Archives des étiquettes : Federcia Mogherini

L’UE s’engage en reconstruction à Sahel

A la suite de l’attaque meurtrière contre le Quartier Général de la Force Conjointe du G5 Sahel à Sévaré au Mali, le 29 juin dernier, l’Union européenne a décidé de financer la totalité de la reconstruction d’un nouveau Quartier Général et de poursuivre son soutien afin d’assurer la continuité de l’action de l’Etat-major de la Force sur place.

Cette décision fait suite à une concertation étroite entre le Commandant de la Force avec la mission militaire européenne « EUTM » au Mali, la coopération de défense française et les forces de l’opération « Barkhane ». L’UE poursuivra ce travail de concertation avec le nouveau Commandant de la Force dès qu’il sera en fonction.

« L’Union européenne est le premier partenaire du G5 Sahel. L’attaque contre le quartier général de la Force conjointe du G5 Sahel au Mali est aussi une attaque contre notre priorité commune de ramener la paix dans la région » – la haute représentante Federica Mogherini a déclaré.  « Nous avons ainsi décidé de soutenir pleinement la reconstruction du quartier général de Sévaré, au Mali, confirmant notre engagement déterminé aux côtés des pays du G5, pour permettre aux institutions de contrôler pleinement leurs territoires et de lutter contre le terrorisme et les trafics d’êtres humains, d’armes et de drogue. Garantir la sécurité, le développement de la région est également un investissement dans notre propre sécurité. »

Ces décisions font suite à la réunion ministérielle UE/G5 Sahel qui s’est tenue à Bruxelles sous la présidence de Federica Mogherini et du Ministre nigérien des Affaires étrangères, Kalla Ankourao le 18 juin dernier, et de la Conférence internationale de haut niveau sur le Sahel de février dernier au cours de laquelle l’Union européenne a apporté son soutien à la Force conjointe à hauteur de 100 millions d’euros. La stabilité et le développement des pays de la région, ainsi qu’une meilleure gestion des zones frontalières et la lutte contre les trafics qui y sévissent sont les principaux objectifs partagés par l’Union et le G5 Sahel.

Mogherini défend d’accord nucléaire

« L’Union européenne regrette la déclaration faite aujourd’hui par le président des Etats Unis sur l’accord nucléaire [plan d’action global commun (#JCPOA). Dans le cas où les Etats-Unis reconsidèreraient leur position, nous l’accueillerons positivement. Les Etats-Unis restent notre plus proche partenaire et ami, et nous continuerons de travailler ensemble dans de nombreux autres domaines’ – la Haute Représentante Federica Mogherini  à l’annonce la position de l’UE suit à la décision du Président des Etats-Unis concernant l’accord nucléaire avec l’Iran (#JCPOA).

« Comme nous l’avons toujours dit, l’accord nucléaire n’est pas un accord bilatéral et un seul pays ne peut pas y mettre fin de manière unilatérale. L’accord nucléaire avec l’Iran a été endossé à l’unanimité par la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il constitue un élément clé de l’architecture mondiale de non-prolifération nucléaire. L’accord est d’autant plus pertinent que nous constatons des signaux encourageants dans la perspective de dénucléarisation de la péninsule coréenne. L’accord nucléaire est crucial pour la sécurité de la région, de l’Europe et du monde entier. »

« Tant que l’Iran continuera de mettre en œuvre ses engagements nucléaires [sous l’accord], comme il le fait jusqu’à présent, l’Union européenne restera engagée à poursuivre la mise en œuvre complète et effective de l’accord nucléaire. Nous faisons entièrement confiance au travail, à la compétence et à l’autonomie de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui a publié 10 rapports certifiant que l’Iran a pleinement respecté ses engagements. »

« La levée des sanctions liées au nucléaire est une partie essentielle de l’accord. L’Union européenne a souligné à plusieurs reprises que la levée des sanctions liées au nucléaire avait non seulement un impact positif sur les relations commerciales et économiques avec l’Iran mais aussi et surtout des avantages cruciaux pour le peuple iranien. L’Union européenne s’engage pleinement à faire en sorte à ce que cela continue. »

« Je suis particulièrement inquiète par l’annonce de nouvelles sanctions. Je vais consulter tous nos partenaires dans les prochaines heures et dans les prochains jours pour évaluer leur implications. L’Union Européenne est déterminée à agir pour protéger ses intérêts sécuritaires et économiques. »

« L’accord nucléaire avec l’Iran est l’aboutissement de 12 années de diplomatie. Il appartient à l’ensemble de la communauté internationale. L’accord fonctionne et remplit son objectif : garantir que l’Iran ne développe pas d’armes nucléaires. L’Union européenne est déterminée à le préserver. Nous attendons du reste de la communauté internationale qu’il continue à faire sa part pour garantir que l’accord continue à être pleinement mis en œuvre, dans l’intérêt de notre sécurité collective. »

« Permettez-moi de conclure avec un message aux citoyens et dirigeants iraniens. Pour chacun d’entre eux : Ne laissez personne démanteler cet accord. C’est l’une des plus grandes réussites que la diplomatie n’ait jamais connu, et nous avons construit cela ensemble. C’est la démonstration que des solutions « gagnant-gagnant » sont possibles, à travers le dialogue, l’engagement et la persévérance. C’est la démonstration qu’un terrain d’entente peut être trouvé, même lorsque les positions et les intérêts semblent diverger. Ce respect peut être un langage universel. »

L’UE déclare les ‘progrès accomplis’ sur migration illégale

La Commission européenne et la haute représentante Federica Mogherini présentent les progrès accomplis au regard du cadre de partenariat pour les migrations et de la mise en œuvre des mesures ayant pour objet d’améliorer la situation le long de la route de la Méditerranée centrale, conformément au plan d’action concernant des mesures visant à soutenir l’Italie. (Image: Rome, Italie)

Le cadre de partenariat pour les migrations a été lancé en juin 2016 pour faire de l’intensification de la coopération avec les pays d’origine et de transit en Afrique une priorité.

 

Les actions le long de la route de la Méditerranée centrale ont encore été renforcées depuis l’adoption de la communication conjointe sur la route de la Méditerranée centrale, en janvier, et de la déclaration de Malte, en février 2017. Les mesures prises visent à sauver des vies le long des routes migratoires, à renforcer la protection des migrants et des réfugiés, à accroître la résilience des communautés d’accueil et à lutter contre les causes profondes de la migration.

Un sommet sur l’immigration illégale

Un sommet sur l’immigration s’ouvre ce lundi, 28.08.2017, après-midi à l’Elysée.

 

Le président Macron recevra ses homologues tchadien, Idriss Déby, et nigérien, Mahamadou Issoufou. Invités également, la chancelière allemande Angel Merkel, la chef de la diplomatie européenne Frédérica Moghérini, le président du conseil italien Paolo Gentiloni, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy ainsi que le chef du gouvernement d’Union nationale de Libye, Fayez Al Sarraj.

Un sommet qui intervient alors que cet été, Emmanuel Macron a souhaité la création de hotspots en Afrique, des centres d’enregistrement des demandeurs d’asile pour limiter les flux migratoires illégaux, les morts en méditerranées et les détentions inhumaines de migrants en Libye.

 

La prospérité de l’Arctique

La haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et la Commission européenne ont adopté ce jour une proposition qui servira de base aux actions de l’Union européenne (UE) dans la région de l’Arctique. L’UE intensifiera ses activités et son engagement présents dans la région au moyen de 39 actions axées sur le changement climatique, la protection de l’environnement, le développement durable et la coopération internationale. Ces domaines prioritaires reflètent l’importance particulière accordée à la recherche, à la science et à l’innovation.

Mme Federica Mogherini, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, s’est exprimée en ces termes: «La sûreté, la viabilité et la prospérité de l’Arctique ne sont pas seulement dans l’intérêt de ses 4 millions d’habitants, de notre Union européenne et du monde entier. Cette région revêt pour nous tous une importance cruciale à la fois sur le plan environnemental, social et économique. Les mesures qui ont été adoptées aujourd’hui soulignent notre engagement vis-à-vis de cette région et des peuples qui y vivent, et notre détermination à ce que l’Arctique reste un modèle de coopération internationale constructive. Car l’Arctique joue aussi un rôle essentiel dans la sécurité régionale et mondiale, et constitue une composante stratégique de notre politique extérieure.»

«Nous agissons sur l’Arctique et l’Arctique agit sur nous. Les conditions météorologiques mondiales, les écosystèmes et la biodiversité locale subissent tous l’influence de l’Arctique. Alors que la tendance au développement humain est inévitable, il nous appartient de faire en sorte que celui-ci prenne une forme durable. Cela doit se faire dans le plein respect des modes de vie des habitants de la région, en protégeant sa ressource la plus précieuse, à savoir l’environnement.» – M. Karmenu Vella, commissaire européen chargé de l’environnement, des affaires maritimes et de la pêche, a quant à lui déclaré.

La communication conjointe tient compte de la législation européenne existante, notamment en ce qui concerne l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, ainsi que des activités et projets de l’Union, en cours et à venir. Elle prolonge et complète aussi les politiques des États membres de l’Union sur l’Arctique. Les actions proposées doivent à présent être examinées par les États membres au sein du Conseil et par le Parlement européen.

Congo: vers la voie pacifique

congo-children

D’accord de la République Démocratique du Congo  (RDC) « devrait ouvrir la voie à une transition consensuelle et pacifique », selon la Déclaration de la Haute représentante Federica Mogherini et du Commissaire pour la coopération internationale et le développement Neven Mimica sur la conclusion d’un accord politique à Kinshasa trouvé à 31 décembre 2016.

« Le véritable intérêt de la nation congolaise est de consolider la démocratie dans la paix. Pendant la période de transition, les institutions de l’état tireront leur légitimité à la fois de leur inclusivité et de leur capacité de mettre en œuvre l’accord dans toutes ses composantes, de bonne foi et dans le plein respect de la Constitution et de la résolution 2277 du Conseil de sécurité de l’ONU, en vue de la tenue d’élections en 2017 ».

« L’accord doit permettre rapidement le plein respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales: trop de victimes et d’arrestations arbitraires ont été constatées ces dernières semaines ».

Les acteurs Européennes ont souligné le rôle de la persévérance de la Conférence épiscopale du Congo d’un engagement constructif des principales forces politiques du pays.

(Source: EEAS)