Archives des étiquettes : daech

Droits de l’homme et Islam radical

Dr Pierre-Emmanuel Thomann, géopolitologue Alors que la victoire militaire contre l’Etat islamique en Syrie vient d’être annoncée par les gouvernements européens et américains après la chute de son dernier territoire en Syrie, on oublie que cette guerre comprend une autre dimension géopolitique bien plus importante. Cette guerre est avant tout  un conflit global entre l’islam radical et politique et le modèle de civilisation occidental, tous deux caractérisés par différent variantes. Ce conflit perdure car l’idéologie à la racine de l’Etat islamique est encore vivace et sévit déjà sur d’autre territoires, comme, en Libye, au Sahel, en Afghanistan mais aussi en Europe.   

Ce confit global mélange ainsi des éléments de guerre classique, comme la guerre contre l’Etat Islamique, mais aussi  la guerre des idéologies sur les territoires mettant en scène des représentations rivales, l’islam radical et politique contre l' »Occident » pour le contrôle des populations, au Moyen Orient mais aussi en Europe. On pourrait ainsi qualifier cette guerre de conflit de civilisation entre l’Islam politique et radical et la civilisation européenne dans ses composantes organiques et culturelle.  L’enjeu est la conquête du territoire et des populations qui y vivent et les deux idéologies s’entrechoquent  sur différents théâtres, les territoires nationaux, européens, mondiaux et le cyber espace. D’un côté, il s’agit de faire prévaloir en Europe, les valeurs européennes, mais aussi le respect de ses coutumes, cultures et traditions, face à un prosélytisme islamiste qui voit l’Europe comme une terre de conquête pour s’attirer de nouvelles loyautés dans les populations au moyen de la propagande et la violence. L’immigration de masse vers l’Europe en provenance des pays à risques augmente mécaniquement les risques et constitue une bombe à retardement géopolitique au sein des sociétés face au prosélytisme islamiste  

Ce conflit dans sa dimension civilisationelle est bien plus difficile à gagner, car la marge de manœuvre des Européens est réduite par la vision très idéologique des droits de l’homme et de la protection des minorités qui s’est imposée dans le projet européen, notamment avec la   jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, qui interprète la Convention européenne des droit de l’homme.

Marc Bossuyt, professeur émérite à l’Université d’Anvers et ancien président de la Cour constitutionnelle de Belgique, a ainsi critiqué les arrêts de la cour européenne des droits de l’homme dans le domaine de l’immigration et des extraditions, y compris lorsque des personnes suspectées de terrorisme sont en cause, car elles favorisent dans certains cas le respect des droits fondamentaux au détriment de la sécurité nationale. Les failles juridiques sont instrumentalisées par les islamistes et leurs soutiens     

Pour gagner le volet civilisationel de cette guerre, les Etats européens devront agir avec plus de fermeté et exiger une réforme de la Convention européenne des droits de l’Homme qui a été élaborée temps de paix alors que nous visons une situation exceptionnelle. Ce changement de posture exige évidemment au préalable une mutation idéologique et politique au sein des nations afin de s’éloigner du modèle de la société ultralibérale ouverte à tous les flux et contrer  l’affaiblissement démographique qui affaiblit la civilisation européenne.

 

 

 

AFP photographe Shah Marai à été tué à Kaboul

Il avait commencé au sein de l’AFP en 1996. A l’époque, il était alors chauffeur-fixeur. Puis, peu à peu, il était parvenu à se faire une place au sein de la prestigieuse agence de presse, devenant photographe puis chef du service photo à Kaboul. Shah Marai, père de six enfants, a été tué lundi (30/04/2018) lors d’un double attentat-suicide à Kaboul.

« Nous sommes dévastés par la mort de notre photographe Shah Marai, qui témoignait depuis 15 ans de la tragédie qui frappe son pays. La direction de l’AFP salue le courage, le professionnalisme et la générosité de ce journaliste qui avait couvert des dizaines d’attentats avant d’être lui-même victime de la barbarie », a témoigné Michèle Léridon, directrice de l’Information de l’AFP, dans un tweet de l’AFP.

Shah Marai, chef photographe du bureau de l’AFP à Kaboul, a été tué dans un double attentat-suicide lundi  (30/04/2018) à Kaboul.

La lutte contre le financement du terrorisme

Emmanuel Macron a salué  la naissance d’une “coalition de Paris” sur le financement de l’Etat islamique (Daesh) et d’Al Qaïda, à l’issue d’une conférence rassemblant plus de 70 pays et une vingtaine d’organisations internationales.

Les participants se sont engagés à renforcer leur contribution à cette lutte, avec comme priorités : améliorer le partage d’informations, lutter contre les transactions financières anonymes, accroître la transparence des fonds versés aux ONG et oeuvres caritatives, prévenir le risque de détournement des nouveaux instruments financiers et soutenir les mécanismes internationaux de contrôle.

« Il y a dans la salle des pays qui ne pensent pas la même chose, qui n’ont pas les mêmes sensibilités, dont les intérêts géopolitiques ne sont pas les mêmes, qui se sont souvent divisés, qui ont parfois financé des groupes opposés », a souligné Emmanuel Macron, au siège de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

 

Jean-Marie Le Pen scandalisé par mise en examen de sa fille

Jean-Marie Le Pen a jugé vendredi « scandaleux » que sa fille Marine ait été mise en examen pour la diffusion sur Twitter de photos de victimes de l’Etat islamique, soulignant qu’il incombait à l’Etat de montrer quel est le « visage de l’ennemi ».

La présidente du Front national a été mise en examen jeudi pour diffusion, en 2015, de messages à caractère violent susceptibles d’être vus par des mineurs, délit passible de trois ans de prison et 75.000 euros d’amende.

“Je trouve scandaleux qu’elle soit mise en examen pour avoir publié des images qui démontraient la cruauté, la férocité de Daech”, a réagi Jean-Marie Le Pen sur BFM TV.

“C’est extravagant, parce que ces images étaient d’abord sur le net, on pouvait les voir, et ensuite c’est le rôle de l’Etat de montrer quel est le visage de l’ennemi. Que Marine Le Pen l’ai fait et soit poursuivie pour ça….”, a-t-il ajouté.

Un retour de deux chasseurs Rafale

La ministre des Armées a annoncé un allègement du dispositif militaire français au Levant, avec le retour de deux chasseurs Rafale, une adaptation attendue face au recul territorial de l’Etat islamique (Daech).

“Au Levant, l’opération Chammal s’adapte à la situation sur le terrain : Daech est à terre mais n’a pas disparu. En conséquence, deux Rafale viennent de rentrer en France”, précise Florence Parly sur Twitter.

“Le reste du dispositif est pour l’instant maintenu et la formation des unités irakiennes se poursuit”, ajoute-t-elle.

Lancée en septembre 2014 en Irak puis étendue un an après à la Syrie dans le cadre de la coalition internationale armée contre l’EI (Daech), l’opération Chammal mobilise aujourd’hui quelque 1.200 militaires français sur ces deux théâtres d’opérations.

L’armée de l’air française apporte notamment un soutien aérien aux forces armées irakiennes et aux peshmergas kurdes, avec des frappes et des missions de renseignement.

Des militaires français forment également les unités irakiennes à Bagdad et Erbil et les forces kurdes.

Douze Rafale étaient jusqu’à présent engagés dans le dispositif ainsi que des Mirage 2000 D et N, précise-t-on au ministère.

Un Bruxellois décédé en Syrie #bruxelles #ixelles #syrie

djihadistes, Syrie

PHOTO THEMATIQUE. De nombreux belges sont partis combattre en Syrie.

Un Ixellois d’origine rwandaise, Andy Bizala Lubanza (renommé Ali), 21 ans, aurait été tué le mois dernier en Syrie, juste avant les attentats de Paris.

Andy était parti combattre pour l’Etat Islamique en février 2014. Il était converti à l’isam mais, selon ses proches, ne montrait aucun signe de radicalisation.

Selon la RTBF, il a été confirmé que son nom figurait sur la liste des Belges partis combattre en Syrie de l’OCAM.