Archives des étiquettes : FRANCE

Macron décidé à « emmerder » les anti-vax

Emmanuel Macron a déclaré mardi, le 4 janvier, dans un entretien au Parisien, être décidé à « emmerder » les non-vaccinés « jusqu’au bout » en « limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale ».

« Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie », déclare le chef de l’Etat, alors que le texte sur le pass vaccinal donne lieu à un débat houleux à l’Assemblée.

Emmanuel Macron s’est par ailleurs exprimé sur la présidentielle. « J’ai envie » d’être candidat, a-t-il déclaré, ajoutant que sa décision était en train de se « consolider » mais pas encore complètement sûre.

« Il n’y a pas de faux suspens. J’ai envie. Dès qu’il y aura les conditions sanitaires qui le permettent et que j’aurai clarifié ce sujet, en moi-même et par rapport à l’équation politique, je dirai ce qu’il en est », a-t-il assuré. « Cette décision se consolide en mon for intérieur. J’ai besoin d’être sûr d’être en capacité d’aller aussi loin que ce que je veux », a ajouté le chef de l’Etat, interrogé par des lecteurs du quotidien.

Omicron: perturbation des voyages

Plus de 2.100 vols ont encore été annulés par les compagnies aériennes à travers le monde aujourd’hui, le variant #Omicron du #Covid_19 perturbant les voyages pendant les fêtes. Ce week-end, environ 7.900 vols avaient déjà été annulés #AFP.

Le variant Omicron joue les trouble-fête dans les aéroports. Quelque 7 500 vols ont été annulés par les compagnies aériennes tandis que des milliers d’autres étaient retardés dans le monde le week-end de Noël, la nouvelle souche du Covid-19 perturbant les voyages pendant les fêtes.

Selon le dernier bilan du site Flightaware, on comptait, dimanche 26 décembre, près de 2 000 annulations de vols, dont plus de 570 étaient des trajets liés aux États-Unis, qu’il s’agisse de liaisons internationales ou internes.

Samedi, le même site avait recensé près de 2 800 annulations de vols, dont 970 aux États-Unis. Et vendredi, environ 2 400 annulations et 11 000 retards avaient été recensés selon la même source.

L’Europe semble relativement épargnée. Air France, en particulier, n’a pas été touché par le phénomène, selon un porte-parole. Les conditions météorologiques, les fermetures de frontières ou des impératifs commerciaux peuvent aussi expliquer des annulations.

Les compagnies aériennes chinoises étaient à l’origine du plus grand nombre d’annulations lundi : China Eastern a supprimé 418 vols, soit 20 % de son plan de vol, tandis qu’Air China en a annulé 196, 17 % de ses départs prévus.

Les compagnies indonésiennes Lion Air et Batik Air ont annulé respectivement 23 % et 28 % de leurs plans de vol.

Claude Guéant incarcéré

Condamné en 2017 dans une affaire de primes en liquide lors de son passage au Ministère de l’intérieur en tant que directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant a vu son sursis révoqué début novembre pour non-paiement de l’amende et des dommages et intérêts.

Claude Guéant a été incarcéré lundi matin à la prison parisienne de la Santé, en application de sa condamnation en 2017 dans l’affaire des primes en liquide du Ministère de l’intérieur entre 2002 et 2004, a indiqué à l’AFP son avocat, Philippe Bouchez El Ghozi, confirmant une information de LCI.

L’ancien grand commis de l’Etat, 76 ans, qui a lui aussi occupé le poste de ministre de l’Intérieur entre 2011 et 2012, avait été condamné à deux ans d’emprisonnement dont un an ferme en appel en janvier 2017. Début novembre, la cour d’appel de Paris a révoqué une partie de son sursis et de sa liberté conditionnelle, estimant que Claude Guéant ne réalisait pas les versements nécessaires pour payer l’amende et les dommages et intérêts qu’il s’était vu infliger.

Vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans

La vaccination contre le Covid-19 sera ouverte à la « mi-fin décembre » aux enfants de 5 à 11 ans qui sont à risque de développer des formes graves et probablement aux autres enfants en janvier de façon « progressive et facultative », a annoncé vendredi, le 3 novembre, le ministre de la Santé Olivier Véran. La Haute autorité de Santé « a déjà proposé que nous puissions ouvrir en priorité la vaccination aux enfants de 5 à 11 ans qui sont à risque de faire des formes graves. Nous pourrions l’ouvrir à compter de la mi-à fin décembre », a déclaré le ministre sur la radio France info.

« La décision n’a pas été formellement prise mais il n’y a pas de raison de ne pas le faire », a-t-il ajouté. Concernant les enfants qui ne sont pas à risque, « la HAS ne s’est pas encore prononcée, elle a besoin d’un peu plus de temps pour nous dire si le vaccin est parfaitement sûr et efficace et si la balance bénéfices/risques est positive, auquel cas nous ouvrirons la vaccination aux enfants probablement au début du mois de janvier, de façon progressive et facultative », a-t-il poursuivi.

Cinq jours après le feu vert donné par l’Agence européenne des médicaments à l’immunisation des 5-11 ans avec le vaccin Pfizer, la Haute Autorité de santé (HAS) a choisi la prudence.

Dans un avis rendu mardi 30 novembre, elle recommande au gouvernement d’«élargir dès à présent» la campagne aux enfants à risque de forme grave. En revanche, elle conditionne la généralisation de la vaccination à une série d’«auditions de parties prenantes» et au résultat d’études attendues dans les prochaines semaines. Alors, et alors seulement, il sera possible d’«évaluer la pertinence» de cette nouvelle phase.

Éric Zemmour annonce sa candidature

Éric Zemmour, ancien journaliste et homme politique, est candidat à l’élection présidentielle 2022. Il
annonce officiellement sa candidature à l’élection présidentielle de 2022 le 30 novembre 2021, dans une vidéo Youtube. Présidentielle 2022:

Éric Zemmour est né en 1958 à Montreuil et a grandi à Drancy, en banlieue parisienne. Ses parents, juifs pieds-noirs, ont quitté l’Algérie dans les années 1950. Roger Zemmour, son père, était préparateur en pharmacie puis ambulancier, et son épouse Lucette Zemmour était mère au foyer.

Diplômé de Sciences Po Paris en 1979, il échoue deux fois au concours d’entrée de l’ENA. Il se tourne alors vers la publicité avant de devenir journaliste au Quotidien de Paris, sous la direction de Philippe Tesson, en 1986. Il intègre en 1996 le service politique du Figaro, jusqu’en 2009, et Le Figaro Magazine. Il travaille également pour Marianne et Valeurs actuelles. Il revient au Figaro en 2013, pour une chronique hebdomadaire.

Il fait ses débuts à la télévision en 2003, dans Ça se dispute sur la chaîne i >TÉLÉ, Vendredi Pétantes sur Canal+, puis On n’est pas couché sur France 2, entre 2006 et 2011. C’est cette émission de Laurent Ruquier qui lui offre une grande popularité, grâce à son duo avec Éric Naulleau.

Entre 2010 et 2018, il tient une chronique dans la matinale de RTL. En 2011, il anime, avec Éric Naulleau, un débat hebdomadaire sur la chaîne Paris Première. En 2019, il devient chroniqueur sur CNews, dans Face à l’info, jusqu’en septembre 2021, date à laquelle ses ambitions présidentielles se précisent. Il se met alors en congé sans solde du Figaro, tandis que le CSA le contraint à quitter la chaîne d’information en décidant de comptabiliser son temps de parole.

Dose contre la Vème vague

Strasbourg 23.11.2021 Comme toutes les semaines, un Conseil de défense sanitaire va se tenir mercredi à l’Élysée, avant le conseil des ministres, pour tenter d’enrayer la progression de cette nouvelle vague épidémique.

Ces derniers jours, plusieurs instances sanitaires se sont prononcées en faveur du renforcement des mesures sanitaires, et notamment de l’accélération de la campagne de dose de rappel, pour tenter de freiner la progression de cette cinquième vague de Covid-19. Ce mercredi, comme toutes les semaines, va se tenir à l’Élysée un Conseil de défense sanitaire pour trancher sur ces questions, en vue d’annoncer de nouvelles mesures. BFMTV fait le point sur les pistes envisagées par le gouvernement.

D’après nos informations, le gouvernement envisage d’ouvrir le rappel vaccinal à tout le monde, six mois après la seconde dose. Ce rappel ne concerne pour l’instant que les plus de 65 ans et les personnes à risques de formes graves de la maladie, ainsi que les soignants. Généraliser la 3ème dose fait notamment partie des dernières recommandations du Conseil scientifique et du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV).

« C’est aussi une mesure barrière qui freine la circulation du virus », nous explique un ministre. « On resterait sur une stratégie progressive, étape par étape comme c’était le cas jusqu’à présent », poursuit une autre source au sein de l’exécutif à BFMTV.

Toutefois, pour le moment, la question de l’intégration de cette dose de rappel pour tous au pass sanitaire n’est pas encore tranchée, d’après nos informations. À compter du 15 décembre prochain, les personnes de plus de 65 ans et les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen devront avoir reçu une dose de rappel pour que leur pass sanitaire reste valide.

• La piste du télétravail pas encore tranchée
Les sujets des jauges, notamment en cas de grands rassemblements, et le renforcement du télétravail ne font pas, pour l’heure, partie des priorités pour le gouvernement.

De la même manière, la réinstauration d’un couvre-feu ou d’un confinement ne sont pas du tout à l’ordre du jour même si, par principe, le gouvernement ne les exclut pas.

• Vers un changement des règles dans les établissements
D’après nos informations, l’exécutif travaille en revanche sur le renforcement des contrôles sur le pass sanitaire, ainsi que sur le port du masque à l’intérieur. « Il y autant de consignes que d’établissements, il faut clarifier », a indiqué à BFMTV un ministre participant au Conseil de défense.

• L’oeil sur les admissions à l’hôpital
En interne, l’exécutif se refuse à être trop anxiogène ou pessimiste. « Il faut qu’on puisse passer cette cinquième vague comme la quatrième, sans saturation des hôpitaux, en espérant qu’en janvier, février, ça soit stabilisé », espère ainsi une source gouvernementale.

« On va insister sur le fait que le juge de paix à ce jour, ce sont les admissions à l’hôpital », dit encore un ministre de poids, citant l’exemple du Royaume Uni, où les contaminations plafonnent à 40.000 nouveaux cas quotidiens, sans toutefois saturer les hôpitaux.

« C’est préoccupant mais on a les outils pour traverser la cinquième vague », dit-on encore au sein du gouvernement.

• Une possible prise de parole de Véran ou Castex
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s’étant exprimé à plusieurs reprises ces derniers jours sur la situation sanitaire, une prise de parole du Premier ministre Jean Castex ou d’Olivier Véran, ministre de la Santé, n’est pas exclue cette semaine. L’idée étant de passer « un cran au-dessus », avec une figure du gouvernement, pour marquer les esprits.

COVID19: Jean Castex est positif

Strasbourg 22.11.2021 Le premier ministre a été déclaré positif au Covid-19, quelques heures après avoir annoncé être cas contact.

Le premier ministre, Jean Castex, a été testé positif lundi, le 22 novembre, soir au Covid-19 et «son agenda sera aménagé ces prochains jours afin qu’il poursuive ses activités tout en étant à l’isolement» pendant dix jours, a indiqué à l’AFP Matignon. Doublement vacciné, le ministre n’a jamais été contaminé auparavant par le virus.

Le chef du gouvernement avait appris lundi après-midi, de retour de Belgique où il a rencontré son homologue Alexander De Croo, que l’une de ses filles âgée de 11 ans avait été testée positive. «Il a donc immédiatement pratiqué un test PCR, qui s’avère être positif», a expliqué Matignon. Jean Castex s’était rendu lundi matin à Bruxelles, où il avait rencontré son homologue belge, Alexander De Croo. Le premier ministre était par ailleurs accompagné des ministres des Armées, Florence Parly, de l’Intérieur, Gérald Darmanin, de la Justice, Eric Dupond-Moretti, du secrétaire d’Etat à l’Europe, Clément Beaune.

Le directeur général de la Sécurité intérieure, Nicolas Lerner, celui de la Sécurité extérieure, Bernard Emie, le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, et le Coordonateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, Laurent Nunez, faisaient également partie de la délégation lors de ce déplacement. Le chef du gouvernement, 56 ans, qui a reçu deux doses de vaccin au printemps, n’avait jusqu’alors jamais été testé positif. Le premier ministre avait toutefois été cas contact au Covid-19 à trois reprises: en septembre 2020 lors du Tour de France après avoir partagé la voiture du directeur de la compétition, Christian Prudhomme, une seconde fois à la suite d’un dîner avec Emmanuel Macron en décembre, puis en juin, après que son épouse avait contracté la maladie.

Avant lui, le président Emmanuel Macron avait été testé positif en décembre 2020. Plusieurs ministres ont également contracté le virus, comme le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, de la Culture Roselyne Bachelot. Celui du Commerce extérieur Franck Riester avait été testé positif en mars 2020, ainsi que les secrétaires d’État à la Transition écologique de l’époque, Brune Poirson et Emmanuelle Wargon.

Ambassade d’Autriche: millers de lumièrs

Brussels 18.11.2021 Les Patriotes, par la voix de leur président, Florian Philippot, expriment toute leur solidarité avec le peuple autrichien devant cette atteinte gravissime à ses droits les plus fondamentaux. Ce qui se passe en Autriche est évidemment annonciateur de ce qui attend tous les peuples du monde, y compris le peuple français, confrontés à la folie covidiste.

C’est avec une immense inquiétude que l’on voit ainsi se multiplier, spécialement en Europe, les mesures les plus tyranniques sous de faux prétextes sanitaires. Dernièrement, la Lettonie a par exemple décidé de suspendre le droit de vote de ses parlementaires et élus non-vaccinés. En décidant de confiner les populations non-vaccinées, et en limitant de manière hallucinante leurs libertés, l’Autriche franchit une nouvelle ligne rouge et crée un précédent gravissime.

Plus inquiétant encore : le silence de l’immense majorité des personnalités politiques et médiatiques en France devant cette dérive insupportable. Pire, certains candidats à l’élection présidentielle ont même annoncé vouloir s’inspirer de l’Autriche, en proposant des mesures similaires de confinement discriminatoire. C’est pourquoi, une fois encore, Les Patriotes ont décidé de prendre des initiatives sur le terrain pour protester de la manière la plus forte qui soit contre l’instauration de ces politiques d’apartheid sanitaire, en Autriche et partout ailleurs dans le monde. Rendez-vous est donné à tous les défenseurs des Libertés et de la dignité humaine :

« Au pied de l’ambassade d’Autriche ce soir pour soutenir le peuple autrichien face à l’apartheid et la politique du bouc-émissaire! Honte au régime autrichien covidiste!
Réveil des Français en lutte! Et milliers de lumières de l’espérance ce soir! Bravo! »

En Autriche, les personnes non vaccinées âgées de plus de 12 ans sont confinées chez eux depuis lundi 15 novembre. Ils ne peuvent sortir que pour faire des courses de première nécessité, faire du sport ou aller bénéficier de soins médicaux. La police contrôle l’entrée des magasins. « Nous vérifions si les gens sont vaccinés ou pas », explique Paul Eidenberger, porte-parole de la police de Vienne, devant un magasin de chaussures, « un endroit où vous pouvez acheter des cadeaux », précise-t-il.

Procès contre Eric Zemmour

Le procès du polémiste d’extrême droite Éric Zemmour, jugé pour des propos controversés tenus l’an dernier à la télévision sur les mineurs migrants isolés, s’est ouvert en son absence mercredi matin, le 17 novembre, devant le tribunal correctionnel de Paris.

Le candidat putatif à l’élection présidentielle ne s’est pas présenté à l’audience « afin d’éviter que l’enceinte judiciaire ne se transforme en studio de télé d’information en continu », avait indiqué la veille son avocat, Me Olivier Pardo.

Une vingtaine de jeunes partisans de l’association qui le soutient, « Génération Z », se sont rassemblés devant le tribunal et ont brièvement déployé un drapeau français, a constaté un journaliste de l’AFP.

Habitué des sorties controversées et des procédures judiciaires, Éric Zemmour a cette fois été cité à comparaître par le parquet pour complicité de provocation à la haine raciale et d’injure raciale, pour des propos tenus sur CNews le 29 septembre 2020. Lors d’un débat de l’émission « Face à l’info » sur les mineurs isolés après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le chroniqueur avait déclaré: « ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent ».

Sa ligne de défense ? Paraphraser …

Sa défense estime que M. Zemmour n’a fait que « redire avec des mots différents » les inquiétudes exprimées par les autorités sur la délinquance liée aux mineurs non accompagnés.

L’audience aurait dû se tenir le 8 septembre mais a été renvoyée en raison du grand nombre de parties civiles. Une trentaine d’entre elles se sont constituées, dont les associations SOS Racisme, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la Maison des Potes, ainsi qu’une vingtaine de conseils départementaux, les mineurs non accompagnés étant pris en charge par l’aide sociale à l’enfance, gérée par les départements.

PARIS: Forum sur la paix

La quatrième édition du forum annuel sur la paix s’ouvre jeudi à Paris, en présence du Président Emmanuel Macron, et de la vice-Présidente américaine, Kamala Harris. L’événement international sur les questions de gouvernance mondiale et de multilatéralisme est consacré cette année à la réduction des fractures mondiales.

Le président français Emmanuel Macron et la vice-présidente des États-Unis Kamala Harris donneront le coup d’envoi jeudi 11 novembre du Forum de Paris sur la paix, consacré cette année à la réduction des fractures mondiales, avec un gros volet numérique.

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus en présentiel à ce quatrième rendez-vous annuel, voulu à l’origine par Emmanuel Macron, qui se tiendra jusqu’à samedi et coïncidera avec une conférence internationale sur la Libye vendredi.

Plusieurs chefs d’État d’Afrique subsaharienne – Côte d’Ivoire, Nigeria, Sénégal, Liberia, Botswana – seront notamment présents, de même que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ou les Premiers ministres de Serbie et du Kosovo.

Ce Forum, créé en 2018, vise à instaurer un rendez-vous régulier des décideurs mondiaux à Paris à l’image de ce qui se fait à Davos en matière économique ou à Munich sur les enjeux de sécurité, deux événements très courus à chaque début d’année.

Dirigeants d’organisations internationales (OMS, FMI, Banque africaine de Développement, Programme alimentaire mondial…), d’entreprises (Microsoft, Google, Youtube…), d’ONG et de fondations (Melinda Gates, Georges Soros…) participeront aussi à différents panels programmés sur trois jours.

Emmanuel Macron et Kamala Harris ouvriront officiellement le Forum jeudi à 17h (16h GMT), à la Grande Halle de la Villette, aux côtés du président nigérian Muhammadu Buhari et de la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina.

Ils assisteront ensuite à un panel sur la régulation internationale du numérique, destiné à faire le point sur une série d’initiatives (Appel de Paris, de Christchurch) liées à la cybersécurité, la lutte contre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne ou la désinformation sur les réseaux sociaux.

« Entrées précédentes