Archives des étiquettes : Donbass

Rencontre Macron-Putin avant G7

Emmanuel Macron recevra Vladimir Poutine  le 19 août au fort de Brégançon (Var) avec l’objectif d’avancer vers une désescalade des crises ukrainienne (Donbass) et iranienne (JCPOA), cinq jours avant le sommet du G7 à Biarritz auquel le président russe n’est pas invité.

Les chefs d’Etat s’entretiendront également du conflit en Syrie, où la France demande l’arrêt des opérations militaires menées par les forces du président Bachar al Assad, soutenu par Moscou, dans la région d’Idlib, dernière enclave des rebelles.

Emmanuel Macron n’imagine pas dénouer ces crises lors de l’entretien en tête à tête suivi d’un diner élargi mais veut trouver des points d’entente autour d’intérêts communs.

Rien n’est simple, tout est compliqué”, souligne-t-on à l’Elysée. “Ce n’est pas un entretien, quel qu’il soit, et quelle qu’en soit l’intensité, qui permet de régler des problèmes aussi compliqués que ceux de l’Iran, de la Syrie, de l’Ukraine.”

Paris espère que l’appel du président ukrainien, Volodimir Zelenski, à reprendre les négociations pour mettre fin au conflit dans le Donbass sera entendu par Vladimir Poutine.

Les combats entre forces ukrainiennes et séparatistes soutenus par Moscou ont fait environ 13.000 morts depuis 2014.

Elu en avril, Volodimir Zelenski a promis de mettre fin à cette crise. Il a offert de s’entretenir en tête à tête avec Vladimir Poutine et appelé à des discussions au format “Normandie”, qui réunit Ukraine, Russie, France et Allemagne.

Le président Zelenski fait des offres auxquelles il nous semble que le président Poutine devrait répondre de manière encourageante”, dit-on à l’Elysée.

Pour enrayer l’escalade entre Washington et Téhéran et sauver l’accord de 2015 encadrant le programme nucléaire iranien, dénoncé l’an dernier par Donald Trump, Emmanuel Macron veut que Vladimir Poutine presse à ses côtés l’Iran de renoncer à enfreindre ses obligations.

“L’enjeu très immédiat est d’éviter que l’Iran se départisse d’un nombre supplémentaire de ses obligations”, après les écarts décidés ces dernières semaines en réaction aux sanctions commerciales américaines, dit-on à l’Elysée.

Il faut ensuite casser la situation actuelle, qui voit “les Iraniens opposer une politique de résistance maximale à la pression maximale exercée par les Etats-Unis”, en ouvrant la voie à une négociation, ajoute-t-on.

Alors que l’Iran, dont les exportations de pétrole se sont effondrées, enjoint les Européens de lui apporter le soutien économique que leur promettait l’accord de 2015, Paris souligne que le mécanisme Instex, conçu pour continuer à commercer malgré les sanctions, est prêt mais que le dispositif miroir nécessaire côté iranien ne l’est pas.

Réorientation de l’Ukraine affaiblit l’Europe

Dr Pierre-Emmanuel Thomann, géopolitologue

A l’occasion des élections ukrainiennes qui auront lieu le 31 mars prochain, il est utile de faire un bilan de la situation du pays. La tentative par les instances euro-atlantiques d’orienter l’Ukraine de manière exclusive vers l’espace euro-atlantique et selon le scénario idéal de certains gouvernements, de créer les conditions favorables à une adhésion  dans l’Union européenne (UE) et l’OTAN à plus long terme, est en train d’échouer. L’élargissement est un objectif évidemment implicite et masqué du partenariat oriental de l’UE, alors que les Etats membres de l’UE seront toujours divisés sur cette question. La voie choisie par l’Ukraine est une impasse. (Image: Pierre-Emmanuel Thomann).

Ukraine Thomann

La stratégie géopolitique des Etats-Unis et de certains gouvernements européens alliés vise à couper de manière hermétique l’Ukraine de la Russie, en profitant des divisions internes croissantes du pays, entre l’Ukraine de Lvov orientée vers l’Europe de l’Ouest, l’Ukraine orientale incluant le Donbass et la Crimée orientées vers la Russie,  et la partie centrale autour de Kiev qui fait office de zone tampon entre ces tropismes géopolitiques issus de l’histoire. La stratégie de réorientation vers l’Occident depuis le changement de régime issu des manifestations sur la place Maïdan à Kiev en 2014 a non seulement affaiblit et appauvrit les Ukrainiens, mais embarqué l’Union européenne dans une voie sans issue qui coûte cher aux citoyens européens et déstabilise la sécurité européenne.     

Le bilan des cette tentative d’occidentalisation forcée de l’Ukraine est largement négatif. Le bilan humain, avec plus de 10 000 morts dans la guerre civile du Donbass, guerre par proxy entre les Etats-Unis et la Russie, c’est à dire au sein d’une même aire de civilisation entre deux peuples si proches et à l’histoire commune est très lourd.  C’est une véritable absurdité géopolitique dans le contexte de la rivalité croissante entre grandes aires civilisationnelles. La Russie et l’Ukraine font toutes deux partie de la civilisation européenne et ce conflit affaiblit donc l’Europe continentale dans son entièreté .

A l’occasion de ce conflit, la résurgence des factions néonazies en Ukraine, d’abord minimisées par les médias occidentaux, apparait aujourd’hui au grand jour. Le président de l’OSCE, Mr Latchak, a exprimé son inquiétude à propos de la glorification de l’ultra-nationaliste ukrainien Stepan Bandera qui, allié aux nazis lors de la deuxième guerre mondiale, fut responsable de la mort de milliers de Biélorusses, Polonais, Russes et Ukrainiens.

Les membres du service européen d’action extérieure (SEAE) de l’UE en charge de l’Ukraine sont également mécontents en ce qui concerne les réformes promises et non mises en œuvre. Ils insistent sur l’absence de progrès dans le cadre de l’accord d’association et la zone de libre échange entre l’UE et l’Ukraine en ce qui concerne  la réglementation douanière, la fiscalité, les infrastructures de transport et la propriété intellectuelle. Le projet de décentralisation du pays pour permettre la mise en œuvre des accords de Minsk n’est toujours pas effectif. Cela pose la question de la vraie destination des fonds de l’UE. Quelle proportion des 12 milliards d’euros de l’UE octroyés à l’Ukraine pour le programme de coopération ont-ils été pillés par les oligarques ukrainiens ?   

Le vent tourne aussi dans les perceptions entre Ukrainiens et Russes qui s’étaient fortement dégradées depuis le conflit en 2014. Les citoyens ukrainiens souhaitent ainsi de plus en plus une réouverture de la frontière entre Ukraine et Russie (50%) et leur opinion vis à vis de la Russie s’améliore (48% contre 32% d’opinions négatives) selon l’institut international de sociologie de Kiev. Il faut aussi rappeler que plus de 30% des Ukrainiens ont de la famille en Russie et que 2, 5 millions d’ukrainiens travaillent en Russie, dont plus d’un million de réfugiés  provenant du Donbass.

Les gouvernements successifs des Etats-Unis et leurs alliés européens ultra-atlantistes ont pour objectif de fragmenter l’Eurasie et couper l’Europe de l’Ouest de la Russie, pour ralentir le multicentrisme géopolitique et préserver leur pouvoir mondial. L’Ukraine est avant tout un pivot géopolitique dans leur vision pour atteindre cet objectif. La stabilité et la prospérité de l’Ukraine comme les intérêts des nations européennes sont donc secondaires dans  la stratégie géopolitique des Etats-Unis. Il n’est de plus pas exclu que le gouvernement ukrainien en perte de vitesse vis à vis de l’opinion cherche à entrainer les membres de l’UE et de l’OTAN dans un conflit avec la Russie, aux conséquences néfastes pour la sécurité européenne et l’élargissement de la fracture européenne. La déstabilisation de l’Ukraine entraine surtout des conséquences pour les Européens. A plus long terme, l’intégration de l’Ukraine dans l’UE serait un gouffre financier et provoquerait une exacerbation des rivalités géopolitiques entre les membres de l’UE notamment la France et l’Allemagne selon les  tropismes géographiques divergents vers l’Europe centrale et orientale ou vers la Méditerranée.

Toutefois, la tentative d’occidentalisation de la société ukrainienne sur des critères idéologiques et normatifs au moyen du partenariat oriental de l’UE est en train d’échouer. Le retour d’une position plus équilibrée de l’Ukraine entre les instances euro-atlantiques qui n’offrent que des perspectives décevantes et la Russie devient donc aussi un scénario probable après les élections. Cela représenterait une voie plus raisonnable pour préserver la paix en Ukraine et la stabilité continentale.