Archives des étiquettes : export

L’UE protègera exportateurs de vins français aux Etats-Unis

L’Union européenne (UE) se montrera solidaire de la France et n’hésitera pas à riposter si les Etats-Unis devaient alourdir les droits de douane sur certains produits français, dont le vin, a prévenu samedi le président du Conseil européen Donald Tusk.

Le président américain, Donald Trump, a plusieurs fois menacé de prendre des mesures de rétorsion après l’adoption, en France, d’une taxe sur les géants du numérique (GAFA), américains pour la plupart. Il a cité en premier lieu les vins français, qui pourraient être taxés “comme jamais ils ne l’ont été auparavant”.

Je protégerai le vin français avec une véritable détermination”, a répliqué Donald Tusk (UE) lors d’une conférence de presse à Biarritz, où s’ouvre le sommet du G7, en présence d’Emmanuel Macron et de Donald Trump, notamment.

 

Croissance d’export de cognac

Les ventes de cognac, tirées par la demande des États-Unis , ont connu une cinquième année consécutive de croissance, tant en valeur (+6,9%) qu’en volume (+2,5%), a annoncé le 19 août le Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC).

L’eau-de-vie charentaise s’écoule à 98% à l’export, la France ne représentant que le cinquième marché.

Au total 211,1 millions de bouteilles ont été vendues pour un chiffre d’affaires de €3,4 milliards durant la campagne 2018-2019, selon l’organisme interprofessionnel (BNIC), qui se vante d’avoir “largement” contribué à l’excédent commercial des vins et spiritueux.

Avec un quart de la valeur totale des vins et spiritueux français à l’export, le cognac “se place en tête des grandes appellations”, a souligné le BNIC.

 

Ventes de champagne sont tombées

Pénalisées par un nouveau recul en France et au Royaume-Uni, les ventes de champagne sont tombées en 2018 à leur plus bas niveau depuis 2004 en nombre de bouteilles expédiées depuis les caves.

Pour la première fois depuis cent ans, les volumes vendus en France ont été inférieurs à ceux commercialisés à l’exportation.

La baisse en volume devient un peu inquiétante, le recul en France et au Royaume-Uni n’étant pas compensé par la hausse du grand export”, a dit Jean-Marie Barillère, coprésident du CIVC.

L’appellation, qui a vendu 301,9 millions de bouteilles l’an dernier, un chiffre en baisse de 1,8%, est toutefois parvenue à stabiliser son chiffre d’affaires au niveau record de 4,9 milliards d’euros (+0,3%) atteint en 2017, selon les chiffres publiés dimanche par le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).

Pour la première fois depuis cent ans, les volumes vendus en France ont été inférieurs à ceux commercialisés à l’exportation.

Dans l’Hexagone, les ventes ont poursuivi leur glissade dans un environnement économique peu porteur et plombé en fin d’année par le mouvement des Gilets jaunes.

Champagne à risque du changement climatique

En France, le prix moyen d’une bouteille de champagne dépasse 20 euros. C’est une somme qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Mais il y a des raisons à ce prix, selon Le Monde. D’abord, le champagne, c’est compliqué à faire. Mais d’autres facteurs moins connus font monter le tarif de la bouteille. Comme, par exemple, une entente des producteurs pour un prix d’achat du raisin à la hausse.

champagne stock

De leur côté, les grandes surfaces cassent les prix de ce produit d’exception. Cette pratique inquiète d’ailleurs la filière champagne. En effet, avec un champagne à prix bas, il y a le risque de ternir l’image d’une boisson assimilée au luxe et à la fête.

champagne exportLe changement de climat pourrait dénaturer la vigne: les raisins sont beaucoup plus sucrés et moins acides à cause des fortes chaleurs, a précisé Thibault Le Mailloux, directeur de la communication du Comité interprofessionnel du vin de Champagne.

Et les changements climatiques entraînent également des fortes pluies, de la grêle et des gelées soudaines, ce qui détruit une partie des récoltes. Et tous ces facteurs mis ensemble, ça ne donne pas grand chose de bon. Le Comité prévoit un manque de champagne ainsi qu’une hausse des prix de la part des viticulteurs pour pouvoir survivre. Et c’est précisément là que Thibault Le Mailloux ne veut pas en arriver.