Archives des étiquettes : Estonie

e-Résident d’Estonie – un statut unique au monde

La petite république d’Estonie, hyper-connectée, dispose d’un service et un statut d’e-résident unique au monde. Il permet, sans intermédiaire physique, de lancer et de gérer son entreprise de n’importe où sur la planète.

Etat « petit poucet » membre de l’UE, l’Estonie, capitale Tallinn, propose un statut d’e-résident ouvert à tous les entrepreneurs de la planète. Les démarches sont relativement simples et le coût de 100 euros. Plus de 24.000 demandes en provenance de 143 pays ont été enregistrées depuis le début de cette année. 3.995 e-compagnies ont été créées à ce jour.

 

Le statut d’e-résident permet de créer son entreprise dans un pays digitalisé où les impôts figurent parmi les plus bas du monde. Grâce à l’accès qu’il permet au système bancaire européen, ce statut permet à tous de commercer partout. L’initiative est aussi présentée comme entrant dans le cadre d’une initiative des Nations unies pour favoriser les échanges, notamment des pays du sud vers ceux du nord.

Le statut de résidence digitale permet d’obtenir une identité digitale européenne qui a une valeur légale sur le plan du business mais ne constitue ni un titre de séjour ni un titre de voyage. Une fois le statut obtenu et l’ID digitale qui va avec, un logiciel avec un double PIN est fourni pour compléter sa création d’entreprise. Ses promoteurs vantent ses coûts minimaux, 100 euros, et son niveau de paperasserie administrative inexistant.

L’ensemble est d’une simplicité confondante. L’E-résident ID permet d’abord et avant tout de créer un business et de le diriger de partout sur la planète. Sur le site www.eesti.ee , toutes les informations sur le business digital, comment obtenir une adresse légale pour son entreprise, les services bancaires ou la fiscalité du pays sont disponibles en anglais.

Estonie: la société numérique européenne

À compter du 1er juillet, l’Estonie exercera la présidence du Conseil de l’Union européenne pour six mois. Nous avons rencontré les six députés estoniens siégeant au Parlement européen. Une économie ouverte et innovante, une Europe sûre et protégée, une Europe numérique et la libre circulation des données ainsi qu’une Europe durable et ouverte à tous : voici les quatre priorités de la future présidence estonienne.

 

Pour Tunne Kelam, député démocrate-chrétien estonien, il sera essentiel de « créer une approche commune en matière de sécurité et de défense, surmonter les incertitudes et les hésitations lorsqu’il s’agira d’évaluer les agressions de la part de la Russie et travailler à une politique de voisinage avec l’Est ».« Le développement de la société numérique sera l’une des priorités de la présidence estonienne », explique la députée démocrate socialiste Marju Lauristin. « Notre pays est souvent qualifié de leader en la matière, et nous avons donc pour obligation de finaliser autant de dossiers sur le sujet que possible ».

Yana Toom, députée libérale, espère quant à elle que cette présidence contribuera à promouvoir l’utilisation transfrontalière des services publics numériques. « Notre système d’administration électronique est reconnu dans le monde entier », souligne-t-elle avant de rappeler que le développement du commerce transfrontalier en ligne ainsi que les négociations sur la directive liée aux services de médias audiovisuels occuperont également une part importante de l’agenda.

« La question de est sans conteste notre plus grand chantier autant que notre meilleur atout. Les attentes pour la présidence estonienne sont donc très élevées. De nombreuses législations liées au marché unique numérique atteindront les dernières phases de négociations au cours des prochains mois », explique quant à elle la députée libérale Kaja Kallas.

Pour Urmas Paet, député libéral, les grandes priorités de cette présidence seront la défense, l’Europe numérique, la libre circulation des données et les négociations liées au Brexit. « En tant que député rapporteur sur l’Union de la défense, il est particulièrement important pour moi que l’Estonie s’engage pour une Europe qui accorde davantage d’importance à sa sécurité », déclare-t-il.

« Lorsque le représentant spécial de l’Estonie auprès des institutions européennes Matti Maasikas a présenté les priorités de cette présidence aux Présidents des commissions, il a déclaré : « Nous aimons sous-promettre mais sur-atteindre des résultats ». Je partage cette approche et pense que l’Estonie a les capacités de se poser en acteur rationnel de compromis », souligne Indrek Tarand, député du groupe des Verts / Alliance libre européenne.