Archives des étiquettes : DRC

Volcan Nyiragongo: gouvernement critiqué

Après le chaos de l’évacuation ordonnée jeudi, le 27 mai, face au risque d’éruption du volcan Nyiragongo, la ville de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) retrouvait samedi, le 29 mai, un semblant de normalité, le gouvernement défendant sa gestion de la crise face aux critiques. (Image: illustration).

La situation est « grave » mais « sous contrôle » dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), après l’éruption du volcan Nyiragongo et l’évacuation de plusieurs centaines de milliers d’habitants de la ville de Goma, a assuré ce samedi le président Félix Tshisekedi.

Des jours après l’éruption du volcan Nyiragongo, les craintes persistent à Goma et sa périphérie. Les coulées de lave se sont certes arrêtées à la lisière de la ville mais la terre gronde toujours ce mercredi alimentant ainsi l’angoisse des habitants. L’heure est également aux constats des dégats. Le bilan matériel s’annonce lourd et le nombre de morts ne cesse d’augmenter.Retour sur quatre jours d’angoisse.

Selon RSM, l’organisme public en charge de la surveillance sismique au Rwanda voisin, dont la frontière jouxte la ville de Goma, ce séisme était d’une magnitude de 5,1.

C’est aussi l’apparition de deux grosses fissures qui inquiète aujourd’hui. Larges de quelques dizaines de centimètres par endroits, elles ont fracturé le sol dans le centre ville, alimentant ainsi de nouveau la psychose des habitants.

L’une a en effet fendu le sol dans la partie ouest de la ville et s’étend sur plusieurs centaines de mètres, entre le mont Goma, qui marque la limite nord de la ville, jusqu’à l’hôpital général et les rives du lac Kivu.

Gare de Lyon: l’émeute urbaine

Des incidents émaillés de feux de véhicules ont éclaté le 28 février en fin de journée à Paris en marge d’une manifestation interdite d’opposants au concert de la star congolaise Fally Ipupa à Bercy, conduisant à l’évacuation partielle de la Gare de Lyon, a-t-on appris de sources concordantes.

Une grande fumée noire tapissait vers 18 heures le ciel dans l’est parisien, notamment au-dessus de la gare de Lyon où se concentraient une grosse centaine d’opposants politiques congolais ayant bravé l’interdiction de manifester.

Des feux de scooters et de poubelles, repérés sous un pont, ont notamment été à l’origine de l’épaisse fumée noire. La partie souterraine de la gare – donc le métro- a elle été évacuée par mesure de précaution, dans une forte odeur de brûlé. L’incendie a été circonscrit vers 18h30, selon la préfecture de police.

Ces heurts, on les doit aux tensions politiques qui déchirent la République démocrate du Congo. L’artiste Fally Ipupa (42), qui doit donner un concert ce soir dans l’ancien palais omnisports de Bercy, est un soutien assumé du régime en place.

Avec 1,4 million d’abonnés sur YouTube, Fally Ipupa est une star non seulement en RDC mais au-delà des frontières. Il doit se produire ce vendredi à l’AccorHotels Arena pour un concert qui affichait complet.

A 21 heures, 46 personnes avaient été arrêtées et au moins 54 autres verbalisées, selon la préfecture, qui a dénoncé le « comportement scandaleux » de certains manifestants qui ont entravé l’action des pompiers. Le « meneur des incendiaires » fait partie des personnes interpellées, a précisé une source policière.

Kabila ne souhaite pas la réélection

Joseph Kabila, le président de la République démocratique du Congo (RDC), ne sera pas candidat lors de l’élection présidentielle prévue le 23 décembre, a annoncé mercredi le porte-parole de la présidence.

L’annonce faite devant la presse par Lambert Mende met fin à des années de spéculations pour savoir si Kabila allait briguer un troisième mandat malgré la limite fixée à deux par la Constitution.

L’ancien ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, qui a 57 ans, sera le candidat de la coalition au pouvoir lors de la présidentielle, a ajouté le porte-parole.

La décision de choisir Ramazani constitue un défi de la part de Kabila, son ancien ministre de l’Intérieur étant sous le coup de sanctions de l’Union européenne pour violation des droits de l’homme, dont des répressions meurtrières contre des opposants.

Ramazani, flanqué de ses partisans, s’est brièvement adressé aux journalistes après avoir déposé sa candidature, mercredi après-midi, au siège de la Commission électorale nationale dans la capitale Kinshasa.

“(Kabila) avait dit qu’il n’y aurait pas de problème. Il avait dit qu’il ne ferait pas un troisième mandat. Aujourd’hui, il a tenu sa promesse”, a dit Ramazani. “C’est un grand honneur pour moi, et, au fil du temps, nous allons présenter un programme social”.