révélée cette semaine par Invoxia souligne que les promenades avec les animaux de compagnie sont en hausse de 40% durant le confinement.

Surtout, leur vie ressemble à de vraies cures de câlins en raison de leur proximité avec leur famille. Les capteurs des colliers qui rendent compte du comportement des chats et des chiens indiquent qu’ils reçoivent 43 % de carresses et de gratouilles de plus par rapport à une semaine normale.

Plus amusant, le nombre d’aboiements aurait chuté de 15 %, affirme les données anonymisées recueillies par la société. Cette dernière a mené l’étude entre le 1er février et le 30 mars, à travers neuf pays du continent européen -France, Suisse, Pays-Bas, Allemagne, République Tchèque, Espagne, Belgique, Danemark, Royaume-Uni.

La société française Invoxia créée en 2010 est spécialisée dans la fabrication de colliers munis d’un GPS afin de ne pas perdre son animal de compagnie. C’est en étudiant les déplacements sur plus de 35.000 journées d’activités (cumulées) comparées avant et après la mise en place du confinement qu’Invoxia a pu mettre en avant cette hausse.

COVID19: Allemagne et Suisse accueillent les malades

Des hôpitaux en Allemagne et en Suisse ont proposé de prendre en charge des patients gravement malades de l’Alsace voisine qui lutte face à l’augmentation du nombre de contamination de COVID-19.

Quatre hôpitaux universitaires et un hôpital militaire du Land allemand de Bade-Wurtemberg vont accueillir 10 patients français devant être ventilés et l’exécutif local consulte d’autres hôpitaux pour trouver des lits supplémentaires de soins intensifs, a indiqué le ministère local des Sciences et de la Recherche dans un communiqué diffusé samedi.

La Rhénanie-Palatinat, la Sarre ainsi que trois cantons suisses se sont également portés volontaires pour accueillir des patients.

« Entrées précédentes