Archives des étiquettes : égalité

Zemmour: «la voile n’est pas la France» 

Invité sur le plateau de CNews le 30 octobre, Éric Zemmour a déclaré que le voile n’était pas la France. Le polémiste a critiqué les récents propos du Président français sur cet habit musulman.

Éric Zemmour estime que «le voile, ce n’est pas la France». Lors de
l’émission Face à l’Info de ce 30 octobre, le polémiste a commenté les récentes déclarations d’Emmanuel Macron au sujet du port du voile.

Le Président de la République avait récemment accordé un entretien à l’hebdomadaire Valeurs actuelles, dans lequel il dénonçait notamment l’humiliation qu’a subie l’accompagnatrice scolaire sommée d’enlever son voile au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

Femmes voilées comme «sorcières d’Halloween»

*Injurieuses, racistes» et «qui outrepassent la liberté d’expression des parlementaires», les paroles de Jean-Louis Masson comparant les femmes voilées aux sorcières d’Halloween a fait réagir le vice-président du Sénat, David Assouline. Il compte saisir le bureau du Sénat, pouvant ainsi mener à des sanctions.

Les 26 membres du bureau du Sénat, présidé par Gérard Larcher (LR), examineront ainsi les propos de Jean-Louis Masson en novembre. Suite à cela, ce dernier risque des sanctions disciplinaires qui vont d’un simple rappel à l’ordre à l’exclusion temporaire, toujours selon la même source. Et de préciser que cette instance sénatoriale pourrait prendre en compte les anciennes interventions de Jean-Louis Masson, qui en 2015 avait assimilé «l’immigration d’aujourd’hui» aux «terroristes de demain».

Le vice-président socialiste du Sénat, David Assouline, a fustigé la comparaison entre les femmes voilées et les sorcières d’Halloween, faite par le sénateur Jean-Louis Masson, du micro-parti Démocratie et république. Le 30 octobre dans une déclaration transmise en exclusivité au Parisien, pointé le racisme émanant des propos de l’homme politique:

« Je saisirai le bureau du Sénat le 6 novembre [lors de la prochaine session, ndlr] à propos des paroles du sénateur Masson […] que j’estime injurieuses, racistes et incitatrices à la haine, et qui outrepassent la liberté d’expression des parlementaires à laquelle je suis particulièrement attaché ».

L’égalité entre les femmes et les hommes

Emmanuel Macron a lancé samedi la “grande cause nationale” de son quinquennat consacrée à l’égalité entre les femmes et les hommes, en énumérant une série de mesures contre les violences sexistes et sexuelles, au coeur selon lui d’un “combat culturel”.

Lors de son premier discours sur le sujet depuis la déflagration de l’affaire Harvey Weinstein, du nom d’un magnat d’Hollywood accusé par des dizaines de femmes, le chef de l’Etat français a estimé que la honte devait “changer de camp”.

“Au creux de notre quotidien s’est lovée une forme de barbarie qu’on a voulu taire”, a-t-il déclaré, à l’Elysée, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence envers les femmes.

“La France ne doit plus être un de ces pays où les femmes ont peur”, a-t-il ajouté.

En 2016, 123 femmes sont mortes en France sous les coups de leur compagnon ou de leur ex-compagnon.

Cette grande cause nationale, promesse de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, doit s’étaler sur la durée du quinquennat avec, chaque année, la mise en exergue d’un thème particulier.