Archives des étiquettes : EU

G5 Sahel demande d’annulation de la dette

Le Président du Conseil européen, SEM Charles Michel et le Président en exercice du G5 Sahel, SEM Mohamed Cheikh El Ghazouani, ont co-présidé aujourd’hui, 28 avril 2020, une visioconférence avec l’ensemble des Chefs d’État du G5 Sahel, la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, et le Haut Représentant de l’UE Josep Borrell, en présence de la Vice-Secrétaire Générale des Nations unies et du Président de la Commission de l’Union africaine.

Lors de cette visioconférence, les dirigeants ont adopté une Déclaration conjointe des membres du Conseil européen avec les États membres du G5 Sahel. Les dirigeants ont convenu de poursuivre les efforts conjoints afin d’élargir la Coalition pour le Sahel à d’autres partenaires internationaux.

Au vu de la gravité de la situation dans les pays du G5 Sahel ainsi que leur vulnérabilité face à la propagation du COVID-19, les co-Présidents ont souligné l’urgence d’une solidarité effective de la communauté internationale afin d’apporter une réponse efficace et durable à la pandémie du COVID-19 dans le monde, en Afrique et dans le Sahel en particulier, notamment pour limiter l’impact sanitaire et économique de cette crise.

À cet égard, les co-Présidents ont tenu à rappeler la Déclaration commune des membres du Conseil européen du 26 mars 2020 et ont souligné l’attachement de l’Union européenne à la coopération internationale et à des solutions multilatérales pour lutter contre la pandémie et ses conséquences. Le Président du Conseil européen a rappelé que l’Union européenne mettra tout en œuvre pour aider les pays et les communautés à faire face à la crise du COVID-19, notamment pour atténuer les incidences socioéconomiques négatives de la crise ainsi que pour renforcer la viabilité des chaînes de valeur et d’approvisionnement intégrées mondiales afin de les adapter au besoin et pour atténuer les incidences socioéconomiques négatives de la crise.

Les co-Présidents ont salué l’appel lancé par plusieurs dirigeants africains et européens le 15 avril 2020 – « Only a victory in Africa can end the pandemic everywhere ».

Les co-Présidents ont salué la Déclaration du Sommet extraordinaire du G5 Sahel tenu le 27 avril 2020, consacré à la pandémie de COVID-19 dans l’espace du G5 Sahel. Ils ont pris note de la sollicitation par le G5 Sahel de la communauté internationale à prendre en compte les demandes du G5 Sahel pour faire face à la crise du COVID-19. Ils se sont engagés à en informer les membres du Conseil européen, ainsi que les partenaires internationaux, en vue de d’examiner les demandes des pays africains pour l’annulation pure et simple de la dette africaine, en réponse aux conséquences de cette pandémie sens précédent.

Les co-Présidents appellent la communauté internationale à poursuivre les efforts afin soutenir les pays du G5 Sahel dans leurs efforts afin de combattre les conséquences du COVID-19.

Le Président en exercice du G5 Sahel à tenu à exprimer son appréciation pour la réponse de l’Union européenne à la dimension internationale de cette crise globale sans précédent. Il a salué la mémoire des milliers de victimes du COVID-19 de ces dernières semaines.

Les co-Présidents ont convenu qu’une rencontre de suivi, sous forme de visioconférence, sera organisée endéans les trois mois.

Michel propose tax sur plastiques

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a proposé qu’une nouvelle taxe sur les plastiques non recyclés et qu’une part des recettes des marchés européens du carbone viennent abonder le budget de l’Union européenne pour la période 2021-2027, selon de hauts fonctionnaires européens. (Image: archive)

Tourjours délicates, les négociations autour du budget pluriannuel du bloc sont cette fois-ci encore plus tendues, en raison du départ fin janvier du Royaume-Uni, deuxième contributeur net au budget communautaire derrière l’Allemagne, et du risque de récession.

Charles Michel a proposé que le budget 2021-2027 de l’UE s’établisse à 1,074% du revenu national brut (RNB) des Etats membres – c’est-à-dire la richesse qu’ils produisent chaque année – ont déclaré de hauts fonctionnaires européens.

Cette proposition, qui correspond à un montant de 1.095 milliards d’euros pour l’ensemble la période concernée, a été soumise à l’occasion de la présentation du “cadre de négociation”, le document qui servira de base aux intenses tractations entre les dirigeants des Vingt-Sept lors du Conseil européen extraordinaire du 20 février sur le budget.

Estonie: la société numérique européenne

À compter du 1er juillet, l’Estonie exercera la présidence du Conseil de l’Union européenne pour six mois. Nous avons rencontré les six députés estoniens siégeant au Parlement européen. Une économie ouverte et innovante, une Europe sûre et protégée, une Europe numérique et la libre circulation des données ainsi qu’une Europe durable et ouverte à tous : voici les quatre priorités de la future présidence estonienne.

 

Pour Tunne Kelam, député démocrate-chrétien estonien, il sera essentiel de « créer une approche commune en matière de sécurité et de défense, surmonter les incertitudes et les hésitations lorsqu’il s’agira d’évaluer les agressions de la part de la Russie et travailler à une politique de voisinage avec l’Est ».« Le développement de la société numérique sera l’une des priorités de la présidence estonienne », explique la députée démocrate socialiste Marju Lauristin. « Notre pays est souvent qualifié de leader en la matière, et nous avons donc pour obligation de finaliser autant de dossiers sur le sujet que possible ».

Yana Toom, députée libérale, espère quant à elle que cette présidence contribuera à promouvoir l’utilisation transfrontalière des services publics numériques. « Notre système d’administration électronique est reconnu dans le monde entier », souligne-t-elle avant de rappeler que le développement du commerce transfrontalier en ligne ainsi que les négociations sur la directive liée aux services de médias audiovisuels occuperont également une part importante de l’agenda.

« La question de est sans conteste notre plus grand chantier autant que notre meilleur atout. Les attentes pour la présidence estonienne sont donc très élevées. De nombreuses législations liées au marché unique numérique atteindront les dernières phases de négociations au cours des prochains mois », explique quant à elle la députée libérale Kaja Kallas.

Pour Urmas Paet, député libéral, les grandes priorités de cette présidence seront la défense, l’Europe numérique, la libre circulation des données et les négociations liées au Brexit. « En tant que député rapporteur sur l’Union de la défense, il est particulièrement important pour moi que l’Estonie s’engage pour une Europe qui accorde davantage d’importance à sa sécurité », déclare-t-il.

« Lorsque le représentant spécial de l’Estonie auprès des institutions européennes Matti Maasikas a présenté les priorités de cette présidence aux Présidents des commissions, il a déclaré : « Nous aimons sous-promettre mais sur-atteindre des résultats ». Je partage cette approche et pense que l’Estonie a les capacités de se poser en acteur rationnel de compromis », souligne Indrek Tarand, député du groupe des Verts / Alliance libre européenne.

Fonds de solidarité avec l’Italie: 1,2 milliard d’euros

La Commission européenne propose de mobiliser le Fonds de solidarité de l’Union européenne à hauteur de 1,2 milliard d’euros, à la suite des séismes qui ont frappé les régions italiennes des Abruzzes, du Latium, des Marches et de l’Ombrie en 2016 et 2017; il s’agit de la somme la plus élevée jamais mobilisée en une seule fois.

« Nous n’avons pas oublié. Pour sa résilience, son courage inébranlable et sa détermination à aller de l’avant, la population italienne mérite toute notre admiration. Nous avions promis de ne pas laisser l’Italie affronter seule cette tragédie et nous honorons cet engagement. L’Union soutiendra la reconstruction dans les quatre régions touchées et contribuera au financement de la restauration de la Basilique de San Benedetto à Norcia. Nous allons travailler main dans la main avec le gouvernement et les autorités locales pour que les habitants de ces régions puissent tourner la page de ce chapitre douloureux et se construire un nouvel avenir, » – le président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, s’est exprimé en ces termes.

Culture-capitale: Aarhus et Paphos

Capture

De janvier 2017 Aarhus et Paphos se verront décerner le titre de capitale européenne de la culture. Le programme culturel débutera officiellement le 21 janvier à Aarhus.

La cérémonie d’ouverture de Paphos 2017 se tiendra le 28 janvier en présence de Christos Stylianides, commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, et de Nicos Anastasiades. Les deux villes ont élaboré des programmes qui reflètent leur culture séculaire tout en utilisant différentes formes artistiques pour surmonter les problèmes socioéconomiques auxquels l’Europe est aujourd’hui confrontée.

Aarhus 2017 a pour thème central «Rethink» (Repenser). La ville danoise montrera comment les arts, la culture et le secteur créatif peuvent nous aider à repenser et à façonner nos modèles comportementaux de base sur les plans social, urbain, culturel et économique et à trouver de nouvelles solutions aux défis communs. Une saga viking interprétée depuis un toit, une exposition d’art s’étendant à travers la ville et le long du littoral, un «forum mondial de la créativité » et un festival international de la littérature pour enfants; ce ne sont là que quelques exemples des nombreuses manifestations qui jetteront des passerelles entre le passé et des idées créatives pour le présent et l’avenir.

Aarhus 2017 lancera son programme culturel en plaçant les enfants au cœur des célébrations. Des centaines d’enfants originaires de la région du Jutland central se réuniront à Aarhus pour imaginer l’avenir dans une série d’événements intitulés «Le pays des souhaits». Lorsque la nuit tombera sur la cérémonie d’ouverture, un spectacle haut en couleur mêlant paganisme, esprits vikings et divinités célestes marquera l’ouverture d’«Aarhus 2017, capitale européenne de la culture».

La cérémonie d’ouverture de Paphos 2017 s’inspire d’un des thèmes du programme culturel de l’année: «Mythe et religion».Un spectacle unique, alliant musique et danse, insufflera une vie nouvelle au mythe de Pygmalion et Galatée ainsi qu’à d’autres récits tirés de l’histoire de Paphos. Au cours du week-end inaugural des 28 et 29 janvier, la ville deviendra une «usine en plein air» où seront donnés de nombreux spectacles et des représentations artistiques.

(Source: La Commission Européenne)

Illustration: Aarhus ville

EU-Suisse: Viva ERASMUS!

univer-zurich

Les négociations sur sa participation de la Suisse au programme ‘ERASMUS’ pourront reprendre à partir de début de 2017.

Erasmus est le programme de l’UE pour l’enseignement tertiaire, souvent présenté comme le programme d’échange des étudiants. Lorsqu’il a été créé en 1987, il s’adressait en effet exclusivement aux étudiants.

À l’heure actuelle, le programme est également destiné aux personnels des établissements d’enseignement supérieur : ils bénéficient de possibilités de séjours à l’étranger, ce qui favorise les collaborations au niveau européen.

« Les autorités suisses et les institutions européennes n’ont pas ménagé leurs efforts afin d’aboutir à une solution concertée qui soit en mesure de garantir la pleine intégrité de l’un de nos principes fondateurs: la libre circulation des personnes, – le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a souligné= -La Commission suivra étroitement la mise en œuvre de cette solution ».

« L’année 2017 pourrait constituer une étape charnière dans l’approfondissement des relations entre l’Union européenne et la Suisse, ceci en vue de promouvoir toujours plus la vitalité de notre espace de liberté, de toutes les libertés, au bénéfice de l’ensemble de nos citoyens« .

Suite au vote du Parlement suisse concernant la loi fédérale sur les étrangers du 16 décembre 2016 et suite à la réunion du comité conjoint UE-Suisse la fin de décembre, la Commission salue les progrès des relations bilatérales entre l’Union européenne et la Suisse dans plusieurs domaines. Le Président Juncker exprime l’espoir que l’année 2017 pourra être une année charnière pour l’approfondissement des relations bilatérales.

(Source: Commisson Européenne)

Illustration: ETH Zurich: Université Einstein