Archives des étiquettes : Edouard Philippe

François de Rugy un homme « blanchi »

François de Rugy a été dédouané une semaine après sa démission, des accusations de dépenses excessives lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale et ministre de la Transition écologique par deux enquêtes distinctes qui concluent – dans l’ensemble – à l’absence d’irrégularités. (Image: illustration).

“Je me présente devant vous ce soir en homme blanchi,(…) en honnête homme”, a réagi l’ex-ministre dans le cadre du journal de 20 heures de France 2.

“Il n’y aurait jamais dû y avoir d’affaire De Rugy, en revanche aujourd’hui, c’est sûr, il y a une affaire Mediapart. Cette affaire se réglera au tribunal”, a-t-il dit alors qu’au même moment, le site diffusait de “nouveaux éléments” attestant selon lui d’un mélange des genres.

Les premiers articles publiés par Mediapart faisaient état d’une dizaine de dîners à l’Hôtel de Lassay, résidence de fonction du président de l’Assemblée nationale, organisés avec les moyens mis alors à sa disposition alors même que “l’essentiel” des convives, selon le site, appartenaient au cercle amical de François de Rugy et de son épouse. Ce qu’il martèle dans un nouvel article publié mardi soir.

Lors de l’une de ces réceptions, des homards ont été servis aux invités, avec à l’appui une photo qui a inspiré un flot de railleries sur les réseaux sociaux. Mediapart a par la suite évoqué des “travaux de confort” réalisés dans son appartement au ministère de la Transition écologique pour un montant total de €63.000, dont €17.000 dédiés à un dressing.

Face à la polémique, le Premier ministre Edouard Philippe avait demandé le 11 juillet au secrétariat général du gouvernement (SGG) une inspection sur la régularité de travaux entrepris par l’ancien numéro deux du gouvernement.

 

Dans un rapport rendu public mardi, cette institution dépendant de Matignon valide dans l’ensemble les travaux réalisés dans le logement de l’Hôtel de Roquelaure.

 

Gilets noirs au Panthéon: « honte »au gouvernement

Plusieurs centaines d’ndividues sans-papiers ont occupé le Panthéon, en plein cœur de Paris, le 12 juillet, pour réclamer leur régularisation et un rendez-vous avec le Premier ministre Édouard Philippe. Dans un communiqué, ils se présentent comme «des sans-papiers, des sans-voix, des sans-visages pour la République française» et demandent «papiers et logements pour toutes et tous». «On ne veut plus avoir à négocier avec le ministère de l’Intérieur et ses préfectures. On veut parler au premier ministre Édouard Philippe, maintenant!», insistent-ils.

À l’initiative des collectifs Droits devant et Gilets noirs, quelque 700 sans-papiers et leurs soutiens ont brièvement occupé le Panthéon ce vendredi après-midi. Le monument, où sont inhumés de grands personnages du pays, a été évacué dans le calme et les occupants ont patienté à l’arrière du bâtiment, encadrés par les forces de l’ordre.

Une vidéo diffusée sur Twitter, filmée à l’intérieur, montre un homme hurlant dans un micro: «Hier colonisé, aujourd’hui exploité, demain régularisé!» Tandis que sous la coupole, agitant leurs tracts blancs, les autres scandent  « gilets noirs! », du nom d’un collectif de migrants de la région parisienne.

« Il est INADMISSIBLE de voir des clandestins revendicatifs occuper, en toute impunité, ce haut lieu de la République qu’est le Pantheon », a écrit Marine Le Pen sur son compte Twitter. « En France, le seul avenir d’un clandestin devrait être l’expulsion, car c’est la LOI. »

« Occupation du par des sans-papiers : honte au Gouvernement qui laisse faire cette profanation ! Il ne doit pas céder au chantage. Que les clandestins déboutés du droit d’asile soient expulsés ! La France doit se faire respecte« , a écrit sur son compte Twitter Nicolas Dupont-Aignan.

Roissy: Gilets Noirs dénoncent les expulsions

Une centaine de sans-papiers a manifesté ce dimanche (19/05) après-midi à Roissy-Charles de Gaulle à l’appel du collectif d’aid aux migrants La Chapelle Debout selon une source policière. #GiletsNoirs ont occupé le terminal 2E – qui a dû être évacué – de l’aéroport pour dénoncer la politique d’asile du gouvernement, le traitement des sans-papiers ainsi que les expulsions dont ils font l’objet.

Les sans-papiers réclamaient notamment un entretien avec le président d’Air France Anne Rigail ainsi qu’avec le Premier ministre Édouard Philippe.

« Nous demandons à parler aux responsables d‘Air France pour stopper toute participation financière, matérielle, logistique ou politique aux déportations », a écrit le collectif, ainsi que pour stopper la « politique de représailles » de la compagnie « et/ou de pressions envers le personnel de bord qui refuse d’embarquer une personne menacée de déportation. »

 

 

Acte XVIII: des violences à Paris

Des violences d’une ampleur inédite depuis le mois de décembre ont éclaté à Paris, particulièrement dans le quartier des Champs-Elysées, lors du 18e samedi consécutif de mobilisation des Gilets jaunes.

Parmi ces manifestants, figuraient “quelques milliers de casseurs (qui) sont venus à Paris pour en découdre avec les forces de l’ordre, avec les symboles de l’Etat, avec la propriété privée, avec la démocratie”, a déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe.

En début d’après-midi, le ministère de l’Intérieur a recensé 14.500 participants, soit deux fois plus que le 9 mars à la même heure, dont 10.000 à Paris.

Philippe annonce une visite au Mali

Edouard Philippe se rend au Mali pour une visite de deux jours, l’occasion pour le Premier ministre de réaffirmer le soutien de la France à ce pays allié dans un contexte sécuritaire et politique toujours fragile.

Le message qu’il va porter c’est que la France va rester pleinement solidaire des autorités maliennes dans leur effort de lutte contre le terrorisme”, souligne-t-on à Matignon.

La France appuie par ailleurs “pleinement le mouvement de réconciliation nationale lancé par les autorités, il faut qu’elles continuent de s’engager vigoureusement à la fois dans la mise en vigueur de l’accord d’Alger, dans la réconciliation malienne, le dialogue avec l’opposition et le développement des régions du Nord”, ajoute-t-on.

 

Philippe appelle à nouvelle loi contre les violences

Le gouvernement est favorable à l’adoption d’une nouvelle loi pour sanctionner les participants à des manifestations non déclarées, a annoncé lundi soir  (7.01.2019) Edouard Philippe en réponse aux violences qui ont une nouvelle fois émaillé les défilés des Gilets jaunes Acte VIII samedi dernier.

“Il faut préserver la liberté de manifester en France et il faut sanctionner ceux qui veulent enfreindre ce droit à manifester”, a dit le Premier ministre sur TF1. “C’est la raison pour laquelle le gouvernement est favorable à ce que notre loi soit complétée, à ce qu’une loi nouvelle soit adoptée qui permettra de sanctionner ceux qui ne respectent pas cette obligation de déclaration, ceux qui participeraient à des manifestations qui ne sont pas déclarées”.

Philippe appelle au dialogue

Sous pression depuis les violences inédites de 1er Decembre à Paris, l’exécutif s’apprête à faire volte-face sur la fiscalité des carburants en annonçant une suspension des hausses programmées, première revendication du mouvement des Gilets jaunes, a-t-on appris de source gouvernementale.

Les services du Premier ministre n’ont pas souhaité faire de commentaire sur le moratoire mais ont fait savoir qu’Edouard Philippe, “ferait une déclaration dans la journée”.

Le chef du gouvernement “souhaite d’abord se rendre à la réunion de groupe” des députés de la République en Marche (LaRem), prévue à 10h30 (09h30 GMT) à l’Assemblée nationale, a-t-on précisé.

Selon la source gouvernementale, les modalités et la durée du moratoire sur la hausse de la fiscalité du carbone seront précisées par le Premier ministredans la matinée”.

Les violences qui ont émaillé les manifestations du week-end n’ont pas ébranlé la popularité des Gilets Jaune. Plus de sept Français sur dix (72%) soutiennent le mouvement, selon un sondage Harris Interactive* pour RTL et M6, révélé lundi 3 décembre.

« Entrées précédentes