Archives des étiquettes : église

Paris: un incendie de l’église orthodox Russe

L’église orthodoxe Saint-Séraphin de Sarov, située dans le XVe arrondissement de Paris, a été ravagée dimanche 17 avril par un incendie. Un événement qui intervient alors que les orthodoxes entrent dans la Semaine sainte.

L’intérieur de l’église Saint-Séraphin-de-Sarov, tout petit bâtiment en bois dans le XVe arrondissement de la capitale, « a été entièrement détruit par le feu » dans l’après-midi, sans faire de victimes, ont précisé les pompiers. Trois personnes présentes ont donné l’alerte.

De la petite église orthodoxe russe Saint-Séraphin-de-Sarov, située au 91, rue Lecourbe dans le XVe arrondissement de Paris, il ne reste que les murs de béton plaqués en bois de cèdre rouge du Canada, le toit et les deux coupoles bleues. L’incendie qui s’est déclaré dimanche 17 avril vers 16h a ravagé tout le reste du sanctuaire. Si l’incendie n’a pas fait de victime, l’intérieur de l’édifice, lui, a été entièrement détruit par le feu. La thèse accidentelle est pour l’heure privilégiée par la police et une enquête est en cours.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, plusieurs lieux associés à la Russie ont été visés par des actes de vandalisme.

«Bien que cette piste ait traversé notre esprit, nous préférons ne rien avancer et attendre les résultats de l’enquête », explique à Aleteia Nicolas Cernokrak, le recteur de la paroisse. Il exclut par ailleurs le fait que des cierges laissés sans surveillance par des fidèles puissent être à l’origine de l’incendie, comme le supposait une source policière interrogé par l’AFP dimanche.

« J’exprime toute ma solidarité aux fidèles de l’église orthodoxe Saint-Séraphin-de-Sarov », a tweeté dans la soirée le ministre de l’Intérieur, également chargé des cultes, Gérald Darmanin, sans autre commentaire.

Contrairement aux catholiques, les orthodoxes ne fêtent pas Pâques le week-end des 16 et 17 avril, mais les 23 et 24, en vertu du calendrier julien.

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, plusieurs lieux associés à la Russie ont été visés par des actes de vandalisme.

L’origine de l’incendie n’était pas connue dimanche, ont indiqué les pompiers qui ont sollicité le laboratoire de la Préfecture de police pour enquêter.

Lyon: un prêtre orthodoxe blessé

Un prêtre orthodoxe a été blessé par balle à Lyon (Rhône) samedi, le 31 octobre, devant son église et son agresseur présumé est en fuite, a-t-on appris de source policière. Vers 19h, un suspect est arrêté dans le 3e arrondissement. L’homme aurait été reconnu par des pompiers alors qu’il se trouvait dans un kebab, rue Baraban.

Le prêtre Nikolaos Kakavelaki, était en train de fermer les portes de l’église vers 16h00 (15h00 GMT) lorsqu’il a été visé par deux coups de feu, a-t-on précisé de même source, ajoutant qu’il était soigné sur place et que son pronostic vital était engagé.

La victime, de nationalité grecque, a déclaré aux secours qu’il ne connaissait pas son agresseur, a-t-on également précisé.

Le ministère de l’Intérieur a fait état d’une intervention des forces de sécurité dans le 7ème arrondissement de Lyon, en appelant la population à éviter le secteur Jean-Macé, où un périmètre de sécurité a été installé.

Le ministère de l’Intérieur a activé une cellule de crise, a annoncé le Premier ministre, Jean Castex, en déplacement samedi, le 31 octobre, à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine Maritime), où un prêtre catholique avait été assassiné dans son église en 2016.

Annonçant qu’il rentrait en urgence à Paris, Jean Castex a affirmé “l’entière détermination du gouvernement et de la République pour permettre à tous et à chacun de pratiquer son culte en toute sécurité et en toute liberté”.

L’attaque de Lyon intervient deux jours après qu’un Tunisien de 20 ans a tué trois personnes dans la basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice, et deux semaines après l’assassinat, à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par un Russe d’origine tchétchène de 18 ans d’un professeur d’histoire-géographie qui avait fait quelques jours avant un cours sur la liberté d’expression lors duquel il avait montré une caricature de Mahomet.

Le gouvernement a relevé jeudi, le 29 octobre, après l’attaque de Nice, le niveau d’alerte du dispositif Vigipirate au niveau “urgence attentat” dans toute la France et annoncé le renforcement de la protection des lieux de culte. Les effectifs du dispositif Sentinelle doivent notamment être portés de 3.000 à 7.000 hommes.

Nantes: Castex à la cathédrale

Un important incendie s’est déclaré le 18 juillet à la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes (Loire-Atlantique) avant d’être circonscrit en fin de matinée et une enquête a été ouverte pour “incendie volontaire”, a annoncé le procureur de la République, Pierre Sennès.
https://twitter.com/dupontaignan/status/1284424377916850176?s=21
“On fait le constat de trois départs de feu, ce constat nous amène à ouvrir une enquête pour incendie volontaire, investigations qui sont confiées au service régional de police judiciaire”, a déclaré le magistrat tout en précisant qu’il était encore trop tôt pour tirer la moindre conclusion.

Les pompiers “ont été confrontés à un violent incendie au niveau de l’orgue situé derrière la rosace” vers 07h45, a précisé devant la presse le Général Laurent Ferlay qui dirige les opérations.

“Je vous confirme que nous ne sommes pas dans un scénario ‘Notre-Dame-de-Paris’”, a-t-il ajouté, précisant qu’une centaine de soldats du feu ont été mobilisés pour l’opération. L’incendie, qui a totalement détruit le grand orgue de la cathédrale et plusieurs vitraux centenaires, est circonscrit mais pas encore éteint, ont dit les autorités.

Le Premier ministre Jean Castex s’est rendu ce samedi le 18 juillet à Nantes en compagnie de Roselyne Bachelot, ministre de la culture, et Gérald Darmanin, son homologue au ministère de l’Intérieur.

“Je vais m’y rendre en début d’après-midi (…) parce que je veux savoir ce qui s’est passé, je veux d’abord manifester ma solidarité avec la population nantaise et me rendre compte sur place”, avait-il dit auparavant à des journalistes.

Rassemblements religieux réglementés

Les musulmans, qui représentent 9% de la population de France, célèbrent ce week-end l’Aïd al-Fitr qui marque la fin du Ramadan.

Le ministère a déclaré s’attendre à une reprise des cultes dès le mois de juin, précisant que dans certains cas, des groupes religieux pourraient se rassembler dès la publication des nouvelles règles qui aura lieu dans “les heures qui viennent”.

Le ministère a annoncé le 22 mai qu’il publierait un décret précisant les nouvelles réglementations relatives aux rassemblements religieux.

En vertu du décret, les rassemblements religieux devraient respecter certaines conditions, notamment le port de masques, une distance d’au moins un mètre entre les fidèles et le lavage des mains, a déclaré le ministère dans un communiqué.